1 No d'identification : 8723 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Formation d’une commission d’enquête gouvernementale (fédérale) pour étudier les dangers que représentent les fumées des usines de pâtes et papiers pour la navigation sur le fleuve.

Référence
Le Nouvelliste (3 mars 1922): 5.

2 No d'identification : 8722 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Des pilotes du St-Laurent se plaignent de la fumée lancée par les usines de la Wayagamack. Les plaintes n’ont rien changé à la situation.

Référence
«Les fumiers de la Wayagamack nuisent à la navigation (Joseph Barnard)», Le Bien Public (16 octobre 1919): 1, col. 3-4.

3 No d'identification : 8719 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le “Montcalm” lutte contre un solide adversaire et son travail en est d’autant plus lent. Dimanche, il a failli imiter le “Lady Grey” et prendre un repos. Heureusement qu’il a pu se dégager après une heure d’emprisonnement dans les glaces. Le même jour, des glaciers canadiens se sont payés un passage au détriment des quais Bureau et Marchand. Les dommages sont assez considérables. Avec tout cela, ceux qui avaient prédit l’ouverture de la navigation pour le premier avril en seraient quittes pour avoir eu des idées... avancées! »

Référence
«La glace», Le Bien Public (10 avril 1919): 8, col. 3.

4 No d'identification : 8717 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article sur l’activité des brise-glaces à la hauteur de Batiscan.

Référence
«La navigation d’hiver, le travail des bateaux Montclam et Lady Grey», Le Nouveau Trois-Rivières (17 mars 1911): 4, col. 4-5.

5 No d'identification : 8715 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le brise-glace “Montcalm” est arrivé à Sorel hier après-midi, où il a amarré au quai un peu après trois heures. Le “Lady Grey” qui avait accompagné le “Montcalm”est reparti immédiatement pour redescendre jusqu’à Batiscan afin d’empêcher le chenal de se refermer. Si ce projet est accompli, ce sera une bonne preuve que l’on parviendra à garder le chenal ouvert entre Québec et Montréal durant l’hiver si l’on se sert de brise-glace assez puissants. »

Référence
«Le Montcalm est à Sorel», Le Nouveau Trois-Rivières (3 mars 1911): 2, col. 3.

6 No d'identification : 8713 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Ces jours derniers, un pont de glace s’est formé en face de Portneuf, le “Montcalm” et le “Lady Grey” vont tour à tour briser cette couche de glace qui couvre le fleuve déjà sur une longueur de plus de 12 milles. Les brises-glaces n’ont pas pu travailler avant jeudi à cause du mauvais temps mais mardi matin le “Lady Grey” était parti pour aller sur les lieux.
Le pont de glace s’est formé en face de Grondines à partir de là jusqu’à Batiscan, le fleuve est libre mais la glace est fermée depuis ce dernier endroit jusqu’à Montréal quoiqu’il y ait beaucoup de masses dispersées un peu partout. »

Référence
«Le nouveau pont de glace de Portneuf», Le Nouveau Trois-Rivières (3 février 1911): 8, col. 3.

7 No d'identification : 8711 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Samedi matin, un des bateaux de la compagnie du Richelieu et Ontario, le “Berthier”, a fait son entrée dans le port avec une bonne cargaison de fret. »

Référence
«Navigation», Le Nouveau Trois-Rivières (15 avril 1910): 8, col. 2.

8 No d'identification : 8709 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La semaine dernière nous avons eu le plaisir de voir passer le “Lady Grey”, c’est la première fois que nous voyons passer le 19 mars, et dimanche nous avons vu passer le “Montcalm”, il y avait beaucoup de monde sur le bord du fleuve pour admirer cela. »

Référence
Le Bien Public (25 mars 1910): 5.

9 No d'identification : 8703 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Les nouvelles qui nous arrivent des Piles sont à l’effet que la navigation est pratiquement ouverte sur le St-Maurice depuis les Piles à la Tuque. On mentionne que les bateaux “Annette”, le remorqueur “Alice” et le bateau de M. M. Côté ont entrepris un premier voyage. Si cette dernière nouvelle est vraie, nous n’aurons donc pas de service entre Trois-Rivières et les paroisses de St-Jean, Champlain, Gentilly, Bécancourt et toutes les paroisses qu’avaient mentionnées ces messieurs, lorsqu’ils ont demandé à la corporation l’aide de 300,00$ qui leur a été octroyée. C’est malheureux pour le commerce trifluvien. Il y aurait pourtant moyen encore à l’heure qu’il est d’obvier à ce contretemps? »

Référence
«Sur le St-Maurice», Le Nouveau Trois-Rivières (6 mai 1909): 4, col. 2.

10 No d'identification : 8702 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« L’eau baisse continuellement, au grand soulagement de nos concitoyens. La glace du lac est passée samedi, dimanche et dans la nuit de dimanche à lundi. Le fleuve est maintenant libre jusqu’à Portneuf, dit-on. Le Glacial a commencé hier son service entre les Trois-Rivières et Ste-Angèle. On attend le Berthier demain. »

Référence
Le Trifluvien (5 avril 1898): 3, col. 4.

11 No d'identification : 8700 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Enfin, le fleuve est libre en face de la ville. La glace a marché dans la journée et dans la nuit de vendredi et samedi matin, le Glacial a pu faire sa première traversée.
Hier et avant-hier, la glace du lac St-Pierre est passée en abondance. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (20 avril 1897): 3, col. 4.

