1 No d'identification : 10711 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résultats d’une enquête sur l’état des affaires et du commerce à Trois-Rivières à la suite de la prohibition.

Référence
J.A. Désy, Enquête sur l’état des affaires à la suite de la prohibition à Trois-Rivières, 1916.

2 No d'identification : 10710 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Trois-Rivières

« La licence pour permission de vendre des spiritueux pour les fins du culte et de la médecine a été accordée lundi soir par le conseil à Monsieur Eugène Cloutier, 41 des Forges. »

Référence
Le Bien Public (20 avril 1916): 8, col. 3.

3 No d'identification : 10709 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal plaide une diminution des licences pour faire diminuer l’alcoolisme.

Référence
Le Bien Public (19 juillet 1910): 3, col. 1.

4 No d'identification : 10708 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal critique les buvettes de la ville, qui usent trop libéralement de leur licence pour faire boire les gens déjà en état d’ébriété avancé.

Référence
Le Bien Public (5 avril 1910): 2, col. 4-6.

5 No d'identification : 10707 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Article sur les signataires de licences. On s’étonne que la même signature couvre de sa recommandation deux, trois et même cinq buvetiers.

Référence
Le Bien Public (18 février 1910): 1, col. 3.

6 No d'identification : 10706 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Éditorial sur l’octroi des certificats de licence, le contrôle des débits de boisson et le plébiscite pour savoir si la population veut la fermeture à bonne heure des débits de boisson.

Référence
«Licence et plébiscite», Le Bien Public (11 février 1910): 1, col. 1-2.

7 No d'identification : 10705 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Il serait temps qu’un ou deux hôtels offrant du confort soient créés pour le public voyageur. Le conseil, en accordant des licences, devrait prendre la chose en considération.

Référence
«Nos hôtelliers», Le Bien Public (8 février 1910): 1, col. 1-2.

8 No d'identification : 10704 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Selon l’auteur, la ville doit se doter d’un service d’hôtellerie qui donnerait une juste renommée à la ville des Trois-Rivières, et le conseil devrait amener les douze détenteurs de licence à doter la ville d’un tel service.

Référence
«Pour bien recevoir», Le Bien Public (27 juillet 1909): 1, col. 1-2.

9 No d'identification : 10702 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Messieurs Gélinas et Pagé ont déclaré au conseil de ville qu’ils entendaient qu’à l’avenir le règlement des licences soit rigoureusement observé, rencontrant ainsi le voeu de la partie saine de la population.

Référence
«Deux déclarations», Le Bien Public (23 juillet 1909): 1, col. 1-2.

10 No d'identification : 10701 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Durant la campagne municipale, la question des licences concernant la vente de boissons a accaparé l’opinion publique à l’exclusion de toutes les autres questions.

Référence
«Attitude pondérée», Le Bien Public (9 juillet 1909): 1, col. 1-2.

11 No d'identification : 10700 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Il a encore été question des licences au conseil de ville. Le journal regrette une fois de plus la décision des échevins.

Référence
«Encore les licences», Le Trifluvien (30 avril 1897): 2, col. 1-2.

12 No d'identification : 10699 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le conseil de ville est enfin arrivé à prendre une décision sur la question des licences. Il a trouvé le moyen de faire d’une pierre deux coups, et de se rendre à la fois ridicule et odieux.

Référence
«Un vote honteux», Le Trifluvien (23 avril 1897): 2, col. 2-3.

13 No d'identification : 10698 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Les commissaires des licences se réuniront lundi, à 10 heures a.m. au palais de justice, pour octroyer les licences d’auberges et de magasins de liqueurs. »

Référence
«Nouvelles», Le Trifluvien (13 avril 1889): 3, col. 3.

14 No d'identification : 10697 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le clergé face aux champions des teneurs de buvettes (l’échevin Cooke et ses acolytes).

Référence
«Les licences», Le Trifluvien (3 avril 1889): 2, col. 1-3.

15 No d'identification : 10696 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Débat relatif à la limitation du nombre d’auberges à Trois-Rivières, et à la suspension du droit d’émettre des licences par la ville.

