Thème : Terrasse Turcotte, boulevard Turcotte
Index thématique -> Développement de la ville -> Terrasse Turcotte, boulevard Turcotte
1 No d'identification : 5618 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Au milieu des années 50, la corporation des ports nationaux construit un immense hangar face à la terrasse Turcotte.

Référence
Le Nouvelliste (21 avril 1953).

2 No d'identification : 5616 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
En 1929, la commission du havre fait construire de vastes entrepôts à l’est du boulevard Turcotte.

Référence
Le Nouvelliste (18 avril 1953).

3 No d'identification : 5614 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Construction de la maison de J.E. Turcotte sur le boulevard Turcotte en 1805.

1880 : Alex Baptist se porte acquéreur de la maison et y ajoute deux ailes.
1922 : La famille Baptist vend la maison à P. Breaky qui la revend l’année suivante de
C.R. Whitehead.
1945 : J.A. Mongrain achète l’immeuble et le transforme en hôtel. Le château Normandie.

Référence
Le Nouvelliste (31 décembre 1945).

4 No d'identification : 5612 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le 3 mai 1898, la Cité fait marché avec M. C.K. Ogden (propriété actuelle de P.E. Panneton), veuve John Baptist et Alex Baptist pour élargir à 12 pieds le trottoir du boulevard Turcotte. Le trottoir allait de la rue St-François Xavier à la rue des Casernes et descendait jusqu’à la rue du Platon. Ce trottoir fut détruit par l’incendie de 1908. »

Référence
Le Nouvelliste (3 septembre 1942): 3.

5 No d'identification : 5611 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
En janvier 1861, J.E. Turcotte cède au conseil municipal la rue située à l’avant de sa résidence.

Référence
Le Nouvelliste (3 septembre 1942): 3.

6 No d'identification : 5609 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Après l’incendie de 1908, la Ville achète de Alexander Baptist et de Mde veuve de Alexander Baptist une bande de terrain pour construire un trottoir de béton de 24 pieds de largeur terminé en novembre 1911.

Référence
Le Nouvelliste (3 septembre 1942): 3.

7 No d'identification : 5608 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le 12 mai 1870, la Compagnie du Richelieu, propriétaire des hangars sous le boulevard Turcotte, autorise le conseil à se servir des murs de ses hangars pour soutenir un nouveau pontage destiné à la promenade.

Référence
Le Nouvelliste (3 septembre 1942): 2.

8 No d'identification : 5605 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La partie de la terrasse qui peut dès à présent servir de promenade au public semble abandonnée à son sort par la corporation. La neige n’est pas enlevée. Nous nous demandons pourquoi. »

Référence
Le Bien Public (16 décembre 1910): 1, col. 3.

9 No d'identification : 5604 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Les travaux du boulevard sont commencés et paraissent pousser avec une activité qui ne manque pas de réjouir le public. Et c’est bien avec raison qu’on a hâte de jouir de ce beau point de vue de cette magnifique promenade, qui sera plus grande qu’auparavant, plus moderne, et qui figurera bien comme une des propriétés remarquables de notre cité. »

Référence
Le Bien Public (2 août 1910): 6, col. 1.

10 No d'identification : 5602 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal fait valoir la nécessité d’améliorations de la terrasse et au boulevard près du fleuve.

Référence
Le Bien Public (19 avril 1910): 1, col. 1.

11 No d'identification : 5600 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Les résidents du boulevard Turcotte ont demandé que le déchargement du charbon de la Dominion Coal ne se fasse plus en face du boulevard pour conserver à cet endroit son aspect enchanteur.

Référence
Le Bien Public (25 juin 1909): 1, col. 3.

12 No d'identification : 5597 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Des négociations sont entamées par la corporation auprès de la Compagnie du Richelieu, pour acheter la partie de terrain de terrain possédée par cette compagnie et qui forme la côte du boulevard. L’intention serait de ponter cette partie et d’en faire une montée à l’usage du public, elle continuerait la promenade du boulevard. C’est une amélioration qui s’impose, surtout si le gouvernement fédéral met à exécution le projet d’enjoliver jusqu’à cette côte le parc du Platon. »

Référence
Le Nouveau Trois-Rivières (24 septembre 1908): 4, col. 5.