12 No d'identification : 8698 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le fleuve est libre vis-à-vis la ville. La glace du lac St-Pierre parait s’être ébranlée et celle de la tête du lac est probablement descendue. Le « Glacial » a commencé à traverser mercredi et il continue son service. L’eau est à égalité des quais, mais il n’y a pas lieu, croyons-nous, de craindre d’inondation ici cette année.

Référence
«La débâcle», Le Trifluvien (22 avril 1893): 3, col. 2.

13 No d'identification : 8696 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le « Glacial » n’a pas pu traverser depuis lundi dernier, les bordages de l’autre côté du fleuve n’étant pas assez solides pour lui permettre d’accoster.
En attendant, le service se fait au moyen des canots.

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (21 décembre 1892): 3, col. 2.

14 No d'identification : 8695 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La navigation : « Selon les apparences, l’ouverture de la navigation se fera vers le 15 avril. Tous les bateaux qui ont hiverné dans le St-Maurice se préparent à partir aussitôt après la débâcle qui ne peut tarder. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (4 avril 1891): 3, col. 4.

15 No d'identification : 8694 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La fin de la navigation approche. Cependant 8 steamers de la ligne Allar, 4 de la ligne du Dominion, 8 de la ligne Redford et 3 de la ligne Beaver doivent encore arriver dans le port de Montréal cette saison. »

Référence
«La navigation», La Paix (30 octobre 1890): 3, col. 4.

16 No d'identification : 8693 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La débâcle est commencée ce matin devant cette ville. Le « Glacial » a repris son service.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (10 avril 1890): 3, col. 2.

17 No d'identification : 8692 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La partie du fleuve restée libre de glace en face de cette ville s’est considérablement resserrée pendant la dernière bordée de neige. Le vapeur Glacial a dû suspendre ses travaux faute d’espace navigable et prendre ses quartiers d’hiver.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (24 février 1890): 3, col. 2.

18 No d'identification : 8691 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Les bateaux de la compagnie du Richelieu sont retardés chaque jour par la brume. Au lieu de passer ici le soir, ils ne passent que le matin entre 8 et 10 heures. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (23 novembre 1889): 3, col. 5.

19 No d'identification : 8688 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Samedi matin le vapeur « Bourgeois » s’est échoué près du moulin à vent pendant un épais brouillard. Les gens du sud qui venaient au marché par cette voie ont été ainsi retardés pendant une couple d’heures. Quand le brouillard s’est dissipé, vers huit heures, le « Glacial » est allé remettre le « Bourgeois » à flot et dégager les nombreux passagers qui n’ont eu d’autre désagrément que ce retard forcé.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 novembre 1889): 2, col. 4.

20 No d'identification : 8686 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous apprend du haut St-Maurice qu’un accident est arrivé au petit vapeur “St-Louis”. Quelque chose se serait dérangé dans la machine au moment où il franchissait le rapide Manigance et le bateau a été jeté sur une roche et remplie d’eau. Les 4 hommes qui étaient sur le bateau se sont sauvés avec le canot du bord.
Le bateau sera aisément remis à flot.
Nous espérons que cet accident n’empêchera pas l’entreprenant curé de Grande Anse de continuer ce qu’il a déjà commencé avec tant de succès pour la navigation du St-Maurice. »

Référence
«Du journal de Trois-Rivières», La Paix (25 octobre 1889): 3, col. 3.

21 No d'identification : 8684 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Mardi dernier le vapeur Québec est venu s’échouer à deux ou trois arpents de son quai aux Trois-Rivières, juste en face de chez M. Deslauriers. C’était au milieu d’un épais brouillard et le pilote avait fait erreur en prenant une lumière de la côte pour celle du quai. Il n’y a eu absolument aucun dommage. Le Québec a été retiré de sa mauvaise position le lendemain matin par le vapeur Montréal qui avait passé la nuit dans notre port.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 septembre 1889): 2, col. 5.

22 No d'identification : 8682 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le vapeur « Glacial » n’a pu faire la traverse que très irrégulièrement ces jours derniers. On a même été obligé de recourir aux bons vieux canots d’autrefois pour communiquer entre cette ville et Ste-Angèle.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 novembre 1888): 2, col. 5.

23 No d'identification : 8681 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Le « Trois-Rivières » a fait son dernier voyage le 23 novembre dernier. Il s’est difficilement rendu à Sorel et ne s’est pas arrêté à port St-François à cause de la grande quantité de glace.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (26 novembre 1888): 2, col. 4-5.

24 No d'identification : 8679 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Une goélette, la « O.D. Robitaille », en provenance de Québec, s’est échouée et a coulé en moins de 10 minutes après avoir heurté une banquise à environ 1 mille de Trois-Rivières, elle est allée s’échouer sur les battures du Cap de la Madeleine. Cette goélette contenait des marchandises diverse (d’une valeur d’environ 15 000$).

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (26 novembre 1888): 2, col. 5.

25 No d'identification : 8677 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Pendant une bourrasque, vendredi dernier, une barque appartenant au Capt. Lamoureux, chargée de traverses de chemin de fer, propriété de M. D. Porter de Nicolet, a sombré devant la ville. On espère sauver la cargaison qui était destinée au chemin de fer Nicolet - St-Grégoire.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (12 novembre 1888): 2, col. 5.