1 No d'identification : 9270 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Démolition du marché à poissons.

Référence
Le Nouvelliste (17 juin 1961): 3.

2 No d'identification : 9269 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Au sujet du terrain de la stalle du Marché de P. B. Dumoulin.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 3, 28 septembre 1846.

3 No d'identification : 9268 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le rapport de Charles Maillet et de Modeste Richer Laflèche sur l’estimation du terrain de Pierre Dumoulin, sur lequel on désire installer la stalle du marché, est déclaré nul et sans effet.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 5, 21 septembre 1846.

4 No d'identification : 9267 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rapport des experts pour la stalle du Marché.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 2, 21 septembre 1846.

5 No d'identification : 9266 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Compromis entre le maire au sujet de la stalle du marché. La Ville déduit un certain montant d’argent pour l’acquisition de la stalle à cause de défectuosité.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 1, 21 septembre 1846.

6 No d'identification : 9265 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Adoption du Rapport du comité des finances.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 12, 31 août 1846.

7 No d'identification : 9264 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Adoption du rapport sur le marché, début des pourparlers avec P. B. Dumoulin pour l’achat d’un terrain pour l’établissement d’un marché.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 2, 31 août 1846.

8 No d'identification : 9263 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Formation d’un comité pour faire une « stalle » au marché de Trois-Rivières.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 4, 21 juillet 1846.

9 No d'identification : 9262 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Jos Robitaille présente une requête au sujet du Marché.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 2-3, 12 octobre 1846.

10 No d'identification : 9260 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Projet de règlement concernant le marché et adoption à la motion 7.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 6, 5 octobre 1846.

11 No d'identification : 9259 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le conseil consent une obligation de 37 livres à James Dickson (conseiller) pour remboursement de prêt pour la construction de la stalle du marché.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 4, 5 octobre 1846.

12 No d'identification : 9255 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le maire informe le conseil qu’il a acquis le terrain de P. B. Dumoulin pour agrandir le marché.



Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Minutes du Conseil municipal de Trois-Rivières, Motion 2, 5 octobre 1846.

13 No d'identification : 9253 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête adressée au conseil municipal afin d’éliminer les revendages [sic] des produits offerts sur le marché local, par les regrattiers.

Référence
L’Ère Nouvelle (25 janvier 1855): 2, col. 3-4.

14 No d'identification : 9251 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Nouveau marché aux poissons situé à 33 pieds de la voie ferrée sera 20 pieds plus large que l’ancien (rue du fleuve au pied de la rue St-Antoine).

Référence
Le Nouvelliste (8 octobre 1929): 3.

15 No d'identification : 9250 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On se plaint que les cultivateurs désertent de plus en plus notre marché. Il n’en serait pas ainsi, si au lieu de tant de buvettes, nous avions plus d’écuries à leur offrir. »

Référence
Le Bien Public (31 décembre 1909): 5, col. 4.

16 No d'identification : 9243 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Quelques commerçants disent depuis l’incendie de la fonderie “Canadian Iron”, qu’ils croient s’apercevoir qu’il y a un peu moins d’activité au commerce du marché. C’est une chose qui paraît parfaitement possible. Tant de familles ont perdu là si subitement la source de leur subsistance [...].

Le marché, probablement à cause du mauvais temps, était moins approvisionné, la semaine dernière.

En général, le commerce local est tranquille et une plus grande activité est à désirer pour tous nos marchands. »

Référence
«Courrier de la Cité», Le Bien Public (30 novembre 1909): 4, col. 2.

17 No d'identification : 9241 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le contrat pour les travaux de parachèvement de la partie interne du marché a été accordé à Monsieur Marineau à la dernière séance du conseil de ville. »

Référence
«Le Parachèvement du Marché», Le Nouveau Trois-Rivières (26 novembre 1909): 8, col. 3.

18 No d'identification : 9238 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Selon l’auteur, le char municipal va encore de travers. La fameuse enquête sur la construction du marché, entreprise sans précipitation mais à grands frais, est suspendue pour dix jours sans qu’on ait pu motiver cette suspension par une raison sérieuse.

Référence
«Un faux pas!», Le Bien Public (29 octobre 1909): 1, col. 1-2.

19 No d'identification : 9237 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
On se demande pourquoi le public ne pourrait avoir ses avocats dans l’enquête sur l’affaire du marché. Une ligue de citoyens serait souhaitable dans de telles circonstances.

Référence
«L’enquête», Le Bien Public (22 octobre 1909): 1, col. 3.

