Thème : Transformation
Index thématique -> Économie -> Transformation
1 No d'identification : 23965 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le 10 mars 1892 avait lieu l'inauguration du nouveau
haut fourneau des forges Radnor. Le haut fourneau a été allumé par
Mme John Drummond et béni par le curé de Saint-Maurice.
La Canada Iron Furnace a dépensé $165,000 pour la
restauration des installations de Radnor. On estime à environ
$100,000 les dépenses annuelles de la Cie pour le fonctionnement
de l'usine de Radnor. La Cie se propose de fabriquer de la fonte
en gueuse, du fer battu, de l'acier, des rails et des roues. Elle
compte employer de 1,000 a 1,200 travailleurs.
On évalue à trente ans les réserves de minerai du
lac à la Tortue, de Lanoraie et de Gentilly. On utilise également
du fer des montagnes de Saint-Jérôme.
La compagnie a vingt charbonnières en activité: 14 à
Radnor et six à Grandes Piles. Elle compte en construire d'autres
le long du chemin de fer des Basses Laurentides ou elle a fait
l'acquisition de concessions forestières.
La production du haut fourneau est de 24 tonnes de
fonte par jour, production qui sera augmentée a 40 tonnes dans
l'avenir. Selon le journal, c'est le plus grand haut fourneau
existant au Canada.

Référence
«Visite aux forges Radnor», Le Trifluvien, col. 2 (23 mars 1892) : 2.

2 No d'identification : 23972 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Le steamer Acadian a apporté ici une cargaison de
fonte pour les usines Charlebois. L'on essaiera, cette année,
pour la première fois, de faire fonctionner ces usines pendant
l'hiver. Dans ce but, on les a agrandies. The Three Rivers Iron
Works emploie actuellement 175 personnes; les commandes sont très
nombreuses. Notre ville doit être fière de posséder cet
établissement industriel, le plus grand du genre dans le pays."

Référence
Le Trifluvien, col. 5 (17 novembre 1896) : 3.

3 No d'identification : 23975 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "La Cie des Conduites d'Eau attend ces jours-ci
d'Europe plusieurs navires chargés de l'outillage qui lui est
nécessaire pour la fabrication des tuyaux et aussi du fer qui
fait la matière première de l'exploitation."

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, col. 2 (14 octobre 1889) : 2.

4 No d'identification : 24067 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Au début du 18e siècle, la Saint-Maurice Iron Works innove
en utilisant un nouveau procèdé...(citation) "the operation of
this simple furnace was made independent of the wind by using
bellows. At first. they were manually operated, but were later
fowered by waterwheels. The result was the same: sponge iron to
shaped by hammering. This primitive process was used on
several occasions in Canada, the first being in the early
eighteenth century at the St Maurice Iron Works, where, in addition to the
blast-furnace that produced molten iron for casting, a small
furnace was operated to smelt ore directly into sponge iron.
Because of its toughness, the iron so obtained was particularly
suitable for axe heads. At one tinte, the St Maurice smiths turned
out 120 of them each day".

Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 2.

5 No d'identification : 24068 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La St Maurice Works a produit du fer en grande quantité,
(citation) "Records of the production for 1746, for example, showed
that the amount made in that year exceeded L 1,000,000. The
seiling price, expressed in the monetary terras of New France, was
twenty-five to thirty beaver skins per 100 pounds. In some years, as many as
200 stoves were manufactured, along with great quantities of pots
and other cast ware. The same works also produced bar iron".

Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 5.

6 No d'identification : 24069 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "A visiter to the St Maurice Iron Works reported in
1828 that some of the pig manufactured there was sent to a small
foundry in Trois Rivières which was equipped with two cupola
furnaces and a moulding shop. There the iron was remelted and
ist into items in popular demand, such as stoves, kettles, and boat
gear."

Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 5-6.

7 No d'identification : 24072 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Joseph Van Norman, proprietor of the important works
at Normandale in Upper Canada (...) deserves particular
attention, primarily because [Van Norman's name] was one of the
most important iron works of the day and because of his important
contributions to the design and manufacture of Canadian stoves.
(Résumé) Van Norman works established subsidiary foundries in
Toronto and other communities so that his wares could be
manufacturee nearer the market".


Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 7.

8 No d'identification : 24080 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "During the twenty years following the opening of the
Radnor Works, at least seven other ironmaking ventures were
undertaken in Québec". (Résumé) En 1867 et 1868
(approximativement), les forges de la rivière Moisie ont produit du [mot illisible]. À Hull en 1872, une forge fut ouverte mais elle a du fermer
après. (Citation) "A charcoal-fuelied blast-furnace had also
been erected near Hull in 1867. [...] A forest fire, however, made the
operation short-lived. Another charcoal furnace in Québec was
that in Yamaska County which operated between 1869 and 1880, when
local ores were exhausted". (Résumé) Entre 1873 et 1880,
(citation) "Two blast-furnaces erected at Baie St Paul also had
relatively short lives (...) The last two traditional furnaces
built in Québec were constructed at Drummondville in 1880 and
remained in opération for about twenty years".

Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 14.

9 No d'identification : 24081 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La conversion du "cast iron" en "wrought iron" cause
certains problèmes. On ignore, selon l'auteur, quand et comment
la première conversion fut effectuée, mais on suppose que les
Wallons (de Belgique), qui ont d'ailleurs donné leur nom au
Walloon furnace and Walloon process" en furent les instigateurs.
(Citation) "When the St Maurice Iron Works began production, two
Walloon hearths were constructed to make wrought iron out of the
"pigs", or moulds, cast from the molten iron of the blast
furnace. Pigs for the Walloon hearth were long, and the Royal
Inspecter of Fortifications, visiting the St Maurice Works in
1752, noted that a pig cast during his visit vas fifteen feet
long".
Commentaire: Le texte donne des informations sur les fonctions du
"pig" et sur le "Walloon process".

Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 3.

10 No d'identification : 24086 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le haut fourneau des Forges du Saint-Maurice (citation)
"est chargé quarante-cinq fois dans vingt-quatre heures et
perce a des intervalles qui varient de douze a dix-huit heures. On
y fabrique journellement quatre tonnes de fonte dont dix pour cent de fonte blanche et dix pour cent de fonte truitee". [...]
- Le minerai donnait de 33 a 35 pour cent de fer, et coûtait, à
l'usine, $2.50 la tonne et quelques fois plus". (...) "Outre la
fonte, on fabriquait encore ici une faible quantité de fer forgé,
par le procède antique de l'affinage au foyer".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 24.

11 No d'identification : 24087 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Aux Forges de Radnor (citation) "Les laminoirs et les
forges ont été détruits par un incendie il y a quelques années,
mais le haut fourneau est encore en activité, et suivant M.
Obalski, on y a fabrique, en 1887, environ 1000 tonnes de fonte.
On y employait alors quarante ouvriers".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 25.

12 No d'identification : 24088 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le minerai traité aux Forges de Drummondville renferme
de 40 a 54% de fer, et (citation) "l'on fabrique annuellement à
cette usine environ 4,000 tonnes de fonte qu'on expédié à la
fonderie de Montréal ou elle est convertie en roues de wagons".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 26.

13 No d'identification : 24091 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Les forges d'Yamaska, érigées par la St-Francis River
Mining Co, en 1669, sont situées sur la rivière aux Vaches" [...]
"Terminé en 1869, ce haut fourneau a été exploité par la
compagnie ci-dessus jusqu'en 1873. On y employait le charbon de
bois comme combustible, et le rendement total en fonte, durant
cette période, a été de 5,520 tonnes. Il passa alors aux mains de
MM. John McDougall et Cie de Montréal, qui l'exploitèrent
jusqu'à épuisement du gisement, en 1880".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 25.

14 No d'identification : 24103 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Vers 1865, les Forges de Radnor produisaient environ
2,000 tonnes de fer en gueuses par année en utilisant de 4,000 à
5,000 tonnes de minerai. Celui-ci était d'abord brisé avec des
pics, puis lave et entasse sur des chariots que des chevaux
iraient iusgu'au haut fourneau. Au lac à la Tortue, on utilisait
dragueur et le transport par chevaux fut plus tard remplacé
par un chemin de fer",

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 45.

15 No d'identification : 24105 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) Le dépôt du lac à la Tortue, qui était à l'époque
(Résumé, c'est-à-dire entre 1860 et 1910, selon l'auteur)
(citation) "Le plus producteur de tous, couvrait presque tout le
fond du lac et s'étendait sur les berges. On dit que près de
l'embouchure, le dépôt atteignait jusqu'à 6 pieds d'épaisseur",
(p.46)
(Résumé) Ce minerai (citation) "est fait de petites concrétions
aplaties composées de couches concentriques de minerai noir et
brillant autour d'un noyau de sable, de silt ou d'argile", (p.46)
(Résumé) Le fer en gueuses fabriqué à partir de ce minerai était
très populaire. On l'expédiait en partie en Angleterre, où il
était traité et utilisé pour fabriquer des roues de train.

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 46.

16 No d'identification : 24126 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos des forges de Radnor (Citation) "Les nouveaux
propriétaires se proposent d'agrandir l'usine et d'y construire
un nouveau fourneau de 45 pieds de hauteur et de 10 pieds de
diamètre à l'étalage. Ce fourneau pourra réduire environ 14
tonnes de minerai par jour, ce qui portera à environ 20 tonnes
par jour la production de l'usine", (p.88)

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1890-91, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 88.

17 No d'identification : 24137 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La Pictou Charcoal Iron Co. vient de s'installer à
Bridgeville, où doivent commencer sous peu des opérations, dont
le gérant des mines de cette compagnie, M. E.J. Sjostedt, parle
dans les termes suivants : -"Notre but est de construire à
Bridgeville une usine à fer utilisant le charbon de bois pour la
réduction du minerai; nous traiterons principalement des
hématites brunes et nous produirons des fers propres à la
fabrication des roues de wagons et des grosses pièces fondues
pour machines. À cet effet nous avons fait l'acquisition de
gisements de minerai de fer, de calcaire et de minerai de
manganèse, et acheté environ 6,000 âcres de terre couverte de bois
francs".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 81.

