Thème : Haut fournaux - divers
Index thématique -> Économie -> Industries -> Métallurgie -> Haut fournaux - divers
1 No d'identification : 9945 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
On mentionne une forge au village du Lac Brown.

Référence
Harry Bernard, Portages et Routes d’eau en Haute-Mauricie, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1953: 16.

2 No d'identification : 9948 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous sommes heureux de voir que le fourneau de ces forges, qui a fait explosion par deux fois dans le cours de l’année dernière, est sur le point d’être complété en neuf. Les propriétaires espèrent pouvoir le mettre en opération la semaine prochaine. Nous leur souhaitons le succès et la prospérité qu’ils méritent par leur énergie. La renommé de leur établissement ne se démentira pas sous leur conduite. »

Référence
«Forges St-Maurice», L’Ère Nouvelle (11 janvier 1855): 2, col. 5.

3 No d'identification : 9952 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les forges de l’Islet sont en pleine opération. On va dépenser cette année environ 40 000 piastres. Les cultivateurs gagnent de bons prix à charroyer à ces forges le bois de corde nécessaire pour alimenter les fourneaux à faire le charbon. Dans un seul rang du Mont-Carmel, au coteau des Hêtres, on a vu l’an passé se fixer vingt nouveaux colons.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 janvier 1867): 2, col. 3-4.

4 No d'identification : 9963 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous regrettons d’apprendre que le feu a pris samedi dans la journée aux Forges l’Islet, près de la Rivière St-Maurice. Le feu a été communiqué par le fourneau à deux halles voisines qu’il a consumées ainsi que la maison des charretiers. Les opérations vont être arrêtées pour une quinzaine de jours seulement. Les dommages s’élèvent, nous dit-on, à 1000£. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 juin 1867): 3, col. 1.

5 No d'identification : 9965 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
The Trust and Loan Compagny of Upper Canada exige la remise de 3 800$, plus les intérêts, sous peine de vendre deux lots sur lesquels il y a une maison de briques à deux étages, un hangar et une fonderie.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (15 janvier 1869): 3, col. 4.

6 No d'identification : 9966 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Inauguration d’un chemin de fer à lisses de bois que les McDougall ont fait construire aux forges l’Islet pour charroyer de la mine à leurs forges.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 juillet 1871): 2, col. 2.

7 No d'identification : 9967 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Projet d’établissement d’une forge à Gentilly par Monsieur Hall, propriétaire des Forges Radnor.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 août 1873): 2, col. 4.

8 No d'identification : 9968 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Correspondance de Gentilly à propos du projet d’établissement d’une forge en ce lieu par Monsieur Hall des forges Radnor.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 avril 1875): 2, col. 5.

9 No d'identification : 9970 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Ouverture d’une forge à St-Boniface de Shawinigan; propriétaire, H. Grondin.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 août 1878): 2, col. 2-3.

10 No d'identification : 9971 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
2 articles:

1er: Énumère les gisements de fer et les forges de la région. Nom de leurs propriétaires, des procédés et des lieux d’expédition.

2ième: Tiré du Courrier du Canada, traite des accidents de chemin de fer. On y fait l’éloge de la qualité de la fonte produite aux Trois-Rivières.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (26 janvier 1882): 2, col. 2-3.

11 No d'identification : 9972 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le feu détruit la fonderie canadienne. 15 employés mis à pied.

Référence
«Grand incendie», Le Trifluvien (4 août 1893): 3, col. 3.

12 No d'identification : 9973 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
En 1890, aux Piles, il y avait des fours à charbon de bois dirigé par Drummond des Forges Radnor.

Référence
Le Nouvelliste (9 décembre 1950).

13 No d'identification : 9974 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Ste-Geneviève: Les forges de la Batiscan, 1794-1813.

Référence
Janine Trépanier-Massicotte, Histoire de St-Stanislas, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1977.

14 No d'identification : 9978 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les forges de Ste-Geneviève ont existé de 1794 à 1813, à la rivière à la Lime.

(Voir E.-Z. Massicotte, Ste-Geneviève-de-Batiscan.)

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969.

