Thème : Géologie
Index thématique -> Territoire -> Géologie
1 No d'identification : 24094 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Dans le rapport de la Commission de Géologie date de
1873-74, le docteur Harrington décrit le limonite québécois de la
façon suivante: (citation) "les limonites de la province de
Québec appartiennent presque toutes à des formations récentes,
et elles se présentent ordinairement près de la surface dans des
terrains sablonneux, et proviennent fréquemment de sables
ferrugineux. La variété traitée jusqu'aujourd'hui, tantôt à l'état de
concrétions, tantôt à l'état massif, offre souvent une curieuse
structure caverneuse; elle est parfois terne et terreuse, mais
présente quelquefois une cassure hautement luisante", (p.29)
(Citation) "Cette limonite se réduit facilement, et, à en juger
par les résultats obtenus par M. M. McDougall, donne, quand elle
est convenablement traitée, un fer de valeur uniforme", (p.29)

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 29.

2 No d'identification : 24100 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À la mine Grondin, la première exploitation du minerai
remonte à 1878. Le minerai traité (citation) "était tiré d'une
petite excavation ouverte dans une lentille de minerai presque
pur. On utilisait aussi des blocs de minerai recueillis ici et la
en surface sur les collines environnantes. On a du abandonner
l'exploitation parce que le minerai fondait difficilement, sans
doute à cause de sa haute teneur en titane. On a estimé que 150
tonnes de minerai environ avait été extraites de l'excavation",
(p.43)
L'auteur cite ici Dulieux, 1913.

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 43.

3 No d'identification : 24101 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le dépôt de minerai de Radnor situé sur le flanc Sud-Est
du mont Carmel avait une largeur approximative d'un mille et une
longueur de 3 a 4 milles. Le Minerai était presqu'à la surface du
sol dans un sable rouille.
(Résumé) Aux Petites Forges... (Citation) "Si on en juge par les
excavations qu'on peut voir à la source du ruisseau Black, le
dépôt de fer des marais qui s'y trouve devait couvrir une aire
d'environ un mille carré. Le minerai se présentait dans un sable
rouillé en couche de 1 a 2 pieds d'épaisseur, de 10 a 15 pieds de
largeur, et de 200 a 300 pieds de longueur, dans des dépressions
marécageuses, sinueuses et peu profondes".

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 45.

4 No d'identification : 24102 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À l'endroit désigne sous le nom de Mine Grondin.
(Citation) "La lentille de gabbro à ilménite et magnétite la plus au sud à l’intérieur du bras Ouest de l'amas d'anorthosite-gabbro en forme d’U village, lots 22 et 23, rang VII, canton de Shawinigan, près du village de St-Boniface a été exploité il y a plusieurs années pour son contenu de fer”. p. 43
(Citation) "Les minéraux métalliques a la mine Grondin
constituent environ 60 pour cent de la roche (poids)", p 44
(Citation) "Le minerai massif de la mine Grondin se présente en
amas irréguliers et en couches de 6 à 10 pouces d'épaisseur
alternant avec du gabbro riche en iIménite et magnétite". (p.44)
(Citation) "En 1950, la société Chavigny Gold Mines, intéressée
au titane (y) fit quelques sondages", (p.43)

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 43-44.

5 No d'identification : 24104 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) 2 lentilles de gabbro riches en ilménite et magnétite se
présentent au Nord de la mine Grondin : la première se trouve sur
les lots 24 et 25, rang VI. canton de Shawinigan, la seconde
traverse les lots 33 et 38, rang V et les lots 27 a 32, rang VI,
du même canton. Le minerai semble être plus pauvre que celui de
la mine Grondin.

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 43.

6 No d'identification : 24107 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Explication de la formation du dépôt de Black Creek,
Forges Saint-Tite: ce dépôt s'explique sans doute (citation) "par
la stagnation d'eaux ferrugineuses dans de bas terrains
marécageux. En périodes sèches, le marais est réduit à un système
d’étroits canaux sinueux et le fer se dépose dans le sable poreux
[...] Sous le poids des sédiments qui s'accumulent graduellement,
les concrétions s'affaissent, se déshydratent et durcissent
en disques plats et massifs".

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 46.

