1 No d'identification : 24060 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) En 1808 aux forges du Saint-Maurice, (citation) "The
works are conducted by a superintendant and two clerks, with a
foreman to each branch of the business".
(Citation) "Forty of fifty horses are employed, and upwards of
300 men, more or less, according to the work in hand. They make
use of charcoal only, for melting the ore; and the neighbouring
woods supply them with abundance of fir and pine for that
purpose. It is reckoned superior to mineral coal for the use of
the furnace. A great portion of men are employed in making the
charcoal and carting it to the works, digging ore, and conducting
the batteaux on the St-Maurice to and from the store at Three
Rivers".

Référence
John Lambert, Travels through Canada, s.l., s.n., 1813.

2 No d'identification : 24062 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Aux forges du Saint-Maurice, en 1808, (citation) "The
workmen are paid according to the quantity of work they perform.
The forges are going night and day, and the men are relieved
every six hours. But at the foundry, only the men employed in
supplying the furnace work in the same manner; those who cast and
finish the stoves, etc., work from sun-rise to sun-set, which is
the usual time among French Canadians all the year round; a great
advantage is therefore derived by carrying on any work in summer
instead of winter. The workpeople are chiefly French Canadians, a
few English only, being employed in making models, and as foremen
or principal worken. The iron work is sent to the store at Three
Rivers in batteaux, and shipped by Mr. Graves to Quebec, or
Montreal, as required; or sold to the people in the
neighborhood".

Référence
John Lambert, Travels through Canada, s.l., s.n., 1813 : 487-488.

3 No d'identification : 24066 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "During the "campagne", the seven months that the
furnace vas in blast, the various activities of cutting wood,
preparing charcoal, mining ore, attending to the furnace, making
moulds, casting the ware, and forging bar iron kept several
hundred persons employed, inciuding eight mouldmakers, each with
assistant who vas kept busy preparing moulds".
Il s'agit des forges du St-Maurice.

Référence
Eric Arthur et Thomas Ritchie, Iron: Cast and Wrought Iron in Canada from the Seventeenth Century to the Présent, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 1982 : 5.

4 No d'identification : 24098 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "The heart of St-Maurice was its furnace, forges
and foundry. Thirty to forty men were required to operate these.
Some of them were labourers, but a dozen or more were key
craftsmen (...) Other permanent employees included bookkeepers,
arpenters, boatmen, prospectors for ore, sawmill employees and a
large force of carters, making a total of about 120. Finally,
there were three or four hundred temporary employées, hired in
season each year to eut wood, make charcoal, dig and haul ore and
make roads. These were drawn predominantly from among the habitants
of the Three Hivers area".

Référence
Clare H. Pentland, Labour and Capital in Canada, 1650-1860, Toronto, James Lorimer and co, 1981 : 42.

5 No d'identification : 24164 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "La Canada Iron Furnace Company n'a pas tenu ses
fourneaux allumés durant toute l'année, à cause de la rareté de
la main-d'oeuvre dans les bois pour se procurer des combustibles.
Elle a cependant réussi à vaincre cette difficulté, en sorte que
l'an prochain cette raison ne l'empêchera pas de donner tout le
rendement dont elle est capable. Les rapports reçus font voir que
cette industrie a donné de l'emploi dans les deux provinces
(Nouvelle-Écosse et Québec), à environ 1,735 hommes. Ces chiffres
comprennent, néanmoins, outre les ouvriers employés aux fourneaux
et aux usines, tous ceux qui ont travaillé à l'extraction du
minerai, aux carrières de calcaire pour le fondant, et dans les
forêts à abattre du bois et faire du charbon pour les usines qui
s'en servent".

Référence
Com. geol. du Canada, Rapport annuel, 1896, Ottawa, S.E. Dawson, 1898 : 68.

6 No d'identification : 24207 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Aux Forges du Saint-Maurice, (Citation) "the ironworkers
were sticklers for tradition. The operation of the blast furnace
had always been directed by the ringing of a bell. Late in the
nineteenth century, Mac Dougall proposed to substitute docks and
speaking tubes, but the workmen vould have none of this: "On ne
change pas de religion, voyez-vous; ce qui était bon pour nos
pères est bon pour nous".

