Acteur (nom propre) : Legris, Joseph-Hormisdas
1 No d'identification : 2287 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Un mouvement se fait à Louiseville dans le but d’assurer à cette paroisse l’établissement d’une manufacture de tabac. Samedi le 23 avril dernier, une réunion conjointe des conseils municipaux de la ville et de la campagne a eu lieu sous la présidence conjointe de Monsieur le Dr L.A. Plante, maire de la ville, et de Monsieur Benjamin Dionne, maire de la paroisse. Un grand nombre de citoyens assistaient à cette réunion tenue dans la salle du marché. Les secrétaires des deux conseils, Messieurs L.D. Caron et J.H. Legris, députés, agissaient comme secrétaires conjoints.

La résolution suivante a été adoptée à l’unanimité sur proposition de Monsieur le conseiller Ephrem Lebel, secondé par Monsieur le conseiller Tisdelle :

“Que les deux conseils de la ville et de la paroisse sont disposés à accorder un bonus de 10 000$ en argent, une bâtisse convenable pour la manufacture et un pourcentage de 4 pour cent sur les gages des ouvriers, à toute personne, société de personnes ou compagnie incorporée qui établira dans cette municipalité une manufacture de tabac aux conditions qui seront fixées d’un commun accord.” »

Référence
«Echos de la Ville et du District.», Le Trifluvien (29 mai 1898): 3, col. 5.
2 No d'identification : 3906 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La boisson et l’argent sont répandus à profusion dans le comté (Maskinongé) au bénéfice de Monsieur Legris. Samedi soir on expédiait des caisses de gin a St-Paulin et dans d’autres paroisses. Mais cette corruption sur une très grande échelle n’entamera pas la majorité de Monsieur Caron.

Une preuve accablante des moyens auxquels on a recours pour le triomphe du nationalisme, c’est qu’en pleine assemblée samedi à Louiseville, un des orateurs conservateurs a pu affirmer, sans qu’on n’ait osé le démentir, qu’un des candidats avait lui-même offert 20$ à un électeur et la valeur d’une dizaine de piastres en argent et en whisky à un autre, pour s’assurer ses sympathies.

Ces faits vont faire l’objet de procédés judiciaires immédiats. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (23 avril 1888): 2, col. 2.
3 No d'identification : 3909 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La cause nationale a triomphé dans Maskinongé. Monsieur Legris est élu par une majorité de 54 voix.

Nos amis ont lutté avec courage, mais la corruption et tous les autres moyens de séduction auxquels une mauvaise cause appuyée par l’argent et le whisky peut avoir recours, ont eu raison du dévouement des conservateurs.

Cette élection est une seconde édition de celle de Monsieur Boyer a autrefois remportée par les mêmes arguments dans ce comté.

Il reste maintenant à nos amis de faire corriger le verdict qui vient d’être obtenu par des moyens aussi inavouables.

C’est ce qu’ils vont faire sans délai. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (30 avril 1888): 2, col. 2.