7 No d'identification : 24134 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Sur une pointe située environ un mille en amont de
l'embouchure de la Mattawin, se présente un gros filon de
pegmatite d'un rouge sombre, renfermant des noyaux de magnétite.
C'est la seule localité de la région où l'on ait découvert du
minerai de fer qui ne soit pas titane",

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 84.

8 No d'identification : 24142 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La concession minière octroyée à la Glen Iron Mining
Co. a été activement exploitée durant l'année et les résultats
obtenus ne laissent aucun doute sur la valeur du gisement. Cette
concession, d'une superficie de 200 âcres, est située à Cherry
Cherry Bluff, environ 12 milles à l'ouest de Kamloops", (p. 86)
(Citation) "Tout indique que les expéditions seront très
considérables cette année. Cette exploitation est susceptible de
prendre un grand développement et ne pourra manquer d'exercer une
très heureuse influence sur la prospérité de la contrée
avoisinante". (p. 87)

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 86-87.

9 No d'identification : 24193 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Outre les dépôts du lac à la Tortue, on trouve encore
la limonite, en amas d'une épaisseur variable de 3 à 18 pouces,
dans toute la contrée plate qui borde les deux rives du
Saint-Laurent à la hauteur des Trois-Rivières. Les cultivateurs
recueillent le minerai sur leurs terres et viennent le vendre à
usine"

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1691-92 , Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1894 : 84.

10 No d'identification : 24194 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "On a découvert, sur le côté nord de la Mekinac ainsi
que sur l'un des tributaires du lac à la Tortue, de fortes masses
de minerai de fer englobées dans un gneiss rouge verdâtre et
principalement compose d'orthoclase et d'epidote. Toutefois, ce
minerai porte une forte proportion d'acide titanique et n'a, par
conséquent, aucune valeur. Un minerai semblable a été observé au
sein d'un puissant filon de quartz rencontre sur la rive ouest du
Saint-Maurice, environ 7 milles en amont des Grandes-Piles; on en
a également observé non loin du lac Bouchard, dans la seigneurie
de Radnor, ainsi que dans le township de Shawenegan et sur les
lacs du club de pèche des Laurentides”.

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1691-92 , Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1894 : 83-84.

11 No d'identification : 24305 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) L'auteur énumère les régions du Canada ou l'on retrouve
du minerai de fer. De plus, ce minerai de fer serait, par endroit,
des plus riches, p. 114.
(Intégral) "Dans la province de Québec il y a également des
gisements considérables et de grande valeur de minerai de fer
magnétique. À un point du comté de Beauce, il se produit, dans la
serpentine, une veine de 45 pieds de largeur de minerai de fer en
grains, aux deux tiers magnétiques, p. 114.
(Résumé) L'on retrouve de l'hématite dans toutes les parties du
Canada, mais un des gisements les plus importants se situe près
de Hull.
(Intégral) "Dans le cours de l'année 1895, des gisements
considérables de fer chromique ont été trouves à Coleraine,
Province de Québec. Le minerai contient en moyenne 50 pour 100 de
métal, est facilement extrait, et trouve un écoulement rapide
vers les États-Unis".

Référence
Annuaire du Canada (1896) : 114.

12 No d'identification : 24796 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Forges Radnor (Intégral) "Blue Clay - On the east side of
limestone quarry, and about 150 yards from the furnace, is
a magnificient bed of blue clay, averaging about 12 feet
in depth."

Référence
The Canadian Mining Iron and Steel Manual (1897) : 90.

13 No d'identification : 24801 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "On the beach of the Moisie river there are great
deposits of iron sand interstratifled with beds of nearly pure
silica. Bioomary furnaces were erected in 1867, vhich continued
in operation for several years, being finally dismantled in 1876
0r 1877."

Référence
The Canadian Mining Iron and Steel Manual (1896) : 298.

14 No d'identification : 24834 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, partiel) "Le minerai de lac se trouve répandu sur le
fond du lac (Lac-à-la-Tortue) dans une vase onctueuse de couleur
claire, formée de matière végétale décomposée. Le minerai ne
paraît pas se trouver à plus de douze ou quinze pouces au-dessus
de la surface du fond, et il est extrêmement abondant dans les
parties supérieures de la vase. Il se rencontre sous forme de
concrétions poreuses, plates ou arrondies, de couleur très
irregulière. Les concrétions varient d'un quart de pouce à douze
pouces de diamètre, et d'un quart de pouce à deux pouces
d'épaisseur."

