Thème : Roues de train
Index thématique -> Économie -> Transformation -> Roues de train
1 No d'identification : 23965 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le 10 mars 1892 avait lieu l'inauguration du nouveau
haut fourneau des forges Radnor. Le haut fourneau a été allumé par
Mme John Drummond et béni par le curé de Saint-Maurice.
La Canada Iron Furnace a dépensé $165,000 pour la
restauration des installations de Radnor. On estime à environ
$100,000 les dépenses annuelles de la Cie pour le fonctionnement
de l'usine de Radnor. La Cie se propose de fabriquer de la fonte
en gueuse, du fer battu, de l'acier, des rails et des roues. Elle
compte employer de 1,000 a 1,200 travailleurs.
On évalue à trente ans les réserves de minerai du
lac à la Tortue, de Lanoraie et de Gentilly. On utilise également
du fer des montagnes de Saint-Jérôme.
La compagnie a vingt charbonnières en activité: 14 à
Radnor et six à Grandes Piles. Elle compte en construire d'autres
le long du chemin de fer des Basses Laurentides ou elle a fait
l'acquisition de concessions forestières.
La production du haut fourneau est de 24 tonnes de
fonte par jour, production qui sera augmentée a 40 tonnes dans
l'avenir. Selon le journal, c'est le plus grand haut fourneau
existant au Canada.

Référence
«Visite aux forges Radnor», Le Trifluvien, col. 2 (23 mars 1892) : 2.

2 No d'identification : 24034 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le village des forges Radnor contient soixante familles.
La rivière au Lard actionne le haut fourneau, un moulin
à farine et un moulin a carder.
Le minerai de fer est extrait à proximité du haut
fourneau.
On y produit plus particulièrement des poêles et des
roues de wagons.

Référence
Le Canadien (03 septembre 1856) : 2.

3 No d'identification : 24045 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, au complet) "Roues de chemin de fer. Nous constatons
avec plaisir que l'établissement de M. McDougall pour la
confection des roues de chemin de fer est en pleine acivité.
Il y a de nouvelles commandes à chaque semaine, et les
compagnies de chemin de fer d'Ontario qui les premières ont fait
l'essai des roues nouvellement manufacturées aux Trois-Rivières
s'en montrent complètement satisfaites.
Il se confectionne une moyenne de 120 roues par semaine,
lesquelles sont immédiatement expédiées. La société McDougall a
rétablie l'ancienne fonderie établie par MM. Turcotte et Larue et elle
est assurée maintenant de pouvoir confectionner des roues sans
égales pour la force et la durée, dans toute la province.
Nous espérons que les gouvernements de Québec et d'Ottawa
lui donneront l'encouragement qu'elle mérite."

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, col. 2 (5 avril 1880) : 2.

4 No d'identification : 24048 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "En 1854, Hall, Larue et Turcotte commencent les
forges Radnor près de la paroisse Saint-Maurice qui venait (1852)
d'être organisée canoniquement (7)."
(Texte de la note 7) "Ils y construisirent un haut-fourneau, des
forges, des laminoirs, une fonderie spéciale pour roues de char
(avec succursale aux Trois-Rivières). Leurs terrains couvraient
40,000 âcres. Ils employaient environ 200 hommes; la production
était de trois tonnes de fer par jour. Un grand inconvénient
existait dans cet établissement: le chemin de fer ne se rendait
pas jusque là et le charroie était long, coûteux et difficile à
s'accomplir."

Référence
Benjamin SULTE, Les Forges Saint-Maurice, vol. 6, Montréal, G. Ducharme, Mélanges historique, 1920 : 192.

5 No d'identification : 24073 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Established in 1860 about ten miles from
Trois-Rivieres, [the Radnor Works used] ore mined by local farmers.
In a later development, however, ore for the works was dredged
from Lac Tortue. Although wrought iron was produced at the Radnor works, where it was rolled into nail rods and bars from which
scythes were made, the main application of the iron from its
furnace was the manufacture of iron wheels for railway cars, cast
in a shop set up in Trois-Rivieres especially for their
production".

Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 13.

6 No d'identification : 24088 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le minerai traité aux Forges de Drummondville renferme
de 40 a 54% de fer, et (citation) "l'on fabrique annuellement à
cette usine environ 4,000 tonnes de fonte qu'on expédié à la
fonderie de Montréal ou elle est convertie en roues de wagons".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 26.

7 No d'identification : 24105 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) Le dépôt du lac à la Tortue, qui était à l'époque
(Résumé, c'est-à-dire entre 1860 et 1910, selon l'auteur)
(citation) "Le plus producteur de tous, couvrait presque tout le
fond du lac et s'étendait sur les berges. On dit que près de
l'embouchure, le dépôt atteignait jusqu'à 6 pieds d'épaisseur",
(p.46)
(Résumé) Ce minerai (citation) "est fait de petites concrétions
aplaties composées de couches concentriques de minerai noir et
brillant autour d'un noyau de sable, de silt ou d'argile", (p.46)
(Résumé) Le fer en gueuses fabriqué à partir de ce minerai était
très populaire. On l'expédiait en partie en Angleterre, où il
était traité et utilisé pour fabriquer des roues de train.

