1 No d'identification : 24734 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déclaration des demandeurs John Lawson Gibb et Joseph U. [Laird]
tous deux de la cité de Québec, marchands associés, faisant
commerce en la dite cité de Québec, en société sous les nom et
raison de Gibb, Laird, Co.
(Résumé) Le 5 juin 1871, Charles Huot, agent de A. Larue, a signé
à Québec une lettre de change adressée à Auguste Larue pour la
somme de $708,31 payable à 30 jours de sa date, à l'ordre de
Gibb, Laird, Co pour valeur reçue à la Banque de Québec à
Trois-Rivières. Le 30 juillet la lettre fut présentée au bureau
de la Banque de Québec à Trois-Rivières mais le paiement en fut
refusé car A. Larue n'y avait pas de fonds. C'est pourquoi les
demandeurs réclament la somme de $711,99 incluant les frais de
protêt.

Référence
ANQTR. 138, no 507, Cour Supérieure, J.L. Gibb vs A. Larue.

2 No d'identification : 25008 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Une copie du bref et de la déclaration fut laissée par
le huissier au bureau, maison et lieu d'affaires de A. Larue et
Co. à Alexandre Louthood, agent et homme d'affaires.

Référence
ANQTR. no 440, Cour Supérieure, E. Z. Hart vs A. Larue et Co., 1864.

3 No d'identification : 25017 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Une copie du bref et de la déclaration fut laissée à
Antoine Frigon, homme d'affaires de A. Larue et Co.

Référence
ANQTR. no 278, Cour Supérieure, George B. Houliston vs A. Larue et Co., 1864.

4 No d'identification : 25062 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Une copie du bref et de la déclaration fut laissée et
remise par le huissier au bureau et maison d'affaires des
défendeurs à Trois-Rivières, à Charles Louthoud, le commis, agent
et homme d'affaires de A. Larue et Co.

Référence
ANQTR. no 184, Cour Supérieure, J. McDougall vs G. B. Hall et al., 1865.

5 No d'identification : 24895 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Deux annexes étaient fusionnées au fourneau. S'étendant
sur une longueur de 70 pieds dans la direction nord, il y avait
d'abord la "halle des chargeurs" dans laquelle on retrouvait des
charretiers qui transportaient le charbon et la pierre cassée, le
“casseux de castille" qui finissait de broyer la pierre à chaux
qu'on mêlait au minerai de même que les chargeurs qui demeuraient
pour et nuit au poste. À l'époque de McDougall, les hommes qui
levaient la pierre à chaux recevaient 28 sous du 1000 livres et
les charretiers, dix sous pour le transport. De moindre dimension
(35 pieds), la seconde annexe appelée "halle des gardes" se
prolongeait vers l'ouest. C'est là que s'effectuait la coulée.
Les ouvriers qui y oeuvraient, occupaient une position enviable.
Il y avait également des mouleurs et des "faiseux de bed" dont la
tâche consistait à préparer le lit de sable des moules.

Référence
Do1lard Dubé, Les Vieilles Forges il y a 60 ans, (Coll. Pages trifluviennes); Série A, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1933 : 39.

6 No d'identification : 24476 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition de Noé Rémillard, 29 ans, machiniste de
Trois-Rivières, fils de Rémi Rémillard. Témoin produit par le
demandeur. (Intégral) "C'est moi qui ai livré tous les effets
mentionnés au dit compte produit [voir Exihibit no 13. Ces effets
là étaient livrés aux charretiers du défendeur qui venaient les
prendre à la boutique ou fonderie de mon père, le demandeur, en
la cité de Trois-Rivières, excepté les quatre derniers articles
que je n'ai pas livré moi-même, mais je les ai reçus moi-même au
fourneau du défendeur, ou je me trouvais alors, travaillant au
dit fourneau".

Référence
ANQTR. no 12, Cour Supérieure, R. Rémillard vs H. Grondin, déposition de N. Remillard, 1881.

7 No d'identification : 24884 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition de Jean Baptiste Lajoie, 55 ans, cultivateur de la
paroisse de St-Élle. (Résumé) En 1877, Lajoie a été engagé par
la Cie des mines de fer de Shawenegan pour charroyer, ensuite il
a travaillé comme commis au magasin pendant 2 mois.

Référence
ANQ-Q. no 37, Cour du Banc du Roi, Théo. Guimond vs H. Grondin, Factum de l'appelant. App. 1, 1880 : 22.

