Thème : Extraction du minerai et opérations connexes
Index thématique -> Économie -> Matières premières -> Extraction du minerai et opérations connexes
1 No d'identification : 23939 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "La compagnie des Forges Radnor fait venir de Becancourt et de Gentilly une grande quantité de minerai de fer qu'elle travaille dans ses hauts fourneaux. Ce minerai est particulièrement abondant a Gentilly, nous dit-on. Il est très riche. C'est depuis deux ou trois ans que la Compagnie en tire de ces paroisses. "

Référence
Le Trifluvien (7 juin 1898) : 2.

2 No d'identification : 23955 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) On rapporte que les forges du Saint-Maurice éprouve de
la difficulté à s'approvisionner en minerai de fer, les ressources
proches étant épuisées. Cependant le journaliste se dit mal
renseigné sur cet établissement.
À Radnor, les conditions sont des plus idéales. Le
minerai, proche, est très abondant. C'est aussi le cas pour le
bois de construction et de carbonisation, pour la pierre calcaire
qui sert de fondant, pour la terre glaise, pour la terre noire
entrant dans la pâte de modèle. Enfin tous ces éléments sont
regroupés autour d'une source d'énergie hydraulique capable
d'actionner tous les mécanismes de l'établissement.
Le minerai, aux dires des praticiens et des spécialistes
est de qualité supérieure et donne un fer dont la renommée va
grandissante. D'ailleurs le Grand Tronc a retenu l'établissement
de Radnor pour la confection de l'un de ses modèles de roues de
train.

Référence
L’Ère Nouvelle, col. 4-5 (5 novembre 1855) : 1.

3 No d'identification : 23965 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le 10 mars 1892 avait lieu l'inauguration du nouveau
haut fourneau des forges Radnor. Le haut fourneau a été allumé par
Mme John Drummond et béni par le curé de Saint-Maurice.
La Canada Iron Furnace a dépensé $165,000 pour la
restauration des installations de Radnor. On estime à environ
$100,000 les dépenses annuelles de la Cie pour le fonctionnement
de l'usine de Radnor. La Cie se propose de fabriquer de la fonte
en gueuse, du fer battu, de l'acier, des rails et des roues. Elle
compte employer de 1,000 a 1,200 travailleurs.
On évalue à trente ans les réserves de minerai du
lac à la Tortue, de Lanoraie et de Gentilly. On utilise également
du fer des montagnes de Saint-Jérôme.
La compagnie a vingt charbonnières en activité: 14 à
Radnor et six à Grandes Piles. Elle compte en construire d'autres
le long du chemin de fer des Basses Laurentides ou elle a fait
l'acquisition de concessions forestières.
La production du haut fourneau est de 24 tonnes de
fonte par jour, production qui sera augmentée a 40 tonnes dans
l'avenir. Selon le journal, c'est le plus grand haut fourneau
existant au Canada.

Référence
«Visite aux forges Radnor», Le Trifluvien, col. 2 (23 mars 1892) : 2.

4 No d'identification : 23994 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Sur la rivière de l'Islet, tributaire du
Saint-Maurice, sont bâties les forges de l'Islet appartenant à
Messieurs McDougall des Trois-Rivières. Ces forges sont à environ
treize milles de l'embouchure du Saint-Maurice. Le minerai et le
charbon qui servent à les alimenter s'obtiennent surtout de la
paroisse de Notre-Dame-du-Mont-Carmel."

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, col. 5 (11 mars 1875) : 1.

5 No d'identification : 23995 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Cette Seigneurie est arrosée par le St. Maurice et
ses tributaires, ainsi que par la rivière Champlain et les petits
cours d'eau qui s'y déchargent. On y remarque les forges
“Radnor", sur la rivière "au Lard" tributaire de la rivière
Champlain dans la petite municipalité de "Fermont". Ces forges
appartiennent à la compagnie "Hall". Elles sont alimentées par le
charbon de bois et le fer limoneux tirés en partie de la
Seigneurie du Cap de la la Madeleine, en partie de la Seigneurie
de Champlain, mais surtout du lac "à la tortue", dans le canton de
Radnor."

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, col. 5 (11 mars 1875) : 1.

6 No d'identification : 24034 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le village des forges Radnor contient soixante familles.
La rivière au Lard actionne le haut fourneau, un moulin
à farine et un moulin a carder.
Le minerai de fer est extrait à proximité du haut
fourneau.
On y produit plus particulièrement des poêles et des
roues de wagons.

Référence
Le Canadien (03 septembre 1856) : 2.

