Thème : Administration municipale - divers
Index thématique -> Administration municipale -> Administration municipale - divers
1 No d'identification : 12191 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
Conformément à l’avis publié dans notre journal, la semaine dernière, les élections municipales ont eu lieu hier, en la cité de Trois-Rivières. À neuf heures du matin, M. De Niverville, escorté d’un grand nombre de ses amis, se rendit à l’hôtel de ville, où il fut unanimement proclamé maire pour la cité de Trois-Rivières. À dix heures précises, le poll fut ouvert dans chacun des quatre quartiers de la cité et fut fermé peu de temps après, car il n’y eut de contestation dans aucun ; M. Normand fut réélu pour le premier quartier Notre-Dame ; M. Houliston fut choisi pour le quartier Ste-Ursule ; M. Craig fut réélu pour le quartier St-Louis ; et M. Guillemette fut proclamé pour le quartier St-Philippe.

Référence
L’Ère Nouvelle, 54 (7 juillet 1863): 2, col. 2-3.

2 No d'identification : 12180 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Plusieurs employés du gouvernement dans le district des Trois-Rivières ont fait, depuis déjà quelque temps, des applications pour une augmentation de leurs salaires. Vu la cherté des choses nécessaires à la vie, qui ont doublé en valeur depuis un an, l’on ne peut que souhaiter qu’ils réussissent. Nous aimerions à savoir ce que le gouvernement en fait, et s’il va décider que ces employés, qui ont des familles à supporter, sont moins dignes, quand ils font leur devoir, de son attention et de sa considération que ceux de la Chambre d’assemblée, à qui on a déjà accordé des “bonus” et dont on se propose d’augmenter les salaires.
Si on ne fait pas justice ici, pour notre part, nous nous promettons de crier fort. En attendant, nous devons dire que lorsque ces salaires ont été fixés en 1850, la vie était à bon marché, et encore n’était-ce que justement assez pour assurer une indépendance.

Maintenant, comment est-il possible qu’un homme puisse supporter une famille et l’entretenir dans l’état que sa position pardevers [sic] la société lui impose, avec un £ 200 ou £ 300? Avant la fixation de ces salaires, nos officiers du gouvernement recevaient de leurs bureaux depuis £ 400 à £ 800. Ça pouvait être trop dans ce temps-là. Mais aujourd’hui nous disons qu’il est impossible à un shérif ou à un greffier de vivre, s’il a une famille, à moins de £ 400, et pourquoi ne pas l’accorder ici comme à Québec et à Montréal? La vie ne coûte pas plus cher là qu’ici. Nous avons été un temps en faveur de la réduction des salaires, parce qu’un grand nombre d’employés, surtout les plus hauts placés, recevaient alors plus qu’ils n’avaient besoin. Aujourd’hui la justice nous commande de réclamer une augmentation en faveur de quelques-uns qui ne reçoivent pas plus certainement que la moitié de ce qu’ils devraient avoir. Nous espérons que justice leur sera faite. C’est juste. »

Référence
L’Ère Nouvelle (11 novembre 1854): 2, col. 4.

3 No d'identification : 12179 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Commentaires concernant la destitution du secrétaire-trésorier de la municipalité de Trois-Rivières et de son remplacement.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (24 juillet 1852): 2, col. 1-2.

4 No d'identification : 12178 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Liste complète des chômeurs nécessiteux à Trois-Rivières au 13 juin 1935.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 juin 1935.

5 No d'identification : 12177 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Nous avons connu l’époque [1930] où les couloirs de l’hôtel de ville remplissaient de sans-travail en quête d’une entrevue avec le maire, à qui ils allaient demander du travail, la recherche ou le paiement d’un loyer et même les quelques dollars nécessaires au chauffage de la maison. »

Référence
«Rapport Kellog», Le Nouvelliste (13 mars 1953): 3.

6 No d'identification : 12176 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Règlement concernant la distribution des secours directs aux chômeurs nécessiteux dans la cité de Trois-Rivières.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 mai 1935.

7 No d'identification : 12175 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Durant la crise, la ville met sur pied la commission du chômage et du bien-être pour gérer les sommes attribuées aux chômeurs.

Référence
«Rapport Kellog», Le Nouvelliste (12 mars 1953): 3.

8 No d'identification : 12174 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
1- construction d’un nouveau marché
2- construction du rond-point
3- élargissement de la rue Notre-Dame
4- élargissement de la rue Royale
5- élargissement de la rue des Forges
6- construction du pont Lejeune
7- annexion de la Banlieue

Référence
«Le journal souligne les priorités pour la ville», Le Nouvelliste (4 avril 1949): 1.

9 No d'identification : 12173 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Enquête tenue à l’hôtel de ville des Trois-Rivières dans la salle des commissions permanentes, sous la présidence de Son Honneur le maire G.H. Robichon, au sujet de la question du bois de chauffage dans la cité. »

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 janvier 1934.

10 No d'identification : 12172 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Le projet de notre ville d’acquérir sous le plus court délai une grande quantité de patates et de livrer celles-ci au prix coûtant à notre population est digne de tous les éloges. C’est un essai de coopérative qui vient à son heure. Les commissions permanentes du conseil de ville ont décidé de prendre les moyens les plus efficaces pour que la corporation des Trois-Rivières se procure sous le plus court délai une grande quantité de pommes de terre pour les revendre sans bénéfice aux citoyens de cette ville pour en faire bénéficier la classe ouvrière. On croit que sous peu, plusieurs chars de pommes de terre seront ainsi mis à la disposition des consommateurs. »

Référence
«Mesure humanitaire du conseil de ville», Le Bien Public (10 mai 1917): 8, col. 5.