8 No d'identification : 24898 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Intégral - extraits) "II se faisait aux Forges une imposante
consommation de charbon de bois. Aux époques de pleine activité
cette dépense atteignait au-delà de 20,000 cordes par année. La
coupe du bois employait un nombre assez considérable de "bucheux"
et sa transformation en charbon exigeait la participation de
plusieurs équipes de "charbonniers". [44]
"À lui seul le haut fourneau dévorait 300 cordes de bois par
semaine. On employait de préférence le bois franc pour la
confection du charbon destiné au haut fourneau. Il y avait des
charretiers qui transportaient régulièrement le bois nécessaire.
On les appelait les "chameux de bois de "kiles". Les grosses
pièces n'étaient pas comptées à la corde, mais à la pesée. Il
fallait 1,800 livres de bois pour faire une demi-corde. Les MM.
McDougall payaient 10 sous la corde pour le bois debout, 40 sous
environ pour la coupe et dix sous pour le charroyage".

Référence
Do1lard Dubé, Les Vieilles Forges il y a 60 ans, (Coll. Pages trifluviennes); Série A, Trois-Rivières, Ed. du Bien Public, 1933 : 44-46.

9 No d'identification : 24060 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) En 1808 aux forges du Saint-Maurice, (citation) "The
works are conducted by a superintendant and two clerks, with a
foreman to each branch of the business".
(Citation) "Forty of fifty horses are employed, and upwards of
300 men, more or less, according to the work in hand. They make
use of charcoal only, for melting the ore; and the neighbouring
woods supply them with abundance of fir and pine for that
purpose. It is reckoned superior to mineral coal for the use of
the furnace. A great portion of men are employed in making the
charcoal and carting it to the works, digging ore, and conducting
the batteaux on the St-Maurice to and from the store at Three
Rivers".

Référence
John Lambert, Travels through Canada, s.l., s.n., 1813.

10 No d'identification : 24475 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition de Hector Bellefeuille. 19 ans, commis, de la paroisse
de St-Barnabé. (Résumé) Hector Bellefeuille a travaillé 8 ou 9
mois aux forges Grondin, à l'époque ou elles étaient exploitées
par McDougall et Dusseault.

Référence
ANQTR. no 529, Cour Supérieure, T. Beaulieu vs H. Grondin, déposition de H. Bellefeuille, 1881.

11 No d'identification : 24523 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition d'Hector Bellefeuille 19 ans, commis, de la paroisse
de St-Boniface de Shawinigan, Témoin produit par les
défendeurs en contre-preuve. (Résumé) Hector Bellefeuille occupe
le poste de commis aux forges Grondin pour la société McDougall
et Dusseault. Hyacinthe Grondin y sera aussi employé; il occupe
le poste de "foreman". (p. 1-verso)

Référence
ANQTR. no. 230, Cour Supérieure, N. Dufresne et al. vs H. Grondin et al. Déposition de H. Bellefeuille, 1879.

12 No d'identification : 24531 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition de Louis Lemai, 28 ans, demeurant en la paroisse de
Shawenegan. Témoin produit par le défendeur. (Résumé) Le commis
de l'établissement des forges de Shawenegan est Joseph Carie.
(Intégral) "Pendant que je travaillais la [Forges Grondin] il y
avait vingt-cinq ou trente personnes qui y travaillaient aussi et
qui étaient actionnaires dans les forges, ils se considéraient
tous comme associés dans les forges. Nous étions encourages
a travailler parce que nous savions que plus les travaux
progressaient vite, plus les associés en retireraient de profit".

Référence
ANQQ. no 37, Cour du Banc du Roi, Théo. Guimond vs H. Grondin. Appendice, 1880 : 4.

13 No d'identification : 24553 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé)
M. Rivard, huissier s'est rendu au bureau d'affaire des
Défendeurs à Trois-Rivières et a remis le Bref à Henry McAulay
agent et teneur de livres des Défendeurs.

Référence
ANQTR. 117, no 216, Cour Supérieure, Pierre Jodoin vs G.B. Hall et al., 22 décembre 1860.

14 No d'identification : 24573 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Irvine Sommerville, commerçant de bois. Vers la fin
d'avril 1861, un des employés de la compagnie A. Larue et Co., M,
Genest, s'est rendu chez Sommerville à St-Stanislas pour lui
demander de l'argent ou une traite que les Opposants pourraient
remettre au Demandeur. Quelques jours après Sommerville lui fit
parvenir par la poste une traite au montant de $330.00 courant
sur William Henderson, commerçant de bois de Montréal en date de
06-05-1861. À mon avis, il donnait cette traite à l'acquit des
Défendeurs.

Référence
ANQTR. 117, no 224, 1861, Cour Supérieure, Ferdinand FiHeau vs G.B. Hall et al., 10 janvier 1865.

15 No d'identification : 24574 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé)
Joseph Valérie Genest, commis marchand, de la paroisse
St-Maurice, employé de A. Larue et Co. déclare s'être rendu chez
Sommerville pour une somme d'argent ou traite qu'il allait
remettre à M. Filtea.

Référence
ANQTR. 117, no 224, Cour Supérieure, Ferdinand Filteau vs G.B. Hall et al., 15 février 1865.

