1 No d'identification : 1746 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre du gérant de la Royal Bank of Canada se plaignant de la musique bruyante que fait entendre American Store Limited (05-10-15) son voisin, sur la rue des Forges. Cette musique nuit aux employés de la banque et « les chômeurs sont attirés par ce bruit et stationnent sur le trottoir et au coin, et ainsi nuisent à la circulation ».

La Ville verra à protéger les intérêts de chacun.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 13 janvier 1930.

2 No d'identification : 1745 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de Léo Lesieur et al. se plaignant d’inconvénients (bicycles et voitures d’enfants sur les trottoirs et vagabonds qui bloquent les trottoirs) sur la rue St-Paul. Demandent d’envoyer la police de bonne heure le soir.

Un homme de police passe tous les soirs vers 9:30. Il verra à faire circuler ces encombrants.

10 signatures.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 18 avril 1927.

3 No d'identification : 1744 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête de Ernest Vivier et al., se plaignant que certaines personnes troubleraient la paix sur la rue Ste-Marguerite en jouant à la balle et en faisant du bruit à des heures tardives.

23 signatures.

Le chef de police se rend souvent à cet endroit sans prendre quelqu’un sur le fait.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 14 juillet 1924.

4 No d'identification : 1743 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de la Wabasso Cotton Co. se plaignant que les enfants brisent les arbrisseaux et les arbres sur la place d’armes.

Des ordres ont été donnés à la police pour remédier à ce fait.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 3 juillet 1923.

5 No d'identification : 1742 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre des Révérendes Dames Ursulines, portant à la connaissance du conseil qu’il serait à propos de réparer des clôtures sur certaines rues, et d’y ajouter des rangées de fils barbelés, afin d’empêcher les importuns de troubler les élèves.

Demande accordée.

« Une clôture comme celle qui enclôt le jardin des Rév. pères franciscains serait désirable pour empêcher les garçons importuns, de venir, en pleine récréation, au mépris des convenances et des lois de police, sauter au milieu des groupes de jeunes filles qui prennent leurs ébats dans les cours et les jardins. »

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 5 juin 1922.

6 No d'identification : 1741 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de Dame Alex. Baptist, se plaignant du déplacement des bancs sur le boulevard Turcotte. « Là tous les soirs un certain nombre d’enfants semblent se faire devoir de les déplacer, les mettant en rangée ou en faisant des figures, détériorent les bancs et causant une tracasserie aux gens qui demeurent dans le voisinage. » « Telle la requérante qui demande que les bancs soient fixés au sol. »

Demande refusée puisque non pratique.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 24 avril 1922.

7 No d'identification : 1740 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de Dame veuve William Hart demandant une certaine protection de la police à l’endroit de sa demeure. Elle dit que « les coteaux reçoivent la visite de certaines gens à figure suspecte », par de plus en plus de marchands ambulants qui logent sur les terrains voisins de sa propriété, que les gens se permettent de déposer des déchets près des clôtures longeant le cimetière St-Louis. « Les coteaux sont assez souvent fréquentés par des personnes scandaleuses ce qui n’est certainement pas une sécurité pour les gens honnêtes qui se paient le plaisir de venir faire la promenade. Qu’il y a à peine quelques jours des personnes ont mis le feu dans le bois ce qui est de nature à me causer des inquiétudes pour protéger mes clôtures et mes dépendances. » Elle demande qu’on lui pose le téléphone, pour sa sécurité et celle des visiteurs honnêtes.

Cette demande est laissée sur la table.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 31 mai 1917.

8 No d'identification : 1739 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de Dame veuve William Hart se plaignant du manque de protection aux alentours de sa propriété (sur un des coteaux) où de nombreux passants viennent faire du désordre et prendre des consommations dans ses bâtisses. Le chemin qui mène à sa propriété est « comblé de rendez-vous » où le scandale met bien en danger la morale publique. De plus, « quelques individus se permettent de déposer du poison sur mes terrains ». Elle veut être sauvegardée « personnellement contre les chemineaux qui passent leur temps à troubler la paix et à demander l’hospitalité ».

La police assurera la protection de cet endroit.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 27 mai 1915.

9 No d'identification : 1738 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre à propos d’entrefilets dans le journal « Le Courrier ». « ... le corps de police est donc accusé de favoriser les dits criminels ... la police fait la sourde oreille, c’est-à-dire qu’elle fait semblant de ne pas entendre et de ne pas voir les personnes qui se rendraient coupables d’actes criminels, puisqu’il s’agit de destruction de la propriété. » (du gouvernent fédéral)

La corporation devrait poursuivre pour un montant de 5000$ à 10000$.

Signée Philippe Bigué.
Aviseur légal, autorisé à prendre les procédures.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 8 mai 1914.

10 No d'identification : 1737 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La rue à coté du “Précieux-Sang” voisine de chez moi est le refuge régulier des “tramps”, ce matin même il y en a. J’ai appelé la police à la station pour les déloger. J’ai reçu une réponse grossière [...] jamais un homme de police n’est vu de ce coté-ci. »

« Avec ce système la canaille est encouragée et les citoyens rudoyés. »

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 5 juillet 1912.

11 No d'identification : 1736 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rapport inspecteur sanitaire de Trois-Rivières

« Je constate qu’au boulevard où l’escalier descend à la rue du Platon, qu’il y a deux coins dont les voyous se servent comme urinoirs et boire. J’ai remarqué dimanche dernier des débris de plusieurs flacons cassés. »

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 15 août 1911.

