Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 9248 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Avis public est par les présentes donné que le soussigné a reçu des ordres rigoureux pour l’exécution stricte et rigide, le jour de la fête de la Reine et en toutes occasions futures de réjouissance publique, du règlement qui défend l’usage des pétards, fusées, etc., dans tous les cas indistinctement et contre toutes personnes trouvées en contravention des dispositions du dit règlement.
(par ordre)
Ovide Rocheleau, chef de police
Bureau du chef de police, hôtel de ville, Trois-Rivières, 23 mai 1879. »

Référence
«Pétard», La Concorde (23 mai 1879): 3, col. 4.
2 No d'identification : 10233 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
M. Ovide Rocheleau, ex-chef de police, vient d’être nommé, par le conseil de ville, inspecteur des chemins et trottoirs, préposé à la protection des animaux et grand gardien des marchés.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (25 octobre 1888): 2, col. 5.
3 No d'identification : 25136 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le soussigné chef de Police, a l’honneur de faire rapport que la nuit dernière, vers 1h30 du matin, le sergent Hamel et le constable Béland, étant en tournée, aperçurent une réunion de personnes excitées et troublant la paix, dans la rue St-Denis, vis à vis une maison où avait lieu une noce très paisible. Les constables ayant notifié ces personnes de s’en aller et de garder la paix, elles se dispersèrent, un seul homme refusant de laisser les lieux et défiant la police. Ce que voyant après plusieurs sommations, les constables l’arrêtèrent et la conduisirent en prison. Cet homme se nomme Saül Martin et au moment de son arrestation, il avait dans les poches de son habit des morceaux de vaisselle cassée. Ce matin, la police s’est rendue à la prison pour se faire livrer le prisonnier et le conduire devant un juge de paix; mais elle fut informée par le geôlier qu’il avait été remis en liberté en vertu du document ci-annexé. Votre conseil aura à juger de la valeur légale de ce papier et de la manière d’agir du geôlier de la prison, pour avoir élargi ce prisonnier sans autre autorité que celle-là. Je crois de mon devoir d’informer votre conseil que le juge de paix qui a signé cet écrit a été trompé par un des employés du greffe de la paix, M. Joseph Martin, qui a fait de fausses représentations à M. Shortis pour obtenir cet écrit. La police, tout en désirant faire son devoir à votre satisfaction et à celle du public en général, considère qu’elle souffre en cette circonstance en ce que la loi est méprisée et qu’elle est empêchée dans l’exécution de ses fonctions.

Signé : Ovide Rocheleau, chef de police

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.
4 No d'identification : 25179 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Ovide Rocheleau, chef de police, est démis de ses fonctions par le Conseil qui se dispense des services d’un chef de police.

cf fichier petite criminalité et organisation police.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1839-1935.
5 No d'identification : 25194 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rapport de François Dasylva, écuier, chef de police, touchant les nominations de Georges Arthur Fearon, comme premier sergent et de M. Ovide Rocheleau second sergent et sous-chef, pour agir en cette qualité en cas d’absence ou de maladie du chef de police.

Seconde partie du rapport contenant des plaintes du chef de police contre sieur Joseph Dupont, constable de police de cette cité qui a manqué à ses devoirs comme homme de police et la demande de François Dasylva écuier, chef de police, priant le conseil de vouloir nommer M. Jean Giroux, charretier de cette cité, constable de police è la place de sieur Joseph Dupont.

Référé au Comité de Police, composé de MM A.L. Désaulniers, C. Kiernan et L. Clair.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.
6 No d'identification : 25204 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rapport que le constable Joseph Godin c’est enivré pendant plusieurs jours de la semaine dernière et qu’il a été incapable de remplir les devoirs de sa charbe.

Ovide Rocheleau, chef de police

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
7 No d'identification : 25226 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
À une séance du Conseil municipal de Trois-Rivières tenue le 26-10-1857 à l’Hôtel de ville, en la salle du Conseil, lieu ordinaire des séances, à 7h30 PM, furent présents son Honneur le maire et Messieurs les conseillers suivants : C. Kiernan, A.L. Désaulniers, L. Clair, J.P. Bureau, Sévère Dumoulin, E.M. Hart.

1ere motion proposée par A.L. Désaulniers secondée par E.M. Hart, qu’il est expédient pour maintenir la paix et le bon ordre de la cité de Trois-Rivières d’établir une force de Police et que François Dasylva, écr, Grand connétable de ce district en soit nommé le chef et que les personnes suivantes soient nommées pour en former partie :
Georges Arthur Fearon
Ovide Rocheleau
Édouard Ayotte
Joseph Hill
Charles Fearon
Jean Fearon
O. Dupont
Jean Larivière
Françcois Xavier Durand
Joseph Belisle
Joseph Dupont
François Bélant
Lesquels seront sous les ordres du conseil et de chaque conseiller individuellement ainsi que de leur chef.