16 No d'identification : 24594 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Odilon Panneton, huissier à Trois-Rivières s'est rendu
au Bureau d'affaires de A. Larue à Co. et a remis le bref
d'assignation à Charles Louthood, commis, agent et homme de la
compagnie.

Référence
ANQTR. 120, no 187, Cour Supérieure, Banque de Québec vs G.B. Hall et al., 19 août 1863.

17 No d'identification : 24601 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Odilon Panneton, huissier à Trois-Rivières s'est rendu
au bureau d'affaires de A. Larue & Co. et a remis le bref à
Charles Louthood, commis, agent et homme d'affaires de la
compagnie.

Référence
ANQTR. 120, no 188, Cour Supérieure, Ezekiel Hart vs G.B. Hall et al., 19 septembre 1863.

18 No d'identification : 24607 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Jean Baptiste Gailloux huissier à Trois-Rivières s'est rendu au
bureau d'affaires de la compagnie et a remis le Bref à Charles
Louthood, commis, agent et homme d'affaires de la compagnie.

Référence
ANQTR. 120, no 196, Cour Supérieure, William McDougall vs G.B. Hall et al., 4 septembre 1863.

19 No d'identification : 24626 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Les défendeurs allèguent avoir pris une entente par
laquelle A. Larue & Co. rembourserait J.N. Bureau avec des roues
de chemin de fer. L'entente précise que lorsque les opposants
(A. Larue & Co.) recevraient une commande de roues de la
compagnie du Grand Tronc, le commis des opposants, Antoine
Frigon, se chargerait de transmettre les roues à leur agent à
Montréal. Alfred Brown, marchand à commission. Brown devait
vendre les roues à la Compagnie de chemin de fer $15.00 chacune.
Lorsque la vente serait faite, les défendeurs feraient parvenir
au demandeur une traite sur Alfred Brown au montant du prix des
roues qu'il avait vendues. Ils auraient livre ainsi pour $900.00
de roues.

Référence
ANQTR. 120, no 236, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs A. Larue & Co., 18 novembre 1863.

20 No d'identification : 24628 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) J.G.A. Frigon commis des opposants. Il déclare que le
25-07-1863, A. Larue & Co ont fait entente avec J.N. Bureau. La
Compagnie devait donner à Bureau 20 roues de chemin de fer par
mois "comme sûreté collatérale de payement du billet". Frigon
devait recevoir et entreposer les roues dans les hangars de J.E.
Turcotte et les faire parvenir à Alfred Brown lorsque la
Compagnie du Grand Tronc en ferait la commande.

Référence
ANQTR. 120, no 236, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs A. Larue & Co., 13 décembre 1863.

21 No d'identification : 24633 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Jean Baptiste Gailloux, huissier de Trois-Rivières s'est
rendu au bureau d'affaire des défendeurs et a remis le bref à
Charles Louthood leur commis.

Référence
ANQTR. 120, no 240, Cour Supérieure, John B. Wills vs A. Larue & Co., 14 octobre 1863.

22 No d'identification : 24638 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Jean Baptiste Gailloux, huissier de Trois-Rivières, s'est
rendu au bureau d'affaire de A. Larue & Co à Trois-Rivières et a
remis le bref à Charles Louthood, leur commis et homme d'affaire.

Référence
ANQTR. 120, no 252, Cour Supérieure, La Banque de Québec vs G.B. Hall et al., 10 octobre 1863.

23 No d'identification : 24648 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Jean Baptiste Gailloux, huissier de Trois-Rivières s'est
rendu au bureau d'affaires de A. Larue & Co. à Trois-Rivières et
a remis le bref à Alexander Louthood leur commis et homme
d'affaire.

Référence
ANQTR. 122, no 462, Cour Supérieure, J.N. Bureau vs G.B. Hall et al, 23 août 1864.

24 No d'identification : 24701 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résume) Napoléon Dagneault, commis marchand de Trois-Rivières
réclame la balance de son salaire pour un an chez A. Larue & Co,
soit 88,00. Il déclare avoir été embauche par A, Larue le
27-07-1865 pour une année, à raison de $500.00 pour l'année.

Référence
ANQTR. 126. no 171, Cour Supérieure, C.B. Genest vs A. Larue et al., 8 novembre 1866.

25 No d'identification : 24883 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
Déposition de Joseph Carie, commis des forges (22 ans)
(Intégrale) "Le demandeur avait une piastre et dix centins par
jour, et son fils soixante dix centins par jour, excepté pendant
quelque temps ou il a travaillé avec son cheval, ce qui lui
donnait droit à une piastre par jour."

Référence
ANQ-Q. no 37, Cour du Banc du Roi, Théo. Guimond vs H. Grondin. Factum de l'appelant, App. 1, 1880 : 19.