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel pour l’année 1898, vol. 11, Ottawa, S.E. Dawson, 1901 : 66.

15 No d'identification : 24835 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, partiel) "La région qui entoure le lac à la Tortue est
presque plate, car c'est une grande plaine marécageuse supportée
par des argiles stratifiées et couverte en beaucoup d'endroits de
vastes marais. Les sables sous-jacents sont fortement imprègnés
l'oxyde de fer, provenant de la décomposition des roches du
voisinage, qui sont très chargées de minerai de fer titanifère.
Dans ces sables, le fer est blanchi par l'action d'acides, et du
minerai nouveau se forme constamment [...]"

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel pour l’année 1898, vol. 11, Ottawa, S.E. Dawson, 1901 : 66.

16 No d'identification : 24844 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, partiel) L'auteur a "observé des blocs de minerai
importants sur deux points différents et éloignés l'un de l'autre
d'environ 7 à 8 arpents; les premiers ont été désignés sur le nom
de "Mine de la Foret". À cette dernière mine, il n'a été fait que
deux sondages à environ 18 pouces de profondeur qui ont révélé la
présence de roches de minerai de fer d'une grande pureté et d'une
grande richesse, le grain en est fin, serre et brillant."
"La seconde mine, que nous avons désignée sous le nom de "Mine de
la Chute", est située au flanc et au pied de la montagne; les
roches ferrugineuses sont énormes, nombreuses et en saillie.
Pour en reconnaître la texture l'on a que besoin de frapper au
hasard avec un marteau sur l'une de ces roches. Nul doute que ce
gisement ne soit d'une très grande importance et ne pénètre à une
grande profondeur dans le flanc de la montagne. Le grain de ce
minerai est également à facettes, mais plus larges que celles du
premier; son aspect est d'un brillant plus sombre, il parait
moins dur à la casse et d'une densité un peu moindre que l'autre;
[...]. Je dois ajouter, néanmoins, que je n'en suppose pas le
rendement inférieur à 50 à 60%."

Référence
Marcel Prévost, Exploitation des mines de fer de Shawinigan (comte de St-Maurice
district des Trois-Rivières, P.Q.), s.l., s.n., 1876 : 2.

17 No d'identification : 24852 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, partiel) "À environ 3 milles à l'ouest de St-Boniface
un massif éruptif basique s'est fait jour. Il figure sur les
cartes géologiques sous le nom d'anorthesite avec une longueur
N.S. de 7 milles et une largeur E.W, de 2 milles. C'est dans ce
massif éruptif basique que se trouve les gisements connus sous le
nom de "mine de Shawinigan" ou mine de "Grondin". [...] au
voisinage des gisements de fer, la roche est tellement chargée
d'éléments ferro-magnesiens, qu'il est plus juste de la rattacher
aux gabbros."
"Ce gabbro renferme des enclaves de deux sortes: la première
catégorie d'enclaves semble plutôt être un produit de
différenciation du magma éruptif; c'est une roche à structure
gneissique. nettement rubannée et qui contraste vivement avec le
gabbro encaissant qui n'est pas orienté. Elle est formée
principalement de feldspath, de pyroxenes diallagissants, de
quelques pyroxenes rhombiques, d'un peu de mica noir et d'une
quantité variable de fer titane. Les éléments ferro-magnesiens
sont en excès par rapport au feldspaath. Comme éléments secondaires
de l'amphihole, de la calcite, de la chlorite (pennite). [...] Les
premières enclaves, les enclaves à aspect gneissique, se rattachent
étroitement aux amas minéralisés."

Référence
Ronald Marcotte, Les forges à Grondin, Saint-Boniface de Shawinigan, s.l., s.n., 1953 : 1-2.

