Thème : Fonte, vieux fer, etc., pour fonderies
Index thématique -> Économie -> Matières premières -> Fonte, vieux fer, etc., pour fonderies
1 No d'identification : 23965 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le 10 mars 1892 avait lieu l'inauguration du nouveau
haut fourneau des forges Radnor. Le haut fourneau a été allumé par
Mme John Drummond et béni par le curé de Saint-Maurice.
La Canada Iron Furnace a dépensé $165,000 pour la
restauration des installations de Radnor. On estime à environ
$100,000 les dépenses annuelles de la Cie pour le fonctionnement
de l'usine de Radnor. La Cie se propose de fabriquer de la fonte
en gueuse, du fer battu, de l'acier, des rails et des roues. Elle
compte employer de 1,000 a 1,200 travailleurs.
On évalue à trente ans les réserves de minerai du
lac à la Tortue, de Lanoraie et de Gentilly. On utilise également
du fer des montagnes de Saint-Jérôme.
La compagnie a vingt charbonnières en activité: 14 à
Radnor et six à Grandes Piles. Elle compte en construire d'autres
le long du chemin de fer des Basses Laurentides ou elle a fait
l'acquisition de concessions forestières.
La production du haut fourneau est de 24 tonnes de
fonte par jour, production qui sera augmentée a 40 tonnes dans
l'avenir. Selon le journal, c'est le plus grand haut fourneau
existant au Canada.

Référence
«Visite aux forges Radnor», Le Trifluvien, col. 2 (23 mars 1892) : 2.

2 No d'identification : 23972 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Le steamer Acadian a apporté ici une cargaison de
fonte pour les usines Charlebois. L'on essaiera, cette année,
pour la première fois, de faire fonctionner ces usines pendant
l'hiver. Dans ce but, on les a agrandies. The Three Rivers Iron
Works emploie actuellement 175 personnes; les commandes sont très
nombreuses. Notre ville doit être fière de posséder cet
établissement industriel, le plus grand du genre dans le pays."

Référence
Le Trifluvien, col. 5 (17 novembre 1896) : 3.

3 No d'identification : 23975 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "La Cie des Conduites d'Eau attend ces jours-ci
d'Europe plusieurs navires chargés de l'outillage qui lui est
nécessaire pour la fabrication des tuyaux et aussi du fer qui
fait la matière première de l'exploitation."

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, col. 2 (14 octobre 1889) : 2.

4 No d'identification : 24007 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Nous apprenons avec plaisir que MM. Alex McDougall et
Ed. Rocheleau de cette ville ont entrepris d'établir une
fromagerie dans la paroisse St-Maurice. Nous invitons
chaleureusement tous les cultivateurs de cette paroisse et des
alentours de les seconder."

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, col. 5 (27 février 1869) : 1.

5 No d'identification : 24086 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le haut fourneau des Forges du Saint-Maurice (citation)
"est chargé quarante-cinq fois dans vingt-quatre heures et
perce a des intervalles qui varient de douze a dix-huit heures. On
y fabrique journellement quatre tonnes de fonte dont dix pour cent de fonte blanche et dix pour cent de fonte truitee". [...]
- Le minerai donnait de 33 a 35 pour cent de fer, et coûtait, à
l'usine, $2.50 la tonne et quelques fois plus". (...) "Outre la
fonte, on fabriquait encore ici une faible quantité de fer forgé,
par le procède antique de l'affinage au foyer".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 24.

6 No d'identification : 24088 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le minerai traité aux Forges de Drummondville renferme
de 40 a 54% de fer, et (citation) "l'on fabrique annuellement à
cette usine environ 4,000 tonnes de fonte qu'on expédié à la
fonderie de Montréal ou elle est convertie en roues de wagons".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 26.

7 No d'identification : 24091 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Les forges d'Yamaska, érigées par la St-Francis River
Mining Co, en 1669, sont situées sur la rivière aux Vaches" [...]
"Terminé en 1869, ce haut fourneau a été exploité par la
compagnie ci-dessus jusqu'en 1873. On y employait le charbon de
bois comme combustible, et le rendement total en fonte, durant
cette période, a été de 5,520 tonnes. Il passa alors aux mains de
MM. John McDougall et Cie de Montréal, qui l'exploitèrent
jusqu'à épuisement du gisement, en 1880".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 25.

