Thème : Santé
Index thématique -> Santé
1 No d'identification : 4710 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Conseils pour préserver le laboureur d’imprudences qui pourraient lui occasionner des maladies (flexions de poitrine, des rhumatismes aigus).

Référence
«Hygiène du cultivateur», Le Bien Public (18 janvier 1917): 5, col. 2.

2 No d'identification : 4713 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Injonction.

La Laurentide Company a fait signifier ces jours derniers à la ville de Grand-Mère une injonction enjoignant à celle-ci d’avoir à faire disparaître un foyer de pestilence qui existe depuis longtemps déjà sur certains terrains appartenant à la compagnie, en arrière du Collège. Certains égouts de la ville déchargent dans le ravin qui existe à cet endroit au lieu de se rendre directement à la rivière. Le conseil a décidé hier soir de faire exécuter les travaux nécessaires et protéger la santé publique. »

Référence
L’écho du St-Maurice (30 août 1917): 6, col. 2-3.

3 No d'identification : 4714 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Réglementation concernant la distribution du lait à Shawinigan Falls.

Référence
Shawinigan Falls Review, 2, 3 (30 septembre 1921): 1-8.

4 No d'identification : 4715 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Notre attention a été attirée sur le fait que certaines personnes vident des crachoirs dans les ruelles, et nous ne saurions assez protester contre cette habitude très malpropre. Quand donc ces gens comprendront-ils qu’un des plus grands dangers pour la santé des enfants ainsi que des adultes provient des mouches qui se déposent sur ces ordures et des crachats et qui, en s’introduisant ensuite dans la maison, transmettent les germes des maladies les plus graves? Les crachoirs doivent être vidés dans les latrines non pas en plein air, et ensuite être convenablement désinfectés. Nous invitons donc ces personnes à observer les règles les plus élémentaires de l’hygiène. »

Référence
Shawinigan Falls Review, 1, 18 (15 mai 1921): 28.

5 No d'identification : 4719 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Lettre de C. Chiniquy, prêtre contre les auberges.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 avril 1850): 2, col. 1-2.

6 No d'identification : 4721 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Monsieur le rédacteur,

Dans un article publié dans votre journal du 20 courant au sujet de l’abolition de la vente des liqueurs spiritueuses, et dans lequel vous faites avec raison l’éloge des hommes vraiment patriotiques qui ont pris l’initiative pour arrêter la vente de ces boissons, le plus souvent falsifiées, que l’on a débitées à profusion surtout depuis quelques années et qui ont causé tant de malheurs dans notre beau pays, vous citez le comté d’Arthabaska comme ayant prohibé la vente des boissons et vous dites “qu’à Champlain et à St-Barnabé la même chose a lieu”. Permettez-moi de vous faire remarquer que, dans le comté de Champlain, non seulement la paroisse de Champlain a noblement fait son devoir, mais aussi toutes les autres paroisses de ce beau et populeux comté, puisque le conseil municipal de ce comté a passé un règlement prohibant la vente des liqueurs spiritueuses dans toutes les paroisses qui le composent. Je tiens à vous faire connaître la chose, car les efforts que fait notre digne clergé, soutenu des hommes qui ont vraiment à coeur le bien de notre pays, pour arrêter le progrès de l’intempérance, ne peuvent jamais être trop connus du public.

Vous devez nous rappeler que je vous ai informé avant ce jour de cette noble décision de notre conseil du comté de Champlain, car je vous ai envoyé une note à ce sujet aussitôt qu’elle a eu lieu.

Je suis, Monsieur le rédacteur, votre, etc. R. Trudel. »

25 avril 1886

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 avril 1866): 3, col. 3.

7 No d'identification : 4726 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Adresse du juge aux jurés, le juge s’indigne devant les « fléaux » que sont l’alcoolisme et le vagabondage.

Référence
«Cour criminelle», Le Journal des Trois-Rivières (8 mai 1866): 3, col. 2-4.

8 No d'identification : 4727 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Décès de François Prince de St-Grégoire.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (31 mars 1868): 2, col. 3.

9 No d'identification : 4728 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
À St-Zéphirin-de-Courval, les inspecteurs du revenu de Montréal ont trouvé dans un moulin à scie une distillerie où vingt minots de grains étaient en fermentation.

