1 No d'identification : 6905 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article qui traite des nouveaux services offerts par la compagnie.

Référence
«Le service sur le train des Piles », Le Nouveau Trois-Rivières (17 mars 1911): 3, col. 6.

2 No d'identification : 6904 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La compagnie du Pacifique présente un projet de changement d’horaire sur sa ligne des Piles - Trois-Rivières.

Référence
Le Nouveau Trois-Rivières (17 mars 1911): 3, col. 6.

3 No d'identification : 6903 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article qui traite de l’importance des horaires du train pour l’économie. L’article est en fait une requête pour que la compagnie revienne à l’ancien horaire.

Référence
«La ligne des Piles. Un requête», Le Nouveau Trois-Rivières (2 septembre 1910): 4, col. 6.

4 No d'identification : 6902 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le train Express des Piles à Trois-Rivières a déraillé, mercredi soir, à un mille et demi en haut de St-Narcisse. Trois wagons ont quitté la voie. On n’a pas eu, heureusement, à enregistrer d’accident de personne, mais le convoi est arrivé ici très en retard. »

Référence
Le Trifluvien (16 février 1894): 3, col. 5.

5 No d'identification : 6901 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre signée « Le premier mot » où l’auteur se plaint du mauvais service sur la ligne des Piles.

Référence
«Chemin de fer des Piles », Le Trifluvien (12 janvier 1894): 2, col. 5.

6 No d'identification : 6900 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le C.P.R. et l’embranchement des Piles.

Référence
Le Trifluvien (14 septembre 1892): 2, col. 6.

7 No d'identification : 6898 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Depuis une couple de mois, la compagnie du C.P.R. a établi sur l’embranchement des Piles, un service de trains qui donne satisfaction au public et qui attire sur cette ligne un trafic plus considérable.
Depuis quelques jours, des bruits circulent allant à dire que le service doit être discontinué, à la fin de septembre et que l’ancien service du train partant le matin et revenant l’après-midi doit être rétabli.
Nous espérons que la chose n’aura pas lieu et que les autorités du C.P.R. ne changeront pas un service qui donne satisfaction à tous.
La Chambre de commerce est priée de s’occuper de cette question.

Référence
«Le C.P.R. et l’embranchement des Piles», Le Trifluvien (14 septembre 1892): 2, col. 5.

8 No d'identification : 6896 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Plainte vis-à-vis la compagnie du Pacifique sur le service inadéquat sur la ligne des Piles.

Référence
«Le chemin de fer des Piles », Le Trifluvien (29 juillet 1891): 2, col. 4.

9 No d'identification : 6894 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Inconvénients de l’horaire du chemin de fer des Piles.

Référence
«Le chemin de fer des Piles », Le Trifluvien (9 mars 1889): 2, col. 4.

10 No d'identification : 6893 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article qui traite du mauvais service offert par le Pacifique Canadien aux Piles.

Référence
«Chemin de fer des Piles», La Paix (8 février 1889): 2, col. 1.

11 No d'identification : 6888 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Dans la dernière réunion du bureau de la Chambre de commerce il a été de nouveau question des nombreuses plaintes qui ont été proférées contre l’administration du chemin de fer du Nord et surtout contre la maladministration [sic] de la ligne des Piles.

Les heures de départ des trains entre Montréal et Trois-Rivières, et vice-versa, sont aujourd’hui telles qu’il faut deux jours pour un voyage, pour peu que l’on objecte de prendre le train soi-disant « d’accomodation » [sic] de 5 h p.m., train que l’on ne devrait décemment pas offrir à un public qui se respecte.

D’autre part nos marchands, lorsqu’ils ont des effets à expédier pour les paroisses situées le long de la ligne, s’ils laissent passer une certaine heure de l’après-midi, leurs marchandises courent le risque de rester [à la] gare jusqu’au surlendemain. Et si un tel retard arrive le samedi, le destinataire même de Yamachiche ou de la Pointe du Lac doit de contenter de [ne] les recevoir que le mardi suivant.

Mais l’arrangement sur la ligne des Piles est mieux encore. Outre que le prix du fret est beaucoup plus élevé que sur les autres lignes de même importance, le client qui vient en ville par le train du soir a tout juste le temps de faire ses emplettes et encore faut-il qu’ils les livrent à la gare le lendemain pas plus tard que 7 heures sans quoi il peut s’en retourner les mains vides. Inutile de parler aujourd’hui de l’arrangement si peu satisfaisant pour le fret destiné à passer sur le Loop-Line.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (2 août 1886): 2, col. 2.

12 No d'identification : 6886 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le Constitutionnel annonce les travaux de parachèvement que l’on se prépare à effecteur sur les chemins des Piles par la compagnie de chemin de fer du Nord. La compagnie demande des octrois comme conditions sine qua non de ces travaux de parachèvement.

