Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 14135 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On sait généralement que le gouvernement a confié à Monsieur l’abbé Tangay la charge de nous faire connaître la généalogie de toutes les familles canadiennes, et de rétablir ainsi, par une étude consciencieuse des registres de chaque paroisse, dans leur pureté primitive, une foule de noms de familles que le temps a défigurés. Monsieur l’abbé Tangay est depuis quelques jours aux Trois-Rivières et s’occupe avec beaucoup d’activité et de discernement à compiler une foule de faits intéressants sur les statistiques et les origines de la colonie.

Après la ville de Québec, dont les registres datent de 1621, la ville des Trois-Rivières vient en seconde ligne, et ses registres ouverts en 1635 par les révérends pères Lejeune et Buteux sont d’un immense intérêt au point de vue historique. Les registres des Trois-Rivières sont en réalité les plus anciens documents originaux dans ce genre qui existent dans le pays; car les registres de Québec furent détruits en 1640, et il n’existe actuellement qu’une copie des registres jusqu’à cette date, copie qui fut exécutée par la plume même du père Lejeune.

Les documents conservés au Greffe des Trois-Rivières, et surtout ceux du premier notaire de l’endroit, Sévérin Ameau, sont aussi du plus haut intérêt pour jeter les bases de l’histoire de notre ville, mais malheureusement, le temps a tellement altéré ces précieux documents, qu’il devient presqu’impossible aujourd’hui de les reproduire.

Nous sommes convaincus que Monsieur Tangay, qui est doué d’heureuses dispositions pour les statistiques et d’un courage qui ne se laisse pas abattre par les difficultés inévitables que rencontrent ces sortes de travaux, mènera les choses à bonne fin et donnera lieu au gouvernement de se féliciter du choix qu’il a fait. La méthode [est] très propre à nous donner la plus grande somme possible d’exactitude, aussi le livre de Monsieur Tangay sera-t-il tout à fait intéressant pour toutes les familles canadiennes. Il va sans dire que nous souhaitons à Monsieur l’abbé Tangay tout le succès qu’il mérite dans l’oeuvre éminemment nationale qu’il poursuit avec tant de courage. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (10 octobre 1865): 2, col. 3.