Référence
Le Constitutionnel, 2, 61 (27 octobre 1869): 2, col. 5.

10 No d'identification : 4729 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Devant J. M. Désilets, écuyer, magistrat du district, mardi le 1er juillet 1873.

George Courteau ivresse, 1,00$ et les frais ou 15 jours de prison.

Joseph Gagnon, ivresse, 1,00$ et les frais ou 15 jours de prison.

Référence
Le Constitutionnel (7 juillet 1873): 2, col. 3.

11 No d'identification : 4731 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On nous écrit de Nicolet :

Nous croyons savoir que dans tout le comté de Nicolet, la ville de Nicolet exceptée, il n’y a pas une seule licence d’hôtel accordée. Le fait est tellement beau, que nous n’hésitons pas à le donner en exemple aux comtés avoisinants. Il coïncide de plus avec une réelle prospérité financière dans la classe agricole. Toutes les influences, celle de notre digne clergé unie à celle de ceux qui tiennent à conserver nos bonnes populations dans les habitudes d’ordre de morale et de sobriété qui fait la force de la race canadienne, s’unissent pour extirper le germe hideux de l’intempérance.

Les résultats dans ce moment sont des plus encourageants. »

Référence
«Courriers Nicolet», Le Bien Public (9 juillet 1909): 1, col. 5.

12 No d'identification : 4732 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
L’auteur critique les échevins parce qu’ils n’ont pas exigé le plein montant de l’amende infligée à trois hôteliers qui sont coupables selon lui de jeter dans le vice et le déshonneur leurs semblables.

Référence
«Courriers Shawinigan», Le Bien Public (10 août 1909): 4, col. 4.

13 No d'identification : 4734 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le 31 du mois de janvier dernier, il s’est tenu une assemblée publique des électeurs municipaux de cette paroisse dans le but d’approuver ou de désapprouver un règlement prohibant la vente de liqueurs enivrantes dans les limites de la municipalité. Un grand nombre d’électeurs se sont présentés pour voter et personne ne s’est prononcé contre le dit règlement, ce qui dénote que tous ont compris l’importance de la chose. Il va sans dire que ce n’est pas très agréable pour les colporteurs qui venaient distribuer leur poison dans la paroisse. »

Référence
«Courriers St-Adelphe», Le Bien Public (4 février 1910): 5, col. 1.

14 No d'identification : 4735 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les disciples de Bacchus travaillent maintenant à la sourdine, aujourd’hui que la tempérance est établie partout. Ils cherchent à faire élire des candidats qui favoriseront la licence ou qui laisseront bien tranquille un certain godelureau vendre de la boisson sans licence. Et pour gagner son élection, on cabale, on fait des promesses aux uns, on menace les autres, on fait pis, on tient une petite cantine où coule à profusion le whisky dans le but d’acheter les voleurs ivrognes qui finissent par se battre, blasphèment et causent du désordre dans le village.

Si par ces moyens diaboliques on réussit à gagner son élection, on prend encore un coup, on se félicite du travail accompli, sans songer qu’on a travaillé pour le diable, en prenant des moyens injustes.

Nous avons eu ici nos luttes, elles ont été rudes parfois mais depuis les recommandations répétées de notre curé, nous faisons maintenant nos élections dans le calme, nous fraternisons davantage et nous sommes plus contents et plus heureux. »

Référence
«Saint-Roch-de-Mékinac», Le Bien Public (24 janvier 1911): 2, col. 1.

15 No d'identification : 4737 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les fêtes du jour de l’An se sont passées absolument sans désordre. La tempérance a fait disparaître complètement toutes les peines pénibles que nous étions exposés à voir autrefois. Et l’on peut dire que la traite est morte à Maskinongé. Les gâteaux et les bonbons l’ont remplacée avantageusement et personne ne songe à retourner à l’ancienne “centesme” si pénible et si funeste. »

Référence
«Courrier de Maskinongé», Le Bien Public (24 janvier 1911): 2, col. 6.

16 No d'identification : 4742 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
L’article signé Joseph Barnard éditeur du Bien Public traite de la tempérance. Le prétexte est un événement anodin, soit le refus du conseil de ville de La Tuque d’accorder une licence à quatre buvetiers.