Référence
Jacques BELAND, Région de Shawinigan. Comtes de Saint-Maurice, Champlain et Laviolette, Québec, Ministère des richesses naturelles, 1961 : 46.

8 No d'identification : 24137 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La Pictou Charcoal Iron Co. vient de s'installer à
Bridgeville, où doivent commencer sous peu des opérations, dont
le gérant des mines de cette compagnie, M. E.J. Sjostedt, parle
dans les termes suivants : -"Notre but est de construire à
Bridgeville une usine à fer utilisant le charbon de bois pour la
réduction du minerai; nous traiterons principalement des
hématites brunes et nous produirons des fers propres à la
fabrication des roues de wagons et des grosses pièces fondues
pour machines. À cet effet nous avons fait l'acquisition de
gisements de minerai de fer, de calcaire et de minerai de
manganèse, et acheté environ 6,000 âcres de terre couverte de bois
francs".

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 81.

9 No d'identification : 24149 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Aux Forges de Radnor, à propos de la Canada Iron Fuma ce
Co, (citation) "La marque de la compagnie est GIF et dix qualités
différentes sont obtenues du haut-fourneau, pouvant être
utilisées pour différents usages, depuis les plaques de poêle
jusqu'aux roues de wagons, cylindres de laminoirs, plaques, etc ."

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1892-1893, Ottawa, S.E. Dawson, 1896 : 86.

10 No d'identification : 24173 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Au printemps de 1898, la Deseronto Iron Company
Limited, commença à construire un fourneau à charbon de bois a
Deseronto, dans la province d'Ontario. Ce fourneau, qui aura 60 X
10 pieds et produira de la fonte malléable et à roues de wagons,
avec des minerais du lac Supérieur américain et du Canada, est à
peu près terminé, et la compagnie espère pouvoir l'allumer au
commencement de novembre. La capacité annuelle de ce fourneau
sera d'environ 12,000 grosses tonnes".

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1897, Ottawa, S.E. Dawson, 1901 : 97.

11 No d'identification : 24218 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos de la Canada Iron Furnace co, (Citation) "A
portion of the output of the furnace is used for the manufacture
of the highest class of railway car wheels, at the company's
auxiliary works at Lachine, Que., where a further staff of about
50 men are employed, and in addition it may be said that ail the
railway companies in Canada are now using the Canada Iron Furnace
Co's metal as the basis of mixtures for standard car wheels. It
will be gratifying to Canadians to know that the high quality of
this special metal, as demonstrated by its great strenght and
splendid chilling qualities, has so far attracted the attention
of foreign engineers that the company has been enabled to open a
foreign trade during the past year, and it is now shipping iron
regularly into the Pittsburgh market, where the metal is used for
very special qualities of work. In addition to this, important
shipments have recently been made from Radnor Forges to the
European market. While this trade is not a large one as yet, it
proves that the quality of the iron made in Canada is
unsurpassed, and is another reason why we should carefully build
up our national industry".

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 12.

12 No d'identification : 24219 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Drummondvilie. The campaign was short, but the output
will be about the same as in 1894. The whole of the production of
this furnace is used in the manufacture of car wheels at the
company's works in Montreal. The campaign is always more or less
regulated by the requirements of the car wheel department".

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 12.

13 No d'identification : 24624 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La saisie de biens chez A. Larue & Co. se compose de
minerai, combustible (charbon), chevaux, charrettes, roues de fer,
moules à roues, traîneaux, harnais, bois franc et mou, mobilier
de bureau, tonneaux et 20,000 barriques de mines sur plusieurs
lots de terre.

Référence
ANQTR. 120, no 236, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs A. Larue & Co., 6 novembre 1863.

14 No d'identification : 24626 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Les défendeurs allèguent avoir pris une entente par
laquelle A. Larue & Co. rembourserait J.N. Bureau avec des roues
de chemin de fer. L'entente précise que lorsque les opposants
(A. Larue & Co.) recevraient une commande de roues de la
compagnie du Grand Tronc, le commis des opposants, Antoine
Frigon, se chargerait de transmettre les roues à leur agent à
Montréal. Alfred Brown, marchand à commission. Brown devait
vendre les roues à la Compagnie de chemin de fer $15.00 chacune.
Lorsque la vente serait faite, les défendeurs feraient parvenir
au demandeur une traite sur Alfred Brown au montant du prix des
roues qu'il avait vendues. Ils auraient livre ainsi pour $900.00
de roues.

Référence
ANQTR. 120, no 236, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs A. Larue & Co., 18 novembre 1863.

