1 No d'identification : 12664 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
On indique que la prison se trouve dans le presbytère de la chapelle des Récollets.

Référence
Carte Grand-Mère H3/340, 1 janvier 1816.

2 No d'identification : 12663 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Tous les jours, la prison est visitée par trois ou quatre médecins, alors qu’un seul serait suffisant pour le service qu’il a à faire là. Ce sont autant de frais que s’accumulent et que le gouvernement aura naturellement à payer.

Auteur: E. Liane

Référence
«Une anomalie», Le Trifluvien (30 juillet 1897): 2, col. 1-2.

3 No d'identification : 12662 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le nombre de détenus dans la prison de cette ville est aujourd’hui de 41. »

Référence
«Notes locales», La Paix (28 mai 1890): 3, col. 3.

4 No d'identification : 12661 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Mercredi, Messieurs les grands jurés ont visité la prison sous la conduite de Monsieur Géo. W. Robitaille, tourne-clef, et O. Dumont, gardien. Messieurs les grands jurés se sont déclarés fort satisfaits de l’état dans lequel est tenue la prison et en ont vivement félicité Messieurs Robitaille et Dumont. »

Référence
«Notes locales», La Paix (6 décembre 1889): 3, col. 1.

5 No d'identification : 12660 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La prison de cette ville contient en ce moment 22 détenus dont 18 hommes et 4 femmes. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 novembre 1888): 2, col. 5.

6 No d'identification : 12659 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La prison de cette ville contient, à l’heure qu’il est, trente-quatre pensionnaires, dont cinq femmes. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 août 1888): 2, col. 5.

7 No d'identification : 12658 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’inspecteur des bureaux publics, le greffier de la paix et le shérif ont fait la visite de la prison et des détenus; on a « trouvé toute chose en très bon état ».

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (15 décembre 1881): 2, col. 5.

8 No d'identification : 12657 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Il y a aujourd’hui 14 prisonniers détenus dans la prison de cette ville, dont huit hommes et six femmes.
Sur ce nombre, cinq sont retenus pour cause de folie, quatre pour assauts, deux pour larcins, et les autres pour avoir troublé la paix. »

Référence
La Concorde (19 avril 1880): 2, col. 3.

9 No d'identification : 12656 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
État de la prison des Trois-Rivières.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 57 (18 octobre 1872): 2, col. 3.

10 No d'identification : 12655 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Monsieur L.L.L. Desaulniers, l’inspecteur des prisons, est de retour de sa visite annuelle. Il nous fait un excellent rapport des prisons qu’il a visitées et spécialement de la maison de réforme qui, sous l’administration et la direction de Monsieur Tassé, s’est grandement améliorée. Le nombre des détenus est plus considérable et cependant les dépenses ont diminué. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (13 novembre 1871): 3, col. 1.

11 No d'identification : 12654 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Aucun criminel dans le district en prison. Quelques délinquants arrêtés pour petites offenses mais aucun criminel. Les aliénés pour leur part sont mal placés. Ils sont emprisonnés, sans traitement approprié à leur état.

Référence
Le Constitutionnel, 2, 28 (9 août 1869): 2, col. 4.

12 No d'identification : 12653 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Depuis quelques jours, les prisonniers, qui sont au nombre d’une trentaine dans notre prison, sont occupés à réparer les rues avoisinant le palais de justice et la prison. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 mai 1889): 3, col. 1.

13 No d'identification : 12652 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Fournier (l’évadé) est repris.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 avril 1869): 3, col. 3.

14 No d'identification : 12651 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Un nommé Fournier s’est évadé de la prison des Trois-Rivières.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 avril 1869): 3, col. 3.

15 No d'identification : 12650 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le gouvernement local fait faire depuis le commencement de la saison des réparations de toute sorte à la prison de cette ville et au palais de justice. Dans le moment, on est à démolir l’antique prison de pierre qui donnait entrée à la cour. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 septembre 1887): 2, col. 5.

16 No d'identification : 12649 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Monsieur le shérif Dumoulin a reçu du gouvernement, hier, un nombre considérable de chaînes [...] en fer.

Ces chaînes sont destinées aux détenus de la prison de notre ville qui, à l’avenir, seront employés aux travaux extérieurs soit à la prison ou au palais de justice et aux abords.

Les prisonniers seront liés deux par deux, de sorte que toute tentative de fuite sera impossible. »

Référence
Le Clairon (10 janvier 1884): 2, col. 4.

17 No d'identification : 12648 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Des soumissions cachetées seront reçues par le soussigné jusqu’à lundi le 15 novembre courant, à 4 heures p.m., pour les ouvrages suivants:
Pour enlever le vieux ferblanc du toit de la prison des Trois-Rivières [...]. Les soumissionnaires devront mentionner un prix à tant par carré de 100 pieds de superficie. Aucune allouance [sic]ne sera faite dans le mesurage de l’ouvrage et il n’y aura que la partie visible du ferblanc qui sera toisée. [...] »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (9 novembre 1869): 3, col. 4.

18 No d'identification : 12647 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
L’état de la prison de Trois-Rivières.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 57 (18 octobre 1872): 2, col. 3.