Référence
Clare H. Pentland, Labour and Capital in Canada, 1650-1860, Toronto, James Lorimer and co, 1981 : 44.

7 No d'identification : 24215 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "Nova Scotia Steel Co., New Glasgow and Ferrona, N.S.

Tons Lbs
Coke pig iron made 19 410 1440
Ore Charged 38 783 1520
Fuel 28 110 1560
Flux 16 304 1920

Labor employed in steel works 450 mens
In ore production 100 mens
In furnace work 250 mens

This compagny manufacture all grades of agricultural implement
steel, forgings, etc., the basis of which is very largely
"Ferrona" iron, made from Canadian ore, so that the utmost
possible amount of labor is secured to the country in the spécial
lines now made by this company".

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 11.

8 No d'identification : 24218 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos de la Canada Iron Furnace co, (Citation) "A
portion of the output of the furnace is used for the manufacture
of the highest class of railway car wheels, at the company's
auxiliary works at Lachine, Que., where a further staff of about
50 men are employed, and in addition it may be said that ail the
railway companies in Canada are now using the Canada Iron Furnace
Co's metal as the basis of mixtures for standard car wheels. It
will be gratifying to Canadians to know that the high quality of
this special metal, as demonstrated by its great strenght and
splendid chilling qualities, has so far attracted the attention
of foreign engineers that the company has been enabled to open a
foreign trade during the past year, and it is now shipping iron
regularly into the Pittsburgh market, where the metal is used for
very special qualities of work. In addition to this, important
shipments have recently been made from Radnor Forges to the
European market. While this trade is not a large one as yet, it
proves that the quality of the iron made in Canada is
unsurpassed, and is another reason why we should carefully build
up our national industry".

Référence
George E. Drummond, «The Canadian Pig Iron Industry», Canadian Mining Review (1896) : 12.

9 No d'identification : 24228 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) À propos de la Canada Iron Furnace Co. (Citation) "The
auxiliary branches of business in connection with this Company
are the Montreal Car Wheel Co., and the Drummond McCall Pipe
Foundry Co., Ltd, Lachine, Que. A portion of the output of the
furnace is used at Lachine works, where employment is given to a
further staff of 150 men".

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 54-55.

10 No d'identification : 24230 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Drummond expose différents points de vue sur la
pertinence des politiques d'encouragement à la production de fer
en gueuse au Canada. Un des points à considérer [...] (citation) The
necessity of protecting Canadian labor against the lover range of
pages paid to European workmen must be considered, and the equal
necessity of protecting Canadian capital in the initial stages of
the enterprise, against the developed industries of the United
States and Great Britain (...) The Association is indebted to
Messrs. C.A. Meissner of Londonderry, N.S., and John J.Drummond of
Radnor Forges, for the following comparative figures, showing
wages paid for labor in Canada as against the rates paid in
European markets.

Blast furnacemen Coal Mining Iron Ore Iron ore
Laborers Laborers (Mining laborers)

Canada 1,20$/day avg 1,60$/day avg 1,30$
Belgium 0,58$ 0,83$ -
Germany 0,68$ 0,68$ 0,72$
Great-Bretain 1,06$ 1,08$ -
Sweden 0,40$ 0,65$ 0,65$

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 57-58.

11 No d'identification : 24233 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Drummond pose la question à savoir si le fer en gueuse
constitue une matière première ou un produit fini.
- Considering the amount of native labor employed to bring an
article to a merchandable stage... (citation) "If taken on this
basis the manufacture of pig iron from Canadian raw matenals, by
canadian labor, must be considered a far more valuable enterprise
to the country than the mere manipulation of the metal in the
iron foundries of the country. It is quite safe to estimate that
$2.00 is spent in labor in producing coke pig iron from the ore,
where S1.00 is spent in transforming it into castings. In
arriving at the relative value it must not be forgotten that the
fuel used in our western foundanes is invariably thé product of
American mines and of American labor. Where $10.00 is spent
in labor (the raw material all representing labor) in producing
coke iron in Nova Scotia, only $5.00 is spent in the labor of
resmelting this pig iron into castings in the foundries of
Ontario and Quebec. Where charcoal is used as a fuel in smelting
native ore, as in the case of Quebec furnaces, the labor value to
the country of such pig iron is from three to four times as great
as that of smelting it into castings in the ordinary foundry. Pig
iron then may well be considered a finished article, and should
be protected and encouraged as such".

