Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 19873 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Résumé :
Jean Crête obtient le contrat de transport des hommes, des provisions et de l’équipement pour la Wayagamack. Il obtient aussi le ravitaillement par son magasin général. Jean Crête achètera les deux lourds chalands de M. Frank Ritchie, gérant de la Wayagamack. Dès lors, il ne lui reste plus qu’à absorber les lignes de Maxime Cloutier et O. Lang pour avoir le contrôle des transports sur le St-Maurice. Jean Crête était propriétaire de cinq unités de navigation. La Tuque et les Piles étaient en communication 2 fois par semaine de façon régulière. P. 49
Jean Crête possédait un petit vapeur, le « Petit Albert », et servait de dragueur quand le chenal s’ensablait, il avait été construit aux Piles. Le bateau personnel de Jean Crête, « Le Pana », montait des Piles à La Tuque en quatre heures. Lors de la construction du barrage Gouin, il vendit le « Vermillion » qu’il avait acheté de Frank Ritchie à la « Fraser Brace ». Ce fut le premier bateau vapeur à naviguer sur le Haut St-Maurice. La compagnie acheta du même coup toute la flotte de chalands de Crête.

Référence
Albert Tessier, Jean Crête et la Mauricie, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1956: 49 à 51.
2 No d'identification : 21278 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
À l’occasion de la remise d’un trophée à la Wayagamack pour le nombre d’heures sans accident de travail, M. Frank Ritchie, le [gérant] de l’usine, fait le point sur la situation de son usine par rapport à la crise dans le papier.

Référence
Le Nouvelliste (22 février 1932): 3, col. 4-5.