1 No d'identification : 8718 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le soussigné informe respectueusement ses amis et le public en général qu’il a transporté son magasin dans les bâtisses de Dame P. Desfossés, rue des Forges. Porte voisine de McClung, horloger. Il sollicite le patronage de tous ceux qui voudront bien visiter son nouvel assortiment de “marchandises sèches” qui est des plus complets. Il espère, par l’attention qu’il apportera dans sa branche, mériter une part du patronage du public.
T. Lord »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 mai 1865): 3, col. 5.

2 No d'identification : 8708 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le temps pendant les derniers trois jours a été remarquablement doux, la neige a disparu, et l’apparence générale est plutôt celle du printemps que le commencement d’une nouvelle année. Par suite du mauvais état des chemins, nos marchés ont été bien médiocrement approvisionnés, et les affaires commerciales en général sont remarquablement lâches pour la saison. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (31 décembre 1847): 2, col. 2.

3 No d'identification : 8707 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Un fort mouvement se fait en ville en faveur de la fermeture des établissements commerciaux et des industries une après-midi par semaine. »

Référence
Le Bien Public (22 mai 1919): 8, col. 6.

4 No d'identification : 8705 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Publicité en faveur des commerces de Shawinigan Falls.

Référence
L’écho du St-Maurice (4 janvier 1917): 5.

5 No d'identification : 8704 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le manque de neige pour les chemins d’hiver retarde beaucoup notre commerce d’hiver. Nos marchands s’en plaignent. Néanmoins, par les beaux étalages, on voit qu’ils sont préparés pour servir la clientèle et qu’ils escomptent le temps des fêtes pour écouler leur marchandise. »

Référence
«Louiseville», Le Bien Public, 29 (21 décembre 1916): 5, col. 7.

6 No d'identification : 8701 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Au temps des fêtes, les ventes ont été généralement plus considérables et de beaucoup que celles des années passées. Certains marchands nous affirment que leurs recettes ont été des deux tiers de plus que celles atteintes jusqu’à présent. Détail à noter, les objets de luxe, les choses chères se sont vendues rapidement et à bon prix. Notre population augmente évidemment, et la demande devient en conséquence plus considérable: d’un autre côté aussi, l’argent ne fait pas défaut, et c’est tant mieux. »

Référence
Le Bien Public (16 janvier 1913): 1, col. 1.

7 No d'identification : 8699 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal demande au conseil de ramener la clientèle aux commerces de la ville de Trois-Rivières.

Référence
Le Bien Public (6 septembre 1910): 1, col. 1.

8 No d'identification : 8697 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Des conditions générales du marché aux Trois-Rivières. [...] La semaine dernière a marqué l’arrivée des premiers vapeurs océaniques qui ont apporté ici des cargaisons de charbon de soufre et aussi par l’arrivée de “canal boats”, qui devront prendre des chargements de bois de pulpe pour l’exportation [...] »

Référence
Le Nouveau Trois-Rivières (10 juin 1910): 6, col. 3.

9 No d'identification : 8690 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal critique le boycottage de la ville de Trois-Rivières par les compagnies de transport, source d’appauvrissement pour l’influx commercial qui parcourt la ville.

Référence
Le Bien Public (29 avril 1910): 1, col. 1.

10 No d'identification : 8689 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Aperçu des affaires et des prix aux Trois-Rivières.

Référence
«Marché», Le Bien Public (11 février 1910): 6, col. 2.

11 No d'identification : 8687 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal fait état d’un certain malaise économique dans le domaine commercial à Trois-Rivières. Le journal en profite donc pour presser le conseil municipal à améliorer les voies d’accès à la ville, ce qui devrait attirer une plus grande clientèle pour les commerçants locaux.

Référence
«Un malaise», Le Bien Public (14 janvier 1910): 1, col. 1-2.

12 No d'identification : 8685 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Une requête a été présentée aux autorités du C. P. R. demandant qu’un tronçon de voie ferrée soit construit depuis la ligne principale jusqu’à nos inépuisables coteaux de sable. Cette ligne aurait une longueur d’une vingtaine d’arpents. Tous les hommes compétents s’accordent à reconnaître que notre sable est d’une qualité supérieure pour la fabrication du mortier et du béton. Déjà quelques puissants constructeurs montréalais ont déclaré leur intention de se faire expédier, chaque année, au moins un millier de chars chargés du sable de la Pointe-du-Lac.

Nous avons lieu d’espérer que les officiers du C. P. R. jugeront bon de nous accorder ces quelques arpents de chemin de fer. »

Référence
«Courriers de Pointe-du-Lac», Le Bien Public (29 octobre 1909): 4, col. 3-4.

13 No d'identification : 8683 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Il est question de l’importance des Trois-Rivières comme marché.

Référence
«La traverse», Le Bien Public (1 octobre 1909): 1, col. 1-3.

