Thème : Hydrologie
Index thématique -> Milieu physique -> Hydrologie
1 No d'identification : 2442 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La glace du lac est en mouvement; ce matin le fleuve en était rempli vis-à-vis cette ville. L’eau a baissé ici assez considérablement depuis hier soir, pour faire croire que les glaces se sont fait un débouché plus bas. Le temps est froid depuis quelques jours. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (8 avril 1848): 2, col. 2.

2 No d'identification : 2443 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Dans les îles derrière Nicolet, les pluies que nous avons eues cet été ont fait croître les eaux à un tel point qu’elles ont couvert les dites îles de cinq pieds de hauteur, ainsi que les terreins [sic] circonvoisins et ont emporté les meulons de foin ainsi que le grain et en se retirant elles ont laissé une couche de sable d’au moins six pouces, causant un dommage à des propriétaires d’environ 300$. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (7 octobre 1848): 2, col. 2.

3 No d'identification : 2444 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Correspondance (en anglais) sur le besoin de construire des digues autour du lac St-Pierre pour préserver des inondations les terres basses encerclant le lac.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 octobre 1848): 3, col. 2.

4 No d'identification : 2445 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Réponse d’un correspondant (signée « A suscriber ») à la correspondance du 7 octobre 1848 sur la nécessité de faire une digue autour du lac St-Pierre. Ce correspondant tente de faire ressortir l’impraticabilité de ce projet.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 octobre 1848): 3, col. 2-3.

5 No d'identification : 2446 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le journal annonce la formation d’un embâcle aux Grondines et en profite pour solliciter du gouvernement l’acceptation pour la requête pour la construction de piliers dans le fleuve qui empêcheraient la formation de ces embâcles et préviendraient les inondations du printemps.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 janvier 1849): 2, col. 2.

6 No d'identification : 2447 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La glace du fleuve a fait un inconvénient devant cette ville, cet après-midi de manière à laisser un paysage libre aux embarcations. L’eau est très haute et continue à monter. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (7 avril 1849): 3, col. 1.

7 No d'identification : 2448 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
À propos de la débâcle sur le fleuve, l’eau monte beaucoup et recouvre tous les quais de la ville. L’on croit que l’ouverture sera retardée et qu’il y ait des dommages de causés. L’on remarque que les malles sont très irrégulières déjà.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 avril 1849): 2, col. 3.

8 No d'identification : 2449 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le journal rapporte que le lac St-Pierre est libre de glace. La digue du Richelieu s’est brisée et l’eau a considérablement baissé. On croit que la navigation entre Montréal et Québec est ouverte. Les glaces n’ont causé que peu de dommages. Quelques paroisses du district ont été endommagées pendant près de douze jours.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 avril 1849): 2, col. 3.

9 No d'identification : 2450 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les glaces du fleuve sont arrêtées depuis plusieurs jours vers le Richelieu, mais la saison est trop avancée pour que ce pont de glace soit de quelque utilité. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 février 1850): 2, col. 2.

10 No d'identification : 2451 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« L’on rapporte que le fleuve est libre de glaces depuis Yamachiche jusqu’à Québec, du moins celles que nous avions devant cette ville sont disparues depuis plusieurs jours. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (6 avril 1850): 2, col. 2.

11 No d'identification : 2452 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« The weather has been beautiful and spring like for some time past. Today there is a cold easterly wind with snow. The river is rising, and the lake ice as showed; large snosser are pilled up in Pointe du Lac and along the beach above Port St-François. There is a little doubt with these easterly wind, there will be a general break up of the ice on the lake in a few darp, and the consequent openeing of the navigation. »

Référence
L’écho du St-Maurice (9 avril 1858): 3, col. 3.

12 No d'identification : 2453 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le fleuve est libre de glaces depuis la Pointe-du-Lac jusqu’à vis-à-vis l’embouchure du St-Maurice.

Référence
L’Ère Nouvelle (4 avril 1859): 3, col. 2.

13 No d'identification : 2455 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Hydrologie : Inondations

« La débâcle »

Référence
L’Ère Nouvelle (18 avril 1861): 2, col. 2.

14 No d'identification : 2456 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Une débâcle qui fait dix morts sur la rivière Bécancour.

Référence
L’Ère Nouvelle, 36 (21 avril 1862): 2, col. 5.

15 No d'identification : 2457 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
État des rivières de la région trifluvienne

Référence
L’Ère Nouvelle, 36 (21 avril 1862): 2, col. 5.

