1 No d'identification : 10158 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Moulin à bardeaux à vendre: Monsieur Louis Beauchemin de Châtillon, St-Zéphirin offre à la vente ses moulins à bardeaux situés à cet endroit. Ces moulins sembleraient être munis d’équipements techniques assez modernes.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 mai 1873): 4, col. 1.

2 No d'identification : 10159 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Intégral et complet :
« On trouvera constamment à l’office de Dr Dame, Rivière-du-Loup en haut, tous les appareils de chirurgie les plus variés.

Les médecins pourront en outre y faire faire à ordre soit en bois ou en [...] toute espèce d’appareil pour fracture, dislocations et autres cas du même genre.

Dr A. Dame. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 octobre 1875): 3, col. 3.

3 No d'identification : 10161 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
St-Tite.
Intégral (11 lignes sur 1/2 colonne)
« Grâce à son travail assidu, son énergie et sa persévérance, Monsieur Béland a acquis toutes les connaissances requises chez un bon opticien et nous espérons que nos bonnes gens de St-Tite, aussi bien que celles des paroisses environnantes, sauront donner tout l’encouragement auquel Monsieur Béland a certainement droit, au lieu d’encourager les juifs à Casette qui, tout en nous “carottant” passablement, sont un danger extrême pour notre ville, car la moitié, sinon tous, ne connaissent pas l’optique. »

Référence
Le Bien Public (14 mai 1914): 2, col. 3.

4 No d'identification : 10162 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
St-Jacques-des-Piles en 1935: « Ce village situé à la tête de la chute des Piles, sur la frontière même des vastes solitudes que l’on appelle les terres du Haut-St-Maurice, est, avec la paroisse de Ste-Thècle, le dernier établissement de la partie organisée en municipalité du comté de Champlain.

On y arrive maintenant par le chemin de fer des Piles dont il est le terminus. [...] Ce village a surgi comme par enchantement avec la construction du chemin des Piles, est déjà florissant et compte une population de près de 300 âmes.

[...] Il y a deux grandes scieries qui fabriquent une énorme quantité de madriers et autres bois de commerce, plusieurs magasins et deux bonnes maisons de pension. [...] [il est] comme un vaste entrepôt où se trouveront réunis tous les bois faits sur le St-Maurice et ses tributaires, pour être dirigés ensuite vers leurs diverses destinations, soit par chemin de fer, soit par eau [...] il s’y fait déjà un commerce considérable qui ne peut qu’augmenter; avant de longues années, on pourrait y trouver une ville florissante et populeuse [...] »

Référence
Le Nouvelliste (31 juillet 1935): 10, col. 4-6.

5 No d'identification : 10163 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
14 lignes
On raconte les débuts du commerce à Grand-Mère à partir de 1894, qui se confondent avec ceux du magasin de la compagnie Laurentide Pulp.

Référence
Philippe Deschamps, La grand-mère se raconte: Dossier de travail, l’historique de Grand-Mère, Grand-Mère, Perspectives-Jeunesse, 1973: 106.

6 No d'identification : 15212 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
St-Tite: Sperat L’heureux: Magasin (a droit de tenir un commerce).

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (13 mars 1884): 3, col. 1.