Thème : Travail et travailleurs
Index thématique -> Travail et travailleurs
1 No d'identification : 23958 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, au complet) "Le contrat pour la fourniture des tuyaux
en fonte du nouvel aqueduc de la ville de Renfrew, Ont., a été
accordé à la "Three Rivers Iron Works" de notre ville. Ce
contrat qui se chiffre dans les $50.000 vient à la suite de
plusieurs autres d'une aussi grande importance. Nous nous en
réjouissons puisqu'ils font le succès d'une compagnie encore jeune
qui donne du pain à une centaine de nos braves ouvriers."

Référence
Le Trifluvien, col. 4 (23 juillet 1897) : 3.

2 No d'identification : 23960 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Compte rendu de la visite de la Compagnie Canadienne des
Conduites d'Eau de Trois-Rivières par A. T. Genest, rédacteur du
journal La Paix.
Les fondateurs de l'entreprise sont: Henry Doat,
directeur-général de la Cie générale des Conduites d'Eau à Liège
en Belgique, H. Schvob, négociant a Montréal, Ch. H. A. Grant,
négociant à Montréal, L. de la Vallée-Poussin, ingénieur à
Trois-Rivières, George Balcer, secrétraire de la commission du
Havre de Trois-Rivières.
Le conseil d'administration regroupe M. Schwob,
président; T. Carleton Coffin (gérant de la banque de Québec)
vice-président; Ch. H. A. Grant, secrétaire-trésorier et L. de la
Vallée-Poussin, directeur. Les administrateurs sont : MM. F. van
Bruyssel, Ch. H. A. Grant, L. de la Vallée-Poussin et G. Balcer.
Le personnel a l'emploi de la compagnie se repartit de la manière
suivante: personnel de direction: un ingénieur-directeur, un chef
comptable, deux contremaîtres, trois commis, un voyageur et un
chef poseur; au nombre de 75, les ouvriers affectés à la
production regroupent des emballeurs, des cubiloteurs, des fondeurs,
des couleurs, des noyauteurs, des sableurs, des claveteurs, etc.
À ceux-ci s'ajoutent 20 journaliers et charretiers, soit un total
de 105 employés.

Référence
La Paix, col. 3-4-5 (18 septembre 1890) : 2.

3 No d'identification : 23965 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le 10 mars 1892 avait lieu l'inauguration du nouveau
haut fourneau des forges Radnor. Le haut fourneau a été allumé par
Mme John Drummond et béni par le curé de Saint-Maurice.
La Canada Iron Furnace a dépensé $165,000 pour la
restauration des installations de Radnor. On estime à environ
$100,000 les dépenses annuelles de la Cie pour le fonctionnement
de l'usine de Radnor. La Cie se propose de fabriquer de la fonte
en gueuse, du fer battu, de l'acier, des rails et des roues. Elle
compte employer de 1,000 a 1,200 travailleurs.
On évalue à trente ans les réserves de minerai du
lac à la Tortue, de Lanoraie et de Gentilly. On utilise également
du fer des montagnes de Saint-Jérôme.
La compagnie a vingt charbonnières en activité: 14 à
Radnor et six à Grandes Piles. Elle compte en construire d'autres
le long du chemin de fer des Basses Laurentides ou elle a fait
l'acquisition de concessions forestières.
La production du haut fourneau est de 24 tonnes de
fonte par jour, production qui sera augmentée a 40 tonnes dans
l'avenir. Selon le journal, c'est le plus grand haut fourneau
existant au Canada.

Référence
«Visite aux forges Radnor», Le Trifluvien, col. 2 (23 mars 1892) : 2.

4 No d'identification : 23968 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La St-Maurice Foundry Machine Co. est plus prospère
que jamais. Les commandes sont nombreuses et on prévoit l'embauche
d'employés supplémentaires. Au cours des derniers mois, elle a
expedié des produits à Montréal, à Valleyfield, à St. Jérôme, à
Arnprior et a divers endroits au Canada. Elle exécute également
des commandes pour la Montréal Pipe Foundry Co.
L'entreprise est dirigée par William Duncan, Antoine
Dusseault et P. E. Panneton.

