1 No d'identification : 4345 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Le journal annonce qu’il se tiendra une assemblée publique à Trois-Rivières pour condamner ceux qui ont assailli le Parlement et y ont mis le feu.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 avril 1848): 3, col. 3.

2 No d'identification : 4346 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Sauf en cas de vol, la cour a toujours été occupée des procès de personnes qui ont commis des délits à la dernière élection d’un membre pour Trois-Rivières. Toutes furent trouvées coupables et condamnées à une punition variant depuis un chelin d’amende jusqu’à six mois d’emprisonnement aux travaux forcés.

L’honorable juge a donné une verte leçon à ceux qui ont ainsi voulu atteindre à la liberté des élections, et particulièrement à ceux qui ont fait venir de Québec une bande d’assommeurs pour empêcher la votation à Trois-Rivières.

Il est cependant à regretter que l’indisposition qui accablait l’honorable juge hier a détruit l’harmonie qui avait régné jusqu’alors. Dans notre prochaine feuille nous donnerons détail de tous les procédés. »


Référence
L’écho du St-Maurice (5 février 1858): 3, col. 1.

3 No d'identification : 4349 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Électeurs des comtés de Drummond et d’Arthabaska, nous allons vous raconter une petite histoire qui vous édifiera sur le compte de votre député. Pendant quatre années consécutives, Monsieur Dorion a parcouru toutes les campagnes de sa division électorale, anathématisant partout Monsieur Dunkin, le montrant au peuple comme un vendu, un pillard, un corrupteur et un corrompu, et demandant au ciel de laisser tomber sur la tête de ce grand criminel toutes les foudres possibles.

Électeurs des comtés de Drummond et Arthabaska, vous vous rappelez encore les paroles amères que Monsieur Dorion lançait contre un député qui avait “retourné son capot”, et comment il l’accablait de noms affreux.

Aujourd’hui que pour un motif d’ambition déçue, Monsieur Dunkin a abandonné le grand parti national pour aller se ranger dans la phalange des ennemis de nos intérêts, Monsieur Dorion ne lui reproche pas d’avoir déserté son drapeau; au contraire il l’encense, il voyage avec lui bras dessus dessous, il se traîne à ses pieds et les couvre de ses baisers.

Électeurs, prenez note de ce fait, qui devra vous servir en temps et lieu. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (12 septembre 1865): 2, col. 5.

4 No d'identification : 4354 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Résolutions passées par les électeurs de St-Boniface pour éviter la corruption pendant les élections.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (11 juin 1867): 2, col. 3.

5 No d'identification : 4355 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les comtés de Drummond et d’Arthabaska ont décidé de faire une convention pour choisir un ou deux candidats. Cela semble être tout nouveau en politique.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (21 juin 1867): 2, col. 4.

6 No d'identification : 4357 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dialogue entre un « bleu et un rouge », A. et O.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (12 juillet 1867): 2, col. 5.

7 No d'identification : 4359 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Corruption électorale dans les comtés de St-Maurice et de Makinongé.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 juillet 1867): 2, col. 1-2.

8 No d'identification : 4360 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Demande à l’officier-rapporteur pour avoir des troupes pendant les jours de votation.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 août 1867): 3, col. 2-3.

9 No d'identification : 4361 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Cap, 24 octobre 1867

Au rédacteur du Journal des Trois-Rivières

Monsieur,

Je ne sais de qui le “Pays” tient ses informations, ce n’est certainement pas de moi, et il a été mal informé quant à mes principes politiques, ceux qui ont lu mon adresse aux électeurs du comté de Champlain, qui m’ont entendu parler aux portes des églises, et dans mes conversations privées, savent à quoi s’en tenir la dessus.

T. E. Normand. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 octobre 1867): 3, col. 1.

10 No d'identification : 4362 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
George Caron poursuit Moïse Houde pour injures verbales. Houde est condamné à 300$.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (18 septembre 1868): 3, col. 5.

11 No d'identification : 4363 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La campagne électorale de dimanche n’a rien changé du sentiment public du comté St-Maurice. Monsieur Chapleau a parlé sans effet à St-Sévère et à St-Barnabé. Quant à l’éloquence de Monsieur Provencher il parait qu’elle est un peu “cahotante”. On a le temps de dire son chapelet pendant sa harangue.

On fera mieux de cabaler avec des pommes! »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 octobre 1868): 3, col. 2.

