Thème : Essences forestières et caractéristiques
Index thématique -> Économie -> Matières premières -> Essences forestières et caractéristiques
1 No d'identification : 23950 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "II faut se rappeler que les terres du fief St-Étienne
ont presque toutes subi plusieurs coupes de bois depuis
l'établissement des forges du St-Maurice, à l'exception de la
partie supérieure ou l'on voit encore quelque apparence de foret
primitive, et ou le sol est meilleur et couvert de bois franc
d'une assez belle venue. Malheureusement, ce n'est qu'une
portion minime du fief, et dont les propriétaires ont rertardé la
concession jusqu'à présent, car c'est le seul endroit d'où ils
pouvaient tirer leur charbon de bois franc, dont il leur faut une
certaine proportion."

Référence
L’Ère Nouvelle, col.1-2-3 (26 janvier 1853) : 4.

2 No d'identification : 23955 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) On rapporte que les forges du Saint-Maurice éprouve de
la difficulté à s'approvisionner en minerai de fer, les ressources
proches étant épuisées. Cependant le journaliste se dit mal
renseigné sur cet établissement.
À Radnor, les conditions sont des plus idéales. Le
minerai, proche, est très abondant. C'est aussi le cas pour le
bois de construction et de carbonisation, pour la pierre calcaire
qui sert de fondant, pour la terre glaise, pour la terre noire
entrant dans la pâte de modèle. Enfin tous ces éléments sont
regroupés autour d'une source d'énergie hydraulique capable
d'actionner tous les mécanismes de l'établissement.
Le minerai, aux dires des praticiens et des spécialistes
est de qualité supérieure et donne un fer dont la renommée va
grandissante. D'ailleurs le Grand Tronc a retenu l'établissement
de Radnor pour la confection de l'un de ses modèles de roues de
train.

Référence
L’Ère Nouvelle, col. 4-5 (5 novembre 1855) : 1.

3 No d'identification : 24060 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) En 1808 aux forges du Saint-Maurice, (citation) "The
works are conducted by a superintendant and two clerks, with a
foreman to each branch of the business".
(Citation) "Forty of fifty horses are employed, and upwards of
300 men, more or less, according to the work in hand. They make
use of charcoal only, for melting the ore; and the neighbouring
woods supply them with abundance of fir and pine for that
purpose. It is reckoned superior to mineral coal for the use of
the furnace. A great portion of men are employed in making the
charcoal and carting it to the works, digging ore, and conducting
the batteaux on the St-Maurice to and from the store at Three
Rivers".

Référence
John Lambert, Travels through Canada, s.l., s.n., 1813.

4 No d'identification : 24089 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Dans un rapport de la Commission de Géologie date de
1869, le docteur Hunt mentionne le projet d'utiliser la tourbe,
même à l'état naturel, dans des fourneaux de construction
particulière. Dans un fourneau construit à cet effet, croit-il,
On pourrait employer avantageusement comme combustible non
seulement la tourbe mais également la sciure et les rognures de
bois.
(Citation) "Le docteur Hunt fait observer que du moment qu'on
aura réussi à utiliser ainsi la sciure de bois ou la tourbe à
l'état naturel, l'industrie du fer pourra se développer aisément
dans le pays maigre l'absence de combustibles minéraux" p.30.
(Résumé) Le fait qu'il existe à l'est du Saint-Laurent d'immenses
tourbières fournissant un combustible d'excellente qualité permet
de croire (citation) "qu'à l'aide de procèdes spéciaux et
économiques pour la préparation et la fabrication de tourbe
comprimée, cette matière deviendra, dans un avenir peu éloigné,
d'un usage général dans la métallurgie du fer, et que les
résultats qu'on obtiendra ne seront pas inférieurs à ceux qu'elle
a donnés ailleurs" (p.30)
(Résumé) Par exemple, en Suéde.

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 30.

