Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 19782 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Dans le but d’obtenir que les compagnies haussent les salaires des bûcherons qui coupent le bois dans les forêts du St-Maurice, des intéressés de Ste-Thècle ont fait parvenir une requête au ministre du travail, C.J. Arcand.

On se souvient des nombreuses plaintes qui furent exprimées au cours de l’hiver de la part des bûcherons qui prétendaient qu’ils perdaient de l’argent à bûcher dans le St-Maurice par le fait que les dépenses de voyage et d’entretien étaient plus élevées que le salaire. Les intéressés demandent au ministre de fixer un salaire minimum comme la chose se fait dans beaucoup d’autres métiers, un salaire entre 30.00$ et 40.00$ par mois.

La lettre dénonce également la pratique de payer les hommes à l’entreprise, c’est-à-dire à tant de cent billots. Elle fait aussi valoir que le travail dans les chantiers est encore plus dur qu’auparavant du fait qu’on utilise des hommes pour faire le travail que faisaient les chevaux, particulièrement quant au pilage du bois.

Référence
Le Nouvelliste (27 juillet 1933).