Toponyme : Sanmaur
Index toponymique -> Sanmaur
1 No d'identification : 20311 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
La construction du barrage s’achevait à peine que la Brown Corporation s’établissait à Sanmaur et entreprenait dans la région une vaste opération d’exploitation forestière. La Brown acheta les bateaux et le tronçon de chemin de fer qui avait servi de transport des matériaux pour le barrage La Loutre. La commission des eaux courantes du Québec construisit une grande maison pour loger les personnes qui travaillaient aux trois barrages sur la rivière Manouan et au barrage la Loutre. Finalement, la St-Maurice Forest Association installa un camp de gardes forestiers. Sanmaur devenait rapidement un petit centre très vivant. Tous les bûcherons de la Brown passaient par Sanmaur en montant ou en descendant des chantiers. Avant Noël, ils se trouvaient plus d’un millier à attendre le train pour retourner chez eux. Une telle concentration de monde est un phénomène impressionnant. Mille hommes, mille sacs de linge sale, mille blasphémeurs prenant le train. Je n’aurais recommandé à personne de les accompagner tant ces hommes étaient rudes.
Beaucoup d’hommes restaient toujours à Sanmaur et travaillaient au transport des provisions de foin, d’avoine et de nourriture que la Brown envoyait aux chantiers. Ces nombreux travailleurs de la Brown à Sanmaur traversaient tous les dimanches pour assister à la messe à Weymontachingue.
Après 1940, la Brown, ayant construit une route de Sanmaur au barrage Gouin, cessa d’utiliser les bateaux et le chemin de fer et approvisionna ses chantiers par camion. Cela mit fin à nos dimanches de fête et d’affluence.

Référence
Joseph-Étienne Guinard et Serge Bouchard, Mémoire d’un simple missionnaire: le père Joseph-Étienne Guinard, Québec, Ministère des affaires culturelles, 1980: 171.
2 No d'identification : 23747 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
C’est à l’automne de 1914 que commencèrent les travaux préliminaires à la construction du barrage La Loutre. [...] En 1915, la Fraser Brace Company entreprenait la construction du barrage Gouin. La compagnie de la Baie d’Hudson s’objecta à ce que la Fraser Brace installe le centre de ses opérations sur ses terrains de Weymontachingue, ce qui obligea la Fraser à s’installer de l’autre côté de la rivière, dans un endroit défavorable auquel on allait donner le nom de Sanmaur, contraction du nom St-Maurice. Cette localisation de la Fraser l’empêchait de transporter ses matériaux par voie d’eau jusqu’au barrage de la Loutre à cause du rapide Plat situé près de Weymontachingue. La compagnie entreprit donc de construire un barrage temporaire qui devait élever le niveau de l’eau et permettre de faire flotter le matériel sans qu’il ne soit, à coup sûr, entraîné dans les rapides. La construction de ce barrage temporaire se fit en même temps que l’installation du camp. [...] Sanmaur naquit ainsi des activités d’une compagnie établie provisoirement dans la région pour construire le barrage Gouin. [...] Le coulé du béton débuta au printemps de 1916 et le barrage fut complété le 5 novembre 1917. [...] Le fond du nouveau lac est ponté d’arbres brisés, et, à plusieurs endroits, l’eau ne fait que recouvrir la cime des arbres. Les voyages en canot y sont donc extrêmement périlleux dans la mesure où l’on risque à tout instant de se faire empaler ou renverser par les branches pointues qui affleurent à la surface de l’eau. Les compagnies forestières utilisèrent longtemps des bateaux d’acier sur ce lac afin de contrer ces dangers. Durant les années qui suivirent l’inondation, les rives des lacs restèrent inabordables, troncs d’arbre et racines flottantes interdisaient tout accès. C’était partout une masse compacte de bois flottant qui se balançait au gré des vagues. [...] Le spectacle était désolant. Plus désolante encore était la vision de ces épinettes à demi submergées, au bois sec et blanchi, à l’écorce pendante et aux branches qui [...] pendant longtemps, l’eau fut mauvaise en raison de toute cette pourriture. Une mousse verte flottait à la surface, des millions d’animalcules l’infestaient. Les indiens notèrent que les poissons ne pondaient plus leurs oeufs, faute de trouver des endroits propices pour le faire.
La Fraser pour transporter son matériel jusqu’à La Loutre avait un trajet de 30 milles en bateau puis pour les derniers 20 milles, elle avait construit une voie ferrée qui lui permettait d’accéder directement au lieu du futur barrage.

Référence
Joseph-Étienne Guinard et Serge Bouchard, Mémoire d’un simple missionnaire: le père Joseph-Étienne Guinard, Québec, Ministère des affaires culturelles, 1980: 158.
Index toponymique -> Sanmaur