1 No d'identification : 11747 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Nous venons d’apprendre ce qu’il nous en coûtera pour former le trésor municipal. C’est digne de remarque voyez-vous. Il ferait bon de songer que de grosses compagnies comme la Wabasso devront bientôt détacher un chèque à cet effet. Nous prévoyons, d’après des indices certains, qu’il y aura encore à ce propos des cartes sous table. On ferait bien de glisser un mot aux échevins quant à cela. »

Référence
«Les taxes à Trois-Rivières», Le Bien Public (10 juillet 1919): 8, col. 2.

2 No d'identification : 11746 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« La semaine dernière, nos échevins se sont enfin réunis durant quelques quarts d’heures et ont adopté certains règlements en faveur de la St-Maurice Lumber. D’abord, il est décidé que la rue des Pins disparaîtra entièrement. Les rues Notre-Dame et des Commissaires seront fermées de la limite des terrains appartenant à la St-Maurice Lumber vers l’est. De plus, la compagnie jouira d’une exemption de taxes foncières et d’eau durant vingt ans à condition qu’elle se munisse d’un système spécial. La St-Maurice Lumber agit pour l’International Paper qui construira sur ses propriétés une pulperie. »

Référence
Le Bien Public (26 juin 1919): 8, col. 1.

3 No d'identification : 11745 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Dans cet article intitulé « Le bonus et l’exemption de taxe », il est question de l’octroi d’un bonus de 25 000$ avec en plus une exemption de taxe pour 20 ans à une compagnie de coton voulant s’établir dans la région. Le journaliste explique pourquoi il est contre cet octroi et l’exemption.

Référence
Le Bien Public (15 octobre 1914): 1, col. 5-6.

4 No d'identification : 11744 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
Le 11 de ce mois, un vote devait être donné par les citoyens de notre ville à l’effet de se prononcer pour ou contre l’octroi d’une certaine somme à une manufacture de gants qui voulait s’établir dans les limites de notre ville. Aucun citoyen ne s’objectera, le poll n’ayant pas été demandé, l’octroi sera accordé. On commencera la construction de cette manufacture sous peu. Elle sera paraît-il sous le contrôle de la Acme Glove Works à Montréal.

Référence
Le Bien Public (17 juillet 1913): 5, col. 3.

5 No d'identification : 11743 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« En séance de comité général cette semaine, M. l’échevin Dufresne a entretenu ses confrères d’une offre que ferait une compagnie qui manufacture la Presse à imprimer “Carth Right”.
Cette compagnie demandait une garantie de la part de la corporation d’une somme de 50 000$ qu’elle s’engagerait de rembourser dans cinq ou dix années. Un comité composé de Son Honneur le maire et de quelques autres échevins devra rencontrer les directeurs de cette compagnie et les amener devant les membres du conseil de ville. Cette entrevue devra avoir lieu sous peu. »

Référence
«Une nouvelle industrie», Le Nouveau Trois-Rivières (20 mai 1910): 2, col. 2.

6 No d'identification : 11742 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Le conseil de ville de Trois-Rivières vient d’accorder une exemption de taxes municipales à la Canada Iron Co., pour une période de 20 ans. Toutefois, cette compagnie devra payer 200$ par année pour l’eau et 400$ de taxes scolaires.

Référence
Le Bien Public (24 décembre 1909): 6, col. 1.

7 No d'identification : 11741 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« On nous informe que la Canada Iron n’a pas encore obtenu du conseil l’exemption de taxe qu’elle demandait pour les 10 ans à venir à compter de 1910. On nous dit que plusieurs conseillers laisseront à ceux de l’année prochaine l’opportunité de se prononcer sur la question.
C’est à notre sens un excès de prudence qui peut avoir pour nous des conséquences déplorables. Car en fin de compte, les avantages promis par la Canada Iron sont patents, et valent que l’on fasse quelque chose pour les mériter. Cette exemption de taxe, tout considéré, est peu de chose à accorder.
Et puisque la compagnie, qui suit ses affaires de près, verrait un avantage à obtenir de suite la certitude de cette exemption, nous ne voyons pas ce que la ville peut gagner à mécontenter à plaisir des gens qui ne nous veulent que du bien.
Il ne faut pas oublier non plus que les capitalistes qui dirigent l’entreprise, s’ils aiment à traiter entre hommes d’affaires, ont un beau dédain pour les finasseries et les pusillanimes. Et il serait malheureux que juste au moment où les directeurs songent à faire de notre ville la place centrale de leurs affaires, une simple maladresse de notre part vint les indisposer contre nous. »

Référence
Le Bien Public (27 juillet 1909): 1, col. 1-2.

