Thème : Investissements
Index thématique -> Économie -> Financement -> Investissements
1 No d'identification : 24939 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral - Extraits) Auguste Larue, financé par G. B. Hall, a
établi les forges Radnor en 1854. "Il fit bâtir quinze maisons à
double logement, un haut-fourneau, une meulerie, des hangars,
etc." [5]
"Dans l'espace de trente-quatre ans, un million de dollars
furent engloutis dans cette entreprise. [...] Le minerai traité
aux forges Radnor était extrait de la région environnante. 11
contenait environ quarante pour cent de fer. La fonte Radnor
était reconnue comme la meilleure sur le marché, ainsi qu'en fait
foi une roue de char produite à l'exposition internationale de
Chicago en 1862. Cette roue avait parcouru cent cinquante mille
milles sans indiquer de trace d'usure. [...] Le charbon de bois
utilisé dans la préparation du minerai se faisait dans des tours
rectangulaires. Au début, on avait construit huit bâtisses de
cinquante pieds de long par vingt-cinq de large et quinze de
haut. On entassait cent cinquante cordes de bois de trois pieds
qu'on brûlait à petit feu durant un mois." [6]

Référence
Anonyme, Radnor. 60 ans de propres 1894-1954, 1954 : 5-6.

2 No d'identification : 24969 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) C'est sous l'initiative de Hyacinthe Grondin et de ses
associés, Biron, Lessard et Beaulieu (ce dernier est rapporté par
l'histoire orale) que furent érigées les forges Grondin. Les
investissements pour une telle entreprise provenaient de la
région. La mine se situait principalement sur les lots 22 et 23
du rang VII du canton de Shawinigan, de même que sur les lots 19
et 21. Quant au haut fourneau, c'est sur le lot 17, le long de la
rivière Yamachiche qu'il fut construit. Les premières analyses
pour déterminer la valeur du minerai de fer furent concluantes:
la concentration de fer était très grande. Ce n'est que lorsque
l'exploitation débuta que l'on constata la forte proportion de
titane que contenait le minerai. Le titane étant difficile à
fondre, il est possible que les perspectives de rentabilité aient
été de beaucoup réduites. Selon les auteurs, la durée des
activités aux forges Grondin varie de deux mois à dix ans. Pour
Moussette, l'existence des forges Grondin n'a été que de deux
ans, soit de 1878 à 1680.

Référence
Marcel Moussette, La mine et les forges de Grondin , Ottawa, Services des lieux historiques, Direction des Parcs nationaux., 1972, août.

3 No d'identification : 25102 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Rapport sur les forges Saint-Joseph à Saint-Tite. Ce
rapport fournit des renseignements sur la technologie, la
production, l'emploi, les salaires, la clientèle, la destination
des produits, les investissements, etc. Ce rapport porte sur la
production aux forges Saint-Tite en 1870 et au début de 1871.

Référence
ANC. MG 29, B 15, vol 43, ANC, Return for Mineral Statistics, 1871.

4 No d'identification : 25103 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Rapport sur les forges de Saint-Pie. Ce rapport
fournit des renseignements sur la technologie, la production,
l'emploi, les salaires, les investissements. Ce rapport concerne
la production aux forges Saint-Pie en 1869.

Référence
ANC. MG 29, B 15, vol 43, ANC, Return for Mineral Statistics, 1871.