Thème : Élevage
Index thématique -> Économie -> Agriculture -> Élevage
1 No d'identification : 9655 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Extrait du recensement du comté de Maskinongé.

Valeur de tout le bétail
Township de Hunterstown : 2 430 $
Paroisse de St-Paulin : 31 674 $
Paroisse de St-Léon : 84 139 $
Paroisse de la Rivière-du-Loup : 81 675 $
Paroisse de Ste-Ursule : 75 808 $
Paroisse St-Didace : 24 639 $
Paroisse de Maskinongé : 53 541 $
Paroisse de St-Justin : 55 862 $

Total : 409 763 $

C.E. Gagnon. CCM.

Référence
L’Ère Nouvelle (7 mars 1861): 2, col. 4.

2 No d'identification : 9656 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Le célèbre cheval trotteur, Le lion du Canada, sera tenu pour la saison des juments, à la Pointe-du-Lac, chez le propriétaire soussigné.

G.N. Dufresne.

16 juin 1867. »

Référence
«Avis», Le Journal des Trois-Rivières (21 mai 1867): 3, col. 3.

3 No d'identification : 9657 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Monsieur Narcisse Grenier, de la paroisse de St-Grégoire, a un boeuf qui, à l’âge de 31 mois, pesait 1606 livres. Douze de ses moutons d’un an à deux ans ont donné 144 livres de laine et un autre mouton d’un an a donné 12 1/2 livres. L’automne dernier, il a réalisé une somme de 81$ par la vente de 5 agneaux et il a dernièrement vendu un poulain, 250$. Monsieur Grenier cultive dans Aston 108 arpents de terre, à part ses autres propriétés. Comme le démontrent ces faits, Monsieur Grenier jouit à juste titre d’une belle réputation, comme éleveur. Il est un de ceux parmi nos cultivateurs qui peut être cité comme modèle de ce genre. Aussi a-t-il remporté, à presque toutes les exhibitions du comté, les premiers prix, pour ses animaux. »

Référence
«Cultivateur modèle», Le Journal des Trois-Rivières (15 mai 1868): 3, col. 3.

4 No d'identification : 9658 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Le beau cheval.

Le lion canadien.

Sera tenu comme par le passé chez le soussigné.

G.N. Dufresne.

La Pointe-du-Lac, 1 mai 1869. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 mai 1869): 3, col. 4.

5 No d'identification : 9659 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Messieurs J.A. Gaudet et Cie, marchands de Plessisville de Somerst, ont en mains deux superbes moutons Merinos de la plus belle race qui ont été payés voilà un an et demi 10 piastres, à l’âge de trois mois, du célèbre cultivateur John Ross, Ecr, et qu’ils vendront maintenant à des prix très réduits, vu qu’ils les ont payés assez bon marché. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 janvier 1870): 4, col. 3.

6 No d'identification : 9660 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« La société d’agriculture du comté de Nicolet no 1 a acheté pour la société 5 veaux de race améliorée, au prix de 40$ chacun, dont un acheté à Danville et les autres chez Messieurs Narcisse Grenier, Adolphe Brassard, Napoléon Brassard et Joseph Bergeron de St-Grégoire. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 avril 1870): 2, col. 2.

7 No d'identification : 9661 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« À vendre pour toute société d’agriculture, à des conditions avantageuses, un superbe étalon canadien, sous poil rouge, ayant cinq pieds et cinq pouces de hauteur, pesant 1200 livres, et âgé seulement de cinq ans. Pour plus amples informations, s’adresser à J.B. Gauthier, fils. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 avril 1870): 3, col. 4.

8 No d'identification : 9662 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« [...] Voici un fait qui devra engager les cultivateurs qui n’en ont pas encore tenté l’expérience à essayer l’élevage de ces animaux.

Monsieur Pierre Comeau de St-Boniface de Shawinigan, père du curé de cette paroisse, a eu cette année, de 23 moutonnes [sic], dont 11 jeunes et douze vieilles, 191 livres de laine; 2 agnelles du printemps dernier dont la toison a pesé cette année 18 livres ont eu ce printemps 2 agnelles du poids de 20 livres chacune à leur naissance.

Ces moutons ont été achetés chez Monsieur Narcisse Grenier de St-Grégoire. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (12 mai 1870): 3, col. 2.

9 No d'identification : 9663 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet
« La société d’agriculture du comté de St-Maurice a obtenu du conseil agricole de mettre tout son argent pour l’achat d’un étalon reproducteur et de n’avoir point d’exposition cette année. »

Référence
Le Constitutionnel, 8 (20 juin 1870): 2, col. 5.

10 No d'identification : 9664 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Établissement d’un haras national aux Trois-Rivières (se rapporte aux étalons).

Référence
Le Constitutionnel (10 janvier 1873): 2, col. 2-3.

