1 No d'identification : 8946 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
En 1922, on installait le 2000e téléphone. Six ans plus tard, ce chiffre fut presque doublé et l’aménagement d’un nouvel édifice s’imposa à la fin 1931, les postes en service s’élevaient à 5300 en 1945, 8100 récepteurs.

Référence
Le Nouvelliste (1 décembre 1945): 27.

2 No d'identification : 8942 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La Bell Telephone Company occupe une équipe considérable d’ouvriers de ce temps-ci à faire la pose de tuyaux souterrains en grès reliés en faisceaux pour l’installation de ses fils de transmission. C’est une amélioration désirée depuis longtemps. »

Référence
«Notes locales. Améliorations», Le Nouveau Trois-Rivières (16 septembre 1909): 4, col. 2.

3 No d'identification : 8938 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Téléphone, M. D.A. Provencher de Bécancour, vient de terminer l’installation sur le pont de glace, d’une ligne téléphonique reliant la ville de Trois-Rivières au réseau téléphonique du sud. Le bureau a été installé à l’hôtel Dufresne, où pourront s’adresser ceux qui auraient besoin de communiquer avec la rive sud. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (15 février 1898): 3, col. 3.

4 No d'identification : 8937 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rapport de l’assemblée annuelle de la compagnie du téléphone.

Référence
«Compagnie de téléphone des comtés de St-Maurice, Champlain et Trois-Rivières», Le Trifluvien (14 août 1896): 2, col. 4.

5 No d'identification : 8933 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La ligne téléphonique de la compagnie des comtés St-Maurice, Champlain et Trois-Rivières est rendue en cette ville. Le bureau est installé chez Dame veuve Georges Dufresne, rue St-Antoine. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (12 novembre 1895): 3, col. 4.

6 No d'identification : 8930 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous apprend que la nouvelle ligne de téléphone du comté de St-Maurice, qui est en opération dans plusieurs paroisses, doit prochainement étendre son circuit de manière à relier notre ville avec toutes les paroisses du comté. »

Référence
L’indépendance canadienne (2 novembre 1895): 3, col. 3.

7 No d'identification : 8928 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous dit que mercredi ou jeudi de cette semaine, on commencera en cette ville la pose des poteaux de la nouvelle ligne téléphonique. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (24 septembre 1895): 3, col. 5.

8 No d'identification : 8924 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La compagnie de téléphone des comtés de St-Maurice, Champlain et Trois-Rivières, qui construit une ligne reliant les villages de Shawinigan, St-Étienne, St-Barnabé, St-Sévère, Yamachiche et Pointe-du-Lac, demande à la Ville la permission d’installer des poteaux dans la ville jusqu’au marché.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 28 août 1895.

9 No d'identification : 8920 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous informe que la “compagnie de téléphone des comtés des Trois-Rivières, St-Maurice et Champlain” doit commencer sous peu l’installation de la ligne téléphonique. Elle passera par les Piles, Ste-Flore, Shawinigan, St-Étienne, St-Barnabé, St-Sévère, Yamachiche, Pointe du Lac et Trois-Rivières.
Les promoteurs de cette entreprise sont tous des résidents du district.
À ce titre, elle mérite notre encouragement. Nous croyons savoir que son succès est assuré tant à cause de son utilité immense qu’à cause de l’esprit d’entreprise bien connu de ceux qui ont en main les intérêts de la nouvelle société. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (11 juin 1895): 3, col. 4.

10 No d'identification : 8917 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
On dit qu’une ligne téléphonique sera établie entre cette ville et les Grandes Piles. MM. Berlinquet, surintendant des travaux du St-Maurice, et M. Côté, agent de la compagnie de téléphone Bell, sont allés explorer le pays dans ce but. M. Berlinquet est le promoteur de cette entreprise, mais c’est le gouvernement qui devra payer, bien entendu.

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (7 novembre 1893): 3, col. 4.

11 No d'identification : 8916 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Agent : M. Côté.

Référence
Le Trifluvien (7 novembre 1893): 3, col. 1.

12 No d'identification : 8915 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Agent à Trois-Rivières : Douglass Baxter.

Référence
«Téléphone Bell», Le Trifluvien (12 octobre 1892).

13 No d'identification : 8908 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
[...] Disons, pour terminer, que Trois-Rivières, qui est doté du téléphone depuis cinq années à peine, possède une branche du téléphone Bell qui compte aujourd’hui 128 abonnés.
Grâce à l’octroi et habile direction de son agent ici, M. Douglas Baxter, et des autres employés, cette compagnie augmente la liste de ses abonnés tous les jours.

Référence
«Le téléphone», Le Trifluvien (12 octobre 1892): 3, col. 3-4.