5 No d'identification : 24097 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "In terms of techniques of iron production used before
the nineteenth century, St-Maurice vas probably the best location
in Canada. Within ten miles of the proposed iron works there vas so
much bog iron ore — rich, easily worked and at the surface of the
round — that the Forges scarcely ever found it necessary to look
further". (p.35)
(Résumé) L'auteur mentionne aussi que la richesse de la région en
bois, utile pour la production de charbon, la présence de pierre
à chaux, le potentiel d'énergie du Saint-Maurice et l'accès a
Trois-Rivières pour la distribution de produits finis sur le
marché canadien font aussi des Forges du St-Maurice une
excellente localisation pour la production de fer.

Référence
Clare H. Pentland, Labour and Capital in Canada, 1650-1860, Toronto, James Lorimer and co, 1981.

6 No d'identification : 24137 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La Pictou Charcoal Iron Co. vient de s'installer à
Bridgeville, où doivent commencer sous peu des opérations, dont
le gérant des mines de cette compagnie, M. E.J. Sjostedt, parle
dans les termes suivants : -"Notre but est de construire à
Bridgeville une usine à fer utilisant le charbon de bois pour la
réduction du minerai; nous traiterons principalement des
hématites brunes et nous produirons des fers propres à la
fabrication des roues de wagons et des grosses pièces fondues
pour machines. À cet effet nous avons fait l'acquisition de
gisements de minerai de fer, de calcaire et de minerai de
manganèse, et acheté environ 6,000 âcres de terre couverte de bois
francs".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 81.

7 No d'identification : 24164 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La Canada Iron Furnace Company n'a pas tenu ses
fourneaux allumés durant toute l'année, à cause de la rareté de
la main-d'oeuvre dans les bois pour se procurer des combustibles.
Elle a cependant réussi à vaincre cette difficulté, en sorte que
l'an prochain cette raison ne l'empêchera pas de donner tout le
rendement dont elle est capable. Les rapports reçus font voir que
cette industrie a donné de l'emploi dans les deux provinces
(Nouvelle-Écosse et Québec), à environ 1,735 hommes. Ces chiffres
comprennent, néanmoins, outre les ouvriers employés aux fourneaux
et aux usines, tous ceux qui ont travaillé à l'extraction du
minerai, aux carrières de calcaire pour le fondant, et dans les
forêts à abattre du bois et faire du charbon pour les usines qui
s'en servent".

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1896, Ottawa, S.E. Dawson, 1898 : 68.

8 No d'identification : 24239 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Dans le cadre d'une enquête menée par a "Dominion
Government Tariff Commission où il est question des subventions a
la production et des tarifs protecteurs, le point de vue des
fermiers québécois est mentionné.
(Citation) "A very notable illustration of the value of the
Charcoal Iron Industry cornes from the farmers of the Province of
Quebec, hundreds of whom have recently signed a petition to the
Dominion Government, asking that the industry be preserved to
them. Firstly - Because it is one of the very few rural
industries that they enjoy, and because, through the resident
employes at the works, it provides a ready cash market for farm
products. Secondly - Because without it, they would be deprived
of a cash market for the bog iron ore existing on their own and
neighboring lands. Thirdly - Because the opérations of the
furnace provide them with a profitable market for the vaste hard
woods, which they are compelled to clear from their lands in
preparing same for agricultural pursuits. Finally, the petition
points out, that without the labor afforded by the existence of
Charcoal iron furnaces, they, as farmers, would be compelled,
through climatic conditions, to exist for twelve months of each
year upon the profits derivable from five month's work in their
ordinary agricultural pursuits.

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 55-56.

9 No d'identification : 24409 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) : 4 mars 1893. Lettre de E.E. Taché, assistant
commissaire des terres à Thes. J. Drummond, lui confirmant
réception de son télégramme et de sa lettre concernant l'achat de
terres pour le bois de carbonisation, au lac des Piles. De plus,
il l'informe que la demande sera soumise au Commissaire des
terres de la Couronne.

