Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 4814 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« MM. J.B. Normand, de Trois-Rivières, Dickinson, de Toronto, et C.L. Armstrong, de Sorel, sont nommés, par le gouverneur fédéral, commissaires pour étudier la cause des inondations entre Montréal et Québec, avec instruction de visiter les diverses localités et de faire rapport au plus tôt. »

Référence
Le Constitutionnel (13 octobre 1873): 2, col. 3.
2 No d'identification : 6943 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous avons eu le plaisir d’assister à l’examen de Noël de l’académie du Sacré-Coeur, tenue par Monsieur Gélinas, en la paroisse du Cap-de-la-Madeleine.

Cette académie, fondée depuis quelques mois seulement et indépendante, est fréquentée par au-delà de 25 élèves, qui nous ont prouvé à l’évidence les progrès qu’un maître habile et expérimenté, [peut faire faire] dans un si court espace de temps.

Cette académie a été fondée par Monsieur J. B. Normand. Nous remarquions à la séance plusieurs dames de la ville et de la paroisse, ainsi que deux commissaires d’écoles, Messieurs Lonval et Cadotte, et plusieurs autres citoyens, venus pour constater personnellement les progrès que les enfants avaient faits sous l’habile direction de Monsieur Gélinas.

Monsieur Gélinas possède bien plusieurs langues, le français, l’anglais, l’espagnol, l’italien et le grec, nous encourageons les pères et mères à lui confier l’éducation de leurs enfants, persuadés qu’ils n’auront aucun reproche à nous adresser. Cette académie est tenue par Monsieur Gélinas en la paroisse du Cap-de-la-Madeleine, près des ponts du St-Maurice. »

Référence
La Concorde (5 janvier 1880): 2, col. 5.
3 No d'identification : 9800 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Résumé
Un certain Monsieur J.B. Normand mit il y a deux ans dans un étang sur ses terrains des truites saumonées. Essai de pisciculture qui a réussi puisqu’on retrouve maintenant plusieurs truites de 12 à 15 pouces que l’on dit excellentes.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (26 juillet 1883): 2, col. 3-4.
4 No d'identification : 10835 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Nouveau magasin. J.B. Normand, Ecr., et M.T. Blouin ont ouvert, samedi, le 17 juin courant, dans le magasin de feu M. Michel Caron, un assortiment de cuir, de harnais, et de bottes sauvages; aussi ils achètent les peaux. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 juin 1882): 2, col. 4.
5 No d'identification : 11115 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La Chambre de commerce de Trois-Rivières est maintenant organisée, ses statuts sont semblables à ceux de la Chambre de commerce du Dominion. À la suite des élections:

Président: Alex Baptist
Vice-président: P.E. Panneton
Secrétaire: Georges Balcer
Conseillers: J. McDougall, J.N. Godin, E. Bradly, C.A. Rocheleau, P.B. Vanasse, Joseph Rayner, J.B. Normand, James Dean.

Suit la liste des autres membres au nombre de 24.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 juin 1882): 2, col. 4.
6 No d'identification : 13571 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel :
La vente des terrains de la succession du regretté John Broster, lundi dernier, a prouvé que la propriété foncière est loin d’être en baisse à Trois-Rivières. Ainsi, M. T.E. Normand a payé 1 377$ pour les quatre neuvièmes de sa résidence. M. J.B. Normand a payé 1 970$ pour l’emplacement entre M. T.E. Normand et Alex Baptist. Les lots en face, sur l’autre côté de la rive Bonaventure, ont été vendus comme suit :
J.B.O. Dumont : 630$
Gonsague Chaîné : 580$
Télesphore Lemay : 580$
O.Z. Hamel : 583$
Jos. C.H. Godin : 580$

