Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 7451 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le soussigné Monsieur Louis Bergeron, désirant construire une maison, à côté de l’hôtel de Monsieur Jos Dufresne, prie les ouvriers de lui présenter des soumissions. Ils pourront voir chez lui les plans et devis de la maison, mercredi prochain. Aucune soumission ne sera reçue après lundi prochain. Il ne s’oblige à accepter aucune soumission. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 mars 1870): 3, col. 2.
2 No d'identification : 8029 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Une terre située dans la paroisse de Ste-Flore, sur le chemin des Piles, à vingt-huit arpents de l’église, de 4 arpents de front sur 32 de profondeur, dont 50 arpents en culture, avec maison, granges, écuries dessus construites. On vendra aussi tout le roulant de la ferme comprenant un moulin à battre, deux juments avec poules, etc.

Quatre lots de terre dans la même paroisse, se trouvant au bout de la terre ci-haut désignée, contenant 12 arpents de front sur 32 de profondeur, dont environ cinquante arpents en culture.

Conditions faciles, s’adresser sur les lieux à Joseph Dufresne, Ste-Flore ou à Joseph Dufresne, hôtelier.

20 mai 1870, Trois-Rivières.

Référence
Le Constitutionnel, 5 (10 juin 1870): 3, col. 5.
3 No d'identification : 9599 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Un concours de fermes a eu lieu dernièrement entre les cultivateurs de la paroisse des Trois-Rivières. Les juges Messieurs Alexandre Provencher et Félix Décoteau, de Ste-Monique, ont terminé leur visite mardi, le 22, et ont décerné les prix suivants:

1er: Jos. Dufresne, propriétaire de l’Hôtel Dufresne.
2ième: Jos. St-Pierre.
3ième: Jos. Garceau.
4ième: Honorat Lacerte
5ième: Sévère Panneton. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (30 juillet 1890): 3, col. 3.
4 No d'identification : 10597 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Vente à l’encan de l’ameublement de l’hôtel St-James, le 15 avril.

Raison de la vente: le propriétaire Jos. Dufresne a décidé de fermer et de ne continuer d’exploiter que l’hôtel St-Maurice.

Valeur de l’ameublement: 5 000$.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 mars 1886): 3, col. 1.
5 No d'identification : 10653 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« À l’assemblée du conseil tenue lundi, le 28 mars, les pétitions des aubergistes demandant des licences pour la vente des liqueurs spiritueuses ont été reçues, examinées et accordées. Il y aura donc pour l’année courante quatorze licences d’auberges dans les limites de la cité:
Monsieur Joseph Dufresne, capitaine T.G. Farmer, Joseph M. Morin, Pierre Poliquin, Ludger Vigneaud, Michel Loiseau, Rock Montreuil, Dame veuve Max. Gauthier, Félix Descoteau et fils, Edouard Cloutier, Joseph Bernier, Isaïe Gauthier, Pierre Sylvestre, Joseph Bégin. »

Référence
Le Constitutionnel, 120 (30 mars 1870): 2, col. 2.
6 No d'identification : 10712 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Nous voyons avec plaisir que l’aqueduc, qui, l’an dernier, a cessé de fonctionner aux premiers froids, continue de fournir l’eau abondamment et promet de répondre tout l’hiver aux besoins des souscripteurs. Cette amélioration est due à l’habileté avec laquelle M. Jos. Dufresne, qui est maintenant chargé de cet aqueduc, a su protéger les conduits contre les gelées de l’hiver. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 décembre 1874): 2, col. 3.
7 No d'identification : 12232 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« À l’assemblée convoquée après la messe hier, pour l’élection d’un nouveau marguillier, Monsieur Joseph Dufresne, père, a été nommé à cette charge. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 décembre 1872): 2, col. 3.
8 No d'identification : 13218 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Dans la nuit de mardi, des voleurs se sont introduits par un châssis dans l’Hôtel St-Maurice, tenu rue du fleuve, par Joseph Dufresne et Cie. Trouvant le commis endormi, ils ont fait bombance des liqueurs à leur portée, volé la somme de 1.50$ laissée dans le comptoir et emporté les pantalons du commis. Imaginez son humeur et sa façon quand le matin, pressé par les pratiques, il dut ouvrir les portes. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 septembre 1868): 3, col. 2.
9 No d'identification : 13245 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel :
Depuis quatre ans à peu près, les compagnies d’assurance sur la vie ont payé à Trois-Rivières, dix-huit mille dollars. Savoir M. Braster 5 000$, M. Latreille 4 000$, M. B. Genest 1 500$, Antoine Belisle 500$, Télesphore Lord 2 000$, M. V. Martel junior 2 000$, M. Joseph Dufresne 2 000$, M. Nestor Dufresne 1 000$. En tout 18 000$. Faits qui parlent par eux-mêmes en faveur de ces institutions.

Référence
Le Constitutionnel (5 octobre 1874): 2, col. 3.
10 No d'identification : 16020 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Messieurs Jos Matton, Joseph Carle et Joseph Dufresne, gendre du propriétaire, ayant présentement un moulin semblable à Champlain, furent successivement les meuniers au pourcentage des revenus. Comme prix de la mouture, le moulin retenait le seizième des grains apportés. En 1895, Monsieur Hubert-Pierre Cossette y ajouta un planneur et un moulin à bardeaux, actionnés par des engins à vapeur, et commença aussi la fabrication de rouets à filer la laine, des portes et fenêtres, etc.

En 1909, il céda le moulin à son fils, Albert H. Cossette, qui y développa le commerce du bois de construction, et vers 1925, entreprit la fabrication de traînes sauvages et de cribles à grain. »

Référence
Louis-Paul Méthot, Album souvenir de St-Narcisse de Champlain, s.l., Comité organisateur des Fêtes du Centenaire, 1954: 38.
11 No d'identification : 19610 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Chaloupes de Plaisance.

À tous les amateurs de la navigation et du canotage.

Jos. Dufresne, fils, rue du fleuve, donne avis qu’il tient toujours à leur disposition pour course ou promenade.

Ces embarcations élégantes et légères qui ont obtenu une si grande vogue à Montréal.

Au besoin on fournit les hommes pour conduire les embarcations qu’une seule personne peut mener aisément.

Trois-Rivières, 16 mai 1873. »

Référence
Le Constitutionnel (16 mai 1873): 2, col. 6.