Adoptée

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.
8 No d'identification : 25227 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Serment des hommes de police

Je soussigné jure que je remplirai fidèlement les devoirs d’homme de police pour la cité des Trois-Rivières au meilleure de mon jugement, ainsi que Dieu me soit en aide.
Assermenté devant moi, à Trois-Rivières le 02-11-1857
signé J.E. Turcotte, juge de paix

G.A. Fearon
Ovide Rocheleau
Joseph Hill

(voir autres serments)

Je jure que je remplirai fidèlement les devoirs d’homme de police pour la cité de Trois-Rivières, au meilleur de ma connaissance, ainsi que Dieu me soit en aide.
Assermenté devant moi, à Trois-Rivières le 02-11-1857
signé J.E. Turcotte, juge de paix
signé :
Charles X Feron
Joseph Germain X Belisle
Édouard Ayotte
F.X. Durand
Jean Feron
Joseph Dupont
Francis Bélant
Onésime Dupont
Henri Dupont


Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.
9 No d'identification : 25240 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La Corporation pressée par l’arrivée des hommes de chantier a réorganisé la police. Nous voilà en toute sécurité : Habitants de Trois-Rivières, dormez!

4 hommes, mais 4 hommes de premier choix sont chargés de la surveillance publique depuis midi jusqu’à minuit. Après cela, nous retombons sous la loi commune des constables, pour au son de l’angélus de midi, revenir sous la tutelle des municipaux.

Ces 4 hommes portent le bâton bleu et son décorés d’une plaque en étoile portant : “Three-Rivers Police”. Ils sont sous la direction de l’inspecteur Rocheleau. On nous informe que déjà, ils inspirent aux tapageurs une crainte salutaire.


Référence
Le Constitutionnel (11 avril 1877) : 2, col. 2.
10 No d'identification : 25245 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Attendu que ce conseil a cru devoir se dispenser, pour le présent, des services d’un chef de police, ainsi qu’il appert par le vote qui vient d’être fait des appropriations pour l’année courante, qu’il soit résolu :
Le secrétaire trésorier de ce conseil devra informer M. Ovide Rocheleau, chef de la brigade du feu et de la police et surveillant des Marchés, que ses services comme officier et employé de la Corporation de cette cité ne seront plus requis et qu’ils cesseront au dernier jour de ce présent mois de juillet.

Ovide Rocheleau sera payé 88,33$ (1 mois de salaire) et le sergent de police (Louis Hamel) le remplacera dans ses charges sans augmentation de salaire.
cf fichier petite criminalité.

Requête de MM Arthur Turcotte et autres demandant que M. Ovide Rocheleau soit réinstallé dans ses charges de chef de la brigade du feu et de la police et de surveillant des Marchés.

Requête renvoyée.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.
11 No d'identification : 25254 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résolu que MM. Gervais, Rocheleau, Houliston, Normand et Guillemette forment un comité spécial pour rédiger un règlement pour empêcher expressément les désordres causés par l’intempérance dans notre cité.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1900.
12 No d'identification : 25308 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résolu que Ovide Rocheleau, de cette cité, soit nommé Inspecteur du feu et des chemins au lieux et place de Bénoni Lassalle, qui a résigné, et qu’il soit aussi nommé surveillant de l’exécution des règlements des Marchés et huissier de cette corporation, le tout avec uns alaire de 350 piastres par année.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
13 No d'identification : 25309 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Que Ovide Rocheleau, Inspecteur du feu et des chemins, soit nommé inspecteur de la cité, et ce sans salaire additionnel, attendu que ce conseil a ordonné que la collection des taxes imposées par le règlement du feu soit faite par le secrétaire trésorier de cette corporation.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
14 No d'identification : 25322 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le soussigné, chef de police, a l’honneur de faire rapport qu’il est impossible de faire juger les prisonniers qui sont arrêtés pour contravention aux règlements de la cité, les juges de paix refusant de siéger dans ces causes. Un prisonnier a été, quatre jours de suite, conduit à la Cour et ramené à la prison, et plusieurs autres ont dû être élargis après avoir été arrêtés, vu qu’il a été impossible de trouver un magistrat qui voulut entendre et juger les plaintes contre ces personnes.
Les vagabonds et autres délinquants, sachant qu’ils ne seront pas punis, en profitent pour enfreindre les règlements de la cité; la police ne peut, en conséquence, remplir les devoirs qui lui sont imposés, ni faire observer le bon ordre et la paix publique avec l’efficacité désirable.