18 No d'identification : 24853 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déclaration d'Antoine Lisette, agent et commis de la cité de
Trois-Rivières (Résumé)
Lisotte a été engagé comme agent et commis et pour surveiller les
travaux des forges St-Joseph de janvier 1868 au premier novembre
1870 en raison de $400 par année. Lisette devait aussi être
nourri et pensionné. Il a donc travaillé 33 mois pour la somme de
$1100 et qu'il lui est encore dû sur cette somme de $420,00.
Lisotte a aussi été engagé aux mêmes conditions du 24/07/1871 au
3/10/1871, ce qui fait $76,61. Lisotte a de plus payé diverses
sommes d'argent pour le profit de Larue. Ce dernier doit donc à
Lisotte la somme de $563,09.

Référence
ANQTR. 138, no 524, Cour Supérieure, A. Lisotte vs A. Larue, 1871.

19 No d'identification : 24860 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Dans le deuxième volume du "Rapport au ministère des
Mines du Gouvernement fédéral" de 1917, MM. E. Linderman. M.E. et
L.L. Bolton mentionnent la présence de dépôts de fer sur les lots
22 et 23 dans le septième rang du Canton Shawinigan, se composant
le magnétite titanifère et de gabbro. Dans le dépôt le plus
important situé sur le lot 22. il y a une tranchée de 22 x 10 x 6
pi. d'une attraction magnétique supérieure à 60 degrés pour une
superficie elliptique de 175 x 60 pieds et dont la teneur en fer
est de 41.5 par cent et 5.4 en titanium. Quelques affleurements
se trouvent aussi sur le lot 23.

Référence
Armour Landry, Bribes d'Histoire, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1932.

20 No d'identification : 24869 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, partiel) "Quoiqu'il en soit, on peut affirmer que le
fer est un des principaux produits de la région du St-Maurice et
qu'il s'y trouve en quantité plus considérable qu'en aucune autre
partie de la province. À divers endroits le long de la rivière et
dans l'intérieur du pays, particulièrement dans le canton de la
Mékinac, on trouve des quantités considérables de fer magnétique
d'excellente qualité; sa couleur est d'un noir parfait avec un
beau lustre métallique."
La mine de savane, espèce d'oxide de fer brun et granuleux, gît par
veines ou par lits d'une étendue considérable, surtout depuis la
montagne des Piles jusqu'au Cap de la Magdeieine du coté est du
St-Maurice et dans toute la région qui avoisine St-Étienne et
Shawenegan, du coté ouest. Ce minerai est ordinairement par grains
presque ronds de diverses grosseurs, le plus souvent compactes,
mais qui une fois fondus produisent un fer solide. On a aussi
découvert des lits de ce genre, et en grand nombre, depuis la
Mékinac jusqu'à la rivière Croche; leur longueur ordinaire est de
dix chaînes à un demi mille, et leur largeur de 50 a 200 pieds.
Dans les localités ou le minerai a été exploité, leur profondeur
varie de trois à six pieds. On trouve également ce minerai par
lits immenses dans les formations calcaires de la rivière
Batiscan."

Référence
Canada , La vallée du St-Maurice et les avantages qu'elle offre a l'industrie, au commerce et à la colonisation, Ottawa, Département de l'agriculture, 1887 : 24.

21 No d'identification : 24967 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Extraits - intégral) "The results of the examinations in the
St-Maurice district may be briefiy summed up, preliminary to the
general report on the area now being prepared. In character, the
gneisses, quartzites and liatestones are similar to those of the
Ottawa district and it would therefore appear that ail the rocks
from the Palaeozoic of the St-Lawrence basin, northward for some
distance beyond the northern limit of the map-sheet, belong to
the Grenville series rather than to what has been called the
Fondamental gneiss. With these, however, are associated masses
of newer intrusive rocks, such as anorthosites, granites,
syenite and augen-gneiss, some of which constitute areas of large
extent and can be depicted on the map. In other cases such are
the difficulties of access that the outlining of these masses
must be largely conjectural". [116]
"Economie minerals are apparently rare in this district,
with thw exception of thw deposits of bog-iron ore, which are
found at many widely separated points. The distribution of the
principal deposits has already been noted in the summary report
of Mr. Low for 1891". [117]

Référence
.H.A.(comp.by). Robinson, The Mineral Industries of Canada, Ottawa, Department of Mines : 116-117.