8 No d'identification : 24103 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Vers 1865, les Forges de Radnor produisaient environ
2,000 tonnes de fer en gueuses par année en utilisant de 4,000 à
5,000 tonnes de minerai. Celui-ci était d'abord brisé avec des
pics, puis lave et entasse sur des chariots que des chevaux
iraient iusgu'au haut fourneau. Au lac à la Tortue, on utilisait
dragueur et le transport par chevaux fut plus tard remplacé
par un chemin de fer",

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 45.

9 No d'identification : 24105 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) Le dépôt du lac à la Tortue, qui était à l'époque
(Résumé, c'est-à-dire entre 1860 et 1910, selon l'auteur)
(citation) "Le plus producteur de tous, couvrait presque tout le
fond du lac et s'étendait sur les berges. On dit que près de
l'embouchure, le dépôt atteignait jusqu'à 6 pieds d'épaisseur",
(p.46)
(Résumé) Ce minerai (citation) "est fait de petites concrétions
aplaties composées de couches concentriques de minerai noir et
brillant autour d'un noyau de sable, de silt ou d'argile", (p.46)
(Résumé) Le fer en gueuses fabriqué à partir de ce minerai était
très populaire. On l'expédiait en partie en Angleterre, où il
était traité et utilisé pour fabriquer des roues de train.

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 46.

10 No d'identification : 24113 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos d'un tableau sur les "Importations de vieux
fers et de vieux aciers, années 1886-1887", l'auteur explique
que (citation) "ce tableau montre clairement les résultats
heureux et immédiats de notre nouveau tarif protecteur. Par une
disposition très sage de ce tarif, les droits les plus élevés
portant sur les produits manufacturés, les importations de
matière brute destinée à nos usines à fer, ont immédiatement
augmenté de 66 pour cent. Les opérations de ces usines ont pris une
activité remarquable depuis le mois de mai dernier", (p.49)
Les changements ont été introduits au tarif en mai 1887.

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l’année 1887-88, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1889 : 49.

11 No d'identification : 24137 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La Pictou Charcoal Iron Co. vient de s'installer à
Bridgeville, où doivent commencer sous peu des opérations, dont
le gérant des mines de cette compagnie, M. E.J. Sjostedt, parle
dans les termes suivants : -"Notre but est de construire à
Bridgeville une usine à fer utilisant le charbon de bois pour la
réduction du minerai; nous traiterons principalement des
hématites brunes et nous produirons des fers propres à la
fabrication des roues de wagons et des grosses pièces fondues
pour machines. À cet effet nous avons fait l'acquisition de
gisements de minerai de fer, de calcaire et de minerai de
manganèse, et acheté environ 6,000 âcres de terre couverte de bois
francs".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 81.

12 No d'identification : 24167 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "L'ouverture d'un haut fourneau à Hamilton, par
l'Hamilton Blast Furnace Co. a donné un nouvel essor à
l'exploitation des mines de fer dans cette province. M. L.L.
Brophy, qui a visité le fourneau dans l'automne 1896, écrit ce
qui suit dans le Rapport sommaire du directeur de la Commission:
"Ses fournaux [sic] ont été allûmés le 31 décembre 1895, bien qu'il
n'ait été fabriqué de fer en gueuse que quelques semaines plus
tard. Cependant, la production n'a pas cessé depuis". (pp.
64-65)
(Résumé) Le coke est utilisé comme combustible et on se le
procure aux États-Unis. Le minerai provient du Canada et des
États-Unis.

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1896, Ottawa, S.E. Dawson, 1898 : 64-65.

13 No d'identification : 24173 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Au printemps de 1898, la Deseronto Iron Company
Limited, commença à construire un fourneau à charbon de bois a
Deseronto, dans la province d'Ontario. Ce fourneau, qui aura 60 X
10 pieds et produira de la fonte malléable et à roues de wagons,
avec des minerais du lac Supérieur américain et du Canada, est à
peu près terminé, et la compagnie espère pouvoir l'allumer au
commencement de novembre. La capacité annuelle de ce fourneau
sera d'environ 12,000 grosses tonnes".

