Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 7706 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« On nous dit que M. Dean, de cette ville, a fait dernièrement l’acquisition du quai occupé par Mc Dougall, et que son intention est de s’en servir pour y placer le bois sortant de la manufacture de bois d’assemblage que M. G. Baptist doit bientôt construire sur le terrain où se trouve actuellement la fonderie Dupuis. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 mars 1871): 2, col. 2.
2 No d'identification : 2472 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« [...] La glace du St-Laurent est bien endommagée aussi. La traverse est impassable, l’eau a monté avec une rapidité remarquable. Elle est sur les quais de la compagnie du Richelieu. Les cages de planches de M. Dean sont en danger et l’on craint une digue. »

Référence
Le Constitutionnel (14 avril 1873): 2, col. 4.
3 No d'identification : 2583 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Au moment où nous mettons sous presse la glace a descendu d’à peu près un arpent et demi. Sur les quais entre autres celui de M. Dean les banquises sont amoncelées à une hauteur de 25 à 30 pieds. L’eau n’a pas monté depuis hier. »

Référence
Le Constitutionnel (20 avril 1883): 3, col. 3.
4 No d'identification : 6676 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le journal annonce l’inauguration du trafic sur le chemin de fer du Nord et défend la construction d’un dépôt à marchandise au quai de James Dean comme point avantageux.

Référence
Le Constitutionnel (23 avril 1879): 2, col. 1.
5 No d'identification : 6677 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le trafic par la voie du Loop Line, embranchement à la construction duquel nos ouvriers ont été occupés tout l’hiver et qui leur donnera encore beaucoup d’ouvrage, a été ouvert la semaine dernière. Un char de farine appartenant à M. Pentland, notre concitoyen si entreprenant, a été expédié par le Loop Line jusqu’au quai de M. Dean.
L’ouverture du Loop Line était attendue avec anxiété par le commerce trifluvien. »

Référence
La Concorde (2 mai 1879): 3, col. 5.
6 No d'identification : 6718 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Vers 8 heures ce matin une banquise a détruit la partie du Loop-Line qui passe devant l’hôtel Dufresne enlevant et tordant les lisses et les traverses. Les glaçons se sont arrêtés à un pied des murs de l’hôtel. Cette banquise a fait beaucoup de dommages au-dessus du moulin de M. Dean. On dit qu’un homme a eu une jambe cassée.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 avril 1885): 2, col. 3.
7 No d'identification : 11112 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« À l’assemblée annuelle de la Chambre de commerce, le 7 courant, l’élection des officiers pour l’année courante a donné le résultat suivant:

James McDougall, président, G.A. Gouin, vice-président, Thomas McDougall, secrétaire.

Conseil:
James Dean, Onésime Brunel, George Balcer, E. Gérin, W.C. Farnum, James Shortis. »

Référence
Le Constitutionnel (9 mai 1873): 2, col. 2.
8 No d'identification : 11114 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« À l’assemblée annuelle de la Chambre de commerce, le 7 courant, l’élection des officiers pour l’année courante a donné le résultat suivant:

James McDougall, président, G.A. Gouin, vice-président, Thomas McDougall, secrétaire.

Conseil:
James Dean, Onésime Brunel, George Balcer, E. Gérin, W.C. Farnum, James Shortis. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (12 mai 1873): 2, col. 4.
9 No d'identification : 11115 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La Chambre de commerce de Trois-Rivières est maintenant organisée, ses statuts sont semblables à ceux de la Chambre de commerce du Dominion. À la suite des élections:

Président: Alex Baptist
Vice-président: P.E. Panneton
Secrétaire: Georges Balcer
Conseillers: J. McDougall, J.N. Godin, E. Bradly, C.A. Rocheleau, P.B. Vanasse, Joseph Rayner, J.B. Normand, James Dean.

Suit la liste des autres membres au nombre de 24.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 juin 1882): 2, col. 4.
10 No d'identification : 13808 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Maison à vendre ou à louer appartenant à Ed. A. Barnard. Cette résidence est sise sur l’avenue Laviolette, comprend 10 chambres, une grande cuisine, dépendances et jardin. Elle était occupée par James Dean qui quitte la ville.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 février 1887): 3, col. 1.
11 No d'identification : 20392 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« Le soussigné ayant acheté le quai connu sous le nom de Quai de Bell, ouvrira, le premier mai prochain, une cour de bois de toutes sortes et aura constamment en vente :
Bois quarré [sic], planches, madriers, furrings [sic], lattes, bardeaux, etc., etc.
Il désire en même temps annoncer que la maison George Baptist et fils, lui ayant transporté tout son commerce de détail, il sera prêt à fournir à leurs anciennes pratiques toutes les sortes de bois mentionnées plus haut, à des prix avantageux.
James Dean
Trois-Rivières, premier mai 1871. »