14 No d'identification : 8680 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le commerce s’améliore de jour en jour et pour peu que la température continue à être favorable, tout annonce que la situation commerciale va être favorable, tout annonce que la situation commerciale va être excellente à la ville comme à la campagne, ce qui aura pour effet de baisser les prix qui sont aujourd’hui très hauts, pour ne pas dire exorbitants. Notre marché de samedi dernier était assez bien approvisionné en viandes et en légumes: les radis ont fait fureur ainsi que la laitue. Quant aux oeufs, le beurre, les prix sont restés les mêmes, 22 cents et 25 cents. Les patates ont subi une légère hausse et les prix des patates nouvelles ne sont pas abordables.

Les viandes conservent les mêmes prix, et il n’y aura pas de baisse avant quelques semaines. »

Référence
«Courrier de la Cité», Le Bien Public (22 juin 1909): 4, col. 1.

15 No d'identification : 8678 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article sur la rapidité de location de magasins avant même que la construction de ceux-ci soit terminée.

Référence
«La construction», Le Nouveau Trois-Rivières (11 mars 1909): 4, col. 1.

16 No d'identification : 8674 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« En vue de la direction nouvelle que prendrait le commerce en général, suivant des pétitions qui ne semblent pas exagérées, on annonce pour prochainement la construction, aux coins des rues Champflour et St-Prosper, d’un bloc en briques pressées contenant quatre magasins spacieux et bien aménagés. L’immeuble serait construit par Monsieur Narcisse Beaudry et les magasins seraient d’une dimension de 25 pieds sur 75 de profondeur. Monsieur Lafond, architecte de notre ville, en a préparé les plans et en surveillera la construction. Les nouveaux magasins seraient prêts à l’automne prochain. »

Référence
«Notes locales: Déplacement de Commerce.», Le Nouveau Trois-Rivières (30 juillet 1908): 4, col. 3.

17 No d'identification : 8672 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
- Le passé et l’avenir du commerce trifluvien.

- Le rapport annuel du président de la Chambre de commerce.

- Les développements de la région du St-Maurice et leurs conséquences.

- Le congrès commercial international de Philadelphie.

Référence
«Le commerce trifluvien», Le Trifluvien (26 janvier 1900): 2, col. 3-5.

18 No d'identification : 8670 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Monsieur George Balcer, vice-consul de France à Trois-Rivières et secrétaire de la Commission du Havre, parle de l’avenir des relations commerciales de la région avec la France.

Référence
«Un interview de M. Geo. Balcer», Le Trifluvien (3 juin 1898): 2, col. 3-4.

19 No d'identification : 8668 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Il est question d’imposer une taxe de 100$ à tout colporteur qui voudra vendre dans les limites de la ville.

Référence
«Un fléau», Le Trifluvien (27 août 1895): 3, col. 4.

20 No d'identification : 8667 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Messieurs les marchands de nouveautés ayant eu la bienveillance de consentir à fermer leurs magasins à 8 heures p.m. précises, depuis le 4 juillet jusqu’au 1er octobre prochain, afin de permettre à leurs employés de prendre un peu de repos, le public est respectueusement prié de vouloir bien faire ses achats avant cette heure.

Référence
«Échos de la Ville et du District», Le Trifluvien (7 juillet 1893): 3, col. 4.

21 No d'identification : 8665 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Cédule de taxes, droits de licences et droits des successions établis par le percepteur du revenu dans le district de Trois-Rivières.

Référence
Le Trifluvien (28 septembre 1892): 4, col. 3-4.

22 No d'identification : 8662 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Plusieurs marchands se plaignent de la concurrence qui leur est faite par les colporteurs qui vendent dans nos rues et dans les campagnes.

À la ville, ces colporteurs paient une licence nominale, et à la campagne, ils ne paient rien ou à peu près rien. Il faudrait les taxer fortement.

Ces colporteurs sont surtout un fléau dans les campagnes. Vendant au comptant, ils enlèvent l’argent de la paroisse, tandis que le commerçant qui paie loyer, taxes, commis, l’intérêt sur les marchandises en magasin, est trop souvent obligé de se contenter du crédit. Le remède est entre les mains de nos législateurs et les autorités municipales: qu’ils l’appliquent donc sans tarder. »

Référence
«Ils ont raison.», Le Trifluvien (22 juin 1892): 3, col. 2.

23 No d'identification : 8660 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous informe que plusieurs citoyens, mécontents de la manière dont la distribution de la glace est faite en cette ville, vont se former en compagnie et faire concurrence à Monsieur Lemay, l’an prochain. »

Référence
«Glace», La Paix (12 août 1890): 3, col. 3.

24 No d'identification : 8658 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On annonce pour le mois d’avril l’ouverture de plusieurs nouvelles maisons de commerce. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (31 janvier 1889): 2, col. 5.

25 No d'identification : 8657 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’association des commis-marchands a adressé une lettre aux marchands de la ville leur demandant de fermer les portes à 8 heures le soir comme à Québec et Montréal. La réponse des marchands est positive sauf le samedi et les veilles de jours de fête.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 juillet 1888): 2, col. 5.