Thème : Cataclysmes
Index thématique -> Milieu physique -> Cataclysmes
1 No d'identification : 2693 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Une tempête très forte cause des dégâts à Trois-Rivières, Mont-Carmel, Louiseville, St-Tite, St-Léon, St-Luc, Yamachiche, Shawinigan, Ste-Anne-de-la-Pérade, St-Casimir et aux Piles. Détails des dégâts.

Référence
Le Trifluvien (1 septembre 1893): 3, col. 3.

2 No d'identification : 2695 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Un éboulis détourne une rivière et fait beaucoup de dommages. Trois maisons emportées, plusieurs familles périssent.

Référence
Le Trifluvien (8 mai 1894): 3, col. 2.

3 No d'identification : 2696 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les débris d’un éboulis à St-Alban bloquent la rivière de la Pérade et on craint qu’elle mine les rives.

Référence
«À St-Anne de la Pérade», Le Trifluvien (11 mai 1894): 3, col. 1.

4 No d'identification : 2968 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
James Dickson, ecr. fait publier la lettre accusé-réception du bureau de la Banque de la cité pour la somme de 192 livres 4s 5d à verser dans le fonds de secours pour les sinistrés du grand incendie de Montréal. Remerciement aux citoyens de Trois-Rivières. Dickson informe également le public que depuis la réception de cette lettre, il a fait don de L 34, 16s 3d à ce même bureau de la Banque de la cité. Trois-Rivières a donc fourni L 227, 03, 8d aux victimes de Montréal.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 août 1852): 2, col. 3.

5 No d'identification : 3022 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le magnifique établissement de notre industrieux compatriote, P.M Deblois, ecr. a été la proie des flammes. Cet établissement fondé depuis 4 ou 5 ans seulement sur la rivière St-François, à deux milles environ au dessus du chef lieu du comté d’Yamaska se composait d’un moulin à scie, à farine, à carder et à bouler; tous ces bâtiments étaient contigus.

Référence
L’Ère Nouvelle (20 décembre 1860): 3, col. 1.

6 No d'identification : 3024 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Un désastreux incendie, qui a éclaté dans la nuit de mercredi à jeudi, a consumé en entier mes quatre moulins à scie, à farine, à carder et à fouler l’étoffe. La manière dont le feu a originé me porte à croire qu’il est l’oeuvre d’un incendiaire. Lorsque la visite des moulins fut faite vers les 11h et 1/2 du soir, tout paraissait annoncer l’ordre le plus parfait. Une heure plus tard, à minuit et demi, les flammes sortaient par toutes les issues des bâtiments qu’elles enveloppaient comme d’un vaste réseau, et ce fut en vain que l’on essaya de les maîtriser. Deux cent vingt-huit ruines d’étoffes et cent soixante-quinze minots de blé qui se trouvaient dans les bâtisses au moment de l’incendie n’ont pu être sauvés. Rien de tout ce qui a été détruit n’était assuré et ma perte est d’au moins quatre milles cinq cents dollars.

Référence
L’Ère Nouvelle (21 décembre 1860): 3, col. 2.

7 No d'identification : 3026 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Un incendie à la Forge Radnor.

Référence
L’Ère Nouvelle, 42 (12 mai 1862): 2, col. 5.

8 No d'identification : 3027 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dans la paroisse St-Maurice le feu a ravagé des propriétés, brûlé des champs et détruit des ponts et fait des victimes.

Référence
L’Ère Nouvelle, 52 (23 juin 1862): 2, col. 6.

9 No d'identification : 3028 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Incendie du moulin à farine de John Mc Dougall à Yamachiche.

Référence
L’Ère Nouvelle (21 décembre 1863).

10 No d'identification : 3029 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Un des chantiers de M. Blackburn, sur la rivière Nicolet, a été entièrement détruit par le feu dans le cours de la semaine dernière. Nous regrettons d’apprendre que ce Monsieur y a perdu une valise contenant une somme de 1 000$.

Référence
«Incendie», L’Ère Nouvelle (14 janvier 1864): 2, col. 2.

11 No d'identification : 3030 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Ouragan qui a frappé la paroisse de St-Médard-de-Warwick d’Arthabaska mercredi soir le 10 août. 10 maisons ont été renversées ainsi que certaines autres maisons. Chapelle et presbytère ont été renversés. Pas de mort mais plusieurs blessés. Vingtaine de familles sans abri, et ayant des blessés elles ne peuvent s’occuper de leur récolte. Le curé M. Lacourcière commence déjà à s’en occuper et demande l’aide de tous ceux qui peuvent venir en aide à ces familles.

Référence
L’Ère Nouvelle (15 août 1864): 2, col. 3.

12 No d'identification : 3031 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Un voyage que nous avons fait dernièrement à Nicolet nous a permis de voir les ravages causés par l’inondation du printemps, dans la partie des campagnes qui s’étend depuis le dépôt du chemin de fer jusqu’à Nicolet. Des maisons brisées, des granges renversées, des champs dépouillés entièrement de leurs clôtures, nous ont laissé voir les dommages considérables éprouvés par ces braves cultivateurs, quoique à l’heure qu’il est, un bon nombre ait déjà rétabli leurs bâtiments. »

« Les paroisses canadiennes ont la bonne habitude de faire des corvées pour soulager ceux d’entre leurs frères que le malheur a frappés; aussi ce jours-là avons-nous vu avec plaisir pas moins de trente corvées d’hommes occupés à lever des bâtiments. Honneur à ces braves gens et à leurs bons sentiments. »

Référence
«Inondations du printemps», Le Journal des Trois-Rivières (21 juillet 1865): 2, col. 3.