8 No d'identification : 11740 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La Canada Iron voudrait que le conseil de ville lui accorde une exemption de taxe et que le service d’eau lui soit offert à prix réduit.

Référence
«La Canada Iron», Le Bien Public (2 juillet 1909): 1, col. 1-2.

9 No d'identification : 11739 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« MM. Olivier, Bournival et Houbston sont allés samedi à Montréal rencontrer les directeurs de la Shawenegan Water and Power Co. Ils leur ont donné l’assurance que la ville serait disposée à accorder un emplacement et une exemption de taxes aux manufactures que la Shawenegan réussirait à faire établir ici. Quant au tramway électrique, la compagnie en considère la construction impossible pour aujourd’hui, vu la hausse sur le fer. Elle estime tout de même que la réalisation de ce projet sera la conséquence logique du développement de ses travaux de Shawenegan. Elle examine un projet mixte en vertu duquel elle pourrait avoir pour les tramways l’usage d’un embranchement que la Grand Nord construirait du village de Shawenegan ici. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (23 janvier 1900): 3, col. 5.

10 No d'identification : 11738 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La Three Rivers Shoe Co. demande que la corporation lui donne en absolue propriété le terrain et la bâtisse qu’elle occupe actuellement, ainsi que l’outillage que contenait cette bâtisse il y a deux ans. Elle demande de plus à être libérée de toutes ses obligations envers la corporation.
La requête est appuyée par la Chambre de commerce.
Le conseil est divisé sur cette question. Le peuple décidera en dernière analyse.

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (14 mars 1899): 3, col. 4-5.

11 No d'identification : 11737 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
La votation a eu lieu mercredi, 31 janvier, sur le règlement no 59 portant modification du règlement no 37 relatif à la subvention en terrain et en argent accordée à l’ancienne compagnie des conduites d’eau. La votation a été menée rondement, mais très paisiblement.
Voici quel a été le résultat du scrutin: Pour le règlement, en nombre: 338, contre : 47. Les deux plus forts propriétaires qui ont voté en faveur du règlement suffiraient à eux seuls pour l’emporter en valeur sur les 47 adversaires. Comme on le voit, c’est une écrasante majorité.
M. J.A. Gagnon a lieu d’être très satisfait du résultat.

Référence
«Le règlement», Le Trifluvien (2 février 1894): 3, col. 3.

12 No d'identification : 11736 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Des subventions sont accordées à M. Smardon, manufacturier.

Référence
«Affaires municipales », Le Trifluvien (5 janvier 1894): 2, col. 4.

13 No d'identification : 11735 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
On dit que le conseil a décidé en comité d’accorder un bonus de 15$ payable en 10 ans, 1500 dollars par année et une exemption de taxes pendant 20 ans, à la compagnie qui veut établir de hauts fourneaux, ici.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (17 avril 1890): 2, col. 5.

14 No d'identification : 11734 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Le règlement en faveur de la compagnie des abattoirs a été adopté sans opposition par les électeurs et ratifié par le conseil de ville. Nos sincères félicitations.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 janvier 1890): 2, col. 5.

15 No d'identification : 11733 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« La corporation a acheté au prix de 250 $ l’arpent, une partie de la terre de M. Delisle, près du pont St-Maurice. Ce terrain a été transporté de la compagnie des conduites d’eau qui va commencer de suite les travaux de construction de ses usines. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (3 août 1889): 3, col. 4.