15 No d'identification : 9980 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les forges l’Islet, situées à quelques distances de la rivière, doivent sans doute leur nom à l’ilot de pierre que nous avons sous les yeux. Elles furent fondées en 1857 par Monsieur Dupuis des Trois-Rivières, les messieurs McDougall en firent l’acquisition quand ils devinrent propriétaires des forges Saint-Maurice. Le fourneau fut éteint en 1876, et tous les travaux cessèrent en 1878. »

Référence
Napoléon Caron, Deux voyages sur le St-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889: 234.

16 No d'identification : 9986 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Cyprien Guillemette s’installera à Ste-Thècle après 1876 sur la berge du Lac Croche, où il construit une forge, des bâtiments pour la garde des chevaux des cultivateurs.

Il vendrait également des instruments aratoires, des charrues, des voitures, etc.

Ouvre en 1907 une piste de course de chevaux près de Ste-Thècle.

S’occupa de sa forge jusqu’en 1915.

Mort en 1930, à 75 ans.

Référence
Charles et Jean-René Marchand Magnan, Une ville du Nord, Ste-Thècle, cent ans d’histoire, 1874-1974, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1974.

17 No d'identification : 9990 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
1861: faute d’acheteurs, les Forges du St-Maurice furent achetées par la Couronne au prix de 7 200$. Elles sont alors vendues à Onésime Héroux pour 7 000$.

1862: Héroux garde la ferme et vend les forges à John McDougall et fils (27/01/1867) pour 1 700£.

1876: transféré à George McDougall.

1883: fin des activités.

Référence
Napoléon Caron, Deux voyages sur le St-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889: 273.

18 No d'identification : 9995 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le Mont-Carmel a fourni sa large part de matériaux en bois, en charbon, en minerai, pour alimenter les fourneaux de la Compagnie (des Vieilles Forges).

Sur l’ordre de Monsieur Bell, propriétaire des Forges, les érables de la montagne, si remarquables par leur quantité et leur grosseur, ont été abattus, convertis en charbon et transportés aux Forges par des chemins directs, vulgairement appelés chemins de bannes, ouverts dans ce but à travers les épaisses forêts.

Le minerai de fer, alors très abondant, a été aussi transporté de la même manière. »

Référence
David-Ovide Sicard De Carufel, Notes sur la paroisse de Notre-Dame-du-Mont-Carmel : Comté de Champlain, P.Q., Trois-Rivières, La Compagnie de Carufel, 1907: 22.

19 No d'identification : 9999 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« C’est une famille patriarcale que la famille McDougall.

Ils sont huit frères, tous hommes d’affaires et tirant sur la même corde avec un accord parfait. C’est à leur père, feu Monsieur John McDougall, qu’ils doivent cette organisation parfaite. Le magasin en ville, les magasins des Forges, l’exploitation des forges St-Maurice et des forges de l’Islet, tout cela fonctionne d’après la raison sociale de “John McDougall & sons”, comme si les fils voulaient encore que l’ombre de leur père protège leur union. »

Référence
Pierre Dupin, Anciens chantiers du St-Maurice, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1953: 181.

20 No d'identification : 10003 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Voir dossier de la Société des petites forges de St-Tite.


Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969: 171.

21 No d'identification : 10004 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Au-delà du village de Saint-Thimothée, les sources ferrugineuses du ruisseau Noir (Black Creek) allaient donner naissance aux petites forges de Saint-Tite (1865-1888) sur la Mékinac-du-Sud et à une industrie locale de charbon de bois. »

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969: 32.

22 No d'identification : 15240 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Voir la partie 5.1.1 « Les petites Forges de St-Tite. » Concessionnaires, évolution des forges...

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969: 184-191.

23 No d'identification : 15203 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On nous informe que les Messieurs Brunelle, marchands de cette ville, ont acheté dernièrement les forges de Monsieur Larue à St-Tite. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 janvier 1872): 2, col. 3.

24 No d'identification : 15202 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Il y a les forges Radnor que des raisons spéciales ont fait arrêter, et les nouvelles Forges que Monsieur A. Larue vient d’établir à St-Tite. »

Référence
Le Constitutionnel (18 octobre 1871).

25 No d'identification : 15205 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous apprenons avec regret que l’établissement des Forges de St-Tite appartenant à Monsieur Larue de cette ville a été détruit par un incendie dans le cours de la semaine dernière. Les pertes sont immenses.

Les pertes sont malheureusement loin d’être recouvertes par les assurances. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 avril 1872): 3, col. 4.