Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 1531 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de H.R. Dufresne invitant le maire et ses conseillers à la célébration de la fête de la St-Jean-Baptiste, le 25 juin. « La messe aura lieu à 8 hrs. Les invités trouveront à la salle publique, devant l’église, quelqu’un chargé de les placer. »

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Correspondance du secrétaire trésorier (greffier) de la ville, 15 juin 1894.
2 No d'identification : 7912 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« A l’assemblée triennale des notaires du district des Trois-Rivières, tenue hier au palais de justice de cette ville, ont été élus pour composer la Chambre des Notaires du district des Trois-Rivières, Messieurs V. Guillet, P. Hubert, D. G. Labarre, F. Lottinville, R. Trudel, T. E. Normand, A. O. Désilets, Uld. Brunel et H. R. Dufresne. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (6 novembre 1868): 3, col. 2.
3 No d'identification : 10811 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le calendrier pour le diocèse des Trois-Rivières, le seul approuvé par Sa Grandeur Monsieur l’évêque des Trois-Rivières, est maintenant en vente chez Monsieur H.R. Dufresne, libraire, rue Notre-Dame. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (27 novembre 1871): 2, col. 1.
4 No d'identification : 14488 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Il y aura mardi de la semaine prochaine à l’hôtel de ville au profit des Soeurs de charité une séance littéraire remplie par le révérend M. N. Héroux, qui continuera le récit de son voyage à Rome. Nous sommes persuadés que les citoyens des Trois-Rivières s’empresseront de se rendre à cette séance. Deux motifs bien puissants les y engagent, le but charitable dans lequel cette séance est donnée et l’intérêt, la variété et le charme que le lecteur sait si bien répandre dans son récit, comme nous en avons eu une belle preuve l’été dernier. Le prix d’entrée sera de trente sous. On pourra se procurer des cartes à la librairie de H.R. Dufresne et à la porte le soir de la séance. Les portes seront ouvertes à 7 1/2 heures et la séance commencera à 8 heures précises. »

Référence
«Séance littéraire», Le Journal des Trois-Rivières (6 avril 1866): 2, col. 2.
5 No d'identification : 14650 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Comme nous l’avons annoncé dans notre dernier numéro, l’exposition de la Société d’Agriculture des Trois-Rivières a eu lieu jeudi dernier. Cette société fondée en 1852 compte actuellement 71 membres tous, nous espérons, bien déterminés à la faire prospérer de plus en plus. L’exposition de cette année a montré de superbes animaux, des étoffes et des lainages supérieurs, fabriqués par les cultivateurs eux-mêmes, ainsi que des grains de toute espèce qui attestent un véritable progrès agricole. Les chevaux et les poulains qui ont été exhibés, presque tous de race canadienne, montrent qu’il y eu depuis quelques années une amélioration considérable de l’espèce chevaline. Ceci est certainement dû à l’acquisition qu’a faite la société, il y a quelques années, d’un magnifique cheval qui ne laissait presque rien à désirer. Commencée un peu avant onze heures de l’avant-midi, l’exposition ne s’est terminée que vers trois heures de l’après-midi. Un dîner des mieux apprêtés attendait ensuite à la résidence de M. O. Duval, courageux cultivateur de la banlieue, les juges et les directeurs de cette louable société. Le représentant de notre ville assistait à ce dîner, et la presse y était représentée par M. H.R. Dufresne propriétaire du Journal. On y proposa plusieurs santés qui furent bues avec la plus franche cordialité.
Enfin, on se sépara bien disposés à faire tous les plus grands efforts, pour l’exposition de l’année prochaine.
Rien n’est plus propre à exciter une louable émulation entre tous les cultivateurs et tous les hommes d’industrie d’une paroisse que ces expositions annuelles. Ce sont de petites luttes paisibles qui couronnent le mérite agricole et industriel, et qui par là ne peuvent que servir d’encouragement aux vainqueurs, et faire naître une nouvelle activité et nouvelle ardeur chez ceux qui ont été moins heureux. L’année prochaine, nous en sommes persuadés, la société aura une exposition supérieure encore à celle de cet automne. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (17 octobre 1865): 2, col. 4-5.