Référence
Le Constitutionnel (28 mai 1883): 2, col. 2.

13 No d'identification : 6884 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Il existe sur la ligne des Piles un abus des plus criant et que le public s’attend, avec droit, de voir disparaître de suite aussitôt qu’il sera signalé à l’autorité compétente.
Voici deux mots de la chose : sur tous les trains qui circulent sur cette ligne, il n’y a aucun char réservé aux dames, qui se voient en butte aux insultent d’une foule de voyageurs malappris. Nous tenons de personnes excessivement respectables le récit de faits des plus odieux dont se sont rendus coupables, le semaine dernière encore, envers certaines dames, des passagers. Un de ceux-ci, arrêté à la ville pour ivresse, après avoir payé l’amende exigée, est allé ensuite continuer ses exploits sur le même parcours.
Le moins que peut demander le public voyageur honnête, c’est qu’il rencontre la protection nécessaire sur nos voies ferrées.
Espérons que la direction du chemin de fer des Piles verra à réprimer ces abus dès qu’ils arriveront à sa connaissance. »

Référence
Le Constitutionnel (16 avril 1883): 3, col. 2.

14 No d'identification : 6883 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous informe que l’amoncellement de la neige sur le chemin des Piles est tel, que cette ligne sera fermée au trafic jusqu’à la saison du printemps. À certains endroits, la neige est massée chaque côté de la voie à une hauteur de cinq pieds. »

Référence
Le Constitutionnel (12 février 1883): 3, col. 1.

15 No d'identification : 6882 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
On dévoile les transactions véreuses de M. Gouin, surintendant du chemin de fer des Piles.
On publie aussi un mémoire pour corroborer ce que l’on avance.

Référence
La Concorde (31 août 1881): 2, col. 1-2.

16 No d'identification : 6881 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
À propos de l’administration du chemin de fer des Piles et de la probité du surintendant Gouin.

Référence
La Concorde (22 juillet 1881): 2, col. 1-3.

17 No d'identification : 6879 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le premier ministre Mercier vient de nommer Geo. A. Gouin comme administrateur du chemin de fer des Piles.
Cette nomination suscite de nombreuses interrogations.

Référence
La Concorde (26 juillet 1880): 2, col. 3.

18 No d'identification : 6876 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« À raison des convois employés au ballestage, le train laissera la Gare des Piles pour Trois-Rivières, à 6:30 p.m. à partir de lundi le 5 juillet. Le départ des Trois-Rivières pour les Piles aura lieu tous les jours à l’heure ordinaire, c’est-à-dire à 7:30 du matin.
G.A. Gouin. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (8 juillet 1880): 3, col. 2.

19 No d'identification : 6874 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« À partir d’aujourd’hui le train des Piles partira tous les matins de cette ville à 7:30 et laissera les Piles pour revenir à 4 h p.m., de cette manière les personnes qui voyagent pour des affaires ou par promenade auront un temps suffisant. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (10 mai 1880): 2, col. 5.

20 No d'identification : 6873 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Nomination de M. G.A. Gouin comme gérant du chemin des Piles.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 avril 1880): 2, col. 3.

21 No d'identification : 6871 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Description détaillée à l’occasion d’une excursion sur le chemin de fer des Piles du trajet suivi par cette ligne ferroviaire.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 mars 1880): 2, col. 1-2.

22 No d'identification : 6870 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le chemin de fer des Piles a été ouvert à la circulation depuis les Piles jusqu’au lac à la tortue. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (31 mars 1879): 2, col. 4.

23 No d'identification : 6867 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête du conseil de ville et des électeurs du quartier St-Philippe à propos du terminus du chemin de fer des Piles.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 juin 1878): 2, col. 4.

24 No d'identification : 6865 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Notre concitoyen, Mr George Gouin, a entrepris le parachèvement de tous les travaux sur le chemin de fer des Piles. Cet entreprenant monsieur est décidé de terminer l’ouvrage au plutôt [sic] possible. »

Référence
Le Constitutionnel (10 août 1877): 2, col. 3.

25 No d'identification : 6861 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On a dit dernièrement au sujet du chemin de fer des Piles, que l’arrivée en cet endroit par la rive était impraticable. À ce sujet on nous informe de source certaine que ces nouvelles sont complètement fausses. L’arrivée aux Grandes Piles est parfaitement praticable et l’on n’attend que la belle saison pour continuer activement les travaux en cet endroit. Le terrassement se prolonge déjà jusqu’à peu de distance des Piles et quelques semaines de travail suffiront pour atteindre le terme du chemin. Les lisses doivent être posées sous peu jusqu’à Radnor [...] »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 janvier 1877): 2, col. 3.