Référence
Documents de la Session (D.S.), vol. 28, no 58 (1894-95).

10 No d'identification : 24412 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) (26) mars 1893. Lettre de Geo. E. Drummond au
commissaire des terres de la Couronne (E.J. Flynn) Drummond
demande un rendez-vous au commissaire au sujet d'une demande
pour des terres. Il lui dit qu'ils sont à effectuer tous leurs
dans pour leur développement futur, mais qu'ils dépendent de
l'arrangement qu'ils auront avec le gouvernement au sujet de la
concession de lots à bois. Ils dépendent des lots du lac des
Piles encore en la possession du gouverneur (tel que dit dans une
lettre écrite le 18 février 93). Mais en plus de ces terres
qu'ils désirent exploiter immédiatement, il serait aussi
nécessaire pour eux d'avoir des informations au sujet d'autres
sections dont ils auraient besoin pour la coupe du bois, la
fabrication de charbon.

Référence
Documents de la Session (D.S.), vol. 28, no 58.

11 No d'identification : 24414 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) 19/08/1693. Lettre de Maj. Lesage, garde-forestier a E.
Lacerte (A.T.S.B.C). Il s'agit d'un rapport d'inspection des lots
nos. 23-26-29-30-31-32-33-34-35-36-37-38-39-40-43-44-45-46-47-48
rang St.Ubald, des paroisses Ste-Flore et St-Jacques des Piles,
pour chacun des lots, il signale s'ils sont occupés, cultivables,
la quantité de bois et si ce bois est bon pour le commerce.

Référence
Documents de la Session (D.S.), vol. 28, no 58.

12 No d'identification : 24454 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) 10 juillet 1893, Lettre de Maj. Lesage, garde forestier,
à E. Lacerte (A.T.S.B.C.) Rapport pour les lots Nos 36 à 58
inclusivement du Rang St. Alexandre, Pour chacun des lots il note
s'ils sont cultivables, la quantité et l'essence du bois, et si
le bois est bon pour le commerce.

Référence
Documents de la Session (D.S.), vol. 28, no 58 (1895).

13 No d'identification : 24465 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
19 octobre 1894. Lettre de E.J. Flynn commissaire des terres de
la couronne à l'assistant commissaire, (E.E. Tache). (Intégral)
"Est-il possible de trouver dans les environs de différents
établissements: du Canada Iron Furnace Co. une étendue de
territoire non sous license [sic] et suffisamment boisée en bois
franc".

Référence
Documents de la Session (D.S.), vol. 28, no 58 (1895).

14 No d'identification : 24499 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Liste des objets saisis comme appartenant à H.Grondin le 15 avril
courant en vertu d'un bref de fieri facias de bonis (Intégral)
"Un lot de briques blanches, un lot de briques rouges (25 000)
une machine a deux bras marchant par eau (valant environ 2000$)
deux planches (voitures à quatre roues), une charette à deux
roues, deux chevaux sous poil rouge, environ cent banques de
charbon de bois, environ mille cordes de boisée corde mêle, un
harnais de travail et un harnais noir".

Référence
ANQTR. no 556, Cour Supérieure, P. Boucher vs H. Grondin. Opposition afin d'annuler un bref de fieri facia, 1879.

15 No d'identification : 24624 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La saisie de biens chez A. Larue & Co. se compose de
minerai, combustible (charbon), chevaux, charrettes, roues de fer,
moules à roues, traîneaux, harnais, bois franc et mou, mobilier
de bureau, tonneaux et 20,000 barriques de mines sur plusieurs
lots de terre.

Référence
ANQTR. 120, no 236, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs A. Larue & Co., 6 novembre 1863.

16 No d'identification : 24696 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Articles saisis chez A. Larue aux Forges Radnor:
ameublements, pendule. tapis, sideboard, chevaux, attelages, 200
cordes de bois franc, 2000 barriques de minerai. 1500 bottes de
foin, 3 bennes, moules de fonte et de bois et 10 tonneaux de fer
en saumon.

