Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 3347 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Vente par le shérif, district des Trois-Rivières

- Bergeron vs M. Thiffault, terre à St-Tite, vente à St-Tite le 13

- L. Clément vs A. Bareil, terre, maison à St-Paulin, vente à St-Paulin le 15

- J. Carignan vs C. Cossette, terre, maison à St-Tite, vente à St-Tite le 13

- L. Gervais vs L. Godon, terre, maison à St-Prosper, vente à St-Prosper le 14

- S. Thibodeau vs J. Lotinville, terre, maison à St-Célestin, vente à St-Célestin le 18

- S. Lizé vs O. Leboeuf, terre, maison à Batiscan, vente le 14

- C. de Niverville vs. Dame L. Lampron, deux terres, maison, à Trois-Rivieres, vente à Trois-Rivières le 20 octobre.

Référence
L’Ère Nouvelle (22 septembre 1864): 3, col. 1.
2 No d'identification : 11871 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Hier, les membres de l’Union St-Joseph célébraient avec pompe la fête patronale de leur association. A neuf heures a.m., ils étaient tous réunis, au nombre de près de 230, à l’hôtel de ville pour se rendre de là en procession, bannière en tête, à la cathédrale où une messe solennelle y [était] chantée. Monsieur N. Héroux du collège de Trois-Rivières officiait; Sa Grandeur Monseigneur l’évêque du diocèse ainsi qu’une assistance nombreuse joignaient leurs voeux et leurs prières pour la prospérité de l’association, et rehaussaient encore l’éclat de la fête. Le chant des élèves du collège, accompagné de l’orgue, a été bien exécuté. Un magnifique pain béni, fruit de la générosité de C.B. de Niverville, Ecr., représentant de notre cité, s’étalait à plusieurs étages aux regards des fidèles. La collecte fut faite par Dame Moïse Désilets, accompagnée de L.G. Bourdages, Ecr., avocat, et Dame L.Z. Beaudry, accompagnée de L.E. Gervais, Ecr., marchand.

Le sermon de circonstance fut prêché par le grand vicaire L. Laflèche. L’orateur prit pour texte ces paroles: “Gloria et divitiae in domo ejus- la gloire et les richesses habitent dans cette maison” et développa sa thèse avec la lucidité et toute la force de logique qu’on lui connaît. Il tonna contre l’intempérance, ce destructeur impitoyable des richesses et du bonheur des familles et des sociétés.

Après la messe, tous les membres défilèrent en procession jusqu’à l’hôtel de ville où le Dr A. Dubord, président de la société, prononça quelques mots de remerciement bien appropriés à la circonstance.

C’est avec orgueil que nous voyons au milieu de nous l’association de l’Union St-Joseph, qui date à peine d’une année, mais dont la vigueur et la prospérité promettent les plus belles espérances pour l’avenir de notre ville. Nous ne saurions calculer toute l’influence morale qu’elle peut exercer en accomplissant son oeuvre de charité et de bienfaisance. Puisse-t-elle toujours prospérer ainsi et parvenir au but que ses fondateurs lui ont assigné. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 mars 1866): 2, col. 5.