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1897, Ottawa, S.E. Dawson, 1901 : 97.

14 No d'identification : 24189 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) On constate que les exportations de ferraille en 1886
ont grandement augmente, à cause de la rareté du minerai aux
États-Unis et parce que les fabricants américains, étant
parfaitement protègés, pouvaient payer plus cher que les
fabricants canadiens.

Référence
geol. du Canada Corn, Rapport annuel, 1886, Ottawa, s.n., 1887 : 40-41.

15 No d'identification : 24216 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Londonderry Iron Co. Ltd.

Tons Lbs
Coke pig Iron made 17 744 320
Ore charged 41 557 1220
Fuel charged-coke 25 264 1920
Fuel charged-coal 3088 1920
Cast iron water and
gas pipe produced 2110 160

Average number of men employed : 425
Furnace output of 1895, campaign 8 months. Pipe foundry campaign, 7 months

It is a notable fact that the tariff revision of session 1894, by
which a duty (on a sliding scale), was imposed on wrought scrap
iron, has already resulted in the Londonderry Iron Co. making
contracts with Canadian manufacturers of bar iron which is
enabling them to start up their rolling mills. The work is just
commencing in this department, and will afford steady employment
to a large number of Canadians".

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 11.

16 No d'identification : 24233 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Drummond pose la question à savoir si le fer en gueuse
constitue une matière première ou un produit fini.
- Considering the amount of native labor employed to bring an
article to a merchandable stage... (citation) "If taken on this
basis the manufacture of pig iron from Canadian raw matenals, by
canadian labor, must be considered a far more valuable enterprise
to the country than the mere manipulation of the metal in the
iron foundries of the country. It is quite safe to estimate that
$2.00 is spent in labor in producing coke pig iron from the ore,
where S1.00 is spent in transforming it into castings. In
arriving at the relative value it must not be forgotten that the
fuel used in our western foundanes is invariably thé product of
American mines and of American labor. Where $10.00 is spent
in labor (the raw material all representing labor) in producing
coke iron in Nova Scotia, only $5.00 is spent in the labor of
resmelting this pig iron into castings in the foundries of
Ontario and Quebec. Where charcoal is used as a fuel in smelting
native ore, as in the case of Quebec furnaces, the labor value to
the country of such pig iron is from three to four times as great
as that of smelting it into castings in the ordinary foundry. Pig
iron then may well be considered a finished article, and should
be protected and encouraged as such".

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 66.

17 No d'identification : 24235 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Statistiques de production de fonte en gueuse en
Allemagne, en Belgique et au Canada. En ce qui concerne la
production canadienne, comprenant les forges de Londonderry,
Radnor et Hamilton, 61 839 tonnes nettes de fer en gueuse ont été
produites au total, 12 964 tonnes nettes d'acier, 1 243 tonnes
nettes de "forgings" et 4 575 tonnes nettes de "puddled bars".
Pour produire ceci, les matériaux canadiens suivants ont été employés: (citation)
“Ore 82 705 net tons
Coal 114 554 net tons
Coke 46 219 net tons
Charcoal 557 400 bushels
Limestone, consumed 34 946 net tons”.

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 51-52.

18 No d'identification : 24236 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) “Canada Iron Furnace Co. LTD, Radnor Forges, Que. Opreations in Raw Material Department.
Charcoal produced : 630 000 bushnels
Ore produced 24 713 net tons
Limestone produced 2415 net tons

Charcoal Iron produced in 1896, in Campaign of Eight Months.

Charcoal pig iron made 5602 net tons
Charcoal consumed 557 400 bushels
Ore consumed 13 729 net tons
Limestone flux consumed 1415 net tons
Average number of men employed : 600”.

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 54.