Référence
Le Trifluvien, col. 4 (26 octobre 1900) : 3.

5 No d'identification : 23970 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Annonce de l'incendie qui a détruit la fonderie
Rémillard, sur la rue Saint-Georges à Trois-Rivières. Certains
croient qu'il s'agit d'un incendie criminel alors que d'autres
pensent que le feu a été propagé par des étincelles échappées de
la forge.
L'établissement était construit tout en bois et les
pompiers ont eu de la peine à empêcher le feu de se communiquer
aux bâtiments adjacents, la maison et les écuries de Rémillard.
Les dommages sont considérables, d'autant que
l'établissement n'était pas assuré. Les pompiers ont toutefois
protégé les machines les plus dispendieuses. Les modèles ont
tous été détruits. De plus, la quinzaine d'employés de la
fonderie se retrouve sans travail. M. Rémillard projette
cependant de rebâtir.

Référence
Le Trifluvien, col. 3 (4 août 1893) : 3.

6 No d'identification : 23972 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Le steamer Acadian a apporté ici une cargaison de
fonte pour les usines Charlebois. L'on essaiera, cette année,
pour la première fois, de faire fonctionner ces usines pendant
l'hiver. Dans ce but, on les a agrandies. The Three Rivers Iron
Works emploie actuellement 175 personnes; les commandes sont très
nombreuses. Notre ville doit être fière de posséder cet
établissement industriel, le plus grand du genre dans le pays."

Référence
Le Trifluvien, col. 5 (17 novembre 1896) : 3.

7 No d'identification : 24010 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Les forges Radnor ont rouvert leur porte récemment.
L'établissement a cependant beaucoup de difficulté a recruter de
la main-d'oeuvre à cause du grand nombre d'hommes engagés dans
les chantiers du Saint-Maurice.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières, col. 3-4 (25 janvier 1867) : 2.

8 No d'identification : 24016 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Forges Radnor. On demande dix à douze bons mouleurs.
De bons gages seront donnés. S'adresser à A. Larue, et Cie,
Trois-Rivières, 23 août 1854."

Référence
L’Ère Nouvelle, col. 3 (13 septembre 1854) : 3.

9 No d'identification : 24032 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "Les mines de fer de Shawinigan. -Immense entreprise
locale.- C'est avec le plus grand plaisir que nous apprenons
que nos actifs concitoyens, MM. Alex. McDougall et Louis
Dussault, ont décidé d'exploiter les mines de fer de Shawinigan.
Déjà l'on a commencé la réparation des fournaux, et
dans quelques jours des centaines de bras seront requis pour
exécuter les travaux d'exploitation.
Cette entreprise est une bonne fortune non-seulement
pour le township de Shawinigan, mais aussi pour les paroisses
voisines, et même pour notre ville. On va voir notre commerce se
raviver sensiblement. Quand cinq ou six cents ouvriers reçoivent
de l'ouvrage, quand il faut alimenter une pareille industrie de
tout ce qui lui est necessaire-beaucoup de monde s'en ressent
nécessairement.
Nous souhaitons donc, dans l'intérêt général, succès
complet a MM. Mc.Dougall et Dussault."

Référence
La Concorde, col. 4 (4 août 1880) : 2.

10 No d'identification : 24038 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) La Canada Iron Co. aurait l'intention de laisser
Trois-Rivières pour aller s'établir ailleurs si les offres de la
ville ne sont pas assez généreuses. Au conseil on tente de faire
valoir l'importance de cette manufacture. Dans trois des
derniers mois, elle aurait employé de 300 a 320 hommes et verse
entre $11,000 et $13,000 en salaires.

Référence
Le Bien Public, col. 2 (10 décembre 1909) : 6.

11 No d'identification : 24048 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral) "En 1854, Hall, Larue et Turcotte commencent les
forges Radnor près de la paroisse Saint-Maurice qui venait (1852)
d'être organisée canoniquement (7)."
(Texte de la note 7) "Ils y construisirent un haut-fourneau, des
forges, des laminoirs, une fonderie spéciale pour roues de char
(avec succursale aux Trois-Rivières). Leurs terrains couvraient
40,000 âcres. Ils employaient environ 200 hommes; la production
était de trois tonnes de fer par jour. Un grand inconvénient
existait dans cet établissement: le chemin de fer ne se rendait
pas jusque là et le charroie était long, coûteux et difficile à
s'accomplir."

