Thème : Hydrologie
Index thématique -> Milieu physique -> Hydrologie
1 No d'identification : 4866 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le “Glacial” a peine à faire ses travaux avec toute la glace qui passe. Il n’arrive même [pas] à [...] transporter la malle, dit-on, certain pour de plus grands dangers. »

Référence
Le Bien Public (25 mars 1910): 6, col. 2.

2 No d'identification : 4865 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Inondation dans le district des Trois-Rivières. Un vrai désastre.

Référence
«L’inondation», Le Trifluvien (24 avril 1896): 3, col. 1-5.

3 No d'identification : 4863 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La débâcle s’est opérée comme en printemps ces jours derniers et les communications avec la rive sud ont été complètement empêchées. »

Référence
L’indépendance canadienne (4 janvier 1896): 3, col. 2.

4 No d'identification : 4861 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« L’eau est montée considérablement depuis deux jours. Le carré et la rue de la Fosse et une partie (à Jo) du marché à foin sont inondés. »

Référence
Le Trifluvien (6 avril 1890): 3, col. 4.

5 No d'identification : 4860 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’eau n’a guère baissé depuis lundi à raison des fortes marées du plein de la lune. Le tiers de la ville est encore inondé ainsi que toute la plaine de la banlieue.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 avril 1885): 2, col. 2.

6 No d'identification : 4857 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’article fait le point sur l’inondation (qui est pratiquement terminée).

Référence
Le Clairon (22 avril 1884): 2, col. 1-4.

7 No d'identification : 4854 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le Clairon fait le point sur les derniers développements de l’inondation à Trois-Rivières.

Référence
Le Clairon (19 avril 1884): 2, col. 2-3.

8 No d'identification : 4853 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Dans cet article, Le Clairon décrit l’état de l’inondation dans la ville de Trois-Rivières.

Référence
Le Clairon (18 avril 1884): 2, col. 1-2.

9 No d'identification : 4851 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La couche d’eau qui envahissait les rues de Trois-Rivières est maintenant disparue. Les dégâts enregistrés sont relativement légers.

Référence
La Concorde (30 avril 1883): 3, col. 1.

10 No d'identification : 4850 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Importante inondation à Trois-Rivières.

Référence
La Concorde (27 avril 1883): 2, col. 7.

11 No d'identification : 4848 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’eau monte toujours graduellement. Le quartier St-Philippe est inondé ainsi qu’une grande partie de la banlieue. L’inondation menace de prendre des proportions alarmantes si la débâcle tarde encore quelques jours au Richelieu. Tous les quais sont sous l‘eau.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (26 avril 1883): 3, col. 1.

12 No d'identification : 4847 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Inondation dans la partie basse de la ville de Trois-Rivières.

Référence
La Concorde (25 avril 1883): 2, col. 6.

13 No d'identification : 4846 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Sources des inondations annuelles et façon de les prévenir et de les éviter.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (8 janvier 1880): 2, col. 2.

14 No d'identification : 4843 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Les eaux du St-Maurice sont gonflées comme on ne se rappelle pas les avoir jamais vues. Le niveau de l’eau est de treize pouces plus haut qu’en 1874. On rapporte que les scieries de MM. Baptist et Co. aux Grès sont en danger d’être emportées et que déjà une grange est descendue à la dérive [...]. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 mars 1879): 3, col. 1.

15 No d'identification : 4842 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le réservoir de l’aqueduc est complètement submergé depuis lundi, la distribution de l’eau pour la ville est presque complètement arrêtée. Les eaux du St-Maurice sont devenues dangereuses par la rapidité du courant et comme elles ne peuvent plus être filtrées avant d’entrer dans les pompes, celles-ci ne peuvent plus fonctionner à cause de la quantité de tenue qui se trouve mêlée à l’eau. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 mai 1879): 3, col. 1.

