1 No d'identification : 7247 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Une députation de personnalité du district de St-Maurice s’est présentée au Parlement pour réclamer le passage du chemin de fer des Basses Laurentides par la ville de Grand-Mère. D’autres la veulent aux Grandes Piles.

Référence
«Une députation», Le Trifluvien (1 décembre 1893): 2, col. 4.

2 No d'identification : 7245 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’horaire du train du chemin de fer des Basses Laurentides.

Référence
Le Trifluvien (12 octobre 1892): 1, col. 4.

3 No d'identification : 7243 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le compagnie du chemin de fer du Lac St-Jean veut raccorder ses voies à celles du chemin de fer Trois-Rivières et Nord-Ouest pour les prolonger jusqu’aux voies du « Canada Atlantique ».

Référence
«Députation importante : Projet de raccordement», Le Trifluvien (15 juin 1892): 4, col. 3.

4 No d'identification : 7242 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Ouverture du chemin de fer entre St-Tite et Rivière Pierre. Plusieurs détails sur les richesses des Basses Laurentides.

Référence
«Le chemin de fer des Basses Laurentides», Le Trifluvien (4 novembre 1891): 2, col. 3.

5 No d'identification : 7239 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Il nous fait plaisir d’apprendre que la compagnie du chemin de fer des Basses Laurentides paraît décidée à pousser les travaux avec activité.
Notre ami M. Sévère Hamel a été chargé de recruter des journaliers à Trois-Rivières, et il doit partir demain matin pour Ste-Thècle avec cinquante hommes.
Nous parlerons plus au long dans notre prochaine édition des opérations de ce chemin de fer. »

Référence
«Le chemin de fer des Basses Laurentides», La Paix (9 septembre 1890): 2, col. 6.

6 No d'identification : 7237 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article sur la situation des travaux de construction de la ligne et sur les bienfaits de celle-ci pour la région.

Référence
«Le chemin de fer des Basses Laurentides», La Paix (29 juillet 1890): 2, col. 1.

7 No d'identification : 7236 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article sur la vigueur des travaux effectués pour la construction du chemin de fer des Basses Laurentides.

Référence
La Paix (12 juin 1890): 3, col. 4.

8 No d'identification : 7234 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Les règlements pour accorder un droit de passage gratuit à la compagnie des Basses Laurentides ont été adoptés à l’unanimité, lundi, à Ste-Flore et à St-Boniface de Shawenegan. »

Référence
«Ste-Flore», Le Trifluvien (6 avril 1890): 3, col. 4.

9 No d'identification : 7232 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article au sujet d’une rencontre prévue entre des représentants de la compagnie du chemin de fer et les membres du conseil des paroisses de St-Étienne et Ste-Flore.

Référence
«Le chemin de fer des Basses Laurentides», La Paix (7 mars 1890): 2, col. 2.

10 No d'identification : 7231 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Réponse d’Ottawa sur l’octroi demandé pour la compagnie des Basses Laurentides.

Référence
«Les Basses Laurentides», Le Trifluvien (1 mars 1890): 2, col. 1.

11 No d'identification : 7229 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Les gens espèrent que le gouvernement fédéral subventionnera le chemin de fer des Basses Laurentides pour qu’il soit enfin terminé. La ville de Trois-Rivières espère qu’elle sera bientôt reliée à Grand-Mère par cette voie car le commerce par le chemin des Piles est coûteux et la Ville a déjà investi de l’argent au profit de la compagnie Laurentide.

Référence
«Le chemin des Basses Laurentides et le Maskinongé et Nipissingue», Le Journal des Trois-Rivières (20 février 1890): 2, col. 3.

12 No d'identification : 7228 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête des citoyens de Trois-Rivières afin que le chemin de fer des Basses Laurentides soit continué.

Référence
«Le chemin de fer des Basses Laurentides», Le Trifluvien (22 janvier 1890): 2, col. 1.

13 No d'identification : 7220 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article traitant des avantages que retirera Trois-Rivières et les villages du haut St-Maurice lorsque la ligne de chemin de fer venant du Lac St-Jean se rendra aux Trois-Rivières.

Référence
«Avantages pour les Trois-Rivières», La Paix (14 janvier 1890): 2, col. 1.

14 No d'identification : 7218 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Nous apprenons qu’en plusieurs endroits de la rive nord et particulièrement dans le comté de St-Maurice, on signe des requêtes en faveur de la compagnie des Laurentides pour lui faciliter le moyen de se rendre jusqu’aux Trois-Rivières par la rive ouest du St-Maurice.
Il est inutile de démontrer que dans l’intérêt de tout le district et des Trois-Rivières, son chef lieu, il est d’une importance capitale que cette voie ferrée ait un accès libre et indépendant à notre port et à nos marchés. La chose est évidente par elle-même. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 janvier 1890): 2, col. 2.

15 No d'identification : 7216 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Du Trifluvien :
La nouvelle compagnie des Basses Laurentides donne avis qu’elle demandera à la législature la permission de prolonger son chemin de fer. On dit que ce prolongement consiste à se rendre aux Trois-Rivières en traversant le St-Maurice à la Grand-Mère.
C’est une heureuse idée que nous favoriserons de toutes nos forces dans l’intérêts de notre ville et de tout le district.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 décembre 1889): 2, col. 5.

