Thème : Semences
Index thématique -> Économie -> Agriculture -> Semences
1 No d'identification : 9468 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Par suite des hautes eaux et les pluies presque continuelles que nous avons eues depuis le commencement du mois, presque rien n’a encore été ensemencé dans ce district, et l’on a beaucoup d’inquiétude pour la récolte que produiront des semailles tardives. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, 40 (25 mai 1850): 2, col. 3.

2 No d'identification : 9469 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
À vendre

100 minots de blé de la Mer Noire pour semence.

Pierre Blondin
Trois-Rivières, 20 février 1869

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 février 1869): 3, col. 4.

3 No d'identification : 9470 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On a commencé hier à semer dans quelques endroits du côté nord du fleuve. »

Référence
Le Constitutionnel, 136 (26 avril 1871): 2, col. 4.

4 No d'identification : 9471 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous apprenons de la campagne que les semailles touchent à leur fin sur la rive sud. Les dernières pluies ont fait beaucoup de bien. Malheureusement on remarque en plusieurs endroits l’apparition d’un grand nombre de petits vers qui détruisent les grains ensemencés. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 mai 1872): 3, col. 1.

5 No d'identification : 9472 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les semailles souffrent des retards et des dommages considérables par la crue. On nous rapporte que à St-Grégoire, La Baie, St-François, de même qu’à Maskinongé, Rivière-du-Loup, Yamachiche, il y a des champs ensemencés qui sont couverts d’eau depuis près de quinze jours. Les travaux de la terre ont été beaucoup retardés par ces contretemps. »

Référence
Le Constitutionnel (2 juin 1873): 2, col. 3.

6 No d'identification : 9473 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les semailles, beaucoup retardées par la longueur du printemps, le sont encore par les dernières pluies.

Référence
Le Constitutionnel (27 mai 1874): 2, col. 5.

7 No d'identification : 9474 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On nous écrit du comté de Maskinongé :

Il s’est fait beaucoup de sucre ce printemps dans le comté malgré le peu d’espoir qu’on avait au début. Il est à souhaiter qu’il en soit ainsi pour les semences qui ne commencent pas gaiement. À venir jusqu’à aujourd’hui il n’y a que très peu de grains de semés et encore la poussière n’allait pas au vent. Personne ne peut labourer depuis plusieurs jours ; on redoute presque la famine pour l’hiver tant la saison s’annonce mal. Tous les produits sont d’un prix exorbitant ; les cultivateurs pauvres sèmeront difficilement. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 mai 1874): 2, col. 5.

8 No d'identification : 9475 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les semailles ne font que commencer dans bon nombre de paroisses du district. On nous informe néanmoins qu’à St-Maurice le blé commence déjà à lever. À la banlieue, M. Olivier Duval a presque fini d’ensemencer ses terres ; par les temps qui courent, peu de cultivateurs sont aussi avancés dans leurs travaux agricoles.

Référence
Le Constitutionnel (1 juin 1874): 2, col. 3.

9 No d'identification : 9476 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le temps est redevenu favorable aux semailles ; on en profite partout. Les travaux sont poussés avec la plus vigoureuse activité dans toutes les parties du district. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 juin 1874): 2, col. 4.

10 No d'identification : 9477 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Des Cantons de l’Est nous apprenons que les semailles sont assez avancées. Cependant en plusieurs endroits notamment à St-Guillaume et à St-Bonaventure l’on se plaint des retards apportés aux travaux agricoles, vu l’état arriéré de la saison.

Référence
Le Constitutionnel (3 juin 1874): 2, col. 2.

11 No d'identification : 9478 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les pluies torrentielles qui sont tombées depuis quelques jours font un grand tort à nos habitants pour les travaux de leurs semailles. Dans plusieurs paroisses de notre district, notamment Yamachiche, Rivière-du-Loup et Maskinongé, paroisses situées sur des terrains très bas, on craint beaucoup que l’intempérie de la saison ne cause des dommages irréparables à la récolte de l’automne prochain. Nous voilà rendus à la mi-juin et les travaux agricoles ne sont guère plus avancés qu’au premier mai des années dernières. Le commerce de Trois-Rivières, qui se fait surtout avec les campagnes avoisinantes, en éprouvera des effets désastreux.

Référence
Le Constitutionnel (8 juin 1874): 2, col. 5.

12 No d'identification : 9479 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les cultivateurs le long du fleuve n’ont presque rien semé jusqu’à présent. La saison est tellement avancée qu’il n’y a guère d’autres moyens que de semer du sarrasin. On dit que le bon sarrasin se vend jusqu’à 4$ le minot, l’avoine approche 1$ et le foin est également à la hausse.

