Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 3135 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Lettre d’Alphonse Dubord, agent des terres du St-Maurice, qui démontre en réponse aux attaques de l’Inquirer, la nécessité de concéder des terres aux colons de la région, plutôt qu’aux immigrants.

Référence
L’Ère Nouvelle (2 octobre 1862).
2 No d'identification : 3144 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Une assemblée publique des citoyens de Trois-Rivières, tenue à l’hôtel de ville, vendredi le 29 décembre 1865, Sévère Dumoulin, Écr., maire de cette cité, au fauteuil et J.M. Désilets, Écr., avocat, agissant comme secrétaire, il fut résolu de former une association sous le nom de Société de Colonisation des Trois-Rivières dans le but de favoriser l’établissement des terres incultes dans le territoires du St-Maurice. »
« Les messieurs suivants furent élus officiers de cette société et chargés de dresser les règles et règlements de cette association :
Président : Sévère Dumoulin, Écr., maire.
Vice-président : C.B. de Niverville, Écr., M.P.P.
Secrétaire-trésorier : J.G.A. Frigon, Écr., greffier de la cité.
Directeurs : A. Dubord, agent des terres de la couronne,
L.E. Gervais, Écr., J.P.
O. Duval, Écr. V.P.
J.N. Godin, conseiller »

Référence
«Société de colonisation», Le Journal des Trois-Rivières (9 janvier 1866): 2, col. 5.
3 No d'identification : 3596 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Avis
« Est par le présent donné que Alphonse Dubord, ecr., de la cité des Trois-Rivières, a été nommé agent pour la vente et l’administration des terres de l’arrière partie de la seigneurie de Batiscan, c’est-à-dire de toute cette partie de la dite seigneurie située au nord-ouest des rivières St-Maurice et Mékinac. Ainsi, ceux qui, à l’avenir, auront besoin d’informations ou quelqu’affaire [sic] à transiger touchant les terres comprises dans cette nouvelle agence devront s’adresser à Mr Dubord et non plus, comme ci-devant, à Mr Guillet dont les limites de l’agence sont maintenant restreintes à l’autre partie de la seigneurie de Batiscan. »
Département des terres de la couronne
Québec, 15 juin 1877

D.E. Tache, assistant commissaire.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (18 juin 1877): 3, col. 3.
4 No d'identification : 6259 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Pèlerinage des membres de la Société St-Vincent-de-Paul des Trois-Rivières, lundi 18 août, sous la direction du curé des Trois-Rivières. A Ste-Anne de Beaupré.

Départ de Trois-Rivières par le vapeur « Étoile » à 7 1/2 pour Ste-Anne où il arrivera vers 5 p.m. Retour le lendemain à partir de Ste-Anne vers 10h.

Aller-retour, 1,25$.

Alphonse Dubord, président.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (31 juillet 1884): 3, col. 2.
5 No d'identification : 6263 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Société St-Vincent-de-Paul des Trois-Rivières. Vapeur « Étoile », pèlerinage des Trois-Rivières à Ste-Anne de Beaupré, 20 juillet 1885. Membres de la Société St-Vincent-de-Paul des Trois-Rivières avec l’approbation de Sa Grandeur Monseigneur Laflèche feront leur premier pèlerinage à la Bonne Ste-Anne lundi 20 juillet prochain.

Départ à 7 heures matin. Retour lendemain. Départ de Ste-Anne vers 9 heures le matin. Aller-retour 1,25$.

Table de rafraîchissements et repas à bord à prix réduits. Billets en vente chez Messieurs P. V. Ayotte et Cie, Onésime Duval, O. Carignan et P. L. Hubert.

Alphonse Dubord, président.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 juin 1885): 3, col. 2.
6 No d'identification : 6267 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Société St-Vincent-de-Paul de Trois-Rivières.

Pèlerinage des Trois-Rivières à Ste-Anne de Beaupré le 19 août 1885 par vapeur étoile.

La société avec l’approbation de Sa Grandeur Monseigneur Laflèche, feront le second pèlerinage, mercredi 19 août.

Aller-retour 1,25$.

Départ à 7 heures du matin et retour le lendemain.

Alphonse Dubord président.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 juillet 1885): 2, col. 5.
7 No d'identification : 19632 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Un chemin de colonisation, le chemin St-Maurice, a été commencé ici, l’automne dernier. Ce chemin qui part de Ste-Flore sur le chemin des Piles, devra se rendre à la rivière aux rats, d’où une branche gagnera La Tuque, et l’autre la rivière Vermillon, en suivant le sud de la rivière aux rats. 4 1/2 milles seulement ont été parachevés, et le restant, 1 1/2 mille le sera sous peu de jours. Il est à espérer que le gouvernement accordera cette année une somme suffisante pour continuer ce chemin. (Prévoit 17 000$ pour se rendre à la rivière aux rats). »
Témoignage d’Alphonse Dubord, agent des terres.

Référence
Journaux de l’Assemblée législative du Canada, 20 (1862).
8 No d'identification : 23345 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Avis est par les présentes donné, qu’une vente d’une limite à bois, comprenant certains lots vacants du township de Shawinigan, aura lieu au Bureau des bois de la couronne, en cette ville, le 5 octobre prochain à 10 heures a.m. Les lots et les conditions de la vente peuvent être connus en s’adressant au Bureau.
Alphonse Dubord, agent de la couronne. »

Référence
L’Ère Nouvelle (30 septembre 1861): 3, col. 2.
9 No d'identification : 23360 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« Avis est par le présent donné qu’un certain lot de bois contenant 136 morceaux de pin rouge et 17 morceaux de pin blanc, saisi sur M. Coss et Hamel pour contravention à l’acte concernant la vente et l’administration des bois sur les terres publiques (22 vict., chap. XXIII) sera vendu aux estacades, à l’embouchure du St-Maurice, mercredi, le 30 septembre prochain, à 10 heures a.m.
Alphonse Dubord, agent des bois de la couronne. »

Référence
L’Ère Nouvelle, 70 (31 août 1863): 3, col. 2.
10 No d'identification : 23455 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Procès entre George Alexandre Gouin et Alp. Dubord au sujet du refus de ce dernier de lui accorder 9 permis de coupe sur autant de limites. Le demandeur allègue qu’il avait fait application pour ces limites, par lui-même et par d’autres personnes qui lui avaient ensuite transporté leurs droits et avaient payé les droits et rentes établis. Il allègue aussi que le commissionnaire des terres de la couronne avait télégraphié au défendeur, offrant au demandeur 5 limites sur les 9, et que le demandeur a accepté cette offre pour mettre fin à ses difficultés mais qu’on refuse de lui accorder des permis pour les limites et même pour les 5 dont on lui a laissé le choix, malgré qu’on ait toujours gardé tout le prix des 9. Le défendeur présente un plaidoyer à l’effet qu’il n’est pas habilité par la loi à donner des permis de coupe.
Finalement, un jugement est rendu en faveur du défendeur.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (2 mai 1870): 2, col. 4-5.
11 No d'identification : 23456 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Procès entre G.A. Gouin et Alph. Dubord au sujet du refus de ce dernier d’accorder des permis de coupe au premier.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (2 mai 1870): 2, col. 4-5.