16 No d'identification : 7213 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Le nouveau bureau de direction du chemin de fer des Basses Laurenirde, élu le 9 décembre, a donné suite à la promesse de l’ancien bureau de direction de mettre le chemin de fer en opération pour l’hiver.
En effet, fort de cette promesse, les cultivateurs de Ste-Thècle et St-Tite avaient fait 1 500 cordes de bois et d’écorce le long de la ligne. La vieille locomotive de la compagnie étant hors de service, ce commerce se trouvait compromis. Le nouveau bureau a donc trouvé une autre locomotive et 150 « chars » auprès du C.P.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 décembre 1889): 2, col. 4.

17 No d'identification : 7209 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Nouveau bureau de direction du chemin de fer des Basses Laurentides a élu le 9 décembre :
Directeurs : Geo. R. Howell et William A. Williams de New York; James McNaught de St-Paul, Minnesota; Jules Tessier et Wm Cook de Québec; Robert Kiernan et Henry E. Hart de Trois-Rivières.
Contracteur : Charles A. Scott.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 décembre 1889): 2, col. 4.

18 No d'identification : 7207 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La Compagnie du chemin de fer des Laurentides vient de vendre sa charte et toutes ses propriétés à une organisation de gens d’affaires parmi lesquels sont M. Scott, ancien gérant du chemin de fer du Nord, M. John Eno de Québec et quelques autres.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 novembre 1889): 2, col. 5.

19 No d'identification : 7206 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le chemin de fer des Basses Laurentides a été vendu vendredi dernier à un syndicat composé de trois Américains, deux Québécois et un Trifluvien. »

Référence
Le Trifluvien (20 novembre 1889): 3, col. 4.

20 No d'identification : 7199 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
On écrit d’Outaouais : « M. Montplaisir, député de Champlain, était en cette ville, ces jours derniers pour affaires départementales. M. Montplaisir a eu une longue entrevue avec les autorités du département des chemins de fer au sujet du chemin des Basses Laurentides, maintenant en voie de construction, et qui doit relier le chemin de fer du Lac St-Jean au chemin de fer des Piles et de là avec le C.P.R.
Il y a déjà 29 milles de ce chemin de complétés, il en reste 9 milles à faire pour le terminer complètement. M. Montplaisir, représentant de la compagnie, a fait une demande au département des chemins de fer pour pouvoir changer le terminus sur le chemin du lac St-Jean. Le ministre des chemins de fer a soumis la demande à l’étude de l’ingénieur en chef. »
Nous ajoutons que l’ingénieur M. Rideout a fait hier l’inspection de la nouvelle voie.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 octobre 1889): 2, col. 3.

21 No d'identification : 7196 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Un lecteur fait le récit d’une excursion dans la région de Ste-Thècle et donne quelques renseignements sur le tracé du chemin de fer dans cette région et les travaux qu’on y effectue.

Référence
«Une excursion sur le chemin de fer des Basses Laurentides», Le Journal des Trois-Rivières (2 septembre 1889): 2, col. 2-4.

22 No d'identification : 7194 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Les travaux de prolongement de la ligne des Laurentides sont poussés avec la plus grande activité. On doit commencer cette semaine à poser les rails sur le terrassement fait depuis le printemps et qui s’étend déjà sur un parcours de 6 à 7 milles au-delà de l’extrémité actuelle du chemin. Le pays à l’intérieur duquel on s’avance est très beau. On y rencontre des lacs splendides et très poissonneux en même temps que de nombreux pouvoirs d’eaux, sous forme de chutes et de rapides. Le sol est excellent et très riche en bois.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 juillet 1889): 2, col. 4.

23 No d'identification : 7191 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
M. B. Bourgeois, gérant du chemin de fer des Basses Laurentides était en cette ville samedi.
Les travaux de prolongement de la voie sont poussés avec la plus grande activité.
En dehors des hommes employés à abattre les arbres et faire le défrichement, il y a 200 ouvriers qui travaillent au terrassement. Les travaux sont toujours sous la conduite de M. Viens qui a déjà construit la partie du chemin actuellement en opération.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (10 juin 1889): 2, col. 4.

24 No d'identification : 7187 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
(Extrait : 20 lignes sur 31)
« M. Benjamin Bourgeois, ingénieur en chef du chemin des Basses Laurentides, est revenu vendredi de son expédition à la rivière Batiscan.
Il a complété la localisation et le relevé du niveau de cette partie de la ligne et le résultat de cette dernière exploration est si favorable que la compagnie a décidé de prendre une action immédiate. Nous avons donc le plaisir d’annoncer que les travaux de prolongation de l’important chemin des Laurentides commencent aujourd’hui même sur une grande échelle. Les contrats de défrichement sont donnés et dans quelques jours au-delà de 500 ouvriers travaille[ront] au terrassement. C’est notre excellent constructeur, M. Viens, qui est chargé de la conduite des travaux sous l’habile direction de l’ingénieur en chef. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 avril 1889): 3, col. 1.

25 No d'identification : 7185 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La compagnie des Basses Laurentides se propose aussi de pousser activement la construction de sa ligne.
Les travaux doivent commencer sous peu et près de 150 hommes seront employés d’ici au premier juin.
Il est probable qu’à l’automne le chemin sera terminé jusque près de celui du lac St-Jean.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (8 avril 1889): 2, col. 4.