Référence
ANQTR. 126, no 171, Cour Supérieure, C.B. Genest vs A. Larue et al., 22 octobre 1866.

17 No d'identification : 24713 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Articles saisis aux Forges Radnor: chevaux, moules,
fonte, bois franc, foin, charrettes.

Référence
ANQTR. 126, no 2741, Cour Supérieure, Andrew W. Hood vs A. Larue & al., 27 novembre 1866.

18 No d'identification : 24743 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Vers 1090-1910, quelques entreprises de Saint-Tite
faisaient (citation) "une grande exploitation de charbon de bois
au lac Pierre-Paul. Le Canadien National y avait même aménagé une
voie d'évitement pour l'expédition du charbon produit par les 5
fours, d'aucuns disent 8 fours; une dizaine de maisons, situées
entre le lac et la voie ferrée, servaient aux ouvriers employés à
la coupe des bois francs (érable, merisier jaune) qui n'avaient
pas de valeur marchande en ces années".

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969 : 172.

19 No d'identification : 24779 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Forges Radnor (Intégral)
"Wood Lands - Freehold and royalty rights on hand, wood lands
extending through-out the country north of Radnor Forges, and
comprising some thousands of acres. The supply of wood is
practically inexhaustlble. The company's location for charcoal
Kilns at Grandes Piles securing to them the "key" of the St-Maurice river, and practical control of most valuable hard wood
lands on either bank of the river for 70 miles of the navigable
waters of the St-Maurice. The wood is pratically hard maple,
birch and beech. Assembly Bill No. 21, session 1895, Quebec
Legislature, entitled: "An Act respecting Colonization in certain
parts of this Province, and for promoting the Mining industry
therein", reserves for the sole purposes of the Canada Iron
Furnace Co. Ltd., 30,000 acres (part of a township) of hardwood
lands, thus further guaranteeing the company a sure and constant
supply of fuel."

Référence
The Canadian Mining Manual and Companies Directory (1896) : 329.

20 No d'identification : 24847 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, partiel) "Matériaux - Le sable nécessaire aux travaux
de maçonnerie est sur place: toute la pierre nécessaire se
trouverait à 4 ou 5 arpents, les frais d'extraction en seraient
d'autant moins coûteux qu'elle se trouve par blocs de toutes
grosseurs, complètement désagrégée du flanc de la butte. L'on
trouverait également sur place les bois les plus propices pour la
construction, et les moulins à scie qui sont à proximité
permettraient de les travailler dans de bien bonnes conditions."

"Évaluation du prix des travaux - L'installation d'un haut
fourneau et de son engin soufflant, avec le hangar nécessaire
pour l'abriter, la maison de garde nécessaire pour les hommes du
haut fourneau, le tout pourrait être érigé pour une somme ne
dépassant pas six mille piastres et quatre mille piastres de plus
pour arriver à fabriquer le fer brut."
(Résumé) L'auteur estime que le prix de revient d'une tonne de
fer fabriquée au gaz à ces forges serait de $318.56.

Référence
Marcel Prévost, Exploitation des mines de fer de Shawinigan (comte de St-Maurice
district des Trois-Rivières, P.Q.), s.l., s.n., 1876 : 2 et 4.

21 No d'identification : 24867 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, partiel) "La seule exploitation de minerai sur une
grande échelle est actuellement celle du fer par les
propriétaires des Forges Radnor, les MM. Hall. Les Forges Radnor
sont situées dans la paroisse St-Maurice, à 15 milles des
Trois-Rivières. Vu le grand nombre de bâtisses groupées autour de
l'établissement, Radnor à l'aspect d'un village assez
considérable. Grâce à la ligne d'embranchement du chemin de fer
des Piles, les usines sont mises en correspondance avec les quais
et les chemins de fer de la cité des Trois-Rivières. Les droits
miniers attachés à la propriété de ces Forges s'étendent sur une
partie considérable de la contrée voisine qui fournit aussi tout
le bois requis pour la fabrication du charbon. Le Lac-à-la-Tortue
situe sur les terres Radnor fournit une grande quantité de
mines; les rives et le fond en sont pavés. On l'extrait presque
sans dépenses au moyen de bateaux dragueurs qui creusent le
minerai comme on creuse dans le sable."