12 No d'identification : 4365 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Notre voisin du Constitutionnel disait hier qu’aux Trois-Rivières on avait arrêté une bande de gros hommes qui allaient, parait-il, offrir le service de leurs bras au Dr Lacerte. C’est une chose que nous ignorons, mais fut-elle vraie, que le Dr Lacerte n’en serait pas blâmable, puisque des grands hommes, voire même des soupçons de militaires partisans de Monsieur Gérin faisaient la garde autour des polls avec pistolets à 6 coups. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 octobre 1868): 2, col. 2.

13 No d'identification : 4366 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dumoulin et McDougall donnent chacun 150$ au Collège et 50$ au Couvent des Soeurs de la Charité pour respecter une de leurs promesses électorales.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (9 mars 1869): 2, col. 5.

14 No d'identification : 4367 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Un des candidats, Monsieur Genest, s’est vanté qu’il avait l’appui de Monseigneur Laflèche pour sa campagne électorale. Des citoyens surpris de cette déclaration se sont informés du bien-fondé de cette déclaration auprès de l’évêque. Contrairement à ce que dit Monsieur Genest l’évêque semble lui avoir dit de se tenir éloigné des élections s’il doutait de gagner. Les propos de l’évêque et de Monsieur Genest ne concordent point.

Référence
Le Constitutionnel, 2, 57 (15 octobre 1869): 2, col. 3.

15 No d'identification : 4368 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Corruption et tumulte dans le comté de Champlain.

Analyse des votes dans le comté de Champlain : fraude et corruption.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 juillet 1872): 2, col. 1-2.

16 No d'identification : 4369 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Sur la campagne électorale fédérale, les moeurs et la position du journal.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 20 (24 juillet 1872): 2, col. 1-2.

17 No d'identification : 4371 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Monsieur Luc Désilets, curé du Cap, prétend avoir une peur horrible des ports du St-Maurice, cependant lorsqu’il s’adonne à rencontrer sur ces ports des électeurs de Champlain, il peut y passer la journée à leur réciter des contes bleus contre le Dr Ross. Et l’on parle contre les cabaleurs. »

Référence
Le Constitutionnel, 5, 21 (26 juillet 1872): 2, col. 1.

18 No d'identification : 4372 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Sur les moeurs électorales le journal s’en prend aux adversaires du Dr Ross qu’il qualifie de lâches et de poltrons dans leur manière de conduire la campagne électorale.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 21 (26 juillet 1872): 2, col. 2.

19 No d'identification : 4375 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Les élections dans Champlain, compte-rendu des discours de Trudel et Ross, et la position du journal en ce qui concerne les candidats.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 23 (31 juillet 1872): 2, col. 1-2.

20 No d'identification : 4378 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Sur des questions de moeurs électorales, la position du journal à l’égard de certains de ses lecteurs.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 23 (31 juillet 1872): 2, col. 2.

21 No d'identification : 4380 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Sur le conflit entre le Journal de Trois-Rivières et le Constitutionnel à l’égard du chemin de fer.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 23 (31 juillet 1872): 2, col. 3.

22 No d'identification : 4382 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Dans sa dernière circulaire, Monseigneur des Trois-Rivières s’est élevé avec une grande force contre la corruption, mais en plusieurs endroits on n’a pas écouté ses paroles, surtout dans le comté de Maskinongé où l’on pratique la corruption d’une manière dégoûtante.

Nous regardons comme un exemple le pénible fait arrivé à Ste-Ursule, dans une maison qui servait de rendez-vous à un certain nombre d’électeurs et où l’on versait la boisson à flots.

Un soir de la semaine dernière, que les habitués étaient à boire au compte de leur candidat, une pauvre fille idiote qui tombait quelquefois d’épilepsie prit trop de boisson. Elle eut une crise sur le coup et mourut le lendemain.

[...] Ce fait pénible doit faire ouvrir les yeux aux corrupteurs de la morale publique, à ces hommes qui versent la boisson pour gagner des suffrages. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 août 1872): 2, col. 5.

23 No d'identification : 4387 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Sur les élections dans Maskinongé, les candidats et l’opinion du journal.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 25 (5 août 1872): 2, col. 1.

24 No d'identification : 4389 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Pendant la campagne électorale un partisan de Monsieur Cauchon prend un verre et va se promener dans la ville avec un revolver. Par inadvertance il tire un homme de l’autre camp à la cuisse.

Référence
Le Constitutionnel, 5, 25 (5 août 1872): 2, col. 4.

25 No d'identification : 4391 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Élection dans Champlain. Les résultats et l’opinion du journal.

Cette élection aurait un lien direct avec le chemin de fer de la Mauricie.

(Sur la même page, colonne 2, résultats compilés)

Référence
Le Constitutionnel, 6, 26 (1 août 1872): 2, col. 1.