16 No d'identification : 4816 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La débâcle du fleuve a commencé avant hier, 22 avril, mais presque tout de suite une immense banquise de glace frappant sur les nouveaux brise-glace placés en haut de la ville a tourné sur elle-même et est venue causer des dégâts considérables sur nos quais. Le quai de M. Dean a souffert des dommages, ainsi que le quai de Farmer, le quai de M. Reynar et les quais de MM. Ross Ritchie & Co. En un mot, il n’y a à peu près que le quai de la compagnie du Richelieu qui soit resté sauf. Chose singulière, cette banquise a barré le fleuve devant la ville et elle n’est partie qu’hier soir. Depuis sept heures, hier soir, le fleuve charroie de la glace en immense quantité. La navigation sera probablement ouverte demain ou après-demain. L’eau n’est pas haute pour la saison. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (24 avril 1879): 3, col. 1.

17 No d'identification : 4814 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« MM. J.B. Normand, de Trois-Rivières, Dickinson, de Toronto, et C.L. Armstrong, de Sorel, sont nommés, par le gouverneur fédéral, commissaires pour étudier la cause des inondations entre Montréal et Québec, avec instruction de visiter les diverses localités et de faire rapport au plus tôt. »

Référence
Le Constitutionnel (13 octobre 1873): 2, col. 3.

18 No d'identification : 4813 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La glace du St-Pierre a passé devant notre ville sans que nous en ayons connaissance. On s’informait encore de la glace du lac que déjà elle était bien loin. Elle a fondu presque complètement sur le lieu de sa naissance. Nous en avons eu bien peur, cependant, et pourrons dire que nous l’avons échappé belle. »

« L’inondation est terminée. L’eau a baissé de trois pieds au moins depuis lundi. »

Référence
Le Constitutionnel (30 avril 1873): 2, col. 4.

19 No d'identification : 4812 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« L’eau monte toujours. Encore vingt pouces de plus, elle atteindra le niveau de la grande inondation de 1865. L’inondation s’avance par toutes les rues. La voilà près de pénétrer sur la place du marché. Dans la petite rue Craig, l’eau bat le pied du mur de notre bureau. Le fleuve est libre de glace depuis en bas de Ste-Anne jusqu’à la Pointe du Lac. Mais la glace du lac St-Pierre n’est pas encore partie. Hier elle tenait encore ferme à la Pointe du Lac [...]. »

Référence
Le Constitutionnel (25 avril 1873): 2, col. 4.

20 No d'identification : 4809 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Inondation et débâcle aux Trois-Rivières.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 avril 1873): 2, col. 5.

21 No d'identification : 4808 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le fleuve » (danger d’inondation, descente des glaces, etc.).

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 avril 1867): 2, col. 4.

22 No d'identification : 4807 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Rapport du comité chargé de s’enquérir des causes de l’inondation du 12 avril dernier. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 septembre 1865): 2-3, col. 1-5.

23 No d'identification : 4805 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Assemblée publique » (Les causes probables de l’inondation et les moyens pour la prévenir).

« L’inondation et les moyens de la prévenir » (causes, effets, etc.).

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 août 1865): 3, col. 2.

24 No d'identification : 4802 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Dans notre dernier numéro, nous parlions de malheurs causés par le feu. Aujourd’hui, nous avons mentionné les dégâts occasionnés par la glace et l’eau. À l’heure qu’il est, une partie des Trois-Rivières est inondée et l’eau a atteint une si grande hauteur que grand nombre de familles du bas de la cité, mais surtout dans les rues Notre-Dame et de la Commune, jusqu’à notre établissement, ont été obligées d’être assez hospitalières pour céder leurs maisons armes et bagages. Les dommages en question ne sont cependant que partiels, mais si la débâcle du lac venait à prendre, nous craindrions d’avoir de plus grands désastres à enregistrer.

Référence
L’Ère Nouvelle, 36 (23 avril 1863): 2, col. 3.