16 No d'identification : 11732 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Le règlement passé par notre conseil de ville le 5 juillet courant, accordant à la compagnie canadienne des conduites d’eau un bonus de 20 000$, une étendue de terrain de 15 arpents en superficie ainsi qu’une exemption de taxe pendant 10 ans, a été hier ratifié à l’unanimité par les contribuables de cette cité. »

Référence
«Notes locales», La Paix (30 juillet 1889): 3, col. 2.

17 No d'identification : 11731 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le règlement concernant le compagnie canadienne des conduites d’eau a été voté lundi à l’unanimité. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 août 1889): 2, col. 1.

18 No d'identification : 11730 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
« C’est aujourd’hui que les citoyens doivent se prononcer sur le règlement accordant certains avantages à la compagnie des conduites d’eau pour la construction de ses usines en cette ville. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (29 juillet 1889): 2, col. 4.

19 No d'identification : 11729 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Le conseil a adopté le règlement accordant un terrain et d’autres avantages à la compagnie canadienne des conduites d’eau.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (8 juillet 1889): 2, col. 5.

20 No d'identification : 11728 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Une demande de bonus a été faite mercredi dernier au conseil de ville par M. Bender.
M. Bender qui dit être à la tête d’une puissante compagnie demande à la corporation 100 âcres de terrain à proximité de la ville, et 18 000$ en argent.
Il s’engage à construire de grands abattoirs au coût de moins de au moins 100 000$, et promet d’employer 300 à 400 personnes.
Si ce projet est sérieux ce sera certainement une belle affaire pour notre ville, et nous ne doutons pas que nos édiles feront tout en leur possible pour attirer une industrie de cette importance parmi nous.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (13 mai 1889): 3, col. 1.

21 No d'identification : 11727 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel :
À la séance du conseil de ville de lundi dernier, une lettre de M. Sigris, demandant de l’aide pour l’établissement d’une brasserie de bière de tempérance, a été lue.
Aussi une requête de MM. Aug. Brunelle et H. Carpentier, demandant un bonus pour l’établissement d’une ligne de bateaux entre cette ville et les paroisses environnantes.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (7 février 1889): 2, col. 5.

22 No d'identification : 11726 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
La votation sur les règlements en faveur des manufactures a donné le résultat suivant :
Règlement Smardon, ont voté pour : 323, contre : 26
Règlement Gélinas et frère, ont voté pour : 336, contre 13
Nombre total de votes donnés : 349

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (26 avril 1888): 2, col. 4.

23 No d'identification : 11725 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel :
Lundi dernier, le conseil de cette ville a adopté les règlements accordant 5000$ à MM. Gélinas et frère pour rebâtir leur établissement et 35 000$ à M. Smardon de Montréal pour l’établissement en cette ville d’une manufacture de chaussures.
Ces règlements seront publiés et les propriétaires de la cité seront invités à ratifier l’action du conseil ou la désapprouver.
Ces règlements ne seront en vigueur que s’ils sont acceptés par la majorité des propriétaires.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 mars 1888): 2, col. 4.

24 No d'identification : 11724 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Le conseil de ville a accordé :
1. Un bonus de 35 000$ à un manufacturier de chaussures de Montréal, M. Richard Smardon, à 3 conditions : bâtir une manufacture de 15 000$, y mettre un outillage de 20 000$ et engager 180 personnes au moins pendant 300 jours par an.
2. Un bonus de 5000$ à MM. Gélinas qui ont perdu leur manufacture de pelles à la suite d’un incendie.
3. Deux exemptions de taxes pour 10 ans pour ces 2 manufacturiers.
Les contribuables seront appelés à se prononcer bientôt sur ces subsides.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 mars 1888): 2, col. 5.

25 No d'identification : 11723 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
On nous informe que le conseil de ville, à une de ses dernières séances, aurait décidé d’accorder un bonus de 15 000$ (le chiffre 5 est mal imprimé, peut-être s’agit-il d’un 0) pour une manufacture de chaussures, et aussi exemption de taxes pendant un certain nombre d’années.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 décembre 1887): 2, col. 4.