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 66.

12 No d'identification : 24273 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Citation) "The Radnor Forges furnace was in operation during the
whole year, and the Drummondville one since July. They have
produced 8 386 gross tons of pig iron, 680 men being employed by
this industry. The consumption of raw material has been 19,766
cross tons of bog ore; 2,545 gross tons of limestone; 10,318,000
bushels of charcoal".

Référence
Joseph Obalski, «Mining in Quebec in 1897», The Journal of Federated Canadian Mining Institute (1898 ) : 145.

13 No d'identification : 24529 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition de Théodule Guimond, 55 ans, forgeron, demeurant en la
paroisse de Shawenegan. Témoin produit par le défendeur. (Résumé)
Guimond a été engagé comme forgeron au salaire d'une piastre par
jour. Il a aussi fait engager son fils et un cheval pour une
piastre par jour. Ils avaient de besoin d'un forgeron pour:
(Intégral) "arranger les barres à mines pour lever de la pierre
pour le fourneau qu'ils étaient à construire". (p.1) (Résume) II
a commence à travailler aux Forges en septembre 1877. (p.1)

Référence
ANQQ. no 37, Cour du Banc du Roi, Théo. Guimond vs H. Grondin. Appendice, 1880.

14 No d'identification : 24632 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Les défendeurs refusent de payer le billet consenti à
Wills car ce dernier alors qu'il était employé comme ingénieur
aux Forges Radnor, avait fait faire des faulx de mauvaise
qualité, entraînant une perte de $1200.00 a A. Larue 8 Co.

Référence
ANQTR. 120, no 240, Cour Supérieure, John B. Wills vs A. Larue & Co., 2 décembre 1863.

15 No d'identification : 24724 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Pierre Noël Robichon a été à l'emploi d'A. Larue & Cie
comme ingénieur du 07-08-1854 au 17-12-1855. Il déclare que le
montant qu'il réclame constitue la balance de ses gages et
salaires due par A. Larue & Cie.

Référence
ANQTR. 133, no 121, Cour Supérieure, P.N. Robichon vs G.B. Hall., 10 juin 1870.

16 No d'identification : 24894 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral, au complet)- "Nous avons eu l'occasion, vendredi
dernier, de visiter la grande fonderie de roues de chemin de fer,
qui vient d'être mise de nouveau en opération par notre actif
concitoyen, M. George McDougall. L'engin qui fait mouvoir cette
fonderie est de quinze forces, c'est assez dire qu'il est énorme.
Les roues provenant de cette fonderie sont d'un fini et d'une
force à toute épreuve. On nous a fait voir la couche d'acier qui
recouvre ou entoure chaque roue et qui est d'une épaisseur
variant d'un pouce à un pouce et demi. Deux raille de ces fameuses
roues sont actuellement sur la ligne du chemin de fer Great
Western. Il nous a fait plaisir de constater qu'un grand nombre
d'hommes sont employés dans cette usine. M. Léon Lepage conduit
les travaux avec un tact et des connaissances qui prouvent sa
longue expérience dans cette industrie".

Référence
La Concorde, col. 1 (30 août 1880) : 3.