Référence
«Les licences», Le Trifluvien (3 avril 1889): 2, col. 1-3.

16 No d'identification : 10694 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Licences accordées, pour le district de Trois-Rivières, aux hôtels, magasins, restaurants, colporteurs, etc.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (15 juillet 1886): 3, col. 1.

17 No d'identification : 10693 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Monsieur Turcotte, procureur général, enlève au conseil de ville le privilège de délivrer des certificats pour l’obtention des licences d’auberges.

Référence
«La loi des licences et notre conseil de ville», Le Trifluvien (30 mars 1889): 2, col. 1-2.

18 No d'identification : 10691 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Il est question du rejet du bill de Monsieur Duplessis relatif à l’octroi des licences d’hôtel, d’auberges, etc., à Trois-Rivières.

Référence
«Les licences et Monsieur Turcotte», Le Trifluvien (23 mars 1889): 2, col. 1-3.

19 No d'identification : 10690 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Avis public.

Au sujet de l’obtention de licences pour la vente de liqueurs spiritueuses.

Référence
La Paix (12 mars 1889): 3, col. 4.

20 No d'identification : 10688 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Une commission a été substituée au conseil de ville pour octroyer des licences d’auberges et le fameux aubergiste Cloutier a pu obtenir une licence.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 août 1888): 2, col. 2-3.

21 No d'identification : 10686 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La question d’accorder des licences aux débits d’alcool revient encore sur le tapis. Il semblerait que le conseil de ville ne soit plus la haute autorité en ce domaine.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (9 août 1888): 2, col. 2.

22 No d'identification : 10685 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Liste des 4 résolutions passées au conseil de ville de Trois-Rivières et lues à la cathédrale le 27 mai.
Ce sont des résolutions concernant l’émission et la non-vente de boissons alcoolisées.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 juin 1888): 2, col. 1.

23 No d'identification : 10682 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le conseil de ville a finalement réglé la question des licenses [sic] et a maintenu énergiquement les règlements passées [sic] l’année dernière pour la restriction du nombre des auberges.

Nous le félicitons chaleureusement de cette attitude qui lui mérite l’approbation de tous les honnêtes gens; nous parlons naturellement de la majorité du conseil et non de la minorité hostile. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 avril 1887): 2, col. 2.

24 No d'identification : 10675 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le conseil de ville ne fera connaître sa décision officielle au sujet des certificats de licence que le premier mai prochain à raison de certains amendements faits aux règlements et qui ne peuvent avoir effet qu’à cette date.

Il paraît néanmoins que la majorité du conseil serait disposée à accéder encore à deux nouvelles licences d’auberge, en dehors de celles qui existent déjà. D’un côté, on augmenterait le taux des certificats et l’on corrigerait par la rigueur des règlements la tolérance accordée, encore pour cette fois, relativement au nombre.

Nous restons toujours d’opinion que c’est le devoir du conseil d’attaquer le mal dans sa racine en réduisant le nombre des débits de liqueurs comme en augmentant la rigueur des règlements. Nous n’avons pas de confiance dans ce que nous croyons être une demie mesure [sic] en face d’un mal certain et désastreux, car nous redoutons l’inefficacité de la mise en application de ces règlements.

Le mouvement qui s’est fait parmi une certaine classe en faveur des buvettes malgré l’opinion de la masse de la population honnête de la ville démontre, à notre avis, qu’on n’arrivera à un succès quelconque qu’en adoptant un remède radical.

En tout cas, si la tolérance de la majorité du conseil donne lieu à de nouveaux abus de la part des débitants de liqueurs, il restera comme meilleur moyen de remédier à la situation de former parmi les citoyens un comité de vigilance pour appuyer l’autorité et assurer efficacement l’observance des règlements. Nous croyons même que cette mesure devrait être prise en considération immédiatement afin d’obvier plus sûrement aux abus qu’on a eu à déplorer par le passé. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (15 avril 1886): 2, col. 2.

25 No d'identification : 10674 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
On lance un appel au conseil de ville pour qu’il refuse des licences de débits de boisson.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (12 avril 1886): 2, col. 1.