1 No d'identification : 7501 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le bateau passager de M. Jean J. Crête, de St-Jacques des Piles, a sombré dans la rivière St-Maurice, à son quai à St-Jacques des Piles, frappé par la foudre.

Référence
Le Nouvelliste (29 juillet 1930): 1, col. 4-5.

2 No d'identification : 7500 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La navigation est ouverte sur le St-Laurent depuis le commencement de la semaine. Dès vendredi dernier, le Saguenay était à son quai, prêt à commencer le service entre Montréal et Québec, service qu’il fera régulièrement, jusqu’à ce qu’il soit affecté à celui du Saguenay. Le Montréal et deux autres vaisseaux le Rapid’s King et le Rapid’s Prince sont au quai Bureau attendant le moment de commencer leur service. »

Référence
«Ouverture de la navigation», Le Bien Public (2 mai 1918): 10, col. 3.

3 No d'identification : 7499 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le capitaine Ls Dugré est en notre ville, à réparer la barge Carolina, qui tiendra la même ligne que par les années passées, de Montréal, Berthier, Louiseville et paroisses environnantes. »

Référence
«La barge Carolina», Le Bien Public (11 avril 1918): 8, col. 1.

4 No d'identification : 7498 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Louiseville.
Les dernières cargaisons de miel, beurre, fromage du vapeur « Carolina », Capitaine Louis Dugré, ont été très considérables, un des derniers envois comportait 5 000 lbs de miel. Ce vapeur rend des services très appréciables au commerce de cette ville et des environs en donnant beaucoup de facilités au transport à des prix relativement bas et très avantageux pour le public.

Référence
Le Bien Public (5 octobre 1916): 7, col. 5.

5 No d'identification : 7497 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le Sin-mac de la compagnie Sinnenes Mc Marghton venant de Sorel, était au quai Bureau hier matin, ainsi que le Varennes. Bateau du gouvernement et la berge Articylène, qui sont repartis pour poser les bouées à partir de Portneuf en remontant le fleuve. »

Référence
«Courrier de la cité», Le Bien Public (24 avril 1913): 8, col. 1.

6 No d'identification : 7496 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Nouvelle à l’effet qu’une nouvelle ligne de bateau reliera les ports des paroisses environnantes de Trois-Rivières. Cette ligne en plus de relier des Chaillons à Trois-Rivières se rendra jusqu’à Montréal.

Référence
«Trois-Rivières et St-Jean des Chaillons, Services de bateaux», Le Nouveau Trois-Rivières (22 avril 1910): 2, col. 2-3.

7 No d'identification : 7495 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article qui traite de la nécessité pour Trois-Rivières d’instaurer une nouvelle ligne de bateaux en regard avec sa bonne position géographique. Cela amènerait un développement économique pour la ville.

Référence
«Nouvelle ligne de bateaux», Le Nouveau Trois-Rivières (4 mars 1909): 4, col. 2.

8 No d'identification : 7494 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le “Berthier” a fait son premier voyage de Montréal à Trois-Rivières hier. Il portait une charge énorme et l’on dit qu’il n’a pu prendre toute la marchandise destinée pour notre port.
La ligne entre Montréal et Québec sera régulièrement ouverte lundi prochain. »

Référence
Le Trifluvien (27 avril 1900): 3, col. 5.

9 No d'identification : 7492 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le Bella Ritchie, qu’un groupe de marchands trifluviens vient d’acheter pour faire le service entre Batiscan, et peut-être Ste-Geneviève de Batiscan, Trois-Rivières et les ports intermédiaires, est arrivé ici aujourd’hui. Il fera le service régulier d’ici à la clôture de la navigation, et un service spécial pendant le temps de l’Exposition. Il sera sous le commandement du capitaine Petit.

Le Bella Ritchie mesure 87 pieds 7 pouces de longueur et 24 pieds de largeur. Il tire 3 pieds et 2 pouces d’eau. Il a été construit en 1895, par M. Napoléon Tessier de Hull. Il est enregistré pour porter 42 tonneaux.

La compagnie qui l’a acheté et qui entend tenir une ligne régulière entre Trois-Rivières et les paroisses du bas du fleuve, est composée de marchands trifluviens. M. le maire Olivier, pour témoigner de l’intérêt qu’il prend au développement de la ville, a bien voulu en faire partie lui aussi. »

Référence
Le Trifluvien (15 septembre 1899): 3, col. 5.

10 No d'identification : 7490 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Les vapeurs « Étoile » et « St-Louis » qui ont hiverné dans le St-Maurice, sont sortis de leurs quartiers d’hiver, mercredi dernier et après avoir pris leurs provisions de charbon au quai Gagnon, ils sont partis pour Québec, de même foin.

Référence
Le Trifluvien (27 avril 1894): 3, col. 4.

11 No d'identification : 7488 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le vapeur Léa, propriété de M. Joseph Arel, de cette ville, est arrivé hier avec le premier chargement de pommes de la saison. Ce chargement a été pris à l’île Perrot.

Référence
Le Trifluvien (22 septembre 1893): 3, col. 4.

12 No d'identification : 7486 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le goélette la « Marie-Louise » est arrivée hier avec un chargement de 160 tonnes de charbon, consigné à la corporation, qui doit être déchargé au quai de l’aqueduc.

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (21 mai 1892): 3, col. 3.