20 No d'identification : 9236 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« C’est vrai qu’on ne s’accommode pas trop mal du marché temporaire: ça c’est vrai, mais personne n’a jamais songé à soutenir qu’on ne sera pas mieux encore dans le marché en construction, car il est insoutenable qu’une grange vaille une bonne maison. Tous désirent avec anxiété le parachèvement prochain du marché en construction. En attendant, il y avait encore une masse de monde sur le marché samedi. La pluie de la veille n’a rien affecté. Et le nombre des acheteurs contrebalançait, comme d’habitude, le nombre de vendeurs. »

Référence
«Marché», Le Bien Public (14 septembre 1909): 4, col. 1.

21 No d'identification : 9233 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le marché neuf se bâtit assez vite. Est-ce qu’on en presse? C’est peu probable. Tous, marchands comme acheteurs, se sont maintenant faits à l’endroit temporaire actuel, et chose certaine, c’est que personne ne peut désirer qu’ils se fassent de meilleures affaires. Le marché, chaque semaine, est littéralement bondé de monde, aux jours de vendredi et samedi. »

Référence
«Marché», Le Bien Public (7 septembre 1909): 4.

22 No d'identification : 9228 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Au conseil.

« [...] Cette histoire du marché, qui a donné lieu à des violences de langage regrettables, demeure pour nous assez enténébrée malgré tout ce qu’on a pu en dire. Le peu que nous en savons nous permet de croire qu’on a agi en cela de la manière ordinaire, et nous connaissons, par expérience, qu’il arrive des fois que ce n’est pas la bonne.

Aujourd’hui que le marché est à moitié terminé surgit la question de savoir si oui ou non, les bouchers seraient mieux au deuxième étage qu’au premier. Les bouchers convoqués régulièrement et consultés, sont unanimes à déclarer que leurs étaux doivent être au rez-de-chaussée. Et ils donnent à l’appui de leur prétention des raisons tellement bonnes, que toute discussion sur une chose qu’ils sont, en définitive, les plus aptes à connaître, devient superflue. On nous apprend aussi que, lorsqu’il s’est agi de choisir les plans du nouveau marché, les bouchers, unanimement, auraient déclaré préférer être au rez-de-chaussée.

Et nous nous demandons, naturellement, comment il se fait que n’ayant pas tenu compte de l’avis des bouchers l’automne dernier, on les consulte aujourd’hui pour apprendre d’eux la même chose, et n’en pas faire plus de cas qu’avant, probablement.

Nous n’avons pas à nous prononcer en la matière, c’est une question d’appréciation qui doit être jugée à son mérite. La seule chose qui nous intéresse est de savoir si, en tout ceci, on a apporté la prudence nécessaire, et l’enquête réclamée par le maire nous fixera là-dessus [...] »

Référence
Le Bien Public (30 juillet 1909): 1, col. 1-2.

23 No d'identification : 9224 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Au marché.

Il y avait affluence sur le marché plus que d’habitude samedi matin. Le tout donnait l’image d’un immense et superbe jardin, visité par une foule. C’est qu’en effet, les jardins y vont maintenant de leurs produits, en abondance, et les cultivateurs nous apportent de la bonne salade, ainsi que des fèves et même de grosses tomates bien mûres, choux, carottes, navets, concombres, rien maintenant ne peut faire défaut aux gourmets. La framboise elle-même n’a pas voulu tarder à faire parade dans le grand jardin, samedi, et elle a eu vite fait aussi d’être cueillie par tout le monde. Le tout se détaille encore aux gros prix mais ce ne sera pas long, maintenant, il faut l’espérer. D’aucuns prétendent que bientôt, toute chose devenue si chère depuis un certain temps, se vendra au prix raisonnable du passé. C’est à souhaiter. »

Référence
Le Bien Public (27 juillet 1909): 4, col. 2.

24 No d'identification : 9223 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’auteur fait quelques remarques sur Trois-Rivières comme marché pour les produits de la ferme.

Référence
"Questions sociales. Si j’étais “habitant”, Le Bien Public (11 juin 1909): 1, col. 4-5.

25 No d'identification : 9218 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Les travaux de construction du marché aux denrées sont commencés depuis mardi. L’entrepreneur Monsieur Télesphore Dugal emploiera environ soixante-quinze personnes à cette construction et terminera ses travaux pour le premier août prochain. L’édifice sera placé à vingt-six pieds de la ligne de la rue des Forges, à portée de l’avant-corps, et coûtera la somme de 28 000$. Il a cependant été dépensé une somme de 500$ supplémentaires pour faire utiliser de la brique frottée avec les joints en peinture noire pour la façade. »

Référence
«Le marché», Le Nouveau Trois-Rivières (8 avril 1909): 4, col. 2.