Acteur (nom propre) : Price, William
1 No d'identification : 14704 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
1841.
« William Price achète de Clément Caya des places de moulins à scie sur la petite rivière des Envies. »

Référence
Janine Trépanier-Massicotte, St-Stanislas, comté de Champlain: répertoire historique, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1977: 20.
2 No d'identification : 14721 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Concession de William Price en 1908.

Référence
Roland St-Amand, La Géographie historique et l’exploitation forestière du bassin de la Batiscan, Mémoire de licence (géographie), Québec, Université Laval, 1966: 31-33.
3 No d'identification : 14743 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Historique de la Price Bros. au Canada depuis l’arrivée de William Price au Canada en 1810. Activités de l’entreprise. Rapports avec les employés.

Auteur: R.C. Rowe

Référence
«Industrialisation and Labor with Particular reference to the operation of Price Brothers and Company Limited», Pulp and Paper Magazine, XXXX (13 février 1930): 253-256.
4 No d'identification : 16046 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Entre 1816 et 1852, Price organise son empire:

« Dans ses débuts, la nouvelle compagnie s’en tient au commerce du bois, mais bientôt William Price construit ses propres scieries dont la plus ancienne, celle de Hadlow. Puis se succèdent les établissements au Saguenay: en 1838 [la date n’est peut-être pas exacte, le chiffre est mal écrit], Price établit une scierie à vapeur à l’Anse à l’Eau près de Tadoussac; en 1842, de concert avec Peter McLeod, il organise la scierie de la rivière du Moulin à Chicoutimi: solidement installé au Saguenay, Price, tel un vieux pin, a jeté de profondes racines.

En 1852, la compagnie William Price s’intéresse à la Batiscan; moins de quinze ans plus tard, elle défendra quelque 300 milles carrés de concessions forestières dans les Laurentides batiscanaises. Ce fut l’occasion d’installer une nouvelle scierie. Vers 1860, un certain Thibeault de St-Narcicsse exploitait un moulin à scie sur la Batiscan, sur le site de l’actuel barrage hydro-électrique. Dans le voisinage immédiat du secteur des chutes, il se trouvait de beaux peuplements de pins et d’épinettes, il n’en fallait pas davantage pour décider Price à acheter la scierie Thibeault. La scierie de la Chute Plate fut alors démantelée et reconstruite en amont, au pied des chutes qui prirent le nom du gérant local de la compagnie Price, les chutes à Murphy. »

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969: 132-133.
5 No d'identification : 16095 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dans la région de Ste-Thècle, « la terre se faisait plus rare [...] William Price, nouveau seigneur de Ste-Anne et détenteur de la concession arrière-Mékinac depuis 1864 entendait exploiter en terres à bois. »

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969: 61.
6 No d'identification : 20496 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
William Price.

Référence
Roland St-Amand, La Géographie historique et l’exploitation forestière du bassin de la Batiscan, Mémoire de licence (géographie), Québec, Université Laval, 1966: 31-32.
7 No d'identification : 20497 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Celles (concessions) de William Price en 1908.

Référence
Roland St-Amand, La Géographie historique et l’exploitation forestière du bassin de la Batiscan, Mémoire de licence (géographie), Québec, Université Laval, 1966: 33.
8 No d'identification : 20499 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Notices biographiques sur William Price, avant son arrivée dans la région en 1892.

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969: 132.
9 No d'identification : 20502 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Historique de la Price Bros au Canada depuis l’arrivée de William Price au Canada en 1810. Activités de l’entreprise. Rapports avec les employés.

Référence
«Industrialism and Labor with Particular Reference to the Operations of Price Brothers and Company Limited», Pulp and Paper Magazine, 40 (13 février 1930): 253-256 et 276.
10 No d'identification : 20730 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
En 1834, William Price achète et réanime une scierie à St-Stanislas et lance l’exploitation forestière le long de la rivière Batiscan.
Louise Deschênes, les entreprises de William Price, 1810-1850, histoire sociale, # 1, avril 1968, p.31. Dans les années qui suivent, Price acquiert quelques autres petites scieries et emplacements de scieries sur les rivières Batiscan et des Envies.

Référence
Benoît Gauthier, La sous-traitance et l’exploitation forestière en Mauicie 1850-1875, Mémoire de maîtrise (études québécoises), Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, 1984: 60.
11 No d'identification : 20747 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Price aurait acquis les scieries de Batiscan en 1834. Les livres nous montrent qu’une scie ronde et des provisions y sont expédiées au printemps 1835. D’abord installée à quelques milles de l’embouchure de la rivière, la scierie est déplacée vers l’aval en 1845 pour des raisons techniques, ceci donnera lieu à des poursuites judiciaires de la part des habitants. Il s’agit d’une ancienne seigneurie des Jésuites et Price a des difficultés à se faire affirmer les forêts qu’il y exploite.

Référence
Louise Dechêne, William Price, 1810-1850, Thèse de licence, Québec, Université Laval, 1964: 61-62.
12 No d'identification : 22476 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Bilan de l’exploitation forestière de cette région jusqu’au départ de Price en 1928.

Référence
Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969: 137-140.
13 No d'identification : 22840 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Scierie de Batiscan.

« Dans un rapport de 1926, Lyons rapporte qu’elle avait l’habitude de couper 15 000 à 20 000 cordes de bois annuellement. Il semble bien que ni Price ni Laurentide ne firent d’exploitation de bois à pulpe sur les concessions de la Batiscan. »

Référence
Roland St-Amand, La Géographie historique et l’exploitation forestière du bassin de la Batiscan, Mémoire de licence (géographie), Québec, Université Laval, 1966: 38.
14 No d'identification : 23014 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« M. William Price, président de Price Bros, discutant la situation nouvelle créée à l’industrie du papier dans la province de Québec par l’enlèvement de la restriction qui défendait l’exportation du bois à des terres de la couronne, dit :
“En adoptant cette politique, le gouvernement provincial suit celle du gouvernement McBride, et je crois que l’enlèvement des droits, par les États-Unis, sur le papier à journaux, résultera en une augmentation d’un million par année dans la fabrication du papier en cette province.“ Dans les cercles financiers, on croit savoir qu’avec ce changement, les recettes brutes de la compagnie Price s’accroîtront de 200 000$ au lieu d’un estimé antérieur de 100 000$. »

Référence
«L’industrie du papier dans Québec», Le Nouveau Trois-Rivières (10 janvier 1913).
15 No d'identification : 23520 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Rapport des taux provenant des glissoires du St-Maurice et des travaux pendant l’année 1856.

Montants accrus payés par les commerçants de bois T. McDougall, A. Gilmour et Cie, G. B.-Hall, E. Quinn et Cie, G. Baptist, W. Price, Cie des bois du St-Maurice, en 1856.

Référence
«Rapport du commissaire des terres de la Couronne du Canada pour l’année 1856.», Journaux de l’Assemblée législative du Canada, vol. 15, App. 5, doc. 25 (1857).