Thème : Industries et fabrications diverses
Index thématique -> Économie -> Industries -> Industries et fabrications diverses
1 No d'identification : 9889 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le Cap naquit pour ainsi dire lors de la première grande guerre avec la venue de deux industries importantes: La Tidewater Shipbuilders Co, chantier maritime qui devait disparaître quelques années plus tard, et la St-Maurice Paper Co. qui est devenue la Consolidated Paper Co. (branche du Cap). »

Référence
André Montgrain, Monographie économique du comté de Champlain, Thèse de licence (sciences commerciales), Montréal, École des Hautes Études Commerciales, 1944: 20.

2 No d'identification : 9890 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Notes sur quelques industries dans les comtés de Nicolet et d’Yamaska.

Référence
Le Constitutionnel (17 avril 1872): 2, col. 5-6.

3 No d'identification : 9891 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Deux articles font le point sur les nouvelles industries à Louiseville, Maskinongé.

Référence
Le Constitutionnel (6 novembre 1882): 3, col. 3.

4 No d'identification : 9892 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous avons eu plusieurs fois l’occasion de dire les progrès que fait chaque jour la jolie petite ville de Louiseville. Les industries de toutes sortes s’implantent dans ces parages, et si nous ne nous empressons pas de marcher de l’avant, Louiseville prendra bientôt le pas sur Trois-Rivières.

Nous avons ici des hôtels de première classe, il est vrai, Louiseville possède les siens qui ne laissent rien à désirer, tant sur le rapport du confortable, que sous celui de la qualité exquise de la table.

Parmi ceux-ci, nous signalerons l’Hôtel du Chemin de fer, tenu par Monsieur Charles Plante, et le “St-Léon Spring Hotel”, dont les propriétaires sont Messieurs Ravel et frère, qui rivalisent tous deux pour procurer au public, outre une pension de première classe, les amusements de la saison. »

Référence
Le Constitutionnel (5 février 1883): 3, col. 2.

5 No d'identification : 9893 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Louiseville augmente tous les jours en importance, et, pour peu qu’elle continue dans la voie du progrès qu’elle a inaugurée depuis quelque temps, nous ne pourrons qu’envier son sort. Outre un grand nombre de résidences privées, Louiseville comptera bientôt une manufacture de laine qui sera établie dans l’étage supérieur de la bâtisse de Messieurs O. et A. Desrosiers. Une briqueterie que Monsieur G. Caron et P. Béland sont à installer près de la gare du chemin de fer du Nord: une fonderie nouvelle à quelques pas, propriété de Messieurs Blais et frères. L’ancien palais de justice de cette localité est en voie de réparations, où seront posés les appareils de la nouvelle bâtisse. »

Référence
Le Constitutionnel (2 avril 1883): 3, col. 1-2.

6 No d'identification : 9894 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
L’ère des développements industriels vient de s’ouvrir sur la rive nord du St-Laurent.

Référence
«Une ruche ouvrière; dans la région de Shawenegan», Le Trifluvien (9 février 1900): 2, col. 3-4.

7 No d'identification : 9895 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le journal décrit brièvement les activités industrielles qui ont lieu à La Tuque, bien desservie par le chemin de fer et les voies fluviales.

Référence
Le Bien Public (14 juin 1910): 6, col. 3-4.

8 No d'identification : 9896 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Suite du rapport de l’ingénieur Lefebvre sur les travaux faits par le gouvernement dans la région de la Mauricie. On parle ici du revenu des industries que rapporte ce district.

Référence
Le Bien Public (29 novembre 1910): 4, col. 4.

9 No d'identification : 9897 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Voir: situation générale de l’industrie à Shawinigan Falls.

Référence
Shawinigan Falls Review, 1, 24 (15 août 1921): 1 à 10.

10 No d'identification : 9898 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dans un article sur l’essor industriel de la ville de Shawinigan, on mentionne, entre autres, les industries de pâte et papier.

Référence
Le Nouvelliste (21 août 1926): 17, col. 1-5.

11 No d'identification : 10063 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
La « Canadian Aloxite », une filiale de la compagnie « Carborundum », vient s’établir à Shawinigan Falls.

Référence
«L’industrie à Shawinigan Falls: Nouvelle usine», L’écho du St-Maurice (12 juillet 1917): 1, col. 1-4.