Référence
Benjamin SULTE, Les Forges Saint-Maurice, vol. 6, Montréal, G. Ducharme, Mélanges historique, 1920 : 192.

12 No d'identification : 24087 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Aux Forges de Radnor (citation) "Les laminoirs et les
forges ont été détruits par un incendie il y a quelques années,
mais le haut fourneau est encore en activité, et suivant M.
Obalski, on y a fabrique, en 1887, environ 1000 tonnes de fonte.
On y employait alors quarante ouvriers".

Référence
R.W. Ells, Rapport sur les richesses minérales de la Province de Québec, s.l., s.n., 1890 : 25.

13 No d'identification : 24098 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "The heart of St-Maurice was its furnace, forges
and foundry. Thirty to forty men were required to operate these.
Some of them were labourers, but a dozen or more were key
craftsmen (...) Other permanent employees included bookkeepers,
arpenters, boatmen, prospectors for ore, sawmill employees and a
large force of carters, making a total of about 120. Finally,
there were three or four hundred temporary employées, hired in
season each year to eut wood, make charcoal, dig and haul ore and
make roads. These were drawn predominantly from among the habitants
of the Three Hivers area".

Référence
Clare H. Pentland, Labour and Capital in Canada, 1650-1860, Toronto, James Lorimer and co, 1981 : 42.

14 No d'identification : 24130 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Aux forges de Radnor, propriété de la Canada Iron
Furnace Co, les opérations se poursuivent. L'usine emploie
environ 350 ouvriers. Aux forges de Drummondville, on emploie
environ 125 ouvriers.

Référence
Com. Geol. du Canada, Rapport annuel pour l'année 1891, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1893 : 83.

15 No d'identification : 24148 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos de la Canada Iron Furnace Co (Citation) "Ces
industries emploient régulièrement une moyenne de 200 hommes; mais
si on prend en considération les hommes employés par les
entrepreneurs pour l'extraction et le transport du minerai, la
coupe et la préparation du bois, on peut dire que 500 a 800
hommes, selon les saisons, sont occupés aux frais de la
compagnie.

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1892-1893, Ottawa, S.E. Dawson, 1896 : 86.

16 No d'identification : 24213 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Statistiques sur la production et l'exportation de
"chromic iron" au Québec. Notes sur la qualité du minerai ...
(citation) "The ore sent to Philadelphia is high grade (50 per
cent, and over) used for manufactunng of bichromates. The ore
sent to Pittsburg is low grade (40 per cent, and a little over)
for refractory bricks and lining of furnaces. A very small
quantity is used for producing ferro chrome", (p. 341)
(Résumé) Approximativement 60 hommes sont employés dans cette
industrie.
(Citation) "There is no progress to report in the way of mining
chrome ore, no machinery of any kind being yet used. The future
of such an industry lies in the concentrating of inferior grades,
which wouid enable our district to supply thé bichromates
manufacturers with a uniform high grade product". (p.342)

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 341-342.

17 No d'identification : 24216 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Londonderry Iron Co. Ltd.

Tons Lbs
Coke pig Iron made 17 744 320
Ore charged 41 557 1220
Fuel charged-coke 25 264 1920
Fuel charged-coal 3088 1920
Cast iron water and
gas pipe produced 2110 160

Average number of men employed : 425
Furnace output of 1895, campaign 8 months. Pipe foundry campaign, 7 months

It is a notable fact that the tariff revision of session 1894, by
which a duty (on a sliding scale), was imposed on wrought scrap
iron, has already resulted in the Londonderry Iron Co. making
contracts with Canadian manufacturers of bar iron which is
enabling them to start up their rolling mills. The work is just
commencing in this department, and will afford steady employment
to a large number of Canadians".

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 11.

18 No d'identification : 24236 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) “Canada Iron Furnace Co. LTD, Radnor Forges, Que. Opreations in Raw Material Department.
Charcoal produced : 630 000 bushnels
Ore produced 24 713 net tons
Limestone produced 2415 net tons

Charcoal Iron produced in 1896, in Campaign of Eight Months.