Référence
Le Constitutionnel (23 octobre 1874): 2, col. 4.
7 No d'identification : 14564 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Nous apprenons avec regret que l’établissement si florissant de M. Genest qui avait remis en opération la tannerie construite de M. J.B. Normand sur la rive est du St-Maurice, vient d’être entraîné dans des pertes considérables par plusieurs faillites qui ont eu lieu ces jours derniers à Québec.
Ces pertes aussi lourdes qu’imprévues obligent M. Genest à suspendre ses opérations.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 avril 1888): 2, col. 3-4.
8 No d'identification : 15259 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Tout l’ouvrage de maçonnerie de l’usine pour la préparation des cuirs, construite par MM. J.B. Normand et Blouin à l’est du St-Maurice, vient d’être terminé samedi dernier par M. Joseph Lacroix, entrepreneur de cette ville.
Le corps de ce magnifique bâtiment à 100 pieds de long sur 36 pieds de large, est à trois étages en briques et avec un solage de 7 pieds de pierre. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (2 mai 1881): 3, col. 1.
9 No d'identification : 15260 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
J.B. Normand et T.B. Blouin ont commencé la construction d’une tannerie à vapeur près du pont St-Maurice.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 mars 1881): 2.
10 No d'identification : 15261 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
M. J.B. Normand emploie 30 hommes pour terminer son usine ; cette usine est destinée à la préparation du cuir.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (13 juin 1881): 3, col. 1.
11 No d'identification : 15263 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel :
« La tannerie de MM. Normand et Blouin aux ponts du St-Maurice est en pleine activité ce printemps et promet des affaires pour un montant considérable dans le cours de l’été. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (6 avril 1882): 2, col. 5.
12 No d'identification : 15264 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Nous avons eu l’avantage, samedi dernier, de faire une visite au vaste établissement de tannerie de MM. Blouin et Normand, près des ponts du St-Maurice.
Cette manufacture, en opération depuis quelque temps seulement, fonctionne à merveille, et fournit au commerce 200 côtés de cuir par semaine. Tout est mû par la vapeur et disposé d’après les derniers procédés. Avant longtemps, cette tannerie fournira en moyenne 6 à 700 côtés par semaine. Succès aux hommes entreprenants. »

Référence
La Concorde (10 avril 1882): 3, col. 4.
13 No d'identification : 15268 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Nous constatons avec un sensible plaisir que l’industrie augmente de beaucoup à Trois-Rivières. Ainsi, hier soir, M. J.B. Normand, propriétaire des tanneries près du pont St-Maurice, expédiait à ses consignataires de Montréal, 5000 livres de peaux, parfaitement facturées. M. Normand doit faire une nouvelle expédition ces jours-ci. »

Référence
Le Constitutionnel (6 juillet 1883): 2, col. 6.
14 No d'identification : 15705 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Messieurs J.B. Normand et Blouin ont commencé à construire sur la rive est du St-Maurice une grande usine pour la préparation du cuir. Le site est des mieux choisi, près d’un petit ruisseau et à quelques cents pieds de la tête du pont. Cette nouvelle fabrique sera en opération dans le cours de l’été. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 mars 1881): 2, col. 4.
15 No d'identification : 15706 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Monsieur J.B. Normand emploie près de 30 hommes pour terminer son usine pour la préparation du cuir : elle sera en activité dans un mois. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (13 juin 1881): 3, col. 1.
16 No d'identification : 15707 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les grandes tanneries de Messieurs J. Normand et Blouin sur le St-Maurice sont en opération parfaite depuis quelque temps et expédient journellement une quantité considérable de cuir. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (22 septembre 1881): 2, col. 5.
17 No d'identification : 15709 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« La tannerie de nos entreprenants concitoyens, Messieurs J.B. Normand et Cie, c’est un établissement de grandes proportions, et il se trouve pourtant qu’elles ne suffisent plus à la demande. 25 à 30 personnes y sont employées constamment. 200 côtés de cuir de toute sorte, cuir à harnais, cuir à chaussures, etc., y sont tannés et corroyés par semaine. Car, depuis quelque temps, on s’y livre aussi, à cette dernière opération. M. Normand fait également tailler une certaine partie du cuir qui sort de sa tannerie en dehors de l’établissement. Des cordonniers en font des chaussures à l’épreuve de l’eau, bottes sauvages, dont la demande est très active. Le fait est que tout ce qu’il pourra produire d’ici à plus d’une année est retenu d’avance. Ces chaussures sont vendues, partie aux commerçants de chaussures, partie, et c’est la plus considérable, aux commerçants de bois et à la compagnie de la Baie d’Hudson. Cette dernière en fait une grande consommation. Grâce à cette industrie nouvelle, nos cordonniers n’ont pas à se déplacer pour l’achat de leurs cuirs et ils s’évitent ainsi des frais de voyage, de commission et autres dépenses accidentelles. C’est ainsi qu’une industrie prospère en fait prospérer d’autres, car nulle peut mieux que dans le champ industriel la loi de la solidarité s’applique-t-elle avec plus d’évidence et de plénitude. »

Référence
La Concorde (6 septembre 1882): 2, col. 2.
18 No d'identification : 15710 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous apprenons qu’un puissant industriel de Montréal, Monsieur Genest, vient d’acheter la tannerie érigée au Cap-de-la-Madeleine par Monsieur J.B. Normand près des ponts du St-Maurice.