15 No d'identification : 24627 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Joseph N. Bureau dit avoir reçu vingt roues de chemin de
fer en acompte au payement du billet. Par contre il déclare
avoir reçu les vingt roues en question le 05-07-1863 moyennant un
nouveau délai qu'il accorda aux défendeurs. Aucune autre
livraison de roues ne lui a été faite les mois suivants.

Référence
ANQTR. 120, no 236, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs A. Larue & Co., 19 novembre 1863.

16 No d'identification : 24628 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) J.G.A. Frigon commis des opposants. Il déclare que le
25-07-1863, A. Larue & Co ont fait entente avec J.N. Bureau. La
Compagnie devait donner à Bureau 20 roues de chemin de fer par
mois "comme sûreté collatérale de payement du billet". Frigon
devait recevoir et entreposer les roues dans les hangars de J.E.
Turcotte et les faire parvenir à Alfred Brown lorsque la
Compagnie du Grand Tronc en ferait la commande.

Référence
ANQTR. 120, no 236, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs A. Larue & Co., 13 décembre 1863.

17 No d'identification : 24675 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Cent roues de train ont été saisies chez A. Larue & Co à
Trois-Rivières.

Référence
ANQTR. 123, no 39, Cour Supérieure, Campbell Bryson vs A. Larue et al., 26 mars 1866.

18 No d'identification : 24685 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La saisie mobilière chez A. Larue à Trois-Rivières se
compose de cent cinquante roues de train.

Référence
ANQTR. 125, no 92, Cour Supérieure, G.L. Rolland vs A. Larue et al., 24 mars 1866.

19 No d'identification : 24695 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Articles saisis chez A. Larue à Trois-Rivières:
ameublements, lampes, horloges, gravures, cadres, rideaux,
sideboard, 150 vieilles roues de train et 120 tonneaux de
fer en saumon.

Référence
ANQTR. 126, no 171, Cour Supérieure, C.B. Genest vs A. Larue et al., 22 octobre 1866.

20 No d'identification : 24697 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Articles saisis chez L.G. Fauteux à Montréal: 72 roues
de train.

Référence
ANQTR. 126, no 171, Cour Supérieure, C.B. Genest vs A. Larue et al., 22 octobre 1866.

21 No d'identification : 24700 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Tancrède Sauvageau, syndic de la Chambre de Commerce de
Montréal demande la levée de la saisie de 72 roues de train
saisies dans le magasin de L.G. Fauteux de Montréal.

Référence
ANQTR. 126, no 171, Cour Supérieure, C.B. Genest vs A. Larue et al., 5 novembre 1866.

22 No d'identification : 24709 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Articles saisis au dépôt du chemin de fer de
Trois-Rivières à Arthabaska: 40 roues de train au dépôt et 22 sur
le quai.

Référence
ANQTR. 126, no 2741, Cour Supérieure, Andrew W. Hood vs A. Larue et al., 14 novembre 1866.

23 No d'identification : 24711 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Vente partielle: 2 roues, l'une à Edouard Burnstall et
l'autre à Robert Scott.

Référence
ANQTR. 126, no 2741, Cour Supérieure, Andrew W. Hood vs A. Larue & al., 27 novembre 1866.

24 No d'identification : 24712 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Articles saisis à la fonderie de Trois-Rivières: divers
effets principalement des roues et de la fonte.

Référence
ANQTR. 126, no 2741, Cour Supérieure, Andrew W. Hood vs A. Larue & al., 27 novembre 1866.

25 No d'identification : 24755 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral)
St. Thomas, Ont., Oct. 24th. 1892.
Geo. E. Drummond, Esq.,
Man.-Dir. and Treas. Canada Iron Furnace Co., Ltd.,
Montreal, Que.
Dear Sir,- Enclosed herewith. please find order for 150 tons of
Three Rivers C.I.F. iron, graded as specified from 2 1/2 to 6
inclusive.
We volunteer to say in regard to the iron we have
been receiving from your Company, that it is giving most
satisfactory results in our car wheel mixture, and we have found
that by the aid of it we can entirely dispense with the high
priced irons which we were formely obliged to import, our records
of tests showing an improvement of over 25% on the results
previous to using your iron, in addition to which our percentage
of loss has been greatly reduced.
We also use a considérable portion of this iron in
our machinery casting department, particularly for special
locomotive and machinery castings requiring close grain,
strength, and fine finish, and for this purpose we find iron
graded from soft 1 to 3 most desirable.
We would be glad to have you refer any parties to us
for further information if desired.
Yours truly,
(Sgd.) St. Thomas Car Wheel Co., Ltd.
Fer John H. Fleming, Asst-Man.

Référence
Canada Iron Furnace C.Ltd , International Mining Convention of 1893 to Radnor Forge, Montréal, The Canada Iron Furnace Company, 25 février 1893 : 19.