19 No d'identification : 24244 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos des Forges Radnor, (Citation) "Owing to the
plant being overhauled and improved during the year, the campaign was only of about eight months” The production during that time was :
special charcoal pig iron : 6040 - 420/2000 tons
charcoal made : 580 100 bushels
ore made: 14 400 net tons
Limestone flux made : 1432 net tons
Average number of men employed : 600

(Citation) "The product at Radnor Forges continues to attract
most favorable consideration from engineers abroad as well as at
home. During the year shipments of "C.I.F.", special charcoal
metal were made from the furnaces to leading establishments in
Great Britain, France, Germany and the United States and the
demand for this special iron is an increasing one".

Référence
George E. Drummond, «The Iron Industry in 1898», The Journal of Canadian Mining Institute (1899).

20 No d'identification : 24246 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le texte contient des tableaux sur la production des
hauts fourneaux de Radnor et de Hamilton en 1898, comprenant le
nombre d'employés. On retrouve aussi des statistiques de
production pour la Nova Scotia Steel Co, ainsi que sur les
matieres premières utilisées.

Référence
George E. Drummond, «The Iron Industry in 1898», The Journal of Canadian Mining Institute (1899) : 60-61.

21 No d'identification : 24251 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "A new charcoal furnace is projected for Midland, Ont.,
by the Canada Iron Furnace Co, Limited, of Montreal and Radnor
Forges, this being a branch of their business at the latter
point, but the intention being to manufacture at Midland an iron
similar in quality to Lake Supenor charcoal, and which is
required for mixture with the special charcoal metal, now made at
Radnor from the bog and lake iron ores of the district of Three
Rivers".

Référence
George E. Drummond, «The Iron Industry in 1898», The Journal of Canadian Mining Institute (1899) : 59.

22 No d'identification : 24261 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "The year has witnessed the formation of the Dominion
Iron & Steel Company to smelt at Sydney, C.B. ,) the ores of
Newfoundland with the mineral fuel of Nova Scotia. These furnaces
are planned upon a splendid scale. It is said that 1,000 tons of
iron per day will be the rate of output. This, at the lowest rate
calculation, would add 300,000 tons of iron per annum to the
present Canadian output. Details of the plant and of the actual
output are not at the moment available, but it may be relied upon
that the works will go into operation within the next year on a
very large scale of operations".

Référence
George E. Drummond, «The Iron Industry in 1899», The Journal of Canadian Minxng Instltute (1900) : 123.

23 No d'identification : 24273 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "The Radnor Forges furnace was in operation during the
whole year, and the Drummondville one since July. They have
produced 8 386 gross tons of pig iron, 680 men being employed by
this industry. The consumption of raw material has been 19,766
cross tons of bog ore; 2,545 gross tons of limestone; 10,318,000
bushels of charcoal".

Référence
Joseph Obalski, «Mining in Quebec in 1897», The Journal of Federated Canadian Mining Institute (1898 ) : 145.

24 No d'identification : 24276 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Bog iron ore operations have been carried on as
usual, the ore being raised in many different localities and
transported to the Drummondviile and Radnor furnaces. These
latter were operated for about eight months of the year,
utilizing 13 363 gross tons of ore and producing a total of 5 762
cross tons of charcoal pig iron. No other iron ores have been
worked, but inquiries have been received concerning the Magnetic
sand found on the north shore of Gulf of St.Lawrence, and
possibly something may be done in this line before long".

Référence
Joseph Obalski, «Mining in Quebec Province in 1898», The Canadian Mining Review (1898) : 62.

25 No d'identification : 24279 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "The pig iron made in a charcoal furnace is almost
always low in sulphur; and it is possible to make iron with
extremely low silicon, and also low sulphur. Although this is
possible with a coke furnace, yet it is difficult to make very
low silicon and yet have low sulphur. If a coke furnace works
badly the pig iron made is invariably high in sulphur; with a
charcoal furnace in distress the iron may be, and generally is,
ail white iron, but still the sulphur never gets high enough to
do any arm, and seldom, if ever, goes over .040%.
The analysis of charcoal iron can be vaned as desired within the
same limits as in a coke furnace. Charcoal iron can be used for
any purpose that coke iron is used, and besides can may used for
some purpose for which coke iron is not suitable".

Référence
R. H. Sweetzer, «Charcoal: The Blast Furnace Fuel for Ontario», The Journal of the Canadian Mining Institute (1908) : 168.