Charcoal pig iron made 5602 net tons
Charcoal consumed 557 400 bushels
Ore consumed 13 729 net tons
Limestone flux consumed 1415 net tons
Average number of men employed : 600”.

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 54.

19 No d'identification : 24237 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos de la Nova Scotia Steel Co, New Glasgow et
Ferrona, on retrouve des statistiques sur la production de fer,
de fonte et d'acier, sur les matières premières utilisées et sur
la provenance des minerais. Le nombre des travailleurs et les
salaires payés sont aussi mentionnés.

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 52-53.

20 No d'identification : 24246 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Le texte contient des tableaux sur la production des
hauts fourneaux de Radnor et de Hamilton en 1898, comprenant le
nombre d'employés. On retrouve aussi des statistiques de
production pour la Nova Scotia Steel Co, ainsi que sur les
matieres premières utilisées.

Référence
George E. Drummond, «The Iron Industry in 1898», The Journal of Canadian Mining Institute (1899) : 60-61.

21 No d'identification : 24268 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Advices received front New Glasgow, N.S., Londonderry,
N.S., Radnor Forges, Que., and Hamilton, Ontario, report a
combined gross production of about 57,904 net tons of pig iron,
18,562 net tons of steel, 1,403 net tons of forgings, 4,646 net
tons of bar iron, puddled bar and other finished products, the
three last mentionned items reported by the Londonderry Iron
Company.
The capital invested, the number of men employed and the quantity
of materials used, remain practically about the same as in 1896.
The output of charcoal iron at the Radnor Forges furnace,
included in the above returns, show an increase of 50 per cent
over the operations of 1896".

Référence
Joseph Obalski, «Mining in Quebec in 1897», The Journal of Federated Canadian Mining Institute (1898 ) : 200.

22 No d'identification : 24271 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Ochre. Is prepared, as in the past, by tow companies
in the vicinity of Three Rivers, with a production of 1,239 short
tons of burnt ochre, which has been used in Canada, or shipped to
the United States; 50 men being employed".

Référence
Joseph Obalski, «Mining in Quebec in 1897», The Journal of Federated Canadian Mining Institute (1898 ) : 146.

23 No d'identification : 24272 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Chrome. This year's shipment (1697) has been 2,340
gross tons, mainly to the United States, and we have still in
hand 2,000 tons; about 60 men being employed. Our ore is mostly
high grade, but I consider that with concentrating plants, we
could use our low grade ore and the refuse of the mines, and
considerably increase our shipments. This industry is in its
infancy, but nevertheless, with only hand working, we have taken
out, since 1894, over 10,000 tons, representing an approximate
value of $140,000 of which 6,163 tons have been shipped. I refer
to a pamphlet I am just publishing on the subject".

Référence
Joseph Obalski, «Mining in Quebec in 1897», The Journal of Federated Canadian Mining Institute (1898 ) : 145.

24 No d'identification : 24294 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) L'Atikokan Iron Co, Limited, située à Port Arthur,
Ontario, possède un équipement comprenant un haut fourneau d'une
capacité de 100 tonnes, "stoves, boilers, shipping docks...",
Le minerai utilisé est extrait des mines de la compagnie.
Description du haut fourneau. Le combustible utilisé est le coke.
150 hommes sont employés.

Référence
Jas. Grannis Parmelee, «The Iron and Steel Industry of the Province of Ontario, Canada», The Journal of The Canadian Mining Institute (1908) : 134.

25 No d'identification : 24501 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition de Noé Rémillard, 39 ans, machiniste, de la cité de
Trois-Rivières. (Résumé) N. Rémillard a travaillé aux forges
Grondin du 13 août 1878 jusqu'en janvier 1879. Il a travaillé "a
la pose de l'engin". Il y avait 33 ou 43 personnes qui
travaillaient à l'établissement des forges, et qui étaient
actionnaires en plus des 3 travailleurs qui n'avaient pas de part
(Rémillard n'est pas inclus dans le nombre).

Référence
ANQTR. no 556, Cour Supérieure, P. Boucher vs H. Grondin. Déposition de N. Rémillard, 1879.