11 No d'identification : 9665 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Résumé :
Monsieur Narcisse Grenier de St-Grégoire se distingue encore par la qualité de son élevage. À cet effet, il a vendu un mouton de 3 ans pesant 191 livres à un boucher de Trois-Rivières. Le journal ajoute que tous les cultivateurs de la région devraient suivre l’exemple de Monsieur Grenier.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 mai 1873): 2, col. 5.

12 No d'identification : 9666 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Le soussigné informe le public et principalement les cultivateurs qu’il a un superbe étalon percheron.

Une visite est sollicitée de la part de ceux qui désirent améliorer leur race de chevaux.

Le prix pour service de l’étalon est de 3,00$ pour ceux qui paieront d’hui au 15 avril et de 4,00$ pour ceux qui paieront après cette date.


Vieilles Forges St-Maurice, 1 mars 1875.

L.J.B. Beauchemin. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 mars 1875): 3, col. 2.

13 No d'identification : 9667 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« À vendre.

Vaches à lait, taurnilles [sic] et veaux de l’année, de race améliorée.

S’adresser Alex. McDougall.

et Louis Dusseault. Forges L’Ilet. »



Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 octobre 1875): 3, col. 3.

14 No d'identification : 9668 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Avis aux sociétés d’agriculteurs.

Un superbe taureau âgé de 4 ans, de la fameuse race Ayrshire, importé d’Écosse par Allan Ecr de Montréal et régulièrement inscrit comme tel au bureau d’agriculture de Montréal, est offert en vente pour la somme de 75$ (plus d’un tiers au-dessous de sa valeur réelle).

L’attention des sociétés d’agriculture et des éleveurs est spécialement attirée sur cette offre.

G.A. Gouin
ou à son fermier, Pierre Manceau, ferme du Moulin à Vent. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (8 mai 1876): 3, col. 3.

15 No d'identification : 9669 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Département d’agriculture du Québec a ouvert un livre de généalogie pour les vaches de race. Les gens de Trois-Rivières et des environs pourront enregistrer leurs vaches chez Monsieur Ed. Barnard de Trois-Rivières.

Il faudra:
- garantir que les vaches sont de race.
- donner la quantité de lait qu’elles produisent par année.
- donner la quantité de beurre par année.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (13 janvier 1877): 2, col. 2-3.

16 No d'identification : 9670 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Le cheval “le Capitaine” appartenant à A. & D. Rivard sera tenu aux Trois-Rivières pour la reproduction pendant le cours de l’été.

Ce superbe animal de race améliorée a 5 pieds 3 1/2 pouces de haut, couleur rouge brun, les pieds noirs, la crinière et le crin de la queue noirs. Il n’a aucune tache blanche. Sa pesanteur est de 1250 livres.

Il descend d’une des meilleures races de chevaux du pays. Le cheval si renommé pour la course au trot “Le Jean-Baptiste” était son père et sa mère est une “Roseberry”, une des meilleures races anglaises.

Le cheval “le Capitaine” aura 7 ans le 25 août 1879 et est déjà renommé pour sa vitesse au trot.

A. & D. Ricard, propriétaire.

1er Mai 1879. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 mai 1879): 3, col. 2.

17 No d'identification : 9671 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral (8 lignes sur 16) :
« Le cheval “le Capitaine” appartenant à A. & D. Rivard sera tenu aux Trois-Rivières pour la reproduction pendant le cours de l’été.

Ce superbe animal de race améliorée a 5 pieds 3 1/2 pouces de haut, couleur rouge brun, les pieds noirs, la crinière et le crin de la queue noirs. Il n’a aucune tache blanche. Sa pesanteur est de 1250 livres.

[...]. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 mai 1879): 3, col. 4.

18 No d'identification : 9672 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Trois-Rivières une région favorable à l’élevage de moutons.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 octobre 1880): 2, col. 1.

19 No d'identification : 9673 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Résumé :
Vente par encan à la ferme expérimentale du Chemin des Forges de Monsieur Thomas Fortin: environ 25 bêtes de race Jersey-Canadien.

On donne le pedigree des vaches et des veaux; ces animaux ont des ancêtres qui furent élevés à St-Lambert dans la ferme de Monsieur Roméo Stephens.

Aussi 4 béliers et 4 brebis Cotswolds provenant du troupeau du Collège d’Agriculture de Guelph et des moutons et agneaux.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 janvier 1886): 4, col. 1.

20 No d'identification : 9674 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Résumé :
Les Frères des Écoles Chrétiennes de Baie-du-Febvre mettent à l’encan le 14 janvier: 24 vaches à lait de première qualité ainsi que des moutons de qualité supérieure et autres petits animaux.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 janvier 1886): 4, col. 2.

21 No d'identification : 9675 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« Les variétés de race ovine que nous avons ici sont celles des Castrold, Oxford-down, Lancester et Lincoln. Cette dernière est très appréciée pour sa fécondité de même que celle des Castrold pour la quantité de laine et la boucherie. »

Référence
Le Bien Public (8 mars 1917): 3, col. 2.