13 No d'identification : 5596 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Fin d’importants travaux de rénovations à la terrasse Turcotte.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 juillet 1898.

14 No d'identification : 5595 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous suggère d’attirer l’attestation du conseil de ville sur l’état désastreux dans lequel se trouve notre boulevard, surtout la clôture qui est dans le plus grand abandon. »

Référence
L’indépendance canadienne (9 novembre 1895): 3, col. 3.

15 No d'identification : 5594 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Mardi matin jour de la fête des arbres, Son Honneur le maire et les échevins se sont rendus sur le Platon pour assister à la plantation d’un grand nombre d’arbres d’ornement. Plus de 150 arbres ont été plantés par ordre de la corporation.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 mai 1885): 2, col. 4.

16 No d'identification : 5593 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Cela ne plaiderait pas beaucoup en notre faveur, si le seul lieu de promenade (boulevard Turcotte) que nous possédons était dans un mauvais état.
Dans le reste de l’article, Le Clairon demande qu’il soit réparé pour les fêtes du 250e anniversaire des Trois-Rivières.

Référence
Le Clairon (28 juin 1884): 2, col. 4.

17 No d'identification : 5590 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Les travaux de nivellement du Plateau se continuent afin de donner à la ville un beau jardin public. On y démolit de vieux édifices. Pourquoi ne pas démolir aussi la station de la brigade de feu qui gâte le paysage et la relocaliser ailleurs?

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 septembre 1882): 2, col. 2-3.

18 No d'identification : 5589 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La ville de Trois-Rivières achète le terrain avoisinant le Plateau (à côté de l’église paroissiale) pour le réaménager.

Référence
Le Constitutionnel (5 juin 1882): 2, col. 5.

19 No d'identification : 5587 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La compagnie du Richelieu, par un acte passé pardevant [sic] le notaire public, a renoncé à tous les droits qu’elle pouvait avoir à la partie du boulevard Turcotte qui va de la rue du Platon à la rue du Collège et les a cédés à la corporation de notre ville. La compagnie se réserve l’usage des magasins-entrepôts. Les ouvriers sont à l’oeuvre et nous espérons que dans quelques jours, nous pourrons faire la promenade d’un bout à l’autre du boulevard. Le boulevard est désormais une chose de première nécessité pour Trois-Rivières. On ne peut pas plus se passer du boulevard que la France ne pourrait se passer de Paris.

Référence
Le Constitutionnel, 141 (20 mai 1870): 2, col. 5.

20 No d'identification : 5585 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Une partie du boulevard Turcotte s’est écroulée dans la nuit de vendredi à samedi dernier, vers 10 heures du soir. Ce boulevard, qui est fait sur un plan incliné, consistait en deux murs de pierres au milieu desquels il y avait une épaisse couche de terre, d’écorce et de planches appuyées sur des poutres. On [craignait] depuis quelques années qu’il ne vint s’enfoncer quelque part et on avait défendu aux voitures d’y passer. Les hangars de la Compagnie du Richelieu se trouvent sous ce boulevard. Heureusement qu’il n’y en a eu qu’un de brisé. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 septembre 1869): 3, col. 2.

21 No d'identification : 5581 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La résidence de feu l’honorable juge Mondelet, magnifiquement située sur le St-Laurent, [est] dans le plus beau quartier de la ville. Cette maison a été récemment peinturée et tapissée, elle est chauffée par une fournaise, et l’ordre parfait dans lequel elle se trouve offre une rare occasion à ceux qui désirent acquérir une maison confortable. Il y a un jardin en arrière de la propriété et les dépendances sont grandes et bien construites.
Pour [de] plus amples informations, s’adresser sur les lieux.

Référence
L’Ère Nouvelle (23 mars 1863): 3, col. 3.