7 No d'identification : 24060 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) En 1808 aux forges du Saint-Maurice, (citation) "The
works are conducted by a superintendant and two clerks, with a
foreman to each branch of the business".
(Citation) "Forty of fifty horses are employed, and upwards of
300 men, more or less, according to the work in hand. They make
use of charcoal only, for melting the ore; and the neighbouring
woods supply them with abundance of fir and pine for that
purpose. It is reckoned superior to mineral coal for the use of
the furnace. A great portion of men are employed in making the
charcoal and carting it to the works, digging ore, and conducting
the batteaux on the St-Maurice to and from the store at Three
Rivers".

Référence
John Lambert, Travels through Canada, s.l., s.n., 1813.

8 No d'identification : 24083 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "L'exploitation des mines de fer de la province date
de très loin, mais les opérations de quelque importance les plus
anciennes sont probablement celles qui ont été faites sur les
dépôts de limonite du district des Trois-Rivières. Il en est fait
mention que des le dix-septième siècle, et en 1737, on y avait
installé un haut fourneau qui a été en opération plus ou moins
régulièrement jusqu'à nos jours",

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 8.

9 No d'identification : 24098 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "The heart of St-Maurice was its furnace, forges
and foundry. Thirty to forty men were required to operate these.
Some of them were labourers, but a dozen or more were key
craftsmen (...) Other permanent employees included bookkeepers,
arpenters, boatmen, prospectors for ore, sawmill employees and a
large force of carters, making a total of about 120. Finally,
there were three or four hundred temporary employées, hired in
season each year to eut wood, make charcoal, dig and haul ore and
make roads. These were drawn predominantly from among the habitants
of the Three Hivers area".

Référence
Clare H. Pentland, Labour and Capital in Canada, 1650-1860, Toronto, James Lorimer and co, 1981 : 42.

10 No d'identification : 24100 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À la mine Grondin, la première exploitation du minerai
remonte à 1878. Le minerai traité (citation) "était tiré d'une
petite excavation ouverte dans une lentille de minerai presque
pur. On utilisait aussi des blocs de minerai recueillis ici et la
en surface sur les collines environnantes. On a du abandonner
l'exploitation parce que le minerai fondait difficilement, sans
doute à cause de sa haute teneur en titane. On a estimé que 150
tonnes de minerai environ avait été extraites de l'excavation",
(p.43)
L'auteur cite ici Dulieux, 1913.

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 43.

11 No d'identification : 24102 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À l'endroit désigne sous le nom de Mine Grondin.
(Citation) "La lentille de gabbro à ilménite et magnétite la plus au sud à l’intérieur du bras Ouest de l'amas d'anorthosite-gabbro en forme d’U village, lots 22 et 23, rang VII, canton de Shawinigan, près du village de St-Boniface a été exploité il y a plusieurs années pour son contenu de fer”. p. 43
(Citation) "Les minéraux métalliques a la mine Grondin
constituent environ 60 pour cent de la roche (poids)", p 44
(Citation) "Le minerai massif de la mine Grondin se présente en
amas irréguliers et en couches de 6 à 10 pouces d'épaisseur
alternant avec du gabbro riche en iIménite et magnétite". (p.44)
(Citation) "En 1950, la société Chavigny Gold Mines, intéressée
au titane (y) fit quelques sondages", (p.43)

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 43-44.

12 No d'identification : 24103 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Vers 1865, les Forges de Radnor produisaient environ
2,000 tonnes de fer en gueuses par année en utilisant de 4,000 à
5,000 tonnes de minerai. Celui-ci était d'abord brisé avec des
pics, puis lave et entasse sur des chariots que des chevaux
iraient iusgu'au haut fourneau. Au lac à la Tortue, on utilisait
dragueur et le transport par chevaux fut plus tard remplacé
par un chemin de fer",

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 45.

13 No d'identification : 24109 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) II fut impossible de se procurer les données concernant
les quantités de minerai de fer employées aux hauts fourneaux de
Drummondville.
(Citation) "La production de la Nouvelle-Écosse vient toute des
mines de fer Acadia de la Compagnie d'acier du Canada (limitée),
de Londonderry".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l’année 1886, Ottawa, s.n., 1887 : 38.

14 No d'identification : 24112 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "À la mine de Bristol, comte de Pontiac, les travaux
ont été poussées avec vigueur ; on y a extrait plusieurs milliers
de tonnes de minerai. Le tout cependant est resté sur les lieux,
attendu qu'on se propose de griller le minerai avant de l'expédier,
c’est dans ce but qu'on a construit pendant l'année, deux fours à gaz
du type Taylor Landgdon".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l’année 1887-88, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1889 : 43-44.

15 No d'identification : 24114 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) L'exploitation du minerai de fer pour l'année 1887 en
Ontario s'est faite presqu'exclusivement par la Compagnie des
mines de fer de Kingston et Pembroke. 6 mines ont expédié 15,478
tonnes de minerai. Le district de Hastings a aussi produit du
minerai. Le district de Hastings a aussi produit 1,120 tonnes de
minerai. La production des autres districts a été nulle en 1887.