12 No d'identification : 10064 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Explosion à la compagnie Electro Products, plusieurs ouvriers ont perdu la vie. Le Bien Public donne un résumé de l’événement et de l’enquête en cours.

Référence
«Shawinigan Falls», Le Bien Public (12 décembre 1918): 4, col. 4-5.

13 No d'identification : 10065 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« A le plaisir d’annoncer qu’il vient d’obtenir une patente pour une nouvelle invention du registre ou régulateur pour les poêles, supérieur à tous ceux qui existent aujourd’hui. Au moyen de ce régulateur, on économise le bois pour la cinquième partie de la dépense ordinaire, suivant la confection des poêles ou des tuyaux, tout en obtenant plus de chaleur. On tient plus facilement les tuyaux nets, ce que ces régulateurs ne laissent de passage que pour la fumée. Ils sont un préservatif contre le feu, en empêchant la flamme du poêle de monter dans le tuyau pour se communiquer aux cheminées, ce qui est d’un grand avantage lorsque le vent souffle avec violence. Monsieur Daigneault aura un agent en cette ville, chargé de les poser.

Le prix de 75 centins à 1$, suivant la grandeur des registres.

Les Trois-Rivières 6 octobre 1865. »

Référence
«Registres pour les poêles, Monsieur Jérémie Daigneault de Roxton Pond», Le Journal des Trois-Rivières (10 octobre 1865): 3, col. 4.

14 No d'identification : 10066 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On a fait hier le premier essai de l’engin de la nouvelle moulerie de Messieur A. Larue et Cie, située en cette ville près du moulin des Américains. Ce vaste établissement, preuve de l’infatigable énergie de ses constructeurs, a, nous a-t-on dit, 100 pieds de long sur 60 de large et est estimé à près de 25 000$. Le manque d’espace nous empêche d’en dire plus long sur ce numéro. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 décembre 1865): 3, col. 2.

15 No d'identification : 10067 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous apprenons avec plaisir que Monsieur V.E.A. Theroux, d’Arthabaskaville, a obtenu licence pour une manufacture de tabac haché, en outre de la manufacture de cigares que possède déjà Monsieur Theroux. Nous félicitons ce Monsieur et lui souhaitons du succès dans cette entreprise nouvelle. »

Référence
Le Clairon (25 avril 1884): 3, col. 1.

16 No d'identification : 10068 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Nous apprenons avec plaisir que la manufacture de machines à battre et d’instruments aratoires de Messieurs O. Bergeron et frère de St-Grégoire est depuis assez longtemps déjà en pleine activité. Les cultivateurs qui ont besoin de bonnes machines à battre le grain peuvent s’adresser dès maintenant à Messieur Bergeron et frères; leurs commandes seront exécutées avec le plus grand soin et à la date désirée.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (31 juillet 1884): 2, col. 5.

17 No d'identification : 10069 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Monsieur Auguste Desrosiers, facteur d’orgues de Louiseville, a obtenu du gouvernement fédéral le contrat pour la confection d’un orgue de 20 registres, pour la chapelle du Pénitencier de St-Vincent-de-Paul. Monsieur Desrosiers est aussi à construire un orgue de 30 registres pour la fabrique de la paroisse de Valleyfield. Quant à celui qu’il a construit pour St-Célestin, il sera posé dans l’église de cette paroisse dans le cours de la semaine. C’est aussi un splendide instrument.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (6 juillet 1885): 3, col. 1.

18 No d'identification : 10070 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On exploite depuis quelque temps au Cap-de-la-Madeleine, dans la concession de St-Malo, une couche de terrain contenant de la peinture de première qualité. Les expériences faites jusqu’à ce jour ont été si favorables que les manufactures, de riches industries de Montréal, sont, paraît-il, décidées de pousser l’exploitation sur une vaste échelle. La couche de terrain exploitée parait inépuisable à raison de son étendue et de sa profondeur. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (7 novembre 1887): 2, col. 5.

19 No d'identification : 10072 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Hier matin, un incendie a détruit la nouvelle manufacture de peinture établie au Cap-de-la-Madeleine.

Tous les bâtiments et les fourneaux qui étaient très dispendieux ont été dévastés par les flammes. Les pertes doivent être considérables. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 juillet 1888): 2, col. 4.