12 No d'identification : 1735 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le comité de police « a tenu une enquête au sujet de la bagarre qui a eu lieu le douze d’août dernier au soir sur le quai de la compagnie Richelieu & Ontario, en cette cité ».

Si les constables étaient intervenus plus tôt, ils auraient pu empêcher cette regrettable bagarre, car lorsqu’ils se sont rendu compte du tumulte et qu’ils ont fait preuve d’énergie, ils ont réussi à rétablir la paix.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 21 septembre 1910.

13 No d'identification : 1734 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre du secrétaire-trésorier au Rév. frère Olippuis, directeur de l’Académie de la Salle, se plaignant « que les élèves de votre école entravent les travaux d’exhumation du cimetière juif, et de nous prier de nous aider à faire cesser ce désagrément ».

La plainte provient de Mme Hadley Belasco.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Correspondance du secrétaire trésorier (greffier) de la ville, 18 octobre 1909.

14 No d'identification : 1733 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre du constable O.V. Vézina qui déclare avoir été appelé aux coins des rues Champflour et St-Martin où il y avait une bataille entre des citoyens et des soldats du régiment 65. Un homme a été grièvement blessé. Quatre hommes seulement ont été arrêtés et condamnés à 5 ou 6 mois de prison. Le constable écrit pour réclamer le montant de sa montre qu’il a perdue dans la bataille.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Correspondance du secrétaire trésorier (greffier) de la ville, 31 juillet 1908.

15 No d'identification : 1732 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de P.B. Vanasse se plaignant que « certains soldats qui suivent actuellement les exercices militaires au camp en cette cité, se permettent d’entrer sur mon terrain, d’y couper des arbres et d’endommager mes champs de légumes ».

Demande protection pour sa propriété.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Correspondance du secrétaire trésorier (greffier) de la ville, 6 juillet 1903.

16 No d'identification : 1731 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête d’un commerçant qui se plaint que « ses victimes sont, la plus grande partie des veillées, surtout les samedis, obstruées par des personnes qui s’arrêtent et s’appuient sur les fenêtres ». « De plus, un certain nombre de jeunes gens ont pour habitude, l’été comme l’hiver, de se réunir à, près de, ce coin, et s’amuser avec plus ou moins de bruit, à la grande gêne des dames, demoiselles et autres passants. »

Requête faite par R.W. Williams.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 7 juin 1902.

17 No d'identification : 1730 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rapport de l’inspecteur de ville qui se plaint du fait que certaines personnes ont malicieusement brisé le garde-fou qu’il y a le long du trottoir à l’extrémité est du pont St-Maurice, sur une longueur de plus de 60 pieds causant par ce fait des dommages à la corporation et rendant cet endroit dangereux pour les passants.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 21 avril 1902.

18 No d'identification : 1729 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Des citoyens se plaignent que des jeunes gens se réunissent au parc du Plateau entre 8h et 10h du soir et « se livrent à des excès graves ».

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 7 juin 1897.

19 No d'identification : 1728 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre d’un citoyen de la ville de Trois-Rivières qui demande au nom de plusieurs autres que l’on fasse la circulation aux coins des rues des Forges & Notre-Dame et Notre-Dame & du Platon.
Des jeunes gens y insultent « les jeunes filles et même les femmes [...] le dimanche il n’est pas huit heures que ces jeunes gens insultent tout le monde. »

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Correspondance du secrétaire trésorier (greffier) de la ville, 20 octobre 1896.

20 No d'identification : 1727 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de Mme John Boland (veuve) qui se plaint que des gamins volent des fruits dans son jardin et brisent ses arbres. De plus ils lui crient des bêtises. Demande la justice puisque même les policiers ne savent la protéger.

Aucune réponse.

Adresse : 68, rue St-Charles.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 29 juin 1896.

21 No d'identification : 1726 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de P.B. Vanasse qui se plaint au conseil qu’une troupe de jeunes gens occupe le parc St-Louis et fait du trouble.

Aucune réponse.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 11 juin 1896.

22 No d'identification : 1725 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre du secrétaire-trésorier au chef de police réitérant son avertissement de faire circuler les gens dans les endroits précis de la ville.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Correspondance du secrétaire trésorier (greffier) de la ville, 31 mai 1895.

23 No d'identification : 1724 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre du secrétaire-trésorier à Louis Hamel, chef de police de Trois-Rivières, lui demandant « de faire cesser les rassemblements de gens qui stationnent aux coins des rues, tous les jours, et spécialement, près des églises, les dimanches, et par là, gênent la circulation des citoyens ».

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Correspondance du secrétaire trésorier (greffier) de la ville, 13 mars 1895.

24 No d'identification : 1723 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
William Wallace se plaint que des hommes injurient les passants sur le chemin qui mène au pont, aussi bien de jour que de nuit.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 3 octobre 1892.

25 No d'identification : 1722 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête de M. H.R. Ricard et al. pour une lumière sur la rue des Forges en face du marché aux denrées. Des passants se cachent dans l’obscurité et prennent plaisir à lancer des pierres dans les châssis du voisinage « et autres fois mettront tous les effets des commerçants dans la rue pêle-mêle ».

12 signatures.

Référée aux comités permanents.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 6 août 1891.