1 No d'identification : 24232 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Drummond fait un réquisitoire en faveur de l'industrie
sidérurgique canadienne, faisant référence à une révision
éventuelle des tarifs protecteurs. Il est question de la qualité
des produits canadiens en comparaison avec les produits
Américains, etc.

Référence
George E. Drummond, «Review of the Pig Iron Trade of 1896», Journal of The Federated Canadian Mining Institute (1897) : 62-63.

2 No d'identification : 24259 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Au cours des dernières années, le Canadian Mining
Institute (Citation) "bas been devoting considerable attention to
the task of educating the Canadian public upon this important
question of iron production. At least these efforts are being
rewarded. Legislators and capitalists alike are evidencing an
interest in the industry that they have never shown in the past,
and we believe that the expérience of the next few years will
serve to strenghten the faith of the Canadian people in their own
country with regard to its possibilities as an iron producing
centre".

Référence
George E. Drummond, «The Iron Industry in 1899», The Journal of Canadian Minxng Instltute (1900) : 121.

3 No d'identification : 24293 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Au cours de l'hiver 1905-1906, le gouvernement ontarien a mis sur pied une centrale expérimentale pour approvisionner en
énergie électrique les hauts fourneaux. Plus tard, la Lake
Superior Corporation va acheter le "plant" en question.

Référence
Jas. Grannis Parmelee, «The Iron and Steel Industry of the Province of Ontario, Canada», The Journal of The Canadian Mining Institute (1908) : 136-139.

4 No d'identification : 24402 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) Lors de l'ouverture officielle du site de Midland, on
retrouve parmi les invités [...] G.W. Ross, premier ministre de
l'Ontario, J. Davis, commissaire des terres de la couronne,
M.S.A. Milligan, maire de Midland.
Midland, (citation) "One of our own directors, Mr. Francis
Hector Clergue, who is now in England, has discovered, within the
past year, mines abundantly rich in iron that are supplying us
today at Midland with Canadian ore". (p.273)


Référence
Canadian Mining Review, «Midland No 1. Canada Iron Furnace Co's New Furnace at Midland
in with Befitting Ceremony», CMR, vol. 19 (1900) : 273.

5 No d'identification : 24447 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé) L'auteur présente les différents points de vue apportés
à une session de la Tariff Commission tenue en janvier 1906 en N.E,
La question centrale est la suivante: "related to the continuance
of the present duties on coal and iron, a majority of the
producers are asking that the duty (or its equivalent the bounty)
on iron, both in the metallic state and in ores, should be
increased". (p.44)
Les points de vue mentionnes sont ceux du professeur J.E. Woodman,
Dalhousie Collège de Nouvelle-Ecosse, qui se fait le porte parole
d'un comité spécial de la Mining Society de Nouvelle-Ecosse. Le
plaidoyer porte sur le fait que l'aide aux producteurs de minerai
devrait être traitée distinctement de celle apportée aux
producteurs de fonte et fer. En Nouvelle-écosse ces derniers
n'utilisent que des minerais importés, sauf la Londonderry Iron
and Mining. La production de minerai local est en danger
d'extinction. Les solutions proposées sont:ne pas imposer de tarifs a l'importation de minerai étranger mai
plutôt, prélever une taxe servant au versement d'une prime aux p
producteurs locaux de minerai.
- Payer cette prime directement aux producteurs. La prime devrait
être de 50 cents la tonne de minerai de 50% de métal.
- Le point de vue de J. Drummond, président de la Londonderry
Iron & Mining Co. est signalé. Celui-ci favorise une [certains mots illisibles]
producteurs locaux de minerai.
- Payer cette prime directement aux producteurs. La prime devrait
être de 50 cents la tonne de minerai de 50% de métal.
- Le point de vue de J. Drummond, président de la Londonberry
Iron & Mining Co. est signalé. Celui-ci favorise une
augmentation des octrois sur la production de fonte, à partir
de minerai canadien.
- Certains intervenants suggèrent même que le gouvernement
provincial puisse intervenir en offrant des octrois, évoquant
alors le cas ontarien.

Référence
The Canadian Mining Review, vol. 26 (1906) : 44-45.

6 No d'identification : 24940 Fonds : Sidérurgie
  Information documentaire
(Résumé et Extraits, intégral) En 1889, les forges Radnor sont
achetées par des financiers de Montréal. Parmi les actionnaires,
on retrouve un dénomme Strott, deux messieurs Drummond et un H.
McCan. Un haut fourneau de 25 tonnes est construit. Le minerai
est dorénavant acheminé de Joliette, Saint-Lazare de Vaudreuil, de
Gentilly. En utilisant un fourneau de charbon de bois par jour,
la compagnie n'a d'autres choix que de construire de nouveaux
fourneaux: 13 à Radnor, 14 aux Piles, 6 à Sainte-Thècle, 6 au
Lac-aux-Sables.
"La compagnie [...] recevait du gouvernement de Sir Charles
Tupper un subside d'environ quatre dollars pour chaque tonne de 1
produit mis sur le marché. Cet octroi était suffisant pour payer
une partie du salaire des employés. La vente du fer était
presqu'un profit net pour la compagnie qui avait le monopole du
fer au Canada. Lorsque Sir Wilfrid Laurier prit le pouvoir, il
enleva les subsides sur le fer et les barrières tarifaires qui
existaient pour la France et la Belgique dans leurs expéditions de
fer au Canada. [...] Peu de temps après les affaires de la
compagnie périclitaient, et les forges furent abandonnées peu à
peu jusqu'à leur fermeture complète."

Référence
Anonyme, Radnor. 60 ans de propres 1894-1954, 1954 : 6-11.