Référence
Le Bien Public (26 mars 1914): 1, col. 1.

17 No d'identification : 4743 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Prouxville :

« Nous sommes bien éloignés des villes mais cela n’empêche pas que l’alcool fait de plus en plus ses ravages. Combien de nos chers jeunes gens, s’ils le voulaient, auraient je pourrais dire une fortune, un nom. Mais non, l’amour de l’alcool les entraîne, les déshonore pour la vie sans qu’ils s’en rendent compte eux-mêmes. Malheur à celles qui donneront leur coeur à de pareils étourdis car elles formeront des foyers de discorde, de malheurs et de peines, et pleureront leur vie de célibat. »

Référence
«Contre l’alcool», Le Bien Public (1 octobre 1914): 6, col. 4.

18 No d'identification : 4745 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Il appert que la question de la prohibition intéresse beaucoup les esprits. C’est tout naturel après les courageux verdicts de Shawinigan et de Grand-Mère. Seulement nous sommes à la veille d’élections municipales. Il ne faut pas amener en cette trop dangereuse galère la belle cause de la prohibition. Ce serait la compromettre à tout jamais. À ce moment, il y aura trop d’acrimonie, de stériles disputes, trop d’animosités politiques en éveil. Au reste ce ne sont pas les échevins présents ou futurs qui se prononceront sur l’affaire, mais le peuple. »

Référence
«Pas dans cette galère», Le Bien Public (17 juin 1915): 8, col. 3.

19 No d'identification : 4749 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La prohibition complète pour la vente des liqueurs alcooliques vient d’être votée par nos bonnes gens. Sur 240 voteurs inscrits sur le poll, 550 ont donné leur vote tout en faveur de la prohibition, pas un seul vote n’a été enregistré contre. C’est un franc succès dont les citoyens de notre ville ont raison d’être fiers. »

Référence
«St-Tite», Le Bien Public (19 août 1915): 6, col. 4.

20 No d'identification : 4752 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Dans la quantité énorme d’effets transportés par voiture, de St-Félix-de-Valois à la Mattawinie, il est rumeur qu’on y glisse en contrebande des tonnes de whisky ou d’alcool pur. C’est surtout à l’occasion des fêtes. Malgré la loi sévère de tempérance, on trouve toujours moyen de l’éluder. Le démon des boissons alcooliques règne encore dans nos parages. Avis aux officiers du fisc. »

Référence
«Saint-Ignace du Lac», Le Bien Public (16 janvier 1919): 6, col. 4.

21 No d'identification : 4769 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous apprenons avec plaisir que la variole qui menaçait de faire de nombreuses victimes à St-Grégoire, disparaît graduellement de la localité. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (12 juillet 1877): 3, col. 1.

22 No d'identification : 4753 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous apprenons que des fièvres très malignes font de grands ravages dans les familles de St-Guillaume. Dans une famille, quatre personnes sont mortes. Un jeune homme venant des États-Unis a apporté le germe de cette maladie qui a fait quatre victimes dans sa famille et s’est propagée considérablement. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 octobre 1867): 3, col. 1.

23 No d'identification : 4755 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On nous apprend que la petite vérole fait de grands ravages à St-Guillaume, St-Françcois et St-Pie. En cette ville, elle ne fait pas encore de progrès alarmants. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 janvier 1875): 3, col. 1.

24 No d'identification : 4757 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Dans le comté de Nicolet, la petite vérole fait des ravages aussi, mais pas dans une proportion aussi grande que dans le comté d’Yamaska. À Nicolet, l’on compte une vingtaine de personnes atteintes de ce mal, entr’autres le révérend Monsieur E. Blais, vicaire, qui a été victime de son zèle à secourir les variolés. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 janvier 1875): 3, col. 1.

25 No d'identification : 4760 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La petite vérole fait de sérieux ravages dans plusieurs paroisses du comté d’Yamaska. À St-Guillaume d’Upton, à St-David, à St-Pie de Guire surtout les victimes de ce fléau sont nombreuses. Dans la paroisse de St-Pie, trente personnes sont mortes dans l’espace de quelques jours. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 janvier 1875): 3, col. 1.