16 No d'identification : 2458 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Depuis trois à quatre jours le fleuve, vis-à-vis notre cité est couvert de glaces flottantes; ce matin il est parfaitement libre, vu que la glace est amoncelée vis-à-vis la Pointe-du-Lac; nous attendons la fin de la débâcle demain et pour samedi, l’arrivée d’un vapeur de Sorel, à notre port.

Référence
«La navigation», L’Ère Nouvelle (14 avril 1864): 2, col. 4.

17 No d'identification : 2459 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Grand froid ces derniers jours. Hier il y avait un pont de glace presque devant la ville, vis-à-vis la pointe du moulin à vent.
Temps pluvieux et doux de l’après-midi a tout fait fondre, car il ne restait que quelques amoncellement de glaces.
Il y avait un vapeur sur le fleuve, capitaine Vigneau, qui devra suspendre bientôt ses traversées.
Il serait donc temps de voir à la construction des piliers sur le fleuve pour favoriser pour bientôt la construction d’un pont de glace.

Référence
L’Ère Nouvelle (29 décembre 1864): 2, col. 3.

18 No d'identification : 2460 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Découverte d’une source d’eau naturelle à Ste-Geneviève-de-Batiscan.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 août 1865): 2, col. 3.

19 No d'identification : 2461 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La glace du lac a commencé à descendre depuis deux ou trois jours. L’eau est montée considérablement. Elle atteint presque le niveau des quais. On s’attend à voir arriver un bateau demain ou dimanche. »

Référence
«Navigation», Le Journal des Trois-Rivières (23 avril 1869): 3, col. 1.

20 No d'identification : 2462 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le fleuve se dégage de ses glaces et on attend un bateau à tout moment au port de Trois-Rivières.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 avril 1869): 2, col. 3.

21 No d'identification : 2463 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Un bien triste accident vient d’arriver dans la paroisse de Nicolet, à l’île à la Fourche. Une maison située sur le bord de l’île s’est écroulée subitement et les quatre personnes qui s’y trouvaient ont péri dans les flots. Un énorme déboulis [sic] s’étant fait sur un des côtés de la rivière Nicolet a causé un refoulement des eaux. Tel que la maison n’a pu résister à l’impulsion du courant et a été complètement brisée. Un nommé Boisvert, son épouse, son enfant et sa belle-soeur, du nom de Gertrude Nourri, ont été les victimes de ce débordement inattendu qui a fait monter de quinze pieds le niveau de l’eau dans la rivière Nicolet. On a retrouvé le corps de la femme dimanche après-midi à 3 heures. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 avril 1869): 3, col. 1.

22 No d'identification : 2464 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La glace avait commencé à marcher la semaine dernière sur la rivière St-François, elle s’arrête vis-à-vis le moulin Pierreville, l’eau commença à monter à une hauteur telle, que les berges en chantier appartenant à M.F.A. Toupin partirent avec la glace et allèrent se loger au milieu des glaces maintenant amassées vis-à-vis du village St-François. À part du dommage causé par le retard que cela va apporter à l’achèvement de quelques-unes de ces berges, on espère pouvoir les sauver sans autres pertes de cette mauvaise impasse. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 mars 1871): 2, col. 4.

23 No d'identification : 2465 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« En parcourant cette époque, les bords de la rivière St-François, si pittoresques en été, on se trouve tant soit peu désappointé. La glace a fait des siennes dans les parages. À partir surtout des moulins de Pierreville au village de St-Thomas, l’oeil ne rencontre sur les deux rives qu’un mur continu de morceaux de glaces superposés comme des pierres de taille et s’élevant de 10 à 15 pieds. À St-Thomas, c’est un peu plus sérieux encore, la glace a emporté le quai, le hangar de la compagnie, et elle donne hautement sur l’ancienne place du débarcadère; c’est à travers un chemin de glace qu’on débarque à St-Thomas. Sur les deux bords de la rivière, plusieurs arbres sont brisés. Nous est avis que ces glaces amoncelées pourront exempter ces deux paroisses de faire usage de leur glacière cet été, car il va y en avoir pour longtemps de celles-là ».

Référence
Le Constitutionnel, 136 (26 avril 1871): 2, col. 3-4.

24 No d'identification : 2466 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« L’eau est extrêmement haute sur le St-Laurent et sur le St-Maurice. On dit cependant que dans le haut du St-Maurice les lacs sont encore couverts de glace et qu’on y va en voiture d’hiver. »

Référence
Le Constitutionnel, 142 (10 mai 1871): 2, col. 4.

25 No d'identification : 2467 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« L’eau est toujours très haute sur le St-Maurice. Toutes les rivières qui reçoivent des eaux du nord sont gonflées en ce moment. »

Référence
Le Constitutionnel, 143 (12 mai 1871): 1, col. 2.