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l’année 1887-88, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1889 : 43.

16 No d'identification : 24115 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "On a poursuivi les opérations commencées à la mine A
de Bristol, dans le comte de Pontiac, mais aucune consignation n'y a
été faite pendant l'année.
Les seules mines de fer de la province d'Ontario qui aient été
exploitées cette année, sont celles qui se trouvent dans la
région traversée par le chemin de fer de Kingston et Pembroke. Les
opérations y ont été faites par la Pembroke Iron Mining Co...".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1888-1889, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1890 : 31.

17 No d'identification : 24116 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) En juillet 1688, il y a reprise des activités à la mine
de fer de l'île de Texada, en Colombie britannique. Pendant le
reste de l'année, on a expédie 6 372 tonnes de minerai à
Irondale, Washington.

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1888-1889, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1890 : 32.

18 No d'identification : 24120 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Dans la Colombie-Britannique, la mine de l'île Texada
est la seule qui ait été exploitée en 1886; le minerai a été
expédie à Irondale, territoire de Washington, et y a été fondu
avec un mélange de minerai limoneux, par la Compagnie des Fers de Puget-Sound".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l’année 1886, Ottawa, s.n., 1887 : 38.

19 No d'identification : 24122 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Les Forges de Radnor et de DrummondviIle, province de
Québec, ont été en pleine activité et les travaux ont été
vigoureusement poussés aux mines de Bristol, situées sur le lot
21, rang II du canton de Bristol", (p. 87)
(Résumé) À ces forges, on traite les limonites qu'on retrouve
dans les environs. Le limonite réduit aux Forges de Radnor
provient en grande partie du lac à la Tortue.

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1890-91, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 87.

20 No d'identification : 24131 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "II existe [...] un dépôt assez important de limonite dans
le comte de Joliette, sur l'embranchement de chemin de fer de
Joliette à Saint-Gabriel de Brandon. La Canada Iron Furnace Co.
de Radnor, en a commencé l'exploitation en juillet dernier. Le
gérant de la mine disait, en septembre 1891, qu'il espérait pouvoir
expédier au haut-fourneau de Radnor, dans l'automne, un
chargement de quelque 200 wagons de minerai"

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 83.

21 No d'identification : 24132 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La Canada Iron Furnace Co. a récemment abaissé de
quelque 4 pieds les eaux du lac à la Tortue, et comme ce lac
était déjà très peu profond, et que la pente de ses cotes est
très douce, une grande partie de son bassin est aujourd'hui à
sec. On recueille actuellement la limonite déposée dans le lit de
cette nappe d'eau à l'état de noyaux aplatis, et on lave le
minerai dans des cribles à main. Pour le minerai qui gît sous les
eaux, on l'enlève à l'aide d'une drague à trois rangs de godets
montes sur une courroie sans fin".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 84.

22 No d'identification : 24133 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La mine de Bristol, comté de Pontiac, a été exploitée
durant l'année 1891 par MM. Ennis et Cie, de Philadelphie. Le
minerai ici traité est expédie aux Etats-Unis.
(Citation) "L'outillage se compose de deux fourneaux de grillage, dans
lesquels on débarrasse le minerai du souffre qu'il contient dans
la proportion de 1.5 a 2 pour 100, proportion qui est abaissée,
dit-on, à 0.025 pour 100 par l'opération".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 84.

23 No d'identification : 24135 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La mine de fer de Saint-Jérôme, nous écrit-on, a été
exploitée cette année par des capitalistes d'Albany, N.Y., avec
une vingtaine d'ouvriers".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 84.

24 No d'identification : 24136 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos de l'extraction de minerai de fer en
Colombie-Britannique, (citation) "La Puget Sound Iron Co. nous a
fait savoir que la mine de l'île de Texada est restée inactive
toute l'année, mais qu'on a l'intention d'y reprendre les
pérations [sic] l'an prochain".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 86.

25 No d'identification : 24139 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Dans des notes tirées du rapport du département des
mines de la Nouvelle-Écosse, à propos de la New Glasgow Iron Coal
& Railway Co. (citation) "Les fours à coke sont du modèle Coppee;
ce sont probablement les premiers du genre qu'on ait utilisés en
Amerique. Rendement de chaque four, environ 6 tonnes; pour
l'ensemble, de 70 à 80 tonnes de coke fabriquées en 24 heures. La
houille est broyée et lavée avant d'être mise dans les fours, et
l'on admet que 4 ou 5 pour 100 de cendres dans les produits
définitifs".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 81.