18 No d'identification : 24143 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos du haut fourneau construit à Radnor en 1892,
(Citation) "Sa hauteur est de 40 pieds, et le diamètre au ventre
de neuf pieds. Il est à enveloppe métallique, la partie
supérieure étant supportée par des colonnes de fonte, et la
partie inférieure depuis le ventre étant à courant d'eau (water
jacket). L'air est soufflé à une température de 750 degrés, par 4
tuyères en bronze, à une pression de 3 1/2 livres, et est chauffé
par des appareils à tuyaux. La machine soufflante d'un vieux
système doit être remplacée actuellement par une machine Weimer
d'une plus forte capacité, qui augmentera beaucoup la pression.
Le haut-fourneau à produit jusqu'à présent une moyenne de 25
tonnes par jour, chiffre qu'on espère voir porte a 40 et
peut-être au-delà avec la nouvelle machine soufflante. Le pouvoir
est fourni par une batterie de quatre chaudières chauffées par les
gaz du haut-fourneau"

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1892-1893, Ottawa, S.E. Dawson, 1896 : 85-86.

19 No d'identification : 24149 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Aux Forges de Radnor, à propos de la Canada Iron Fuma ce
Co, (citation) "La marque de la compagnie est GIF et dix qualités
différentes sont obtenues du haut-fourneau, pouvant être
utilisées pour différents usages, depuis les plaques de poêle
jusqu'aux roues de wagons, cylindres de laminoirs, plaques, etc ."

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1892-1893, Ottawa, S.E. Dawson, 1896 : 86.

20 No d'identification : 24152 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Les Forges de Radnor produisent une fonte qui est
exclusivement employée au Canada.

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1892-1893, Ottawa, S.E. Dawson, 1896 : 87.

21 No d'identification : 24167 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "L'ouverture d'un haut fourneau à Hamilton, par
l'Hamilton Blast Furnace Co. a donné un nouvel essor à
l'exploitation des mines de fer dans cette province. M. L.L.
Brophy, qui a visité le fourneau dans l'automne 1896, écrit ce
qui suit dans le Rapport sommaire du directeur de la Commission:
"Ses fournaux [sic] ont été allûmés le 31 décembre 1895, bien qu'il
n'ait été fabriqué de fer en gueuse que quelques semaines plus
tard. Cependant, la production n'a pas cessé depuis". (pp.
64-65)
(Résumé) Le coke est utilisé comme combustible et on se le
procure aux États-Unis. Le minerai provient du Canada et des
États-Unis.

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1896, Ottawa, S.E. Dawson, 1898 : 64-65.

22 No d'identification : 24173 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Au printemps de 1898, la Deseronto Iron Company
Limited, commença à construire un fourneau à charbon de bois a
Deseronto, dans la province d'Ontario. Ce fourneau, qui aura 60 X
10 pieds et produira de la fonte malléable et à roues de wagons,
avec des minerais du lac Supérieur américain et du Canada, est à
peu près terminé, et la compagnie espère pouvoir l'allumer au
commencement de novembre. La capacité annuelle de ce fourneau
sera d'environ 12,000 grosses tonnes".

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1897, Ottawa, S.E. Dawson, 1901 : 97.

23 No d'identification : 24216 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Londonderry Iron Co. Ltd.

Tons Lbs
Coke pig Iron made 17 744 320
Ore charged 41 557 1220
Fuel charged-coke 25 264 1920
Fuel charged-coal 3088 1920
Cast iron water and
gas pipe produced 2110 160

Average number of men employed : 425
Furnace output of 1895, campaign 8 months. Pipe foundry campaign, 7 months

It is a notable fact that the tariff revision of session 1894, by
which a duty (on a sliding scale), was imposed on wrought scrap
iron, has already resulted in the Londonderry Iron Co. making
contracts with Canadian manufacturers of bar iron which is
enabling them to start up their rolling mills. The work is just
commencing in this department, and will afford steady employment
to a large number of Canadians".

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 11.

24 No d'identification : 24222 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Specifie as against ad valorem duty. As far as
pig-iron is concerned, a specifie duty is the only fair and
sensible basis. In the first place it is the simplest to apply;
and does avay with possibility of fraud. It would simply be
impossible for an appraiser, expert or not, to determine whether
pig-iron was worth $12.00 per ton or $25.00, so that there
would. as far as high grade iron is concerned, be a wide opening
for entering at fraudulent figures, if an ad valorem duty was
applied. Then again, an ad valorem duty would mean a tendency to
lower the grade of iron imported, and therefore the class of work
produced in this country".

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 12.

25 No d'identification : 24227 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Mention de statistiques comparatives sur la production
de fer en gueuse aux États-Unis en 1694 et 1895.
Les prix du fer en gueuse Bessemer sont aussi mentionnés.
Le même type de renseignements est fourni pour l'Angleterre et
l'Allemagne.

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 11.