11 No d'identification : 12171 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
À la session de 1915, le gouvernement du Québec autorise la ville de Trois-Rivières à faire des travaux pour près d’un million de dollars.

Référence
Le Bien Public (8 juillet 1915).

12 No d'identification : 12170 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« À la séance de lundi, le conseil de ville a remercié de ses services l’ingénieur Bourgeois. Les raisons de ce renvoi n’ont pas été données, et tout nous porte à croire qu’elles ne sont pas avouables. Et le public aura le droit de croire ces raisons inavouables tant que le conseil n’aura pas eu la loyauté de démontrer par une enquête les causes qui ont pu motiver cet acte arbitraire. La conséquence est que nous n’avons pas d’ingénieur au département des travaux municipaux. L’on nous informe que le remplaçant de M. Bourgeois est un M. Lambert dont le nom ne figure pas parmi les membres de la corporation des ingénieurs civils et des arpenteurs de la province de Québec. »

Référence
«Une brutalité au conseil», Le Bien Public (6 janvier 1915): 1, col. 5.

13 No d'identification : 12169 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal s’exprime sur les derniers changements survenus au conseil de ville. Le dénominateur commun à ces délibérations est le « tramway ». Dans cet article, il est question de débentures, de publicités en anglais de la part de la compagnie de tramway, etc.

Référence
Le Bien Public (5 novembre 1914): 1, col. 3.

14 No d'identification : 12168 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article qui stipule que le gouvernement va ouvrir des bureaux de placements dans plusieurs villes, dont Trois-Rivières.

Référence
«Le gouvernement et les ouvriers », Le Nouveau Trois-Rivières (30 septembre 1910): 5, col. 2-3.

15 No d'identification : 12167 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal continue son analyse de l’état actuel de l’administration municipale de Trois-Rivières.

Référence
Le Bien Public (30 août 1910): 1, col. 1-2.

16 No d'identification : 12166 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal critique son analyse de l’administration de la municipalité de Trois-Rivières.

Référence
Le Bien Public (26 août 1910): 1, col. 1-2.

17 No d'identification : 12165 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal se prononce pour la suppression des quartiers municipaux.

Référence
Le Bien Public (26 avril 1910): 1, col. 1.

18 No d'identification : 12164 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Un correspondant se plaint du monopole que la Shawinigan Water & Power possède sur le sable de la grève. Le fait est que la Shawinigan Water & Power a envoyé une action au conseil municipal parce que la ville aurait pris du sable sur les grèves du St-Maurice. L’auteur trouve injuste que la compagnie entreprenne une telle action alors même que la ville lui accorde de fortes exemptions de taxes.

Référence
«La reconnaissance», Le Bien Public (31 décembre 1909): 4, col. 3-4.

19 No d'identification : 12163 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’auteur critique fortement les échevins et souligne une fois de plus la division des échevins en deux factions.

Référence
«L’enquête», Le Bien Public (3 décembre 1909): 1, col. 2-3.

20 No d'identification : 12162 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article au sujet des bienfaits de la nomination d’un ingénieur pour la cité de Trois-Rivières.

Référence
«Ingénieur de la cité», Le Nouveau Trois-Rivières (27 mai 1909): 1, col. 2.

21 No d'identification : 12161 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La corporation avait demandé au gouvernement fédéral la concession d’un emplacement situé dans l’île située entre les deux ponts du St-Maurice et qui est propriété gouvernementale. Elle voulait installer là le gardien de sa barrière de péage afin de permettre aux citoyens qui habitent l’île et qui paient les taxes comme les autres citoyens des Trois-Rivières de venir sans payer au centre de la cité, et en même temps d’obliger à payer les gens du Cap de la Madeleine qui viennent travailler dans l’île.
Le gouvernement fédéral a accusé réception de la lettre de la corporation. Pas un mot de plus que la formule strictement nécessaire à cet accusé de réception.
Donc, d’ici à quelque temps encore, la barrière restera à la tête du premier pont. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (24 mai 1898): 3, col. 4.

22 No d'identification : 12160 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Les électeurs devront indiquer par leurs votes qu’ils sont en faveur de réformes à peu près complètes dans l’administration municipale. L’injustice, l’arbitraire, la mauvaise administration, etc. doivent disparaître.

Référence
«Les élections municipales », Le Trifluvien (7 janvier 1898): 2, col. 4-5.

23 No d'identification : 12159 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le conseil de ville a décidé hier de porter devant la cour suprême la cause jugée dernièrement par la cour d’appel en faveur de la Banque du Peuple, et dans laquelle la ville réclame le remboursement du « bonus » de 20 000$ payé à MM. Hall, Neilson et Cie.
La Cour supérieure et la cour d’appel, à l’unanimité des juges, ont déjà rejeté les prétentions de la corporation.
M. L.D. Paquin occupe pour la corporation, et M. P.N. Martin C.R pour la Banque du peuple.

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (25 janvier 1893): 3, col. 4.

24 No d'identification : 12158 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Il n’y a pas, en ville, l’enlèvement régulier des ordures, des déchets aux frais de la corporation. Il n’y a pas même de direction imposée à l’initiative privée pour s’assurer, en cette matière, un résultat.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 août 1892.

25 No d'identification : 12157 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Les personnes qui voyagent se plaignent qu’aux lendemains des tempêtes, il n’y a presque pas moyen de se rendre au débarcadère du « Glacial », la neige n’étant pas enlevée sur le quai Richelieu.
Nous attirons l’attention des autorités sur ce fait.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 février 1889): 2, col. 5.