Référence
«Avis», Le Journal des Trois-Rivières (19 mai 1871): 3, col. 4.
12 No d'identification : 20396 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« À vendre. 200 000 bardeaux d’épinette. Le soussigné offre en vente sur son quai, 200 000 bardeaux d’épinette, en lots à satisfaire les acheteurs.
Trois-Rivières, 25 septembre 1872
James Dean. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (7 octobre 1872): 3, col. 3.
13 No d'identification : 20776 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« Le soussigné prend la liberté d’informer ses amis et le public en général que son moulin à vapeur est maintenant en opération et que, outre son stock ordinaire de bois sec, il a constamment en mains du bois blanchi et embouveté ainsi que du bois de toutes les longueurs et grosseurs pour toutes sortes d’édifices. Il prend aussi la liberté d’annoncer à tous ceux qui apporteront du bois à son moulin, qu’il le sciera, le blanchira et l’embouvettera à des conditions raisonnables.
Trois-Rivières, 18 septembre 1871.
James Dean. »

Référence
«Avis», Le Journal des Trois-Rivières (28 septembre 1871): 3, col. 4.
14 No d'identification : 20779 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Nous avons [fait] une visite à la manufacture de M. Dean, près du quai de M. Bell, et nous avons été surpris des progrès réalisés depuis l’an dernier. La maison de l’engin est en brique mais tout le reste est en bois. Il y a des scies sur les plançons, pour manufacturer des poutres de telle ou telle dimension; pour embouveter le madrier et la planche, pour faire la latte, pour faire presque toutes les moulures usitées dans l’architecture ordinaire, pour faire de la clôture de fantaisie. Tout marche avec un ordre parfait. La demande augmente tous les jours et plus on connaîtra les avantages d’acheter le bois tout préparé, plus M. Dean aura d’acheteurs.
Trente à quarante hommes trouvent aujourd’hui un emploi permanent chez M. Dean, mais dans quelques semaines, les choses iront encore mieux. Avec un esprit d’entreprise digne des plus grands éloges, M. Dean ne veut pas en rester là, il préparera tout ce qui sera nécessaire à la pleine construction d’une maison, y compris les portes et fenêtres, etc.

Référence
Le Constitutionnel (19 avril 1872): 2, col. 4.
15 No d'identification : 20780 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Notes sur le moulin à scie de Dean à Trois-Rivières.

Référence
Le Constitutionnel (19 avril 1872): 2, col. 4.
16 No d'identification : 20797 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« Le moulin de M. Dean, en cette ville, a été remis en activité la semaine dernière pour la préparation du bois qui doit entrer dans la construction du pont du chemin de fer sur le St-Maurice. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 février 1877): 2, col. 3.
17 No d'identification : 20817 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« Ce matin, vers 7 heures, l’une des cheminées de la scierie de M. Dean, sur la rue du fleuve, a enfoncé à travers la couverture, laissant une ouverture béante de douze pieds et endommageant plusieurs outils.
Heureusement, vu l’heure peu avancée, les employés ne se trouvaient pas encore à l’intérieur. »

Référence
Le Clairon (20 février 1884): 3, col. 1.
18 No d'identification : 21005 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Le moulin de M. Dean, en cette ville, a été remis en activité la semaine dernière pour la préparation de bois qui doit entrer dans la construction du pont de chemin de fer sur le St-Maurice. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 février 1877): 2, col. 3.
19 No d'identification : 21875 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Nous apprenons que M. James Dean a fait l’acquisition de la bâtisse située rue St-René et servant autrefois de fonderie, ainsi que du terrain avoisinant, pour y établir une manufacture de portes et fenêtres et préparer le bois en général. »

Référence
Le Constitutionnel, 119 (10 mars 1871): 2, col. 6.
20 No d'identification : 22317 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« Un radeau contenant plusieurs centaines de billots est arrivé de Nicolet hier, consigné à M. James Dean. »

Référence
Le Constitutionnel (18 juin 1883): 2, col. 6.
21 No d'identification : 22395 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Sanctionné le 27 mai 1882:
« Attendu que Alexander Baptist, James Dean, John Baptist et William Ritchie, commerçants de bois et J.B. Normand, gentilhomme, tous de la cité des Trois-Rivières, et Andrew Thompson, John Ross et Edward C. Benson, commerçants de bois de la cité de Québec, Hugh Ritchie, commerçant de bois de New Liverpool, dans le district de Québec, ont, par leur pétition, représenté qu’il serait de leur intérêt, pour faire des billots et autre bois, dans le territoire du St-Maurice, de former une association pour la flottaison des billots et autre bois depuis un endroit appelé La Tuque, sur la rivière St-Maurice, jusqu’à l’embouchure de la dite rivière, dans la cité des Trois-Rivières, pour livrer leurs billots et autre bois, et attendu qu’ils ont demandé à être incorporés.
(Le capital de la compagnie sera de la somme de 25 000$, divisé en actions de 100$, lequel capital pourra être augmenté jusqu’à 50 000$ par vote des actionnaires. Tout le capital devra être souscrit, et 10% devront avoir été versés avant que la compagnie ne commence ses opérations.) »

Référence
«Acte pour incorporer la compagnie de flottaison et de mise en radeaux des bois du St-Maurice», Loi du Québec 45, Victoria, ch. 83, 1882.