Acteur (nom propre) : Gagnon, Gédéon
1 No d'identification : 19741 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Gagnon suggère au gouvernement de construire un chemin qui relierait le lac St-Jean à la vallée de la rivière Trenche, ce qui permettrait en attendant la construction de la voie ferrée à la population du lac St-Jean et les environs de se servir de ce chemin pour transporter leurs produits dans les chantiers du Haut St-Maurice, ce qui aiderait grandement la colonisation du Lac St-Jean, vu les prix élevés payés pour les produits dans ces chantiers.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 508 à 512.
2 No d'identification : 21376 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
D’après mes observations antérieures, il est constaté que tout ce territoire (la rivière Pierriche jusqu’à sa source c’est-à-dire 22 milles et 37 chaînes) a passé au feu il y a une quarantaine d’années. Une étendue d’environ 1 million d’âcres de terre en superficie a été ainsi balayée par le feu. J’ai remarqué en quelques endroits des troncs d’arbres de fortes dimensions, que la conflagration générale de ces territoires avait épargnés alors. Le sol cependant paraît très propre à la culture.

D’après mes observations, la lisière de terre comprise entre la rivière Trenche et la rivière Pierriche, depuis son embouchure jusqu’à sa source, est propre à la culture, notamment l’espace compris entre le 5ième et 19ième milles, qui renferme un sol supérieur pour la culture. Et le climat est des plus favorables. La couche de neige dans cet espace était de 10 à 12 pouces le 14 février.

Je suis ensuite retourné à la rivière Trenche, allant prendre le portage qui conduit à cette rivière à l’embouchure de la rivière Pierriche.

[...] Entre l’embouchure et la source de la Trenche, la distance est de 102 milles et 21 chaînes. [...] L’espace de terrain qui va de l’embouchure jusqu’à la chute rencontrée au 6ième mille sur la Trenche est susceptible de culture et formé de bonne terre jaune. Ces places étaient autrefois richement boisées en pin. [...] Le feu comme je l’ai déjà fait remarquer sur la rivière Pierriche s’est aussi étendu jusqu’à cet endroit et est de même date. Tout cet espace de terrain traversé par la Trenche de l’embouchure jusqu’au 43e mille est très propre à faire des établissements et s’étend d’un côté jusqu’à la rivière Croche et le lac St-Jean, et de l’autre, aussi loin que l’on peut voir, le terrain est aussi propre à la culture [...] Entre les 43e et 60e milles, les côtes de la rivière sont généralement montagneuses; certains espaces cependant d’une assez grande étendue, permettraient de faire des établissements. Au-delà de la rangée des montagnes qui bordent la rivière, quoique accidenté, le terrain est susceptible de culture tant par la qualité du sol que par le climat. J’ai trouvé partout la couche de neige d’une épaisseur de 12 à 15 pouces, prise le 9 mars.

L’ensemble de ces explorations sur la rivière Trenche jusqu’à la hauteur du 120e mille approximativement me permet de dire que la partie de ce territoire ainsi connue contient environ 1 million d’âcres de terre arable. D’après mes observations prises dans le cours de ces explorations, j’ai acquis la certitude que le climat dans toutes ces forêts est tout aussi favorable pour la culture du grain qu’aux alentours du lac St-Jean.

Gagnon suggère ensuite au gouvernement de construire un chemin qui relierait le lac St-Jean à la vallée de la rivière Trenche, ce qui permettrait en attendant la construction d’une voie ferrée, à la population du lac St-Jean et les environs de se servir de ce chemin pour transporter leurs produits dans les chantiers du Haut St-Maurice, ce qui aiderait grandement la colonisation du lac St-Jean, vu les prix élevés payés pour les produits dans ces chantiers.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 508-512.
3 No d'identification : 21504 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Rivières Trenche et Pierriche.

« D’après mes observations antérieures, il est constaté que tout ce territoire (la rivière Pierriche jusqu’à sa source, c’est-à-dire 22 milles et 37 chaînes) a passé au feu il y a une quarantaine d’années. Une étendue d’environ 1 million d’âcres de terre en superficie a été ainsi balayée par le feu. »

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 509.