17 No d'identification : 24895 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Deux annexes étaient fusionnées au fourneau. S'étendant
sur une longueur de 70 pieds dans la direction nord, il y avait
d'abord la "halle des chargeurs" dans laquelle on retrouvait des
charretiers qui transportaient le charbon et la pierre cassée, le
“casseux de castille" qui finissait de broyer la pierre à chaux
qu'on mêlait au minerai de même que les chargeurs qui demeuraient
pour et nuit au poste. À l'époque de McDougall, les hommes qui
levaient la pierre à chaux recevaient 28 sous du 1000 livres et
les charretiers, dix sous pour le transport. De moindre dimension
(35 pieds), la seconde annexe appelée "halle des gardes" se
prolongeait vers l'ouest. C'est là que s'effectuait la coulée.
Les ouvriers qui y oeuvraient, occupaient une position enviable.
Il y avait également des mouleurs et des "faiseux de bed" dont la
tâche consistait à préparer le lit de sable des moules.

Référence
Do1lard Dubé, Les Vieilles Forges il y a 60 ans, (Coll. Pages trifluviennes); Série A, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1933 : 39.

18 No d'identification : 24896 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral - extrait) La cheminée en forme de "globe de lampe"
était fermée au sommet par un couvercle en fonte: lorsque le
chargeur avait à verser des paniers de minerai ou de charbon, il
levait ce couvercle et versait le contenu de ces paniers ou
“recettes" [rassortes?] directement dans le fourneau. À mesure
que la combustion avançait, la fonte liquide descendait au fond
de la cheminée, dans la section rétrécie appelée creuset. À la
surface du creuset flottait le "laitier" ou "crasse" qui
s'écoulait par le "trou de l'ouvrage", et dont on activait
d'ordinaire la sortie en raclant la surface de la fonte liquide
au moyen d'un instrument à long manche terminé par une partie
métallique recourbée. Il fallait souvent deux hommes pour
manoeuvrer cet instrument qu'on appelait "ecremoi". Au-dessous du
"trou de l'ouvrage", était perce le "trou de coulée". Cette
ouverture, fermée avec de la glaise, ne s'ouvrait que lorsque la
fonte avait atteint la hauteur voulue dans le creuset".

Référence
Do1lard Dubé, Les Vieilles Forges il y a 60 ans, (Coll. Pages trifluviennes); Série A, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1933 : 41.

19 No d'identification : 24897 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé et intégral, partiel) C'est dans des fourneaux spéciaux
situés aux Forges mêmes que la majeure partie du charbon était
fabriquée. Ces fourneaux appelés "kiles" étaient des
constructions en briques mesurant environ 50 pieds de longueur
par 14 de largeur et 15 de hauteur. Les murs atteignaient 10 à 12
pouces d'épaisseur. Il y avait des portes aux deux extrémités. Un
"kile" tenait 100 cordes de bois de 3 pieds. La "cuite" comme on
disait alors prenait environ une semaine. 2 jours environ étaient
nécessaires pour le refroidissement. "Les hommes de kiles"
travaillaient par équipes de 6. Ils prenaient environ une journée
pour vider une "kile" et autant pour la remplir. On en vidait 3
par semaine et on en remplissait 3 dans le même temps".

Référence
Do1lard Dubé, Les Vieilles Forges il y a 60 ans, (Coll. Pages trifluviennes); Série A, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1933 : 45-46.

20 No d'identification : 24901 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral - extrait) "En 1873 (?) on faisait des haches au petit
marteau de forge. Il y avait des spécialistes pour toutes les
opérations: des "trempeurs", tel Washburn: des "effileurs", tels
Hercule Bourassa. Archambeault, Guimont, William Savyer; des
forgerons tels Gauthier, Gravel, Jean Bouchard; des "frappeurs"
tels Cusson. Philippe Bouchard, Louis Beauchemin, le garçon de
Gravel le forgeron. D'ordinaire chaque forgeron avait son
frappeur habituel. Ainsi Gauthier avait Cusson; Gravel, son
fils; le père Jean Bouchard, Louis Beauchemin, etc. Un bon
homme comme Gauthier, par exemple, fabriquait facilement quarante
haches dans sa journée de dix heures. Presque tous les employés
de cette manufacture venaient de la région d'Ottawa ou existait
une industrie similaire".

Référence
Do1lard Dubé, Les Vieilles Forges il y a 60 ans, (Coll. Pages trifluviennes); Série A, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1933 : 52.