Thème : Fonderies et fabriques diverses
Index thématique -> Économie -> Industries -> Métallurgie -> Fonderies et fabriques diverses
1 No d'identification : 15111 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
1934
Petite boutique sur la rue Niverville
- Réalisation lustre de fer forgé dans la coupole du séminaire.

- Ornement de la chapelle de Kermaria maison provinciale des filles de Jésus.

Référence
«Les forge des frères Lebrun», Le Nouvelliste (9 décembre 1950).

2 No d'identification : 15109 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La fonderie des frères Bellefeuille construite en 1868 et mesurant 115 pieds par 25 est détruite par un incendie. Seul l’avant de la bâtisse abritant la machinerie a été sauvé.

Référence
Le Nouvelliste (29 décembre 1923): 7.

3 No d'identification : 15103 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
En opération « La fonderie d’acier de MM. Massicotte et Gagnon a commencé ses opérations cette semaine. L’huile brute est le combustible employé pour chauffer les fours qui peuvent donner une température de 2 500 degrés. La consommation journalière est de 2 500 gallons. Les fours au nombre de deux ont une capacité de 30 tonnes d’acier chacun, et tout l’acier fondu à l’usine sera employé à la fabrication des obus. »

Référence
Le Bien Public (9 août 1917): 8, col. 1.

4 No d'identification : 15100 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La fonderie Bellefeuille abritait également une manufacture d’instruments aratoires et les moulins à carder la laine (vers 1905).

Référence
Louis-Georges Godin, Mémorial trifluvien, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1933: 31.

5 No d'identification : 15099 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rapport des activités de la St-Maurice Foundry Machine Co.

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (26 octobre 1900): 3, col. 2.

6 No d'identification : 15095 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Messieurs L.T. Desaulniers et Auguste Desaulnier, tous deux fils de L.T. Desaulniers, secrétaire-trésorier de cette ville, ont fait l’acquisition de la Fonderie Canadienne appartenant à M. Flavien Rémillard. Ils feront affaire sous le nom de Desaulniers et frère.
Nous leur souhaitons beaucoup de succès. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (4 mars 1898): 3, col. 3.

7 No d'identification : 15092 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Le Steamer “Acadian” a accepté ici une cargaison de fonte pour les usines Charlebois. L’on essaiera, cette année, pour la première fois, de faire fonctionner ces usines pendant l’hiver. Dans ce but l’on les a agrandies. The Three-Rivers Iron Works emploie actuellement 175 personnes ; les commandes sont très nombreuses. Notre ville doit être fière de posséder cet établissement industriel, le plus grand du genre dans le pays. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (17 novembre 1896): 3, col. 5.

8 No d'identification : 15003 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le Steamer “Tiber”, Cap Delisle a rapporté le 6 courant une cargaison de 1000 tonneaux de fonte en barres pour la Three Rivers Iron Works. C’est la troisième cargaison qui fait venir cette compagnie, depuis l’ouverture de la navigation. Le déchargement se fait sous la surveillance de M. Geo. Leprohon. »

Référence
L’indépendance canadienne (12 octobre 1895): 2, col. 7.

9 No d'identification : 15002 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« M. l’échevin Télesphore Lymbernur vient de faire subir à son établissement une importante amélioration.
Profitant du voisinage de la fonderie Rémillard qui se trouve située en face de sa manufacture de voitures, M. Lymbernur a relié son établissement à celui de M. Rémillard par une courroie en fil métallique. Le pouvoir moteur est fourni par l’engin de la fonderie Rémillard et ce pouvoir est transmis par la courroie jusqu’à la manufacture Lymburner où il met en opération toutes les machines de cet établissement.
Cette courroie traverse la rue St-Georges, à la hauteur des toitures des deux bâtisses et ne nuit en aucune façon à la circulation.
Nos félicitations à M. Télesphore Lymburner pour son esprit d’entreprise.

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (9 mars 1894): 3, col. 7.

10 No d'identification : 15001 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Avis officiel concernant l’ouverture d’une nouvelle compagnie qui s’occupera de manufacturer les haches, marteaux et autres objets en fer et en acier.

Référence
«Nouvelle compagnie», Le Trifluvien (24 septembre 1890): 3, col. 4.