19 No d'identification : 12646 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Prison de Trois-Rivières.
Nombre des prisonniers qui ont été écroués mensuellement dans cette prison en 1863, est comme suit:
Janvier: 17
Février: 15
Mars: 11
Avril: 33
Mai: 16
Juin: 26
Juillet: 44
Août: 42
Septembre: 26
Octobre: 32
Novembre: 14
Décembre: 12

Référence
L’Ère Nouvelle (14 janvier 1864): 2, col. 2.

20 No d'identification : 12645 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Pendant l’orage de mardi dernier, le tonnerre est tombé sur la prison de cette cité; après avoir fait quelques ravages dans la maison, renversé les objets qu’il rencontra sur son passage, il coupa le tuyau du gaz entièrement; le feu fut mis, mais on le maîtrisa assez facilement; personne ne fut atteint. »

Référence
L’Ère Nouvelle (18 juillet 1861): 2, col. 6.

21 No d'identification : 25136 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le soussigné chef de Police, a l’honneur de faire rapport que la nuit dernière, vers 1h30 du matin, le sergent Hamel et le constable Béland, étant en tournée, aperçurent une réunion de personnes excitées et troublant la paix, dans la rue St-Denis, vis à vis une maison où avait lieu une noce très paisible. Les constables ayant notifié ces personnes de s’en aller et de garder la paix, elles se dispersèrent, un seul homme refusant de laisser les lieux et défiant la police. Ce que voyant après plusieurs sommations, les constables l’arrêtèrent et la conduisirent en prison. Cet homme se nomme Saül Martin et au moment de son arrestation, il avait dans les poches de son habit des morceaux de vaisselle cassée. Ce matin, la police s’est rendue à la prison pour se faire livrer le prisonnier et le conduire devant un juge de paix; mais elle fut informée par le geôlier qu’il avait été remis en liberté en vertu du document ci-annexé. Votre conseil aura à juger de la valeur légale de ce papier et de la manière d’agir du geôlier de la prison, pour avoir élargi ce prisonnier sans autre autorité que celle-là. Je crois de mon devoir d’informer votre conseil que le juge de paix qui a signé cet écrit a été trompé par un des employés du greffe de la paix, M. Joseph Martin, qui a fait de fausses représentations à M. Shortis pour obtenir cet écrit. La police, tout en désirant faire son devoir à votre satisfaction et à celle du public en général, considère qu’elle souffre en cette circonstance en ce que la loi est méprisée et qu’elle est empêchée dans l’exécution de ses fonctions.

Signé : Ovide Rocheleau, chef de police

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.

22 No d'identification : 25139 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Ce conseil a appris avec surprise que, dans la nuit du 27 courant, un prisonnier avait été incarcéré dans la prison commune de ce district pour y être détenu jusqu’à ce qu’il put être traduit devant un juge de paix, le lendemain, a été élargi sans aucune forme de procès et sans avoir fourni un cautionnement.
Que M. le shérif de ce district et M. le greffier de la paix soient priés de faire connaître à ce conseil la raison de l’élargissement du prisonnier.

Adoptée

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.

23 No d'identification : 25141 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Il serait désirable que tous les juges de paix et autres magistrats compétents adopteraient la règle uniforme :
1. ne jamais admettre de prisonniers à caution la nuit.
2. ne jamais admettre à caution un prisonnier arrêté par la police, sans que le constable qui a fait l’arrestation fut présent lui-même pour expliquer la cause de sa détention et traduire lui-même le prisonnier devant le juge de paix l’admettant à caution [...]

Le tout, respectueusement soumis
L.U.A. Genest, greffier de la paix


cf Règlement

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.

24 No d'identification : 25196 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
John Boivin, cordonnier de la cité des Trois-Rivières, dit district, après serment prêté sur les Saints Évangiles, dépose et dit :

Mardi dernier, vers 10 heures du soir, Arsène Chiquette pèere, constable de police de cette cité m’a fait son prisonnier en cette ville et m’a conduit dans la prison commune de ce district, en cette cité, où j’ai été détenu jusqu’à 9 heures du matin, le mercredi suivant. Ce jour lè, le mercredi, M. Chiquette est venu me chercher à la prison et m’a amené dans le passage du palais de justice. Là, il m’a demandé si j’avais de l’argent, je lui ai répondu que non. Sur cela, il m’a demandé pour me conduire chez mon bourgeois, Norbert Pothier, cordonnier sur la rue Notre-Dame en cette Cité. Là, M. Chiquette a parlé à mon bourgeois, pour s’arranger avec lui pour obtenir ma liberté. Durant ce temps, j’ai rentré dans la boutique. Quelques instants aprèes, je revins au magasin et M. Chiquette me dit alors : “Tiens, donne-moi 7 chelins et demi, je vais te clairer”. M. Pothier, mon bourgeois, lui paie 7 chelins et demi et sur cela M. Chiquette me laissa en liberté, sans me conduire devant la Cour.

Référé au Comité de Police
67.07.65
S. Dumoulin, maire

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1839-1935.

25 No d'identification : 25212 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Déposition des personnes suivants (à la prison) :
David Féron, Édouard Dugré, Elisabeth Pellerin, Marie St-Pierre, Veuve Garceau et Albina Héroux, femme Marny. Et la dite commission d’enquête s’est ensuite rendue au bureau de la Paix où elle a reçu la déposition de L.U.A. Genest, écr, Greffier de la Paix. Elle s’est alors ajournée à 4 heures de cette a.m. pour entendre les hommes de la force de police ou leurs témoins [...]

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 1848-1956.