Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 11067 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Lundi dernier, à 7 1/2 heures p.m., il y a eu à l’hôtel de ville une assemblée des membres de la société St-Jean-Baptiste, à laquelle on procédera à l’élection des officiers pour l’année courante, qui donne le résultat suivant:

Révérend F.X. Cloutier, prêtre, chapelain, Messieurs S. Dumoulin, président; T.E. Normand, vice-président; J.F.V. Bureau, 2e vice-président; J. Harnois, secrétaire; L.P. Guillet, trésorier; H. Thérien, chirurgien. Comité de régie: Messieurs P.A. Boudreault, J.B.L. Hould, A. Frigon, O.Z. Hamel, V.D. Bureau, C. Lymburner, E. Gérin, P.E. Panneton, J. Moreau, Cal. Lacroix, A.E. Gervais, Eng. Moreau, J.M. Désilets, H. Rocheleau, T.E. Lacerte, G. Désilets, Ant. Duchaine, L.S. Godin.

Commissaires ordonnateurs: R.S. Cooke, N. Grenier, J. Grenier, J.E. Genest, J. Martin.

Il y aura, lundi le 9 juin courant, à 7 1/2 heures p.m., à l’hôtel de ville, une assemblée à laquelle tous les citoyens sont priés de se rendre afin de voir aux moyens à prendre pour chômer dignement notre fête nationale.

Par ordre, J. Harnois, secrétaire. »

Référence
La Concorde (6 juin 1879): 2, col. 5.
2 No d'identification : 3882 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le gouvernement provincial est actuellement occupé, croyons-nous, à distribuer la somme votée pour les chemins de colonisation. On nous dit que certains nouveaux députés travaillent à faire congédier d’anciens et fidèles conducteurs de chemins pour les remplacer par de nouvelles créatures. Nous ne croyons pas que notre administration provinciale consente à commettre semblable injustice dans le seul but de plaire à de nouveaux venus.
Depuis son ouverture le chemin de St-Maurice a toujours été confié à la direction de Mr Ant. Duchaîne, de St-Étienne. M. Duchaîne a toujours rempli tous ses devoirs à la plus grande satisfaction de tous. Ce chemin qui était évalué à 200 (livres) du mille [...] n’a coûté, sous l’habile direction de M. Duchaîne qu’un peu plus de 100 livres. Nous sommes convaincus que le gouvernement [confiera] à M. Duchaîne la direction de ce chemin, malgré toutes les instances et toutes les démarches contraires qu’on pourrait faire pour lui enlever un emploi auquel il a plus de droits que tout autre. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (10 juillet 1871): 2, col. 5.