13 No d'identification : 7484 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
À la dernière séance des comités permanents du conseil de ville, il a été décidé d’accorder un bonus de 350 $ à M. J.A. Gagnon pour l’aider à tenir sa ligne de bateaux à vapeur entre cette ville et les paroisses environnantes.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (7 février 1889): 2, col. 5.

14 No d'identification : 7483 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le bateau qui doit faire le trajet entre Nicolet et Trois-Rivières viendra au commencement de mai. On est à lui faire des réparations pour donner tout le confort désirable aux voyageurs.

Référence
Le Clairon (26 mai 1884): 2, col. 4.

15 No d'identification : 7482 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Ainsi qu’annoncé, le « Marie-Louise » a pris sa ligne régulière. Il est parti hier soir vers les 7 heures pour Nicolet d’où il est arrivé ce matin avec un bon nombre de passagers.

Référence
Le Clairon (17 mai 1884): 2, col. 3.

16 No d'identification : 7480 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
M. Phi. Bellefeuille nous prie d’informer le public que le bateau à vapeur entre dans notre ville et Nicolet commencera son trajet régulier samedi matin.

Référence
Le Clairon (6 mai 1884): 2, col. 4.

17 No d'identification : 7478 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le vapeur « Canada » est arrivé, ce matin, à 2 heures avec un chargement considérable. La compagnie du Richelieu ne manquera pas d’encouragement cette année, d’après les apparences car le Trois-Rivières n’a pu prendre tout le fret qu’il y avait sur son quai à Montréal, et dimanche soir, il est parti de Sorel pour Montréal avec une charge exceptionnellement forte.

Référence
Le Clairon (1 mai 1884): 2, col. 4.

18 No d'identification : 7475 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le bateau « Montréal » est arrivé à son quai, ce matin à 2 h 20 minutes avec bon nombre de passagers et surtout une considérable cargaison.
Ce soir le « Canada », qui remplacera jusque vers le 10 mai, le « Québec » qui subit actuellement des réparations considérables à Sorel, fera son premier voyage.

Référence
Le Clairon (30 avril 1884): 3, col. 1.

19 No d'identification : 7474 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le vapeur Trois-Rivières, venant de Montréal, est arrivé dans notre port samedi pour prendre sa ligne régulière.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 avril 1884): 2, col. 5.

20 No d'identification : 7471 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le « Trois-Rivières », tout pavoisé, est arrivé ce matin à 10 heures avec un bon nombre de passagers et une cargaison tellement considérable que tous les compartiments du vapeur étaient encombrés, M. le capitaine Callet nous a paru tout fier de reprendre sa ligne régulière; il nous a annoncé que le lac est aussi libre de glaces qu’en été et que ce premier voyage a été beau sous tous les rapports.

Référence
Le Clairon (26 avril 1884): 2, col. 4.

21 No d'identification : 7468 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le petit bateau « Laval » a pris sa ligne régulière, hier après-midi, entre notre ville et St-Grégoire. Il a été réparé durant l’hiver; il présente l’aspect le plus coquet.

Référence
Le Clairon (25 avril 1884): 2, col. 4.

22 No d'identification : 7465 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« C’est aujourd’hui que se tiennent les engagements des employés de la Compagnie Richelieu et Ontario et on nous informe que presque tout le même personnel a été réengagé. Dans tous les cas, il n’y aura que très peu de changements.
Le Capt. Duval, si populaire, si bien connu et dont le nom est identifié avec le “Trois-Rivières” qu’il commande depuis sa construction, a envoyé sa résignation pour raison d’âge et de santé.
Le bureau de direction n’a pas encore accepté la résignation de ce précieux employé, et si le capitaine Duval persiste à vouloir prendre un repos bien mérité, la compagnie se propose dit-on, de le retenir à son emploi en lui conservant son grade.
Il sera capitaine de réserve pour les excursions spéciales et les vacances temporaires. Le capitaine Duval s’occupe de la navigation sur le St-Laurent depuis 35 ou 40 ans.
C’est un employé modèle, universellement estimé du public voyageur et nous sommes heureux de profiter de l’occasion qui se présente pour lui décerner les éloges qui lui ont valu une carrière longue et méritante. »

Référence
Le Constitutionnel (21 mars 1883): 2, col. 4.

23 No d'identification : 7463 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Il a été décidé que le vapeur “Trois-Rivières”, capt. Duval, en reprenant sa course régulière des Trois-Rivières à Montréal, à l’ouverture de la navigation, n’arrêtera plus aux ports intermédiaires d’Yamachiche, de la Rivière-du-Loup, de Maskinongé et de St-Barthelémy. En remontant comme en descendant le fleuve il touchera le port St-François, Sorel et Berthier seulement. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 mars 1882): 2, col. 4.

24 No d'identification : 7462 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Voir : Trois-Rivières vs les Piles et la Tuque.

Référence
La Paix, 32 (6 mars 1888): 2, col. 1-2.

25 No d'identification : 7461 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
C’est avec plaisir que nous apprenons que M. Philippe Bellefeuille a décidé d’établir une ligne régulière de communication avec Nicolet dès le printemps. En société avec un M. Paradis de Québec, M. Bellefeuille mettra à la disposition du public voyageur un joli petit bateau à vapeur pouvant contenir facilement 200 passagers.
Nous sommes heureux de cette détermination qui aura le bon effet de faciliter nos communications avec les estimables Nicolétains. Succès.

Référence
Le Clairon (20 février 1884): 2, col. 4.