13 No d'identification : 3032 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« M.C.B. de Niverville, notre député, ayant été invité à faire partie d’un comité de la Chambre, chargé de s’enquérir des causes de l’inondation et des moyens de la prévenir, est monté hier au soir dans le but de convoquer en cette cité une assemblée à ce sujet. Cette assemblée aura lieu ce soir à 7 heures. Tous les citoyens sont priés d’y assister. »
« Nous félicitons M. de Niverville de l’intérêt qu’il prend à cette affaire importante et des efforts qu’il tente pour la mener à bonne fin. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (18 août 1865): 3, col. 1.

14 No d'identification : 3033 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Ouragan » (dommages matériels)

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (17 juillet 1866): 2, col. 3.

15 No d'identification : 3034 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La manufacture de tannin de Millar & Cie, érigée à Victoriaville, est devenue la proie des flammes, le tout est maintenant un amas de cendres et de débris. On ignore la cause du feu, mais suivant toute probabilité, cet incendie est venu de l’imprudence de quelques fumeurs qui auraient déposé leurs pipes entre les cuves où le feu a originé.
Nous ne connaissons pas encore le montant des pertes; on dit que la manufacture était assurée pour 8 000$.
Cet accident met sur le pavé une trentaine de familles qui tiraient leur subsistance en travaillant dans cet établissement. »

Union de (C. de L’Est)

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 juin 1869): 3, col. 1.

16 No d'identification : 3035 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le bruit ayant couru que l’église de St-Michel-d’Yamaska avait été détruite par un incendie nous avons télégraphié à un ami qui nous a répondu comme suit :
Yamaska, 20 juin 1870.
Non, notre église n’est point brûlée, mais le grand moulin à scier de St-Thomas-de-Pierreville, appartenant à M. Sénécal, a été détruit samedi après-midi. Le moulin à farine est sauvé.

Référence
Le Constitutionnel, 8 (20 juin 1870): 2, col. 2.

17 No d'identification : 3036 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dommages causés dans la région par un ouragan d’une force peu coutumière.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 juillet 1870).

18 No d'identification : 3037 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
8 morts dans un éboulis à Ste-Geneviève-de-Batiscan.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 juillet 1870): 2, col. 2.

19 No d'identification : 3038 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Lundi dernier, les habitations de plusieurs cultivateurs d’Arthabaska, tout près de notre village, ont été cernées par le feu de bois, qui, poussé par un fort vent du sud-ouest, menaçait de tout détruire. Une fumée épaisse enveloppait la campagne et donnait une apparence sinistre à l’horizon. M. Bourbeau dans l’après-midi, faillit perdre une pile de 200 cordes de bois de chauffage et ses granges qu’il eut toute les peines du monde à conserver. Enfin vers neuf heures du soir, un orage de quelques minutes arrêta le marche de l’élément destructeur et soulagea grandement l’oppression de ses pauvres cultivateurs si cruellement menacés. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 juin 1871): 3, col. 1.

20 No d'identification : 3042 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« L’eau est extrêmement basse dans la rivière Yamaska. Presque tous les moulins sont arrêtés. La fonderie de M. Aug. Chagnon ne peut marcher depuis plusieurs jours. On dit que cette disette d’eau se fait ressentir depuis longtemps dans nos campagnes où l’on est souvent obligé d’aller chercher l’eau au loin pour abreuver les animaux.

Courrier de St-Hyacinthe. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 avril 1872): 3, col. 2.

21 No d'identification : 3044 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Incendie de l’École des Frères de la Doctrine Chrétienne à Yamachiche.

Référence
Le Constitutionnel (27 décembre 1872): 2, col. 2.

22 No d'identification : 3045 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Résumé :
La grange de M. Edouard Caron de Louiseville a brûlé. Quelques milliers de bottes de foin y étaient entreposées. Les pertes sont évaluées à 1 000 piastres. La cause de cet incendie serait attribuée à des étincelles échappées du vapeur « Bismark », de la compagnie d’Hunstertown.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (2 juin 1873): 2, col. 5.

23 No d'identification : 3049 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Jeudi et vendredi dernier il y eut un grand incendie dans les bois de la concession Missouri à St-Grégoire.
Plusieurs cultivateurs ont éprouvé des pertes considérables. Une immense quantité de bois de corde a été détruite et le feu emporté par les vents violents de la semaine dernière, a menacé longtemps les habitations.
L’orage de vendredi soir qui a été très fort à St-Grégoire a éteint l’incendie. Ce fait coïncide de manière remarquable avec les prières faites ces jours-là par les victimes du désastre unies à celles du Rvd mes. Béland desservant la paroisse pour demander à Dieu de protéger leurs habitations contre l’élément destructeur. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 juin 1873): 2, col. 2.

24 No d'identification : 3051 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Une dépêche télégraphique adressée hier de la Rivière-du-Loup, et qu’on a eu l’obligeance de nous transmettre, nous donne la triste nouvelle suivante :
tout le village des Américains, incendié; le moulin et trois maisons seulement ont été sauvés. Soixante-dix familles sont sans abri.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 novembre 1873): 2, col. 1.

25 No d'identification : 3053 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Incendies du village des Américains à la Rivière-du-Loup.

Référence
Le Constitutionnel (24 novembre 1873): 2, col. 3.