Référence
Le Constitutionnel (15 juin 1874): 2, col. 3.

13 No d'identification : 9480 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le mauvais temps continue avec une persistance véritablement alarmante. Les travaux des champs n’ont pu être continués en beaucoup d’endroits du district, et l’on regarde l’avenir avec inquiétude. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (18 juin 1874): 3, col. 1.

14 No d'identification : 9481 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
La pluie fait un dommage immense. Les cultivateurs de notre district se plaignent amèrement qu’ils n’ont pu jusqu’à présent mettre un minot de grains dans la terre. Les commerçants de bois [...]

Référence
Le Constitutionnel (17 mai 1875): 2, col. 3.

15 No d'identification : 9482 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Dans tout le district les semailles seront en grande partie terminées à la fin de la semaine ; elles se sont faites dans les conditions les plus favorables. Les grains qui commencent à lever ont une apparence superbe ainsi que les prairies. Nos cultivateurs sont pleins d’espérances. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 juin 1875): 2, col. 3.

16 No d'identification : 9483 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Dans quelques paroisses du comté de Nicolet, on a commencé les semailles dès la semaine dernière; les terrains élevés sont déjà bien préparés à recevoir les grains. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (8 mai 1876): 2, col. 5.

17 No d'identification : 9484 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les semences sont commencées par tout le district sous des auspices assez favorables bien que la saison soit un peu avancée. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 mai 1876): 3, col. 2.

18 No d'identification : 9485 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les semailles ont commencé depuis huit jours dans le district et les paroisses avoisinantes. Le 12 et le 13 du courant, dans les paroisses de St-Zéphirin et de la Baie-du-Febvre on semait des poids et du blé. Le 14 et le 16 dans les paroisses de Nicolet, St-Grégoire, Yamachiche, Rivière-du-Loup et la banlieue de cette ville, les travaux des champs commençaient. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 avril 1877): 2, col. 2.

19 No d'identification : 9486 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La pluie et la neige de ces jours derniers ont fait un bien immense aux cultivateurs, en préparant le sol à recevoir la semence dans des conditions plus favorables. Il était difficile de labourer avant cela. »

Référence
Le Constitutionnel (23 avril 1877): 2, col. 2.

20 No d'identification : 9487 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La magnifique température que nous avons depuis quelque temps a permis d’ensemencer les terres en plusieurs endroits du district. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 avril 1878): 2, col. 4.

21 No d'identification : 9488 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les semailles sont très avancées dans les comtés de St-Maurice et Maskinongé. À Nicolet, toute la partie littorale au fleuve et des rivières Bécancourt et Godefroy est encore trop humide pour qu’on se livre aux travaux de la culture. Dans la plus grande partie du comté de Champlain, on ne pourra commencer sérieusement les semailles que la semaine prochaine. Au reste c’est un fait remarquable que le St-Maurice délimite deux zones assez distinctes par la température. La rive ouest est favorisée de la saison du printemps une dizaine de jours plus tôt que la rive est. Les neiges y disparaissent plus à bonne heure, les grains mûrissent plus vite et l’hiver avec ses neiges y commencent quelques jours plus tard. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 mai 1879): 2, col. 4.

22 No d'identification : 9489 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les semences sont commencées à St-Zéphirin-de-Courval depuis le 22 courant. Si le beau temps continue, les semences seront très avancées dans cette paroisse le premier mai. Les sucriers sont revenus des bois. Ils disent que leur récolte de sucre est moyenne. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 avril 1880): 2, col. 5.

23 No d'identification : 9490 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les cultivateurs ont commencé à ensemencer leurs terres en plusieurs endroits de notre district. »

Référence
La Concorde (19 mai 1880): 2, col. 5.

24 No d'identification : 9491 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Ce sarrasin est d’une qualité supérieure, n’échaude pas, est beaucoup plus productif que l’autre à l’écorce très mince et donne une farine de la première qualité.

Aussi : Sarrasin ordinaire.

S’adresser à la ferme de G. A. Gouin, écuyer, président du moulin à vent avec ou chez Chs. Rousseau, épicier, coin des rues Hart et des Forges.

Référence
«Sarrasins de semences ; sarrasin argenté », Le Journal des Trois-Rivières (1 juillet 1880): 3, col. 2.

25 No d'identification : 9492 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Il a fait de fortes gelées ces dernières nuits ; malgré cela on fait les semailles en beaucoup d’endroits. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 mai 1881): 2, col. 4.