11 No d'identification : 15000 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« MM. Rémillard & frère font construire en neuf leur fonderie et toutes leurs usines. Les nouvelles bâtisses seront plus considérables que les anciennes. Nos félicitations à ces messieurs dont l’industrie progresse rapidement grâce à leur travail et à leur énergie. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (13 novembre 1889): 3, col. 3.

12 No d'identification : 14999 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
« On dit que les MM. Rémillard de cette ville ont fait avec la compagnie du Pacifique un contrat pour la fabrication des armatures en fonte de 1000 wagons plates-formes. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 décembre 1888): 2, col. 5.

13 No d'identification : 14998 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« La fonderie Rémillard de cette ville a passé avec le Pacifique un contrat pour les ouvrages en fonte de mille chars plates-formes. On a commencé ces jours-ci à expédier cette fonte. »

Référence
«Échos de la ville et du district», Le Trifluvien (1 décembre 1888): 3, col. 1.

14 No d'identification : 14997 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Précision : la manufacture a été achetée par la société Bellefeuille et frère.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 janvier 1888): 2.

15 No d'identification : 14996 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel :
« Nous apprenons avec plaisir que M. F.X. Bellefeuille, président de la commission du Havre et propriétaire d’une importante fonderie, vient de faire l’achat du bel établissement de construction d’engins et de mécanisme de toute sorte, de MM. Mckelvie et fils de cette ville. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 janvier 1888): 2, col. 5.

16 No d'identification : 14995 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
« Le feu s’est déclaré à la fonderie de M. Rémillard mercredi soir, vers 11 heures ; la brigade du feu se rendit sur les lieux de suite et réussit avec beaucoup de difficulté à arrêter l’incendie. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 juillet 1881): 2, col. 3.

17 No d'identification : 14994 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Au “Vulcan Works” autrefois occupé par McKelvie & Son, on est prêt à exécuter tous ouvrages de moulerie, de machinerie et de forge, de première qualité, avec expédition, et à bas prix.
Le patronage du public est sollicité.
Trois-Rivières, novembre 1877. »

Référence
«Avis», Le Journal des Trois-Rivières (19 novembre 1877): 3, col. 2.

18 No d'identification : 14993 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rémillard : fonderie aux Trois-Rivières.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (9 octobre 1871): 3, col. 3.

19 No d'identification : 14992 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« À vendre.
La fonderie si bien connue et encouragée appartenant ci-devant à feu Louis Dupuis, dans la cité des Trois-Rivières. L’acquéreur pourra garder entre ses mains, s’il le désire, une partie du prix d’achat, en payant 8 par 100 d’intérêt.
Pour plus amples informations, s’adresser aux Trois-Rivières à L.U.A. Genest. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 mars 1880): 3, col. 2.

20 No d'identification : 14991 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
La fonderie de M. Louis Dupuis de Trois-Rivières fond les métaux pour en faire des cloches et des carillons. C’est lui qui a produit les cloches pour l’Hôpital général de Québec et pour l’église de St-Raymond, St-Casimir, St-Alban ainsi que de nombreuses autres paroisses. Pourquoi commander des cloches à Londres ou à Troye, alors que celles fabriquées par M. Dupuis sont d’aussi bonne qualité et semblent peser beaucoup moins, ce qui n’empêche pas ces cloches d’avoir un beau son?

Référence
«Industrie importante pour le Bas-Canada», L’Ère Nouvelle (1 décembre 1864): 2, col. 3.

21 No d'identification : 14990 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Le soussigné a l’honneur d’informer le public qu’il a ouvert un établissement dans la ligne ci-dessus dans la rue St-Philippe entre les deux marchés. Il espère mériter l’encouragement du public par son attention et sa ponctualité.
Ouvrages en fontes, etc., exécutés avec goût et promptitude, et aux prix les plus modérés.
Commandes reçues par M. Charles Louthood, marchand rue du Platon.
Pierre Mailloux. »

Référence
L’Ère Nouvelle (2 décembre 1854): 4, col. 1.

22 No d'identification : 14989 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Fonderie de M. Duplessis à Trois-Rivières. (Informations sur la production et sur le procédé de fabrication.)

Référence
Gazette des Trois-Rivières (1 octobre 1846): 3, col. 1.