Référence
Canada , La vallée du St-Maurice et les avantages qu'elle offre a l'industrie, au commerce et à la colonisation, Ottawa, Département de l'agriculture, 1887 : 25.

22 No d'identification : 24876 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Règlements de la compagnie des mines fer dans la
paroisse de Shawenegan
- La Cie devra payer à H. Grondin $1,00 la tonne de minerai de
fer extraite de la mine mentionnée dans cet acte. Grondin accorde
à la Cie 6 mois après l'ouverture du fourneau pour le premier
paiement du minerai, les autres paiements devront se faire tous
les derniers du mois. [10]
- Grondin s'engage à fournir le terrain nécessaire pour
l'exploitation des mines, avec la pierre et le bois de charpente
et de construction qui sont sur son terrain et qui pourraient
être utiles à la construction de l'établissement, et ce pour
un montant de $500,00 transfère en 5 parts de $100.00 au nom de
H. Grondin. [11]
- Si après avoir fonctionné pendant un certain temps, la
compagnie venait à cesser ses opérations pour une période dépassant
18 mois, H. Grondin aura le droit de vendre les parts qui lui
resteront comme bon lui semblera.

Référence
ANQ-Q. no 37, Cour du Banc du Roi, Théo. Guimond vs H. Grondin. Factum de l’appelant app. A, 1880 : 10-11.

23 No d'identification : 24898 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral - extraits) "II se faisait aux Forges une imposante
consommation de charbon de bois. Aux époques de pleine activité
cette dépense atteignait au-delà de 20,000 cordes par année. La
coupe du bois employait un nombre assez considérable de "bucheux"
et sa transformation en charbon exigeait la participation de
plusieurs équipes de "charbonniers". [44]
"À lui seul le haut fourneau dévorait 300 cordes de bois par
semaine. On employait de préférence le bois franc pour la
confection du charbon destiné au haut fourneau. Il y avait des
charretiers qui transportaient régulièrement le bois nécessaire.
On les appelait les "chameux de bois de "kiles". Les grosses
pièces n'étaient pas comptées à la corde, mais à la pesée. Il
fallait 1,800 livres de bois pour faire une demi-corde. Les MM.
McDougall payaient 10 sous la corde pour le bois debout, 40 sous
environ pour la coupe et dix sous pour le charroyage".

Référence
Do1lard Dubé, Les Vieilles Forges il y a 60 ans, (Coll. Pages trifluviennes); Série A, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1933 : 44-46.

24 No d'identification : 24919 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral - partiel) "[À propos des Forges Saint-Maurice] le pais
est plat, le terrain (un sol jaune et sablonneux) est plein de
savanes et de brûlés, ou se trouve la mine par veines, que l'on
appelle mine en grains ou en galets, de couleur bleue; quoique le
minerai contienne du soufre et des matières terreuses, il rend en
général 33 pour 100 de pur et excellent fer. On n'y chauffe les
fourneaux et les affineries qu'avec du charbon de bois qu'il
faut choisir: pour les fourneaux, on ne fait usage que de
charbon de bois dur et franc, et pour les affineries que de
charbon de bois mou, comme la pruche, le tremble, etc. Une telle
exploitation nécessitent l'emploi de 400 à 800 personnes tant
dans l'atelier que dans les bois, les carrières, les mines et
pour les charrois [...]".

Référence
Anonyme, Mémoires de Pierre De Sales Laterriere et de ses traverses, Ottawa, Lemeac, 1873 : 84.