Monsieur Genest a l’intention de remettre ce magnifique établissement en activité dès cet automne, s’il peut se procurer l’écorce de pruche nécessaire, et l’augmenter au printemps.

Nous sommes heureux de voir que cette tannerie qui a été abandonnée depuis trois ans va de nouveau être remise en exploitation. »

Journal des Trois-Rivières, 31/10/1887, p. 3, colonne 1.
On annonce l’ouverture de la tannerie.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (13 octobre 1887): 2, col. 5.
19 No d'identification : 21800 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Construction d’une association forestière à Trois-Rivières, représentants: J.B. Normand de Trois-Rivières et J.A. Blondin de Bécancour.

But de l’association: reboisement des terres.
Cette association est provinciale.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 octobre 1882): 2, col. 2-3.
20 No d'identification : 22294 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« Le travail de la mise en radeaux du bois qui descend par le St-Maurice est maintenant terminé. On calcule qu’il est descendu par cette voie pas moins de 4 à 5000 billots. Cette mise en radeaux est faite sans la surveillance directe de l’entrepreneur, notre jeune ami M. Elie Normand, fils de M. J.B. Normand, et nous sommes heureux de constater ici que ce travail a été exécuté à la pleine et entière satisfaction de tous les marchands de bois qui y sont intéressés. »

Référence
Le Constitutionnel (13 octobre 1882): 3, col. 2.
21 No d'identification : 22395 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Sanctionné le 27 mai 1882:
« Attendu que Alexander Baptist, James Dean, John Baptist et William Ritchie, commerçants de bois et J.B. Normand, gentilhomme, tous de la cité des Trois-Rivières, et Andrew Thompson, John Ross et Edward C. Benson, commerçants de bois de la cité de Québec, Hugh Ritchie, commerçant de bois de New Liverpool, dans le district de Québec, ont, par leur pétition, représenté qu’il serait de leur intérêt, pour faire des billots et autre bois, dans le territoire du St-Maurice, de former une association pour la flottaison des billots et autre bois depuis un endroit appelé La Tuque, sur la rivière St-Maurice, jusqu’à l’embouchure de la dite rivière, dans la cité des Trois-Rivières, pour livrer leurs billots et autre bois, et attendu qu’ils ont demandé à être incorporés.
(Le capital de la compagnie sera de la somme de 25 000$, divisé en actions de 100$, lequel capital pourra être augmenté jusqu’à 50 000$ par vote des actionnaires. Tout le capital devra être souscrit, et 10% devront avoir été versés avant que la compagnie ne commence ses opérations.) »

Référence
«Acte pour incorporer la compagnie de flottaison et de mise en radeaux des bois du St-Maurice», Loi du Québec 45, Victoria, ch. 83, 1882.
22 No d'identification : 23197 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Le gouvernement fédéral vient d’accorder une somme de 4 500$ pour différents travaux sur le St-Maurice, pour faciliter la descente des bois de commerce. C’est M. J.B. Normand qui est chargé de surveiller l’exécution de ces travaux. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (2 février 1877): 2, col. 2.
23 No d'identification : 23814 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Lettre (anonyme) d’un lecteur qui proteste contre les agissements de J.B. Normand aux estacades du St-Maurice. Selon lui, Normand, en plus de s’occuper des estacades des bouches du St-Maurice dont il a la charge, se mêle aussi de voir aux affaires de Jos. Pagé qui a la charge, quant à lui, des estacades du Cap Corneille.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (14 juin 1886): 2, col. 5.
24 No d'identification : 13847 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Vente par encan de meubles de ménage, de voitures d’attelage, d’animaux, jeudi 4 septembre. John Ryan, encanteur, vendra par encan à l’ancienne résidence de J.B. Normand, Ecr., pont St-Maurice
Tout l’ameublement complet (piano, set de salon, tapis, rideaux, Brakets [sic], gravures, miroirs, tables, chaises, set à thé, vaisselle, verrerie, lampe, moulin à coudre, set de chambre, poêle de cuisine, voitures doubles et simples, chevaux, vaches à lait, cochons, veaux et autres).
John Ryan, encanteur.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (1 septembre 1884): 3, col. 1.