14 No d'identification : 8903 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le téléphone passe au Cap de la Madeleine. Plusieurs personnes ont demandé à la compagnie du téléphone la permission de se mettre en société et de prendre un seul abonnement pour tous les associés. La compagnie a refusé leur demande. Nous croyons qu’elle aurait dû, au contraire, la leur accorder. On comprend qu’il est très onéreux pour une seule personne de payer 25,00$ pour le téléphone dont elle se servira à peine une fois par semaine ou par mois. Nous espérons que cette décision sera considérée de nouveau. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (30 juillet 1890): 3, col. 4.

15 No d'identification : 8901 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La compagnie du téléphone Bell est à établir une ligne entre les Trois-Rivières et Québec. Les poteaux et les fils sont déjà installés jusqu’à Batiscan. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (30 juillet 1890): 3, col. 2.

16 No d'identification : 8895 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La compagnie “Bell Téléphone” du “Canada Southern Railway” a décidé d’établir un nouveau fil de Montréal à Sherbrooke. La compagnie a aussi l’intention d’établir un circuit métallique, entre Ottawa et Montréal et entre Montréal et Québec en passant par Trois-Rivières. »

Référence
«Nouvelles locales », La Paix (3 juillet 1890): 3, col. 4.

17 No d'identification : 8893 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
À partir du premier juin prochain la compagnie du téléphone aura pour cette ville (Trois-Rivières) un service de nuit.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 mai 1889): 2, col. 4.

18 No d'identification : 8889 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Nous apprenons qu’à partir du premier juin prochain, la compagnie du téléphone organisera un service de nuit. C’est une amélioration qui s’imposait et dont nous devons être reconnaissants à la compagnie. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (25 mai 1889): 3, col. 3.

19 No d'identification : 8888 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
L’an dernier (lorsque le téléphone fut installé) il y avait 25 abonnés; cette année. il y en a près de 100.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 novembre 1888): 3, col. 1.

20 No d'identification : 8886 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La compagnie de téléphone a fait poser des poteaux pour passer ses fils sur nos principales rues. C’est une mesure d’utilité qui est loin d’en être une d’embellissement.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 novembre 1888): 2, col. 4.

21 No d'identification : 8884 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La compagnie du téléphone est à faire poser des poteaux sur la rue Notre-Dame, depuis la paroisse jusqu’à la rue St-Georges et sur tout le parcours de la rue du Platon.
Le conseil, pour faire sa part dans ce nouveau monde d’embellissement, fait planter d’autres poteaux à l’autre extrémité de la rue Notre-Dame et sur la rue St-Roch. »

Référence
«Échos de la ville», Le Trifluvien (31 octobre 1888): 3, col. 2.

22 No d'identification : 8883 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Le téléphone est posé de Trois-Rivières à Montréal. Trois-Rivières est aussi en relation avec St-Hyacinthe, St-Jean, Sorel, Sherbrooke et d’autres villes avoisinantes.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 septembre 1888): 2, col. 5.

23 No d'identification : 8882 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La compagnie Bell est à faire poser dans les rues de Louiseville les poteaux devant servir à relier Montréal à Trois-Rivières. Dans quelques jours, nous serons en communication avec la grande métropole.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 août 1888): 2, col. 4.

24 No d'identification : 8878 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La compagnie de téléphone est en ce moment à faire des préparatifs nécessaires pour mettre ses appareils à la disposition du public trifluvien. Un bon nombre d’établissements se sont déjà inscrits ainsi que plusieurs citoyens qui désirent avoir le téléphone soit à leurs bureaux soit à leurs maisons privées.
C’est une splendide affaire pour la rapidité des communications et nous félicitons la compagnie de son initiative.
Mais les meilleures choses ont leur mauvais côté. Dans le cas actuel, les énormes poteaux destinés à recevoir les fils conducteurs du téléphone et qu’on élève le long de nos principales rues, déjà étroites, vont devenir un embarras en même temps qu’un disgracieux déguisement.
Mais nous ignorons jusqu’à quel point la corporation peut s’opposer à ce que l’on borde les rues de ces encombrantes pièces de bois et si la compagnie n’aurait pas un moyen facile de distribuer ces appareils autrement. En tout cas on ne devrait rien négliger pour concilier la présence de l’importante amélioration que la compagnie du téléphone nous offre, avec la bonne apparence de nos rues.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (15 août 1887): 2, col. 4-5.

25 No d'identification : 8876 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La corporation a eu une bonne idée de mettre l’hôtel de ville en communication par le téléphone avec la station de police et la bâtisse de l’aqueduc.
Les instruments et les fils conducteurs ont été posés samedi. Le tout fonctionne à merveille, ce qui va être une grande amélioration dans le service de ces divers bureaux.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 avril 1883): 2, col. 2.