Ovide Rocheleau, chef de police.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
15 No d'identification : 25333 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
(Comité des finances)
Ovide Rocheleau Police aux courses ... 19,50

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
16 No d'identification : 25345 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le soussigné a l’honneur de faire rapport, pour l’année finissant le 30-06-1883, donnant un état du nombre de personnes qui ont été emprisonnées et les raisons pourquoi (aussi) [...]

Hommes emprisonnés pour ivrognerie : 119
Hommes emprisonnés pour nuisance, etc. : 9

Femmes emprisonnées pour vol : 3
Femmes emprisonnées pour ivrognerie : 7
Femmes emprisonnées pour prostitution : 5

Total : 143
Maisons de prostitution : 1
donné gît à 83 personnes des 2 sexes.
En l’année 1882, il a été emprisonné 207 personnes des 2 sexes.
[...]

Ovide Rocheleau, chef de police

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
17 No d'identification : 25381 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Présenté un rapport du chef de police aux comités du feu et de la police qui recommande que les nouveaux membres de la brigade du feu et de la police devraient être des hommes d’au moins 5 pieds 9 pouces de hauteur, parlant langues française et anglaise, et sachant lire de ces deux langues.

En conséquence du grand nombre de navires d’outre-mer qui devront fréquenter notre port, aussitôt que seront terminés les quais que la commission du hâvre fait construire, il est important que les constables de police comprennent et parlent la langue anglaise.

Ovide Rocheleau, chef de police.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 1848-1956.
18 No d'identification : 25386 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête de M. Ovide Rocheleau demandant d’être réinstallé comme chef de la brigade du feu et de police.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
19 No d'identification : 25392 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Communication faite au conseil, de la résignation du chef de police, François Dasylva, écuier, et de ses officiers comme hommes de police, savoir Ovide Rocheleau (sergent et sous-chef), Joseph Hill, Édouard Ayotte, Jean Ferron, Onézime Dupont, Charles Ferron

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
20 No d'identification : 25399 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résolu que MM. Gervais, Rocheleau, Houliston, Normand et Guillemette forment un comité spécial pour rédiger un règlement pour empêcher et prévenir les désordres causés par l’intempérance dans cette cité.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1839-1935.
21 No d'identification : 25422 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Salaire pour arrestation

G.A. Fearon : 10 arrestations (£ 2.10.0)
Onézime Dupont : 3 arrestations (£ 0.15.0)
Ovide Rocheleau : 5 arrestations (£ 1.5.0)
Charles Ferron : 1 arrestation (£ 0.5.0)
Henry Dupont : 1 arrestation (£ 0.5.0)
Édouard Ayotte : 2 arrestations (£ 0.10.0)
Chef de police : 1 arrestation (£ 0.5.0)
Total : 23 arrestations (£ 5.15.0)

Signé François Dasylva

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1839-1935.
22 No d'identification : 25433 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Ovide Rocheleau, 5 chelins pour avoir arrêté Thomas Favrell pour ivresse.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1839-1935.
23 No d'identification : 25438 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le comité de police prend la liberté de suggérer au Conseil qu’il devrait être alloué une piastre comme par le passé, aux officiers de paix pour chaque prise qu’ils feront, mais qu’il ne soit rien alloué pour des assistants et que des timbres pour un certain montant devraient être mis entre les mains du greffier de la paix, que l’inspecteur du feu et des chemins (Ovide Rocheleau) devrait être nommé chef de police avec une augmentation de salaire de 50 piastres mais qu’il n’aura pas le droit d’être payé pour ses prises, et qu’il devra être autorisé à faire observer le règlement des licences, votre comité croit que ce serait le moyen le plus économique de maintenir l’ordre dans la cité.

J.M. Désilets.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
24 No d'identification : 25443 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête de M. Ovide Rocheleau, surintendant du feu, chef de police, huissier de la Corporation et surveillant des Marchés, pour que son salaire soit rétabli au chiffre des années dernières.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.
25 No d'identification : 25448 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête de M. Ovide Rocheleau, chef de police, demandant que son salaire soit augmenté.
Requête de M. Philippe Godin, constable surnuméraire de police, demandant que son salaire soit fixé à 1 piastre par jour de travail.

Référence
Archives Municipales de Trois-Rivières. Procès-verbaux du Conseil Municipal, 1847-1903.