20 No d'identification : 10073 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Annonce de la fermeture de la manufacture de bobines de la rivière aux Écorces à St-Alexis-des-Monts.

Référence
Le Bien Public (22 novembre 1910): 2, col. 3-4.

21 No d'identification : 10005 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« En mars 1911, un jalon de l’industrie secondaire est posé par Charles Levack. Ce dernier organise la compagnie Beaver Stove, une fabrique de poêles. Il avait obtenu, pour l’implantation de son commerce, une exemption de taxes pour une durée de 20 ans et une contribution municipale de 6 000$.

Cependant, en août 1914, la compagnie, source d’emploi assez considérable pour la ville, est détruite par l’incendie. C’est alors que la ville garantit ou cautionne un emprunt de 8 000$ remboursable en 5 ans à 7%. La compagnie, pour ce fait, doit effectuer une hypothèque. »

Activité industrielle après la 1ère guerre aux pages 139-140.

Référence
Philippe Deschamps, La grand-mère se raconte: Dossier de travail, l’historique de Grand-Mère, Grand-Mère, Perspectives-Jeunesse, 1973: 139.

22 No d'identification : 14891 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Dans notre district, dans la paroisse de Champlain, on est aussi activement à l’oeuvre. Une compagnie s’est formée pour exploiter dans cette paroisse une tourbière de 2 000 arpents en superficie. Monsieur Dufresne, M.D. en est l’actif et zélé agent. On a confectionné jusqu’aujourd’hui 1 000 tonnes, et les expériences que l’on a faites sont de nature à donner le plus grand encouragement.

On a chauffé aux tanneries de M. Richardson dans la paroisse de St-Luc un engin de 40 forces pendant l’espace de six heures avec une tonne et demie. Le “Castor”, bateau de M. B. Vigneault, a fait le trajet de Champlain aux Trois-Rivières avec deux tonnes, et M. Vigneault nous a dit qu’il préférait de beaucoup ce combustible au bois. Un bâtiment chargé de 150 tonnes a dû partir ces jours derniers pour Montréal.

Les opérations de l’année prochaine seront beaucoup plus considérables. On se propose d’en confectionner 100 000 tonnes.
[...]
Les qualités supérieures de ce combustible sont maintenant constatées d’une manière indubitable même pour les usages domestiques. Il faut donc, puisque c’est là une source de grande richesse pour notre pays, seconder les efforts de ceux qui ont pris l’initiative dans cette exploitation et qui n’ont pas craint d’y risquer les premiers des capitaux considérables. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (9 juillet 1867): 2, col. 1.

23 No d'identification : 15612 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On y remarque plusieurs assez bons pouvoirs d’eau. Il y a une manufacture de moulins à battre appartenant à Monsieur Frs Trudel. Le sol, dans cette paroisse (St-Narcisse), est généralement bon, bien qu’accidenté par les Laurentides en certains endroits. Il y a encore beaucoup de terres à coloniser dans cette paroisse. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (15 mars 1875): 1, col. 5.

24 No d'identification : 15618 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous apprenons que le major O.I. Bergeon, propriétaire de la manufacture d’instruments aratoires de St-Grégoire, vient d’accepter la direction d’un grand établissement industriel du même genre, qui vient d’être érigé à Drummondville.

Il laissera à St-Grégoire un agent pour continuer à vendre des instruments d’agriculture.

Quant à l’outillage de sa manufacture, c’est la nouvelle compagnie de Drummondville qui en a fait l’acquisition. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 juin 1889): 3, col. 1.

25 No d'identification : 15616 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dans quelques semaines, l’établissement de la Fabrique d’instruments aratoires et de machines à battre de Monsieur O.I. Bergeron de St-Grégoire sera complétée par une fonderie qui produira non seulement les articles nécessaires pour la fabrique des moulins et machines à battre mais encore une foule d’objets utiles aux cultivateurs. Tout le monde peut constater que Monsieur Bergeron a fait preuve d’une rare activité et d’un esprit d’entreprise qui lui fait le plus grand honneur, surtout à la suite des lourdes pertes qu’il a subies par l’incendie de l’été dernier.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (2 octobre 1884): 2, col. 4.